Péreille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Péreille
Péreille
L’église Saint-Vincent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Pays d'Olmes
Intercommunalité Pays d'Olmes
Maire
Mandat
Georges Sanchez
2014-2020
Code postal 09300
Code commune 09227
Démographie
Gentilé Péreilleois
Population
municipale
212 hab. (2016 en augmentation de 10,42 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 23″ nord, 1° 48′ 09″ est
Altitude Min. 485 m
Max. 841 m
Superficie 5,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Péreille

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Péreille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Péreille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Péreille

Péreille (Perelha en occitan languedocien) est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Péreilleois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

C'est une commune du piémont pyrénéen située dans le massif du Plantaurel.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Péreille[1]
Ilhat Raissac
Roquefixade Péreille Lavelanet
Villeneuve-d'Olmes

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat de la commune est très dispersé ; il est principalement groupé en trois agglomérations : Péreille d'en Bas (qui accueille l'église et le cimetière), Péreille d'en Haut et Rabaute, accolé aux Chaubets de Villeneuve-d'Olmes, où se trouve la mairie.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1280, Péreille, paroisse cathare, est un écart de Roquefixade[2].

Le 18 septembre 1943, un accrochage a lieu près de Péreille entre une patrouille allemande et le maquis d'Ilhat. L'occupant a trois blessés légers alors que les FTP perdent deux hommes. C'est le premier affrontement, dans la région, entre maquisards français et les troupes allemandes.

La mine de bauxite de Coume-Escure fournissait 1000 tonnes par an de minerai dans les années 1950-1960 pour la production d'aluminium. Exploitée par Pechiney, elle a fermé en 1969.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Georges Sanchez   Retraité Fonction publique
mars 2001 2008 Jean-Paul Sibra    
1977 1995 Bernard Marty UDF Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4]. En 2016, la commune comptait 212 habitants[Note 1], en augmentation de 10,42 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
278256274257245266265218236
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
210204195207210186188171174
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
165162140131135129125123137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
130109138138199177175193212
2016 - - - - - - - -
212--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent
  • Grotte de la sorcière Izarna[2]
  • Rocher d'escalade

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Grotte de la sorcière Izarna, Club spéléologique de l'Arize, [s.d.]
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Jean Louis Le Tallec, « Le Dr Jean-Jacques Charbonnier explore l'au-delà », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]