Église Notre-Dame de Kernascléden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Notre-Dame de Kernascléden
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Flamboyant
Destination initiale
Culte
Destination actuelle
Culte
Diocèse
Paroisse
Paroisse de Guémené-sur-Scorff (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Gothique
Construction
XVe siècle
Religion
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Le BourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Morbihan
voir sur la carte du Morbihan
Red pog.svg

L’église Notre Dame est une église catholique située à Kernascleden, en France[1]. L'église est classée au titre des monuments historiques par décret du [1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Morbihan, sur la commune de Kernascleden, au chef-lieu de celle-ci.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église s'est élevée au XVe siècle, sans doute à l'emplacement d'un édifice plus ancien, dans un lieu éloigné de tout centre urbain important, à la lisière de la forêt de Pontcallec.

Le terrain fut donné par les Rohan qui possédaient de grands domaines dans le Vannetais. Le pape Martin V, le , autorisait le Vicomte Alain IX de Rohan a y établir des chapelains perpétuels. On peut penser que la construction fut commencée légèrement avant cette date, du temps d'Alain VIII et de Béatrice de Clisson.

La nef fut construite alors ainsi que le transept dont la voûte de la croisée dut être terminée en 1433. À la clef de cette voûte, on remarque les armes de Jean V, duc de Bretagne, et de sa femme Jeanne de France, fille de Charles VI. La chapelle de Kernascléden reçut donc les bienfaits des vicomtes de Rohan et aussi du duc et de la duchesse de Bretagne.

L'architecture du chœur paraît plus récente. À la voûte de la première travée du chœur, figurent les armes des Rohan-Navarre qui sont celles de Louis II de Rohan-Guémené qui succèdera à son père, Louis Ier, en 1457. À la voûte de la dernière travée, figurent les armes des Rohan : il s'agit de Jean II de Rohan, fils d'Alain IX. À la voûte de la troisième travée, celles de François II, duc de Bretagne en 1457.

La construction dut être commencée en 1420, le transept terminée en 1433, le chœur commencé en 1448 et achevé en 1464.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le « porche des Hommes » et le « porche des Dames » supportent chacun un gâble dentelé. Ils abritent des statues des saints. Ces statues étaient autrefois polychromes. Plusieurs des sculptures en ronde-bosse ont été réalisées par l'atelier ducal du Folgoët[2]. Le « porche des Dames » protège les statues des douze apôtres.

L'église est surnommée « la chapelle aux milles clochetons » en raison de sa façade ornée de sculptures ciselées, de contreforts, de pinacles et de clochetons.

La nef possède une voûte en pierre.

Les peintures murales sont remarquables. Celles de la voûte du chœur présentent des scènes racontant la vie publique de Jésus et la vie de la Vierge Marie. Celles du croisillon sud décrivent « l’enfer et ses diables » ou « la danse macabre » qui nous rappelle que nous sommes tous égaux face à la mort[3].

Légende [réf. souhaitée][modifier | modifier le code]

Les chapelles Saint-Fiacre du Faouët et Notre-Dame de Kernascléden, distantes d'une quinzaine de kilomètres seulement, furent construites à peu près à la même époque. Les deux chantiers mobilisaient un grand nombre d'ouvriers si bien que ceux-ci manquaient d'outils. Heureusement des anges bienveillants se rendaient d'un chantier à un autre pour transporter par voie céleste les outils dont ils avaient besoin. Quand un groupe d'ouvriers se reposait, l'autre groupe pouvait ainsi travailler.

Photos[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Église Notre Dame », notice no PA00091325, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. jean-yves cordier, « La Collégiale du Folgoët. I. L'Autel des anges. », sur aile.com, Le blog de jean-yves cordier, (consulté le 16 octobre 2020).
  3. Kernascléden