Lagarde (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lagarde.

Lagarde
Lagarde (Ariège)
Château de Lagarde.
Blason de Lagarde
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Mirepoix
Intercommunalité Pays de Mirepoix
Maire
Mandat
Christian Chaubet
2017-2020
Code postal 09500
Code commune 09150
Démographie
Gentilé Lagardais
Population
municipale
191 hab. (2016 en augmentation de 4,37 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 03′ 01″ nord, 1° 56′ 05″ est
Altitude 327 m
Min. 316 m
Max. 543 m
Superficie 11,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Lagarde

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Lagarde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lagarde

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lagarde

Lagarde (La Garda en occitan languedocien) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Lagardais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située au sud-est de Mirepoix dans l'est de l'Ariège, elle est limitrophe du département de l'Aude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est au confluent du Touyre et de l'Hers-Vif, le Ruisseau Largaril est traverse également la commune.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bordeneuve, Jalabert, La Fouche, Malematte, Pastouret, Sibra…

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lagarde[1]
Roumengoux Moulin-Neuf Tréziers (Aude)
La Bastide-de-Bousignac Lagarde Corbières (Aude)
Saint-Quentin-la-Tour Camon
Carte de la commune de Lagarde et des proches communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fossiles de lophiodon ont été découverts à Sibra en 1850.

Lagarde a disposé d'une gare sur la ligne de Moulin-Neuf à Lavelanet qui a cessé le transport de voyageurs sur ce tronçon durant la Seconde Guerre mondiale.

Le , la commune de Lagarde est frappée par une tornade de type F3. Elle a détruit les hameaux de Sermet et la Fouche, et transporté des objets sur plus d'un kilomètre. Bilan : arbres centenaires de plusieurs mètres de diamètre complètement déracinés, cassés net, emportés voire dépouillés ; machines agricoles renversées ; toitures neuves enlevées ; matériel et matière textiles emportés sur plusieurs centaines de mètres ; remorque métallique soulevée et déplacée ; bidons métalliques de 200 litres emmenés dans les airs à plus de cent mètres de hauteur pour aller retomber deux cents mètres plus loin...

Quelques heures plus tard dans le département de l'Aude, une autre tornade de type F3 ravage le village de Leuc. Une telle vague de puissantes tornades est rare en France même si le phénomène en lui-même est fréquent sur le territoire. Une tornade comme celle de Lagarde a une période de retour en France de l'ordre de 5 ans ou plus.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Lagarde

Son blasonnement est : Dargent à une barre componée de sinople et d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 1890 Charles Joseph Jean Baptiste Vigarosy[2]    
mars 2001 2014 Anne-Marie Milesi    
mars 2014 2017 Henri Delmas SE Retraité Fonction publique
2017 En cours Christian Chaubet    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4]. En 2016, la commune comptait 191 habitants[Note 1], en augmentation de 4,37 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
578418595654708720633618659
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
631673674572562564581530492
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
440445469416439419361308298
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
261213185177172194183182180
2013 2016 - - - - - - -
181191-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités agricoles prédominent sur la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Lagarde.

Le château est une imposante bâtisse médiévale dont la construction a débuté au XIe siècle par l'édification d'une première tour carrée (1063-1065) par Ramire 1er de Navarre roi d’Aragon comte de Barcelone. Puis au XIIe siècle entre 1176 et 1180 le château s’agrandit à 4 tours carrées avec hourds et couverture en ardoise, une poterne d’entrée rectangulaire avec porte en bois et herse, pont-levis et fossé au pied des murs, cet ensemble est relié par des murs avec meurtrières à sabot en partie basse, crènelage en partie haute avec derrière une circulation en bois. Au milieu de la très belle cour pavée de galets de rivière se trouvait déjà le puits circulaire, encore en place aujourd’hui, de 62 mètres de profondeur et 2 mètres de diamètre en très belle pierre taillée dont la maçonnerie fait 1,20 mètre d’épaisseur. C’est Alphonse II « le chaste » roi d’Aragon (1152-1196) fils de Raimond Bérenger II de Provence et de Pétronille d'Aragon, qui fit construire cet imposant château, gardien de la vallée de l’Hers, voie très importante de communication.

La rue principale de Lagarde vue depuis la terrasse du château.

Simon IV de Montfort attribua le « village » de Lagarde et son château à Guy Ier de Lévis, lieutenant de son armée, en 1212, après que Simon de Montfort ait convoqué à Pamiers une assemblée générale de nobles, de prélats et de bourgeois notables, où l’on rédigera pour l’administration du pays conquis un statut comprenant 46 articles. Entériné par le Traité de Paris, signé le 12 avril 1229 sur le parvis de Notre-Dame, il est stipulé entre autres dans les textes que la seigneurie de Mirepoix est donnée à Gui Ier de Lévis, qui devient vassal du Roi de France « Louis IX ou Saint-Louis », et se voit décerner le titre héréditaire de Maréchal de la Foi, il prend officiellement à ce moment le nom de Gui Ier de Lévis Mirepoix.

Depuis 1990, divers groupes et associations de bénévoles se relaient pour œuvrer à la restauration du château.

Le château de Sibra[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Sibra.

L'église[modifier | modifier le code]

L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée 7 (sentier européen E4) passe par Lagarde dans l'étape de Mirepoix à Andorre-la-Vielle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Labrousse, Bruno, Les politiques Ariégeois
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]