Malegoude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Malegoude
Malegoude
L'église Sainte-Marie.
Blason de Malegoude
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Mirepoix
Intercommunalité Pays de Mirepoix
Maire
Mandat
Marie-Thérèse Lopez
2014-2020
Code postal 09500
Code commune 09178
Démographie
Gentilé Malegoudiens
Population
municipale
46 hab. (2016 en augmentation de 9,52 % par rapport à 2011)
Densité 7,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 48″ nord, 1° 56′ 22″ est
Altitude Min. 315 m
Max. 425 m
Superficie 6,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Malegoude

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Malegoude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malegoude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malegoude

Malegoude (Malagoda en occitan languedocien) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Malegoudiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située dans la Piège en Pays des Pyrénées cathares. C'est une commune limitrophe avec le département de l'Aude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Malegoude est limitrophe de cinq autres communes dont deux dans le département de l'Aude.

Carte de la commune de Malegoude et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Malegoude[1]
Sainte-Foi Saint-Gaudéric
(Aude)
Mirepoix Malegoude
Cazals-des-Baylès Seignalens
(Aude)

Hameaux[modifier | modifier le code]

Biarnésés, Gagnolet, Tambourayrès, Très-Cantous…

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Ruisseau de Barréjat, le Ruisseau des Juncasses et le Ruisseau de Malegoude sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 614 hectares ; son altitude varie de 315 à 425 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec les routes départementales D 119 et D 6A et sur le GR7.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La plus ancienne mention connue de Malegoude provient d'une charte de 1207, délimitant la seigneurie de Mirepoix. On y évoque alors la force de Malegoude ; quelques années plus tard, Arnaud Roger de Mirepoix reconnait y être passé : « Un jour, alors que j'étais à la force de Malegoude… » C'est sans doute un petit site fortifié dont on ne connait pas la surface.

Après la défaite des seigneurs occitans proches du catharisme, leurs terres sont données aux vainqueurs venus du nord. Malegoude est remise au bras droit de Simon de Montfort, Gui de Lévis et entre ainsi dans ce qui deviendra la terre du Maréchal.

En 1391, Roger-Bernard Ier de Lévis est contraint en raison de dettes impayées de céder Malegoude à l'abbaye de Boulbonne.

Après les guerres de Religion, le seigneur de Lévis cède la ville et tout le lieu de Malegoude, avec les bâtiments et dépendances ainsi que le droit de pratiquer la haute et basse justice ; il ne se réserve que le quart des revenus provenant de la justice et la moitié de ceux liés aux biens cédés.

Un plan parcellaire du XVIIIe siècle indique une « métairie du château de Malegoude » au lieu-dit Castélas, de 129 seterées, ce qui équivaut à un peu plus de 16 hectares. Le document précise également que les moines possédaient une forge, située au sud-est de la métairie.

Malegoude reste dans la dépendance de l'abbaye de Boulbonne jusqu'à la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 0 et 99, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de sept[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Pamiers de la communauté de communes du Pays de Mirepoix et du canton de Mirepoix.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean-François Lopez    
mars 2014 En cours Marie-Thérèse Lopez SE Retraitée
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6]. En 2016, la commune comptait 46 habitants[Note 1], en augmentation de 9,52 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1301211069411511210690113
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
10997968981102988487
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
717062686555714043
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
324952496666604246
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 293 258 252 259 243 272 275 294
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture la commune fait partie de la zone de production du Pays-cathare (IGP).

La commune abrite une auberge sur le GR7.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Malegoude fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune voisine de Mirepoix jusqu'au lycée.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

La commune possède une salle des fêtes et un comité des fêtes.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée 7 (sentier européen E4) passe par Malegoude dans l'étape de Mazamet à Mirepoix.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes du Pays de Mirepoix[13].

Une déchetterie intercommunale existe depuis janvier 2002 sur la commune de Mirepoix[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Sainte-Marie[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église.

Elle apparaît en 1318 dans les pouillés de Mirepoix, son architecture révèle plusieurs campagnes de travaux.

Le chevet est sans doute roman (XIe siècle-XIIe siècle), de forme semi-circulaire, il est plus étroit que la nef et est voûté en cul-de-four. Les moellons qui le composent, grossièrement taillés, sont disposés en assises régulières.

Les trous visibles - dits boulins - recevaient les extrémités de poutres horizontales lancées sur la largeur du bâtiment, qui soutenaient les planches de l'échafaudage et le solidarisaient avec la construction en cours. Sur la face sud du chevet, une très petite fenêtre actuellement murée pourrait relever de cette période ; la travée de chœur peut aussi être romane en dehors des ouvertures.

La date de 1546 gravée sur une pierre du mur sud de la travée de chœur peut correspondre à une rénovation. Les fenêtres en arc brisé ou rondes (oculi), la nef et le clocher-mur à trois baies, étayé de contreforts, datent des travaux du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Malegoude Blason De gueules mantelé d'azur[15].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031047.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. http://www.paysdemirepoix.org/dechets_collecte.php
  14. http://www.paysdemirepoix.org/dechets_dechetterie.php
  15. Armorial de France