Saint-Quentin-la-Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Quentin (homonymie).

Saint-Quentin-la-Tour
Saint-Quentin-la-Tour
La chapelle Saint-Sylvain et au second plan le château de Queille.
Blason de Saint-Quentin-la-Tour
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Mirepoix
Intercommunalité Pays de Mirepoix
Maire
Mandat
Alain Tomeo
2014-2020
Code postal 09500
Code commune 09274
Démographie
Gentilé Saint-Quentinois
Population
municipale
335 hab. (2016 en augmentation de 2,76 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 02′ 03″ nord, 1° 53′ 59″ est
Altitude Min. 334 m
Max. 463 m
Superficie 9,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Quentin-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Saint-Quentin-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Quentin-la-Tour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Quentin-la-Tour

Saint-Quentin-la-Tour (Sant Quentin en occitan languedocien) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Elle comprend le hameau de Queille qui fut un chef-lieu carolingien.

Ses habitants sont appelés les Saint-Quentinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située au sud-est de Mirepoix, arrosée par le Touyre et le Countirou.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bentefarine, Queille...

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Quentin-la-Tour[1]
La Bastide-de-Bousignac Lagarde
Saint-Quentin-la-Tour Camon
Troye-d'Ariège Belloc

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un acte de vente d'une vigne à Queille écrit en latin sur parchemin en 971 est conservé aux archives départementales de l’Ariège.

En 1002, le château de Queille est mentionné dans le testament de Roger Ier, comte de Carcassonne

Le château est encore habité au XVe siècle. Au début du XXIe siècle, il a fait l'objet d'un important travail de restauration.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la tour droite, crénelée de six pièces, de gueules, dépourvue de porte, ouverte de trois meurtrières d'argent rangées en fasce, posée sur un tertre de sinople lui-même chargé de deux épis de blé d'or couchés, les tiges passées en sautoir, les traits du contour de la tour et de la colline d'argent ; au comble d'or chargé d'une flamme de gueules adextrée d'une roue dentée de sable et senestrée d'un marteau posé en bande du même.
Commentaires : Création Jean-Pierre Augot. La colline et les épis évoquent l'agriculture, la flamme, les arts et le feu, la roue dentée, les moulins et le marteau, les forges. La tour, quant à elle, est un rappel du nom de la commune[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1970 2014 Claude Lazerges    
2014 En cours Alain Toméo SE Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4]. En 2016, la commune comptait 335 habitants[Note 1], en augmentation de 2,76 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
305688677723806842827820815
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
787801763531591506510438395
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
311341292228174182176200314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
244255250278306297314316325
2016 - - - - - - - -
335--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Un café associatif et culturel a ouvert en 2017[7].

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

La tour.
  • La chapelle Saint-Sylvain, de Queille, édifiée au XIIIe siècle, inscrite aux monuments historiques par arrêté du 7 avril 1994[8],
  • Le château de Queille, édifié principalement au XIIe siècle, inscrit aux monuments historiques par arrêté du 18 octobre 1944[9].
  • Ruines d'une forge à la catalane[10].
  • La tour de Saint-Quentin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Espert (1758-1832), né sur la commune, avocat, député de l'Ariège à la Convention.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Armorial de France
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Le café associatif culturel ouvre ses portes », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  8. Notice no PA00132656, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PA00093914, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Christine Belcikowski, « Une visite aux ruines de la forge de Queille et à la chapelle Saint Sylvain », sur Christine Belcikowski.org, (consulté le 1er juin 2018)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]