Auguste Cain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cain (homonymie).
Auguste Cain
Auguste Cain par Bonnat.jpg
Léon Bonnat, Portrait d'Auguste Cain (détail),
Avignon, musée du Petit Palais.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfants

Auguste Nicolas Cain, né le à Paris, ville où il est mort le , est un sculpteur animalier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé dans la boucherie familiale, Auguste Cain entre dans l'atelier d'Alexandre Guionnet puis devient l'élève de François Rude. Comme Antoine-Louis Barye quelques années plus tôt, il étudie l'anatomie animale en dessinant au jardin des plantes de Paris. Dans les années 1840 il propose des modèles d'orfèvrerie pour les frères Fannière, Rudolfi et la Maison Christophle.

Les premières œuvres[modifier | modifier le code]

Auguste Cain s'associe avec le sculpteur Pierre-Jules Mène dont il épousera la fille en 1852. Il commence à exposer au Salon en 1846 avec un groupe en cire Fauvettes défendant leur nid contre un loir, aujourd'hui disparu, mais qui fut fondu plus tard en bronze et présenté au Salon de 1855. Pendant les années 1840 et 1850, outre la sculpture de petites figures animales, Cain crée aussi des objets décoratifs à motifs animaliers, comme des boîtes d'allumettes, des gobelets ou des bougeoirs.

Auguste Cain fond lui-même ses œuvres et celles de son beau-père. Ses sujets représentent souvent les animaux dans leur contexte naturel, tant pour ses statuettes que pour les sculptures de plus grande taille.

Les commandes de sculptures monumentales[modifier | modifier le code]

À partir des années 1860, reconnu comme sculpteur animalier, Auguste Cain commence à recevoir des commandes officielles. Parmi elles, des sculptures monumentales encore en place dans les grands jardins parisiens. Les œuvres les plus connues d'Auguste Cain représentent de grands carnivores avec leur proie, parfois lors d'un combat, mais il a également modelé des animaux familiers, des bovidés, ou du grand gibier en les caractérisant, comme les lions des hôtels de ville d'Oran et les tigres de Poitiers. Ses œuvres sont réalistes avec un grand souci du détail.

Postérité[modifier | modifier le code]

Après sa mort, la fonderie fut fermée et les moules vendus à Ferdinand Barbedienne qui continua à effectuer des tirages au XXe siècle. Auguste Cain est le père du peintre et écrivain Georges Cain, et de l'homme de lettres et peintre Henri Cain.

Élèves[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
  • Oran, hôtel de ville : deux Lions de l'Atlas, 1889, bronze, Jaboeuf et Bezout fondeurs à Paris.
Aux États-Unis
  • Philadelphie : Lionne apportant à ses petits un jeune sanglier, 1880, bronze.
En France
  • Chantilly, château de Chantilly :
    • Lumineau et Séduisant, deux chiens de chasse, bronze ;
    • Fanfareau et Brillador, deux chiens de chasse, bronze ;
    • Deux Cerfs, bronze.
  • La Boissière-École , château de La Boissière : Lionne apportant à ses petits un jeune sanglier, 1880, bronze.
  • Nîmes : Bœuf, 1878, provient du jardin du Trocadéro de Paris.
  • Paris
    • hôtel de ville : deux Lion assis, bronze, Thiébaut fondeur, portail droit, au n°5. Les deux autres sont de Henri-Alfred Jacquemart.
    • jardin du Luxembourg : Le Lion de Nubie et sa proie, 1870, bronze, Thiébaut fondeur.
    • jardin des Tuileries :
      • Deux lionnes attaquant un taureau, 1882, bronze ;
      • Rhinocéros attaqué par deux tigres, 1882, bronze ;
      • Lion et lionne se disputant un sanglier, 1878, bronze ;
      • Tigre terrassant un crocodile, 1873 ou 1869, bronze, Thiébaut fondeur ;
      • Tigresse portant un paon à ses petits, 1873, bronze.
    • palais du Louvre : deux Lionnes du Sahara, 1867, bronze, Thiébaut fondeur, ornant la Porte des lions côté nord du pavillon de Flore, l'entrée du côté sud est flanquée par les deux Lions assis d'Antoine-Louis Barye.
  • Poitiers, hôtel de ville : Tigres du campanile.
En Suisse

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jane Tuner, The Grove Dictionnary of Art, Oxford University Press, 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]