Manses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Manse.

Manses
Manses
L'église romane Saint-Jean-Baptiste de Manses.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Mirepoix
Intercommunalité Pays de Mirepoix
Maire
Mandat
Simone Verdier
2014-2020
Code postal 09500
Code commune 09180
Démographie
Gentilé Mansois
Population
municipale
129 hab. (2016 en augmentation de 2,38 % par rapport à 2011)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 04″ nord, 1° 48′ 45″ est
Altitude Min. 27externes4 m
Max. 470 m
Superficie 15,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Manses

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Manses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Manses

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Manses
Liens
Site web http://www.manses.fr/index.php

Manses (Mansas en occitan languedocien) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Mansois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située entre Pamiers et Mirepoix, dans le terroir de la Piège.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bessous, Castelcrabe, Empeyrotte, Lamarsalle, Rigail

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Manses[1]
Saint-Félix-de-Tournegat Lapenne
Teilhet Manses Mirepoix
Tourtrol Coutens

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

S’étant impliqués dans le catharisme, les seigneurs de Manses ont été dépossédés de leurs biens au profit de Guy de Lévis après la prise de Mirepoix. Faute de successeurs et par aliénations diverses, ces terres ont été acquises en 1747 par le président du Parlement de Toulouse, François Joseph de Portes, baron de Pardailhan, qui obtient de les faire ériger aussitôt en marquisat de Portes[2]. Manses s’est a lors appelé Portes jusqu’à la Révolution, puis de nouveau Manses jusqu’à la Restauration, de nouveau Portes jusqu’en 1897 où la mairie a enfin obtenu de pouvoir reprendre le nom initial de la commune.

On dénombra une succession de 7 marquis de Portes dont le dernier survivant mourut en 1940. Le plus connu de la famille est le quatrième marquis Adolphe François René de Portes (1790-1852) qui fut député de l'Ariège et gendre de Pierre-Simon de Laplace.

En 1874, le château des marquis est dans un très mauvais état et nécessiterait de grosses réparations[3], François-Henri de Portes décide alors sa démolition pour le faire reconstruire sur la commune de Teilhet voisine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Simone Verdier PS Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5]. En 2016, la commune comptait 129 habitants[Note 1], en augmentation de 2,38 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425441445471515565551583605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542501473509534484474415447
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
348334321252249226189231147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
161155139127138123122122122
2013 2016 - - - - - - -
131129-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La forêt de Bélène est l'une des plus importantes du département.

Chambres d'hôtes et camping rétro et panoramique à Belrepayre.

Manses recense trois céréaliers, deux éleveurs de moutons, deux éleveurs de bovins, deux éleveurs de chevaux... avec pour compléter les revenus des diversifications sur le tourisme, le gavage et la transformation de canards gras, et aussi l'élevage de chiens.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane Saint-Jean-Baptiste, érigée dès le XIIe siècle. L'association pour la rénovation de l'église de Manses s'occupe à entretenir ce patrimoine communal.
  • Moulin à eau des Bessous autorisé en avril 1856, il fonctionna jusque vers 1955 puis fut restauré en 2000 et est en état de marche.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille des marquis de Portes (lire Histoire ci-dessus)

Service public[modifier | modifier le code]

L'Installation de stockage des déchets non dangereux au lieudit Berbiac accueille la majorité des ordures ménagères de l'Ariège soit 48 000 tonnes par an. Depuis 1997, beaucoup de progrès ont été réalisés dans sa gestion par le SMECTOM.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Lettres patentes portant érection de la terre de Manses en marquisat sous la dénomination de marquisat des Portes... en la Cour des Comptes, Aydes et Finances de Montpellier le 11 mars [1747]... [Texte imprimé]
  3. « Les extravagants comtes de Portes », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :