Démons dans le christianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans la religion chrétienne, le terme de démon a acquis, de la part des ecclésiastiques, le sens d'ange déchu, d'esprit du mal ou de diable.

Le christianisme antique et médiéval les présente comme invisibles, mais certains hommes d'Église et saints sont censés en avoir vu (saint Venant, Guibert de Nogent, Raoul Glaber), ou avoir lutté contre eux (Jean-Baptiste Vianney, curé d'Ars).

Les démons sont parfois décrits comme pouvant influencer les hommes, voire les posséder et comme pouvant en être chassés au moyen de l'exorcisme. Selon les évangiles, Jésus a expulsé de nombreux démons.

Le plus célèbre d'entre eux[réf. souhaitée] et le plus haut dans la hierarchie[réf. souhaitée] est souvent désigné sous le terme du Diable ou de Satan.

Le livre d'Hénoch, apocryphe du IIe siècle, introduit le concept des anges déchus[1] selon lequel les démons sont avant tout des esprits fait par Dieu pour être des anges, mais qui se sont détournés de leur Créateur.

Littérature[modifier | modifier le code]

Plusieurs occultistes, théologiens ou philosophes ont tenté de classifier les démons en plusieurs catégories. En conséquence, il s'est développé autour de ce thème, un sujet d'étude appelé démonologie.

Esprits décrits comme des démons dans le christianisme[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

  • Incube - décrit comme un type de démon vers la fin du XIVe siècle[17]
  • Ipos - décrit comme un démon dans le Pseudomonarchia Daemonum[7]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’invention du mythe des « anges rebelles », CG Dubois, L’Esprit du Temps, 2007/1 - no 19 - pages 31 à 50
  2. (en) Gustav Davidson, A Dictionary of Fallen Angels, Including the Fallen Angels, New York, NY, Macmillan, Inc., , 1re éd. (1re éd. 1967), 387 p., poche (ISBN 978-0-02-907052-9, LCCN 66019757, lire en ligne)
  3. « Les démonologues ont fait de lui un démon, avec la tête d'un roi des serpents pour pieds. » Jacques Auguste Simon Collin de Plancy, Dictionnaire Infernal, (lire en ligne), « Abracax or Abraxas »
  4. 2R 17,31
  5. a b c et d Jacques Auguste Simon Collin de Plancy, Dictionnaire infernal 1818
  6. Charles Nisard, Histoire des livres populaires (1854), p. 164
  7. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac et ad Johann Weyer, De praestigiis daemonum, « Pseudomonarchia daemonum » [1]
  8. a et b (en) S. L. MacGregor Mathers, A. Crowley, The Goetia: The Lesser Key of Solomon (Clavicula Salomonis Regis), édition en ligne (2002, sacred-texts.com).
  9. Apocalypse selon saint Jean 9,11
  10. Krista, Asmodeus, Deliriumsrealm.com, [2]
  11. Lv 16,7
  12. (en) Michael Routledge, The Troubadours : An Introduction, Simon Gaunt and Sarah Kay, Cambridge University Press, , p. 112
  13. Article Le Baphomet par Bernard Marillier (vérifié le 19 mars 2007)
  14. Deuxième épître aux Corinthiens 6:15
  15. Matthieu 10,25 et 12,24-27 ; Marc 3,22 ; Luc 11,15-19
  16. Jean-Pierre Dedieu (compte-rendu de « Henri Institoris et Jacques Sprenger, Le marteau des sorcières (Malleus Maleficarum) traduction d'Amand Danet, Grenoble, Jérôme Millon, 1990 » dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1991, vol. 46, no 6, p. 1294-1295.)
  17. Bloch et Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, 1932
  18. Livre d'Isaie XXXIV, v.14
  19. a et b Enochian.org, The Grand Grimoire
  20. Boudet 2003.
  21. Traité de l’Enfer, François Romaine, 1414
  22. (en) Moloch, Encyclopædia Britannica Online, (lire en ligne)
  23. Livre d'Énoch 6(:3-5)
  24. Ap 12,9
  25. Michel Collée : Coche-mare, dans Revue de la Société Internationale d'Histoire de la Psychiatrie et de la Psychanalyse – Frénésie no 3, 1987.
  26. « Le Titivillus », sur ac-reunion.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]