Geneviève Bresc-Bautier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bautier.
Geneviève Bresc-Bautier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Conjoint
Autres informations
Distinctions

Geneviève Bresc-Bautier est une historienne de l'art née le dans le 3e arrondissement de Paris[1]. Conservateur du patrimoine, elle est spécialiste de la sculpture de l'époque moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle fréquente les lycées Victor-Hugo et Henri-IV à Paris[2] avant d'entrer, comme son père le médiéviste Robert-Henri Bautier, à l'École nationale des chartes, dont elle obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1971 avec une thèse intitulée Le Saint-Sépulcre de Jérusalem et l'Occident au Moyen Âge[3]. Elle est ensuite nommée élève de l'École française de Rome (en 3e année)[4]

Le 14 décembre 1972 elle épouse Henri Bresc[2].

Conservateur général en 2001[5], professeur à l'École du Louvre, elle est nommée directrice du département des sculptures du musée du Louvre le 1er novembre 2004[6]. Elle est remplacée son poste le 3 mars 2014 par Sophie Jugie[7].

En 2012, Geneviève Bresc-Bautier est commissaire-général de la première exposition temporaire du Louvre-Lens : Renaissance[B 1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Bresc-Bautier (dir.), Histoire du Louvre, trois volumes, Louvre éditions / Fayard, 2016.
  • Le Louvre avec Gérard Rondeau, Citadelles et Mazenod, 23 octobre 2013, 520p.
  • Les Tuileries au XVIIIe siècle, Béatrice de Andia, Geneviève Bresc-Bautier, Mathieu Couty et Emmanuel Jacquin, Action Artistique de la Ville de Paris, 1990
  • Mémoires du Louvre, coll. « Découvertes Gallimard / Culture et société » (no 60), Paris : Gallimard, 1989, réédition 2011

Distinctions[modifier | modifier le code]

Geneviève Bresc-Bautier a été nommée chevalier dans l'ordre national du Mérite en 2000[8], avant d'être promue au grade d'officier en 2011[9]. Elle a également été nommée chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur en 2007[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
Références bibliographiques
  1. a et b Grande Galerie no 22, p. 32

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]