Parcoursup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo de Parcoursup
Logo de Parcoursup.

Adresse parcoursup.fr
Description Dispositif en ligne d'orientation des bacheliers vers les différentes formations proposées au niveau supérieur
Slogan « Entrez dans l’enseignement supérieur »
Commercial Non Non
Publicité Non Non
Type de site Administration française
Langue Français
Nombre d'inscrits 650 946 (2019)
Siège social Paris, 1, rue Descartes
Drapeau de la France France
Propriétaire Gouvernement français
Directeur de la publication Brigitte Plateau
Créé par Ministère de l'Éducation nationale
Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
Lancement
État actuel Actif Actif

Parcoursup est une application web destinée à recueillir et gérer les vœux d'affectation des futurs étudiants de l'enseignement supérieur public français, mise en place par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation en 2018 dans le cadre de la loi orientation et réussite des étudiants. Elle remplace l'ancien système d'Admission Post-Bac (APB), qui avait été vivement critiqué en 2017.

Parcoursup devait permettre de mettre fin au tirage au sort et d'accompagner de façon plus individualisée les futurs étudiants dans leur projet d'orientation. Le système a pour principale nouveauté d'enregistrer les vœux motivés mais non hiérarchisés des candidats, qui doivent accepter ou décliner les propositions au fur et à mesure qu'elles leur sont faites tout au long de l'été.

Parcoursup est présenté comme un outil de responsabilisation des étudiants, mais a été critiqué pour sa lenteur, son caractère anxiogène et son opacité[1],[2]. Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur, a dressé un bilan positif de la première année de Parcoursup[3], tandis que le défenseur des droits exige davantage de transparence[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Changement du cadre légal en 2018[modifier | modifier le code]

Avant Parcoursup, les conditions d'accès en premier cycle universitaire étaient définies par la loi du 26 janvier 1984 sur l'enseignement supérieur selon laquelle « le premier cycle est ouvert à tous les titulaires du baccalauréat et à ceux qui ont obtenu l'équivalence ou la dispense de ce grade […]. Lorsque l'effectif des candidatures excède les capacités d'accueil, les inscriptions sont prononcées, par le recteur chancelier, en fonction du domicile, de la situation de famille du candidat et des préférences exprimées par celui-ci »[5].

Face à des candidatures de plus en plus nombreuses, le tirage au sort a été employé pour sélectionner les étudiants dans les filières « en tension », d’abord en catimini par le site Admission Post-Bac, puis légitimé par une circulaire de 2017 lorsque Najat Vallaud-Belkacem était ministre de l’Éducation nationale[6],[7]. Suite à des polémiques sur ces méthodes[8], le Président de la République Emmanuel Macron annonce une nouvelle procédure d'inscription dans le cadre du Plan Étudiants du Gouvernement Édouard Philippe à partir de . Cette réforme introduit des prérequis à l’entrée de l’université et de nouvelles règles de candidature à l’enseignement supérieur, les candidats enregistrant des vœux motivés, mais non hiérarchisés[2].

À compter de la loi du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants, lorsque l'effectif des candidatures excède les capacités d'accueil d’une formation, les inscriptions sont prononcées par le président ou le directeur de l’établissement dans la limite des capacités d’accueil, au regard de la cohérence entre, d’une part, le projet de formation du candidat, les acquis de sa formation et ses compétences et, d’autre part, les caractéristiques de la formation. L'inscription dans une formation du premier cycle dispensée par un établissement public est précédée d'une procédure nationale de pré-inscription qui permet aux candidats de bénéficier d'un dispositif d'information et d'orientation qui, dans le prolongement de celui proposé au cours de la scolarité du second degré, est mis en place par les établissements d'enseignement supérieur[9],[10].

La ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal porte le projet. Au sein de ce ministère il est créé, par arrêté du [11], un service à compétence nationale dénommé Parcoursup. Il est rattaché au sous-directeur de la vie étudiante et a pour mission de définir et d'appliquer les solutions techniques pour réaliser, exploiter et maintenir la plateforme.

Lancement du nouveau site[modifier | modifier le code]

Le nom Parcoursup a été choisi à l'issue d'un vote public, parmi 5 noms possibles : « Devenir étudiant », « Mes études post-bac », « Parcours étudiant », « Parcoursup » et « Réussir sup »[12].

Parcoursup reprend les briques logicielles du système précédent, APB[réf. nécessaire], créé par Bernard Koehret en 2002 pour l'admission en classes préparatoires, et qui avait été étendu, dans les années qui suivent, à toutes les formations universitaires à l'échelle nationale[13].

Pressé par une décision du Conseil d'État, le nouveau système est mis en place avant que les deux chambres aient débattu des nouvelles règles d'accès à l'enseignement supérieur[14]. Ne voulant pas créer de rupture dans l'affectation des lycéens, qui avait déjà été perturbée en 2017, et dans le but de garantir la rentrée universitaire 2018, le Conseil d'État rejette le recours de certains groupes parlementaires qui aurait impliqué la suspension du site[15].

Périmètre de la plateforme Parcoursup[modifier | modifier le code]

La plus grande part des formations universitaires de 1er cycle, publique comme privée, utilise Parcoursup pour recruter leurs nouveaux étudiants[16]. Cependant, certains établissements continuent d'organiser leur propre recrutement. C'est le cas pour certaines écoles privées ou de formations qui sont proposées par des « grands établissements ». Ainsi, l'Université Paris-Dauphine sélectionne-t-elle les candidats sur dossier, déposé sur une plateforme concurrente, « Boléro ». C'est également le cas pour les instituts d'études politiques qui recrutent leurs candidats sur concours, avec ou sans prise en compte du dossier scolaire.

Si le portail Parcoursup regroupe 13 000 formations de l'enseignement supérieur, il reste 9 000 formations qui ont leur propre système pour inscrire les bacheliers[17], dont les instituts de formation du secteur paramédical et social, des établissements qui préparent aux concours, des centres de formation d’apprentis, des écoles professionnelles, les instituts d’études politiques, l’université Paris-Dauphine, de nombreuses écoles de commerce et écoles d’art

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Version publique[modifier | modifier le code]

Les notes d'un futur étudiant peuvent être entrées dans Parcoursup par l'établissement d'origine ou par le candidat lui-même. Selon le ministère, « elles sont à prendre en compte de la même manière, les candidats ont signé une charte s'engageant à ne pas faire de faux »[18].

Les candidats peuvent déposer sur le site Parcoursup leurs vœux d'affectation dans 10 formations maximum (licence, DUT, BTS, PACES, CPGE, école d'ingénieurs). Ils ne peuvent le faire qu'après avoir créé un dossier sur la plateforme (identifiant, mot de passe), puis avoir saisi tous les renseignements demandés (biographiques, scolaires, CV, lettre de motivation, autre). Certaines inscriptions à des formations sélectives sont soumise au paiement de frais de gestion[19].

Sont acceptées les candidatures des futurs bacheliers du système français (élèves de terminale en France ou à l'étranger), ainsi que des étudiants de moins de 26 ans qui veulent se réorienter en redémarrant une formation en 1re année. Les étudiants étrangers qui doivent passer par « Études en France » ne peuvent y prétendre.

Pour les filières sélectives (médecine, classes prépa, école d'ingénieurs), la plateforme Parcoursup offre la possibilité de « vœux groupés » (limités à 20 au total et à 10 par formation): le vœu d'affectation dans une classe préparatoire MPSI par exemple (dans plusieurs lycées au choix) à Paris ou dans une autre ville ne compte que pour 1 vœu seulement.

Les candidats reçoivent une série de réponses qui prennent quatre formes possibles :

  • « oui » (candidature retenue),
  • « oui, si » (candidature retenue sous réserve d'une remise à niveau personnalisée et obligatoire),
  • « non » (candidature rejetée – uniquement pour les formations sélectives),
  • « sur liste d’attente » (en attendant qu’un autre candidat retenu se désiste).

Si le candidat a une seule proposition d’admission, il peut l'accepter ou y renoncer (mais sans garantie de recevoir une nouvelle proposition). Si le candidat a plusieurs propositions d’admission, il ne peut en accepter qu’une seule, les autres sont alors automatiquement supprimées. Dans tous les cas, les vœux en attente sont soit conservés soit supprimés[20]. Les délais de réponse (initialement J+7) sont réduits à J+2 en cours de processus[21]. La plateforme affiche pour chacun des vœux la position du candidat dans la liste d'attente et « pourcentage de candidats ayant accepté la proposition » (il s'agit du pourcentage de candidats qui ont accepté la formation soit définitivement soit en maintenant d'autres vœux en attente, qui ne préjuge donc pas du remplissage réel de la formation)[22]. Le Monde explique qu'il « n’est pas dans l’intérêt d’un candidat de renoncer à un ou des vœux qui l’intéresseraient vraiment »[23].

Version pour les établissements d'enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Les établissements d'enseignement supérieur définissent les caractéristiques pour chaque formation: « Informations générales », « Caractéristiques et Attendus », « Conditions d'inscription », « Recrutement », « Bulletins scolaires », « Pièces demandées », « Dossier » et valident le paramétrage.

Le dossier des candidats, y compris l'avis du conseil de classe du 2e trimestre (sous la forme d'une « fiche Avenir »[24]), est disponible aux évaluateurs dès la fin de la phase de confirmation des vœux (fin mars). La réponse des formations se fait sur le site, soit candidature par candidature, soit par l'importation de fichiers tabulés (csv).

Chaque établissement supérieur peut alors décider de la valeur qu'il donne à chaque élément du dossier de l'élève, soit en utilisant « l'outil d'aide à la décision » de Parcoursup[25], soit en recourant à un classement particulier. Les notes des classes de première et terminale, l'avis du conseil de classe, la lettre de motivation peuvent ainsi être affectés d'une note. Ainsi, il est possible de « transformer les appréciations du professeur principal et du chef d'établissement en une note de 0 à 20 et lui affecter un coefficient de pondération »[18],[26]. L'examen de chaque dossier aboutit à une note globale, de 0 à 20, qui doit atteindre la précision du millième[18].

Mi juillet 2018, dans une tentative de désengorgement du système, le ministère demande à toutes les universités parisiennes de faire du « surbooking » en acceptant plus de candidats que le nombre de places disponibles[27],[28],[29].

Algorithme et différences avec APB[modifier | modifier le code]

Parcoursup reprend la plupart des caractéristiques techniques de son prédécesseur APB, notamment le choix d'un nombre de vœux limités. Les candidats peuvent entrer 10 vœux contre 24 auparavant sur APB[30]. Parcoursup ne demande plus à ce que les candidats hiérarchisent leurs vœux, et offre la possibilité de faire des vœux groupés (médecine, classes prépa, école d'ingénieurs), le total ne devant pas dépasser 20 « sous-vœux ». L’algorithme de Parcoursup laisse place à une analyse des candidatures par les établissements demandés, en fonction des notes, de l'avis du conseil de classe de terminale, du CV, de la lettre de motivation et de toute autre pièce demandée[31]. Avec Parcoursup, même les candidats ayant une proposition d'affectation peuvent rester en attente d'une meilleure offre, alors qu'APB affectait automatiquement le candidat à son meilleur vœu.

La mise en place de la plateforme Parcoursup introduit un nouveau terme : les attendus. Il s'agit de l'ensemble des compétences qu'un élève doit posséder pour réussir dans une filière spécifique. Certaines filières universitaires attendent des compétences et connaissances précises qu'elles vérifient dans les dossiers de chaque candidat[31].

L'algorithme principal de la plateforme Parcoursup, qui attribue effectivement les places aux étudiants suivant les classements fournis par les universités, a été publié le [32]. L'alternance de propositions des formations et de réponses des candidats correspond à une implémentation « à la main » de l'algorithme de Gale-Shapley de sorte à optimiser le résultat pour les formations (tout comme le faisait APB)[33]. Les algorithmes locaux élaborés par les formations restent secrets[34],[3].

Les formations peuvent pratiquer une surréservation (ou overbooking) en modifiant le « rang du dernier candidat à appeler ». Accepter beaucoup plus de candidats qu'il n'existe de places permet de remplir la formation avec certitude, mais comporte le risque que le nombre définitif d'étudiants inscrits dépasse les capacités d'accueil de la formation[35],[36]. A l'inverse, limiter la surréservation fait prendre le risque d'accueillir moins d'étudiants que la formation n'aurait pu le faire. Le Ministère précise que « ce système garantit ainsi aux formations l’appel d’un nombre important de candidats en début de processus »[35]. Selon le vice-président de l'université de Nantes, « on ne peut pas prédire quel sera le comportement des lycéens sur Parcoursup »[37].

Nouveauté par rapport à APB, les rectorats fixent, pour chaque licence, un taux maximum de candidats extra-académiques qui varie de 1% à 70%[38]. La ministre Frédérique Vidal indique que « Contrairement à Parcoursup, APB n’autorisait pas le changement d’académie et les jeunes étudiant à Créteil étaient priés de rester à Créteil. Parcoursup autorise ce changement »[39]. Mais elle explique aussi qu'il s'agit d'y « aller doucement »: « un lycéen parisien ne doit pas être obligé d’aller étudier la physique-chimie à Aix-Marseille, parce que les universités parisiennes auraient pris les meilleurs bacheliers d’Aix-Marseille, de Strasbourg ou d’Ile-de-France »[40].

Le dispositif « Meilleurs bacheliers » 2018[41] permet aux lycéens qui ont obtenu le bac avec mention « et les meilleurs résultats dans chaque série ou spécialité du baccalauréat [dans chaque lycée et] dans la limite de 10 % » d’intégrer prioritairement certaines formations. Le nombre de places concernées n’est pas précisé[42]. Nouveauté en 2018: il faut que ces formations fassent partie des vœux initiaux et que le lycéen maintienne ce vœu en attente[43]. Cette dernière règle pourrait encourager certains lycéens à attendre les résultats du bac le 6 juillet avant de valider définitivement un vœu, ce qui ralentira le processus global d'affectation. Du temps d'APB, le dispositif équivalent « Bacheliers méritants » donnait lui une seconde chance à des lycéens qui n’avaient pas osé faire le choix initial de postuler dans des filières sélectives.

Parcoursup s'arrête du 18 au 26 juin 2018, pour laisser les lycéens se concentrer sur leurs épreuves[44]. La deuxième phase, du 27 juin au 21 septembre 2018, permet aux candidats (y compris ceux qui ne s'étaient pas encore inscrits sur Parcoursup) de formuler de nouveaux vœux dans des formations qui ont encore des places disponibles[45]. Les candidats restés encore en attente pour tous leurs vœux après les résultats du bac peuvent demander un accompagnement par la commission d’accès à l’enseignement supérieur de leur académie[42]. S'ils acceptent une proposition du recteur d’effectuer une mobilité géographique, ils peuvent espérer une aide financière à la mobilité[46].

Secret de l'algorithme de classement local[modifier | modifier le code]

Il a été annoncé à de multiples reprises que le code source du service Web serait rendu public. En mars 2018, le président de la République a annoncé son souhait de le publier[47]. La promesse avait été également faite sur le système antérieur, APB, par le précédent gouvernement, et n'avait pas été tenue[48]. Cependant, la liberté laissée à chaque établissement supérieur d'établir son propre système de classement des futurs étudiants[25] rend cette volonté de transparence « vaine », selon le quotidien Le Monde[26]. Un amendement déposé par le gouvernement lors du vote de la « loi pour l’orientation et la réussite des étudiants » autorise le secret des délibérations et donne « la possibilité aux établissements d’enseignement supérieur de ne pas dévoiler les algorithmes locaux mis au point pour assurer la cohérence entre le profil du candidat et les attendus de la formation demandée »[49]. Le Sénat propose le 12 mars 2018, en commission, de supprimer ce secret des délibérations[49],[50]. L'amendement est effectivement annulé le 21 mars[51]. La CNIL indique le 22 mars 2018 que « les établissements d'enseignement supérieur qui recourraient à un traitement algorithmique pour examiner les candidatures [...] devront également fournir l'ensemble des éléments permettant de comprendre [...] cet algorithme »[51]. Cependant, un amendement ajouté par la ministre de la Justice, le 11 avril, à la loi dédiée à la protection des données personnelles rétablit le principe du secret des délibérations[51]. D'après le sénateur Pierre Ouzoulias, ce secret est « une nécessité pour continuer de cacher les conséquences immédiates de [la] loi : le recours systématique au tirage au sort et à la sélection sociale »[52]. Les députés ont finalement voté en mai, contre l'avis du Sénat, la proposition du gouvernement de maintenir secret les algorithmes de classement utilisés par chaque université[53]. Seul l'algorithme permettant l'interclassement au niveau national est dévoilé[32],[34]. Selon l'avocat de l'association Droits des lycéens, cette situation constitue « un transfert de responsabilité, les établissements sont devenus les principaux acteurs de la sélection »[54]. Au moment du bilan de la première année, la ministre s'est opposée à la publication des algorithmes locaux[3].

Données factuelles[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de candidatures
Année Nombre de candidats inscrits Nombre définitif de candidats Nombre moyen de vœux
2018[55] 887 681 810 000 7,9
2019[56] 650 946 626 824 9,0

2018[modifier | modifier le code]

En 2018, le ministère révèle que 887 681 candidats se sont inscrits (dont 666 002 en terminale, 122 620 en réorientation, et 99 059 dans une autre situation [non scolarisés, inscrits à l’étranger…]), soit une hausse de 5% par rapport aux inscriptions de 2017 sur APB[57]. Le nombre de candidats ayant confirmé un ou plusieurs vœux s'élève à 810 000[58]. Le nombre moyen de vœux par candidat est de 7,9[57].

Évolution en fonction du temps du nombre de candidats sans affectation, en 2017 (bleu) et 2018 (rouge).

En 2018, une page web officielle[59],[60] publie chaque jour, du 23 mai au 14 juillet, les statistiques sur les affectations[61].

Le mardi , 393 000 élèves de terminale et étudiants en réorientation, soit 48 % des 812 000 candidats ayant validé des vœux sur la plate-forme, étaient en liste d’attente pour tous leurs vœux. Ils étaient 353 682 dans cette situation jeudi 24[62], et encore 338 551 le vendredi 25. Le lundi 28 mai était la date limite pour répondre aux premières propositions d’admission[63]. La lenteur de la procédure génère beaucoup de stress[64],[65],[2], à quelques jours des épreuves du bac.

Le Ministère espérait en mai 2018 que les deux tiers des candidats auraient au moins une réponse positive au début du baccalauréat le , et 80 % en juillet[61]. L'objectif est très modeste au regard des performances d'APB en 2017. En effet, le 8 juin 2017, à l'ouverture de la procédure APB, 156 000 candidats (19 %) étaient sans proposition ; la ministre Frédérique Vidal, scandalisée par ces chiffres, en avait fait une motivation de sa réforme de l’accès à l’enseignement supérieur[66], mais ce pourcentage n'était toujours pas atteint par Parcoursup le 18 juin 2018, au début des épreuves du bac, après plus de trois semaines de fonctionnement[66]. Frédérique Vidal se félicite alors qu'en 2018, au delà de ses attentes, « près de 80% des candidats ont reçu en moyenne trois propositions avant le bac alors que l’an dernier à la même époque, 80 % des candidats avaient reçu une proposition seulement »[67], mais Les décodeurs expliquent que les modalités ayant changé, cette différence ne dit rien sur la satisfaction des candidats, et que 18 600 élèves de plus que l'année précédente passent leur bac sans avoir de proposition d’orientation[68].

Début juillet 2018, Mme Vidal espère qu'il y aura « moins de lycéens sans affectation en septembre prochain que lors de la rentrée précédente »[40], et estime que « les choses continuent de progresser de façon satisfaisante »[69].

Le 15 juillet, un tiers des candidats sont encore dans l'incertitude, n'ayant pas encore reçu de proposition ou n'ayant pas validé définitivement la proposition qui leur est faite, dans l'attente d'une affectation plus conforme à leurs vœux[70]. L'extrême lenteur du processus inquiète les usagers, les étudiants comme les responsables de filières[69],[71],[72].

Fin juillet, 71 200 n’ont encore obtenu aucune réponse favorable (soit plusieurs milliers de plus que sur APB à la même période en 2017)[29]. Mais à partir du 23 juillet, l'affichage du tableau de bord quotidien change: sont désormais déduits 53 700 candidats « inactifs » qui ne répondent pas aux sollicitations du ministère[73],[74],[75],[76]; Le Monde considère que cela inclut « très vraisemblablement les candidats en attente d’une proposition qui n’ont pas demandé l’aide du rectorat et ne sont pas passés à la phase complémentaire »[73]. Pour Libération, « Il n’est pas possible de savoir [si ces inactifs] ont trouvé une place dans une formation en dehors du circuit Parcoursup, ou bien s’ils se retrouvent vraiment sans aucune affectation, ni autre projet à la rentrée »[75]. Grâce à cette opération, que Le Monde qualifie de « tour de passe-passe »[73] et l'UNEF de « communication gouvernementale »[77], le nombre de candidats « qui souhaitent encore s’inscrire dans l’enseignement supérieur via Parcoursup, accompagnés par les rectorats ou sur la phase complémentaire », tombe à 18 390 le 23 juillet[78], puis décroît lentement (15 443 le 22 août)[59].

Un mois avant la rentrée, la moitié des futurs étudiants n'ont toujours pas validé définitivement leur orientation (ils peuvent maintenir leur liste d'attente jusqu'au 5 septembre), et le nombre d'étudiant dans chaque formation est encore inconnu[79]; l'organisation de la rentrée tourne au casse-tête[80], pour les établissements comme pour les futurs étudiants[81]. Jérôme Treillard, chef de projet Parcoursup, comprend « que ça puisse être stressant de pas savoir le 7 août où on sera à la rentrée, mais cette situation existait déjà avec APB[82] ».

Avancer du 5 septembre au 27 août la date limite des inscriptions dans les formations sélectives a permis d'accélérer la validation définitive des vœux concernant les admissions en BTS, DUT et classes préparatoires[71].

Frédérique Vidal explique sur France Culture le 30 août, après une rencontre avec les présidents d’Université, que la mise en place de la rentrée se fait sans difficulté particulière. Elle ne veut pas rentrer « dans un débat de chiffres (…) que chacun additionne comme il le souhaite », mais annonce que « fin juillet, la plateforme parcoursup avait permis à 60 000 jeunes de plus de recevoir une proposition acceptée par eux; l’immense majorité des jeunes ont eu avant le départ en congés du mois d’août leur proposition et leur affectation », et que donc « la plateforme a rempli son rôle ». Elle annonce qu’un comité scientifique et étique qu’elle a nommé fera le bilan réel et que « s’il y a des choses à améliorer elles seront améliorées »[83].

Le ministère cesse de publier les chiffres le 5 septembre; à cette date, 7 745 personnes (dont 3 674 lycéens) sont considérées comme en recherche d’une place, et 39 513 sont inactifs[84]. Le 6 septembre, la ministre annonce qu'il n'y a plus que 3 000 bacheliers sans affectation en fin de phase principale, et encore 127 000 places disponibles en phase complémentaire jusqu'au 21 septembre[85]. (Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, évoque lui 100 000 places disponibles[86].) De nombreuses filières sont concernées par ces places vacantes, y compris, de façon inédite[2], des classes préparatoires aux grandes écoles et des licences habituellement « en tension » comme en Paces ou en Staps[87]. L'hebdomadaire Marianne fait un autre décompte, en notant que si l'on ajoute les étudiants en réorientation, ceux qui attendent qu'une place se libère, ceux qui ont accepté une proposition d'affectation tout en la mettant en attente, 119 062 jeunes au total ne savent pas encore à cette même date où ils étudieront à la rentrée[88].

D'après la ministre, seulement 955 bacheliers étaient sans affectation en fin de procédure[3].

2019[modifier | modifier le code]

Le 19 juillet 2019, en fin de première phase, 60 000 candidats étaient toujours en attente de places; d'après la ministre, « 88,6 % des candidats lycéens ont eu une proposition, on était à 83 % l’an dernier », mais la comparaison est difficile parce que le ministère a choisi de changer les indicateurs qu'il communique[89]: on ne sait rien en 2019 des 110 000 candidats en reprise d’études, ni sur la proportion de candidats ayant reçu une proposition de formation tout en maintenant d’autres vœux pour lesquels ils sont sur liste d’attente, ce qui donnait une information sur la satisfaction des candidats[90].

Critiques[modifier | modifier le code]

Fin de la hiérarchisation des vœux[modifier | modifier le code]

Lors de la phase finale d'affectation basée sur les réponses des établissements aux choix de chaque candidat, la suppression de l'ordre des vœux — et donc la fin de leur hiérarchisation par le candidat — fait perdre totalement le bénéfice de la rapidité de l'algorithme informatique de résolution du problème dit « des mariages stables », selon le créateur de l'algorithme APB [91]. La ministre Frédérique Vidal défend cet aspect de la réforme, en expliquant que « hiérarchiser les vœux reviendrait à nouveau à réduire la capacité de décision du lycéen »[69], et rappelle que son objectif est que chaque étudiant ait l'un de ses vœux exaucés[92], l’important étant que « le choix [de sa formation] soit donné aux futurs étudiants »[83].

De plus, l'abandon de cet algorithme risque de conduire à des situations d'interblocage : lorsque deux candidats, ou plus, préfèrent mutuellement l'affectation de l'autre, il n'existe plus aucun moyen d'échanger leur affectation, ce qui mène à une diminution du niveau de satisfaction des candidats[93]. Alors que la qualité de l'affectation du point de vue de l'étudiant était mesurée avec APB par exemple par la proportion de vœux 1 satisfaits, Parcoursup, qui ne demande pas de classement des vœux, ne permet ni d'optimiser ni de mesurer la satisfaction de l'étudiant[94],[66],[69].

Cet algorithme à acceptation différée a été adopté en dépit de l'expérience acquise à l'étranger[95]; pour le reste (importance des notes au bac, épreuves, lettres de motivation etc), les critères Parcoursup d'accès à l’université se rapprochent des pratiques en vigueur dans les autres pays[96].

D'après une information publiée sur Le Parisien début août 2018, la conférence des présidents d'université, qui soutenait pourtant la réforme de l’orientation, voudrait demander un remaniement en profondeur de la procédure, en particulier le retour de la hiérarchisation des souhaits[97]. Alain Joyeux, président de l’Association des professeurs des classes préparatoires économiques et commerciales, estime que la priorité sera d'accélérer la procédure, éventuellement grâce à un classement des vœux dès le deuxième tour[72].

En septembre, la ministre Frédérique Vidal exclut encore le retour à la hiérarchisation a priori des voeux, tout en indiquant réfléchir à une hiérarchisation a posteriori. Il pourrait s'agir soit de permettre le classement des réponses en liste d'attente, soit des voeux en phase complémentaire[98],[99],[2]. Au moment du bilan, elle évoque un ajustement futur donnant la possibilité aux candidats « de définir par avance la réponse qu’ils apporteront aux différentes propositions qui leur sont faites »[3].

Opacité des algorithmes locaux[modifier | modifier le code]

Parcoursup déroge à loi pour une République numérique et fait prendre le risque de nombreux recours en vertu du règlement général sur la protection des données personnelles[53]. Julien Gossa[100],[93],[101] explique à l'antenne de France Culture[16] qu'en application de la loi informatique et liberté chaque candidat devrait pouvoir « demander comment a été triée sa candidature en obtenant la totalité des critères ». L’association Droits des lycéens[102] a demandé dans un communiqué le 16 juin 2018 la transparence totale : « Pourquoi cacher les algorithmes locaux s’il n’y a rien à cacher ? »[44]. Plusieurs syndicats du monde éducatif saisissent le défenseur des droits pour demander notamment la publication des algorithmes locaux[103] ; il répond début 2019 en exigeant la transparence complète du processus de tri[4]. Au contraire, la ministre estime en juillet 2018 qu'il « n’y a pas de sujet. Ce que me disent les établissements, c’est qu’ils ont travaillé sur la base de fichiers Excel et des jurys d’admission et je les crois »[78]. En février 2019, le tribunal administratif de Guadeloupe enjoint à l'université des Antilles de publier ses algorithmes locaux. Selon le tribunal, la publication des algorithmes « ne porte pas atteinte au secret des délibérations »[104].

A partir de mars 2018, plusieurs universitaires critiquent la grande complexité du classement des vœux des lycéens ou refusent de participer à ce classement[105],[106], notamment en raison de la surcharge de travail que constitue l'examen de très nombreux dossiers dans un temps très contraint[18],[107],[108]. Un opposant considère que pour ceux des candidats qui doivent être départagés par les commissions de sélection, l’écart entre les moyennes est tellement faible que leur classement est « essentiellement dû au hasard, donc s’apparente à du tirage au sort » du fait des erreurs de notation pouvant être attribuées aux professeurs de lycée[100]. À la marge, et pour déterminer un classement de candidatures jugées trop similaires, certaines commissions ont pu recourir à une procédure de tirage au sort[109].

La ministre Frédérique Vidal « comprend l’inquiétude des enseignants qui doivent classer les candidats » et explique que ce surcroît de travail est « possible à condition [qu’il soit] reconnu et mieux rémunéré » ; elle indique « avoir transféré 8 millions d’euros spécifiquement dédiés à ce nouveau processus d’accueil et d’accompagnement des bacheliers » [92]. Selon elle, l’urgence était de supprimer le tirage au sort tel qu'il avait été mis en oeuvre en 2017, qu'elle estime être « la négation même d’une logique de progrès et de réussite individuelle et c’est un non-sens social »[110] ; pour cela, elle a ouvert 19 000 places dans les filières en tension[111].

Pondération des notes par filières ou par lycée, quotas académiques, risque de discrimination[modifier | modifier le code]

Chaque établissement supérieur peut pondérer les notes obtenues par les élèves selon les matières, mais également selon la filière suivie par l'élève. Ainsi, selon l'Observatoire de la sélection universitaire, « un 15 en mathématiques en série scientifique vaudra sans doute plus qu’un 15 en série technologique »[26].

Si « l’outil de classement proposé aux universités ne [...] permet pas directement » la pondération des notes selon le lycée d'origine[26], cette opération est possible en exportant les données des candidatures. Cette pondération est facilitée par la présence d'un « code établissement », unique par lycée, et identique à celui utilisé dans les indicateurs de résultats des lycées publiés par le ministère de l'éducation nationale[112]. L'université de Paris-V Descartes pondère les notes des élèves en fonction du lycée d’origine [113]. Certaines commissions universitaires ont donc pu favoriser les lycéens venant d'établissements qui ont régulièrement de bons résultats au baccalauréat[114]. Un autre exemple concerne la prise en compte du lycée d'origine qui peut insidieusement conduire à favoriser les candidats issus de l'enseignement secondaire privé[101]. Dans une tribune publiée par le quotidien Libération le 25 mai 2018, près de 900 universitaires estiment que la philosophie de Parcoursup est « celle de la concurrence généralisée, entre les élèves d’abord, entre les établissements ensuite, au moyen d’une sélection qui ne dit pas son nom »[115]. L'organisation lycéenne Union nationale lycéenne syndicale et démocratique qualifie Parcoursup de « triage social »[116]. Les syndicats d'enseignants jugent la plateforme « discriminatoire » envers les élèves des quartiers populaires[117]. Pour le sociologue Pierre Merle, utiliser un classement des établissements pour pondérer les notes des candidats est aberrant et bafoue le principe de l’égalité de traitement[118]. Le ministère dément, en affirmant que les candidats sont traités à égalité[119],[120].

Les quotas inter/extra académiques sont aussi à l’origine d’accusations de discrimination[38]. A l'Université Paris-Diderot, Parcoursup n’autorise la sélection que de 3 % de bacheliers non parisiens en 2018, alors qu'ils étaient 40 % à venir de banlieue ou de province en 2017[121],[113]. Cette exclusion des lycéens de banlieue se produit principalement en Île de France[122]. La ministre Frédérique Vidal rejette cette accusation, qu'elle qualifie de « légende urbaine »[3] ; selon elle, « contrairement à Parcoursup, APB n’autorisait pas le changement d’académie et les jeunes étudiant à Créteil étaient priés de rester à Créteil. Parcoursup autorise ce changement »[38].

Sélection des étudiants, biais sociologiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs acteurs de l'éducation reprochent à Parcoursup un traitement déloyal des élèves. Pour l'universitaire Gilles Dorronsoro, Parcoursup « renforce la capacité des établissements à opérer une sélection sociale des étudiants »[123]. La sociologue Agnès van Zanten explique que le système « bénéficie aux catégories socio-professionnelles au capital culturel élevé, bonnes connaisseuses des rouages du milieu scolaire », la complexité de Parcoursup « renfor[çant] des inégalités sociales déjà bien ancrées »[124].

Dans une tribune parue dans L'Obs, « Derrière l’algorithme de Parcoursup, un choix idéologique »[125], le spécialiste en intelligence artificielle Hugues Bersini insiste sur la nécessité d'expliciter le contenu idéologique d'algorithmes tels Parcoursup, idéologie souvent négligée au profit juste d'une certaine efficacité. Or, cet algorithme est selon lui le reflet d'une sélection universitaire très méritocratique, à la différence du tirage au sort qui, plus garant d'une certaine équité, permet de rebattre les cartes à l'entrée des facultés. Cette analyse a été commentée par Alvin Roth lui-même, prix Nobel d'économie, notamment pour ses travaux de recherche sur l'algorithme de Gale-Shapley, et qui reconnait les dérives inégalitaires d'un tel algorithme, lorsque les facultés sont l'objet d'une hiérarchisation acceptée comme telle par tous les étudiants, et les étudiants l'objet d'une hiérarchisation toute autant acceptée par les facultés. L'appariement le plus stable s'avère celui qui tout simplement affecte les meilleurs étudiants dans les meilleurs universités (« A cri de cœur against assortative matching for French college admissions »)[126].

Par exemple, l'obligation de rédiger une lettre de motivation induit un biais lorsqu'on considère que les parents sont plus enclins à aider leurs enfants dans les familles aisées, ou lorsque « des entreprises de coaching proposent déjà de les écrire contre rémunération »[107]. Des cabinets privés de coaching et de conseil en orientation se développent pour accompagner les candidats (naviguer dans la procédure complexe, rédiger leur lettre de motivation à leur place). Ce système, qui aggrave les inégalités sociales, pallie le nombre très faible de conseillers d'orientation dans les lycées (il y a un conseiller pour 1 500 élèves)[127].

Six présidents d'universités estiment dans une tribune publiée le 18 avril 2018 que la loi ORE, et notamment l'outil Parcoursup, « propose de vraies avancées pour accompagner la diversité des publics et leur permettre une meilleure intégration dans les cursus de formation supérieure, [mais] instaure également, par le tri des lycéens, des modalités permettant la sélection des étudiants en fonction de leur profil académique »[128].

Certains professeurs de lycée choisissent en 2018 de valider systématiquement, à l'appel de la consigne du syndicat SNES-FSU, l'ensemble des vœux des élèves, et indiquent : « nous refusons de devenir les censeurs des choix d’orientation des élèves et de participer à la sélection pour le supérieur »[129],[130].

Le vice-président de la FCPE, fédération de parents d'élèves, estime le 23 mai 2018 que Parcoursup est anxiogène en raison du nombre élevé d'élèves qui ne reçoivent pas d'affectation à cette date, alors qu'ils préparent l'examen du baccalauréat, et qu'il favorise une méritocratie[131],[132]. De nombreux élèves déçus par leur rang de classement partagent leur expérience sur les réseaux sociaux sous le néologisme ParcourSupercherie[133],[134]. Dans Le Monde, la pédopsychiatre Catherine Jousselme explique que le stress ne devrait pas faire partie de l'orientation[135].

Problèmes techniques et anomalies[modifier | modifier le code]

2018[modifier | modifier le code]

Le 22 mai, à la suite de l'afflux de nombreux étudiants sur la plate-forme Parcoursup, le site a été saturé et les étudiants ont été redirigés vers des sites de débordement sur lesquels ils pouvaient consulter les réponses à leurs vœux mais ne pouvaient pas accepter ou décliner ceux-ci[136],[137].

Selon le quotidien Libération, une anomalie de prise en compte de la fiche avenir pénalise des lycéens étudiant en section internationale[138].

La consultation et la validation des vœux sur l'application mobile (téléphone portable et tablette) sont susceptibles d'entraîner des erreurs[139]. L'Académie de Versailles, contactée par Marianne, précise qu'il « ne faut surtout pas valider les vœux sur l'application mobile[140] ».

2019[modifier | modifier le code]

En mai 2019 un bug se produit et entraine l'envoi par erreur de réponses favorables à des vœux d’études. Quelque 67.000 inscrits sont ensuite rétrogradés sur liste d’attente après avoir reçu un premier message affirmant qu’ils étaient admis dans une des formations de leur choix[141],[142].

Bilan officiel de l'année 2018[modifier | modifier le code]

Selon le gouvernement, toutes phases confondues, 94,5 % des bacheliers 2018 ayant formulé au moins un vœu (soit 539 761 personnes) ont reçu une proposition de formation et 79 % l’ont acceptée, un résultat « équivalent à celui observé sur APB l’an dernier ». En l'absence de classement des vœux, il n'est plus possible de savoir dans quelle mesure la proposition qu’ils ont acceptée les satisfait. 15,5 % des bacheliers (et 24 % des bacheliers professionnels) ont quitté la procédure alors qu’ils avaient obtenu une proposition. 2,3 % des candidats ont démissionné sans aucune proposition (ils étaient 0,9 % en 2017). Les résultats des vœux formulés par les étudiants en réorientation ne sont pas divulgués[143].

Fin septembre 2018, la ministre Frédérique Vidal décrit cette première année comme « une vraie réussite » et un « progrès significatif » par rapport à APB, et annonce pour 2019 un retour à un calendrier resserré, similaire à celui d’APB (phase terminale terminée vers le 20 juillet). Le rétablissement de la hiérarchisation des vœux a priori est à nouveau écartée par la ministre, mais elle évoque un système qui permettrait de « définir par avance la réponse [que les candidats] apporteront aux différentes propositions qui leur seront faites ». La ministre s'oppose à nouveau à la publication des algorithmes locaux utilisés par chaque établissement et écarte les accusations de discriminations[3],[144],[145].

Contestation fin 2018[modifier | modifier le code]

Le site rouvre le 20 décembre 2018 pour la campagne 2019[146],[147], mais la plate-forme et la loi ORE sont à nouveau contestées par les lycéens qui bloquent des établissements début décembre[148],[149],[150],[151],[152]. La méthode du gouvernement consiste à éviter le dialogue avec les lycéens[153]. En réaction aux débordements d'une manifestation de lycéens à Mantes-la-Jolie, des policiers procèdent à une arrestation massive dont la vidéo est diffusée et fait scandale; on y voit des dizaines de jeunes alignés et agenouillés, les mains derrière la tête, on entend un policier ironiser[154],[155]. C'est la première fois qu'une vidéo de violences policières est diffusée par la police[156]. Le défenseur des droits ouvre une enquête[157]. Christophe Castaner insiste sur le contexte de violences urbaines qui a motivé l'arrestation[158].

Évolution en 2019[modifier | modifier le code]

Le dispositif 2019[159],[160] prévoit un calendrier resserré et des délais de réponse des candidats plus courts, ainsi qu'un processus d'accompagnement des candidats qui devront le 25 juin, le 6 juillet et le 19 juillet répondre à une demande de bilan et éventuellement solliciter un entretien avec des personnels qui pourront les conseiller[161]. Les candidats 2019 connaitront le rang du dernier appelé en 2018 pour chacune des formations[162]. La ministre annonce aussi la fin de la sectorisation académique en Ile-de-France[163]. Une inquiétude émerge en ce qui concerne l'influence sur l'orientation des spécialités choisies dès la première, pour les élèves qui passeront le nouveau bac en 2021[164]; le gouvernement insiste sur le fait que les choix de spécialités ne seront pas décisifs, ce qu'un universitaire qualifie dans Le Monde d'hypocrisie, tout en reconnaissant que le fonctionnement antérieur n’était pas très différent[164].

Le Défenseur des droits répond début 2019 à une série de réclamations[103],[165] portant sur la non-divulgation en 2018 des algorithmes locaux et le caractère potentiellement discriminatoire de certains critères utilisés. Il demande au gouvernement de « rendre publiques toutes les informations relatives au traitement, y compris algorithmique, et à l’évaluation des dossiers des candidats par les commissions locales des établissements », s'oppose à l'utilisation du lycée d'origine comme critère de classement et encourage la mobilité des étudiants tout en proposant d'éviter la fuite des meilleurs bacheliers vers les universités parisiennes en instituant des taux minimums de boursiers à l’entrée de chaque formation[4].

Le ministère de l’enseignement supérieur ajoute en mars un processus d'anonymisation de certaines données : le prénom, le nom, l’adresse et l’âge des candidats à l’enseignement supérieur n’apparaîtront plus sur Parcoursup lors de l'examen de leurs dossiers par les responsables de formations. Le lycée d'origine du candidat reste, lui, accessible, ce qui pourrait « ouvrir le sensible débat des inégalités de niveau entre lycées, réelles ou supposées »[166].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Du tirage au sort… au mérite, l’année où Parcoursup a remplacé APB », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d et e « Parcoursup : retour sur une réforme explosive », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d e f et g « Parcoursup : le gouvernement fait son bilan et annonce des « ajustements » en 2019 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2018)
  4. a b et c « Parcoursup : le Défenseur des droits demande plus de transparence », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 21 janvier 2019)
  5. Article 14 de la loi du 26 janvier 1984 sur l'enseignement supérieur, devenu article L612-3 du code de l’Éducation
  6. Charlotte Belaich, « Tirage au sort à l'université : c'est complètement flou », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. « Circulaire no 2017-077 du 24 avril 2017 relatives aux procédures d'admission ». Cette circulaire sera annulée par le Conseil d'État par sa « décision du 22 décembre 2017 »
  8. « Admission post-bac : 6 000 étudiants attendent toujours une place à l'université », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2018)
  9. Article L612-3 du code de l’Éducation, dans sa rédaction résultant de la loi no 2018-166 du 8 mars 2018 relative à l'orientation et à la réussite des étudiants, articles D612-1 et suivants du code de l’Éducation
  10. Arrêté du 28 mars 2018 autorisant la mise en œuvre d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Parcoursup »
  11. Arrêté du 19 juin 2018 relatif à la création du service à compétence nationale dénommé « Parcoursup »
  12. « Quel nom pour le successeur d’« APB » ? », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018)
  13. François Jarraud, « Bernard Koehret : "Suivez vos élèves sur APB" », sur Le Café pédagogique, (consulté le 16 novembre 2017).
  14. Séverin Graveleau, « La réforme de l’accès à l’université arrive sur les bancs du Sénat », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Le Point, magazine, « Parcoursup: le Conseil d'Etat rejette les demandes de suspension de la plateforme », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)
  16. a et b « Parcoursup : l'entrée des universités dans le marché de l'enseignement supérieur ? », France Culture,‎ (écouter en ligne)
  17. « Les formations hors Parcoursup jouent la montre pour intégrer le portail », sur letudiant.fr,
  18. a b c et d Marie-Christine Corbier, « Parcoursup : un outil pour classer les dossiers des lycéens - Les Echos », sur www.lesechos.fr, (consulté le 31 mars 2018)
  19. « Parcoursup : 10 infos à lire avant de vous inscrire », L'étudiant,‎ (lire en ligne)
  20. « Parcoursup - Comment ça marche ? », sur www.parcoursup.fr (consulté le 13 juillet 2018)
  21. « Parcoursup : « Pour que chacun trouve sa place, les délais de réponse se réduisent » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  22. « L'encadré jaune de Parcoursup, nouvelle angoisse des bacheliers », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  23. Guillaume Ouattara, « Parcoursup 2018 : l’affichage du taux de remplissage inquiète les candidats », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  24. « Fiche Avenir », sur Educsol (consulté le 8 janvier 2018)
  25. a et b « Les enseignants décryptent l'algorithme "ubuesque" de Parcoursup », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2018)
  26. a b c et d Séverin Graveleau, « Parcoursup : comment les universités vont-elles classer les candidats ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  27. « Parcoursup : les petites manœuvres du ministère pour faire baisser le nombre de cas en attente », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2018)
  28. « Parcoursup : est-il vrai que le ministère a demandé aux établissements de pratiquer une surréservation de 10 % ? », Libération (checknews),‎ (lire en ligne)
  29. a et b « Parcoursup : avant la trêve estivale, un quart des candidats n’est pas encore fixé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  30. Capucine Gilbert, « Parcoursup. Les lycéens peuvent désormais entrer leurs dix vœux », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  31. a et b Laura Taillandier, « Parcoursup : ce que les universités vont regarder dans votre dossier », L'Étudiant,‎ (lire en ligne)
  32. a et b « Parcoursup / algorithmes-de-parcoursup », sur Framagit (consulté le 22 mai 2018)
  33. « ADMISSION POST-BAC ET ACCÈS À L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR: Un dispositif contesté à réformer » [PDF], sur Cours des Comptes,  : « Dans le cas d’APB, les formations tiennent la place des « hommes » et les candidats celles des « femmes ». On définit donc APB comme un algorithme d’acceptation différée avec préférence établissement, et non avec préférence élève (p.118). »
  34. a et b « Le ministère de l’enseignement supérieur dévoile l’algorithme principal de Parcoursup », Le Monde,‎ 2018-22-05 (lire en ligne)
  35. a et b Guillaume Ouattara, « Parcoursup : gare à l’« overbooking » des formations sélectives », L'ingénu-ingénieur,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  36. Denis Peiron, « Six questions sur Parcoursup », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 17 avril 2018)
  37. Laura Taillandier, « Parcoursup : à l'université de Nantes, devant le refus de trier les dossiers, la présidence riposte », EducPros par l'Etudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2018)
  38. a b et c « Les quotas géographiques dans Parcoursup nourrissent les craintes de discriminations », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  39. « Parcoursup : "73,5% des candidats ont eu une proposition", annonce Frédérique Vidal », sur LCI, LCI,
  40. a et b « Frédérique Vidal annonce « la création de 10 000 places supplémentaires dans les universités » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  41. Décret n° 2018-563 du 29 juin 2018 relatif aux modalités d'accès prioritaire dans les formations initiales de l'enseignement supérieur public des meilleurs bacheliers dans chaque série et spécialité de l'examen et modifiant le code de l'éducation
  42. a et b « Parcoursup 2018 : sans affectation, plus de 10 000 candidats ont saisi leur recteur d’académie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  43. « « Meilleurs bacheliers », un dispositif « coupe-file » pour Parcoursup », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  44. a et b « « Cette année, c’est pas le bac qu’on passe, c’est Parcoursup » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  45. « Parcoursup 2018 : reprise des réponses mardi et début de la procédure complémentaire, mardi », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  46. « Parcoursup 2018 : une aide à la mobilité pour « environ 10 000 jeunes » », Le Monde,‎ (www.lemonde.fr/campus/article/2018/07/16/parcoursup-une-aide-a-la-mobilite-pour-environ-10-000-jeunes_5332047_4401467.html)
  47. « Parcoursup : Macron souhaite la publication de l'algorithme », sur www.europe1.fr (consulté le 30 mars 2018)
  48. Thomas Piketty, « Parcoursup : peut mieux faire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  49. a et b Soazig Le Nevé, « Parcoursup : le Sénat exige des décisions d’orientation plus transparentes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  50. Natacha Lefauconnier et Laura Taillandier, « Parcoursup : des algorithmes locaux pour remettre de l'ordre », EducPros par l'Etudiant,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018)
  51. a b et c Jérôme Canard, « Pièges et cachotteries du logiciel d'accès aux facs », Le Canard enchaîné,‎ , p. 3
  52. Pierre Ouzoulias, « Le gouvernement doit accepter de publier les algorithmes locaux », EducPros,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  53. a et b « Parcoursup : le « secret des délibérations » sera maintenu », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  54. Séverin Graveleau, « Parcoursup : des algorithmes qui « manquent de transparence » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  55. ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr, « Parcoursup : bilan des inscriptions au 13 mars - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 23 mars 2018)
  56. « Parcoursup : les vœux d'orientation des lycéens pour la rentrée 2019 », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le 4 mai 2019)
  57. a et b ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr, « Parcoursup : bilan des inscriptions au 13 mars - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 15 mars 2018)
  58. Adrien Tricornot, « Parcoursup : 810 000 candidats ont validé des vœux d’études supérieures pour la rentrée 2018 », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  59. a et b « Tableaux de bord des indicateurs de Parcoursup », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le 15 mai 2019)
  60. (en) « Wayback Machine http://parcoursup.fr/pdf/Indicateurs_publics.pdf », sur web.archive.org (consulté le 28 mai 2018)
  61. a et b « Résultats de Parcoursup : la moitié des 812 000 candidats en attente », sur Le Monde.fr (consulté le 23 mai 2018)
  62. « Parcoursup : 44 % des candidats sont « en attente » ou refusés partout, contre 48 % mardi », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  63. « Parcoursup 2018 : ce qu’il faut faire (ou pas) avant l’expiration du premier délai de réponse, lundi soir », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  64. « « Parcoursup laisse les élèves mijoter, vérifier, espérer » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  65. « Parcoursup : pourquoi un tel choc ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  66. a b et c « Parcoursup : à l’approche du bac, davantage de candidats en attente que l’an dernier », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  67. « Parcoursup: « Près de 80% des candidats ont reçu en moyenne trois propositions avant le bac», assure Frédérique Vidal », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  68. « Parcoursup plus efficace qu’APB ? La comparaison bancale de la ministre Frédérique Vidal », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  69. a b c et d « L’extrême lenteur de Parcoursup inquiète établissements et futurs étudiants », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  70. « Parcoursup : en attendant une réponse… », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  71. a et b « Filières sélectives sur Parcoursup : les craintes d’une rentrée décalée s’estompent », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  72. a et b Olivier Rollot, interview d'Alain Joyeux, « « Il faut absolument fluidifier Parcoursup » », Il y a une vie après le bac !,‎ (lire en ligne)
  73. a b et c « Sur Parcoursup, près de 70 000 candidats encore sans proposition », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  74. « Parcoursup, une nouvelle façon de présenter les choses... », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2018)
  75. a et b « Pourquoi le 30 juillet seuls 17 000 candidats étaient sans affectation sur Parcoursup contre 66 000, le 9 août ? », Libération (checknews),‎ (lire en ligne, consulté le 14 août 2018)
  76. « Parcoursup: le gouvernement a-t-il faussé le décompte? », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2018)
  77. « Parcoursup : le gouvernement au pied du mur à l’approche de la rentrée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 septembre 2018)
  78. a et b « Parcoursup : 17.000 candidats attendent toujours une affectation », Le Figaro Etudiant,‎ (lire en ligne)
  79. « A un mois de la rentrée, les facs et prépas désemparées », France Inter,‎ (écouter en ligne)
  80. « Parcoursup : les vrais chiffres des étudiants toujours sur le carreau fin août », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2018)
  81. « Parcoursup : la recherche d'un logement ou l'autre galère des étudiants "en attente" », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2018)
  82. « Parcoursup: «Je suis désespéré»... L'angoisse des milliers de jeunes (et leurs parents) en attente d'une réponse », sur www.20minutes.fr (consulté le 8 août 2018)
  83. a et b « Frédérique Vidal : "L'immense majorité des jeunes a reçu une proposition d'affectation sur Parcoursup au cours de l'été" », France Culture,‎ (écouter en ligne)
  84. Romain Baheux, « Parcoursup : pourquoi le ministère ne donne plus les chiffres », Le Parisien,‎ (www.leparisien.fr/amp/societe/parcoursup-pourquoi-le-ministere-ne-donne-plus-les-chiffres-07-09-2018-7880145.php)
  85. « Parcoursup: «un peu plus de 3000 bacheliers toujours sans affectation» selon Vidal », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  86. « Parcoursup : "Il reste 100 000 places" pour les bacheliers sans affectation, selon Jean-Michel Blanquer », Orange Actualités,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2018)
  87. « Parcoursup : le mystère des places vacantes », L'étudiant,‎ (lire en ligne)
  88. « Parcoursup : non, il ne reste pas 3.000 jeunes sans affectation... mais près de 120.000 ! », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2018)
  89. « Parcoursup : 60 000 candidats toujours en attente de places à quelques heures de la fin de la phase principale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2019)
  90. « Parcoursup : une deuxième année moins chahutée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2019)
  91. Séverin Graveleau, « Parcoursup, qui succède à APB, risque de créer du stress continu pour les candidats et leurs familles », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  92. a et b « Frédérique Vidal :"Les examens se tiendront, et s’il le faut ils seront aménagés, délocalisés" », France Culture,‎ (écouter en ligne)
  93. a et b Julien Gossa, « Alice et Bob sont dans Parcoursup… », Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  94. « « Parcoursup laisse explicitement un “système” administrer, classer, ordonner les rêves d’une génération » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  95. « Il faudra prendre avec beaucoup de prudence les résultats affichés par Parcoursup à la fin de l’été », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  96. « Parcoursup : ailleurs en Europe, quels critères pour accéder à l’université ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2018)
  97. « Parcoursup : des vœux effacés faute d’accès à internet pendant les vacances, que faire si ça vous arrive ? », LCI,‎ (lire en ligne)
  98. BFMTV, « Parcoursup: Frédérique Vidal exclut un retour à une hiérarchisation des voeux a priori », sur BFMTV (consulté le 15 septembre 2018)
  99. « Parcoursup : la ministre prête à « réfléchir » à un classement des vœux », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  100. a et b Julien Gossa, « Parcoursup : Tirage au sort, fin ou généralisation ? », Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  101. a et b Julien Gossa, « Parcoursup et Lycée d’origine : Une difficulté (technique) de moins pour une difficulté (philosophique) de plus », Docs en stock : dans les coulisses de la démocratie universitaire,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  102. « Droits des lycéens », sur www.droitsdeslyceens.com (consulté le 18 juin 2018)
  103. a et b « Parcoursup : des syndicats saisissent le Défenseur des droits sur les « algorithmes locaux » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  104. Camille Stromboni, « Parcoursup : la justice enjoint à une université de publier son algorithme de tri », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2019)
  105. Pierre Tremblay, « Parcoursup: le réquisitoire du président de Paris 1-Sorbonne contre la lettre de motivation », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2018)
  106. Laurent Decotte, « Des enseignants de l’Université de Lille refusent de participer au « classement » des futurs étudiants », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  107. a et b Stéphanie Maurice, « A Lille, la fronde des enseignants-chercheurs contre Parcoursup », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2018)
  108. Joëlle Farchy et Cécile Meadel, « Parcoursup : « Le dispositif ne résout ni le problème de la déshumanisation ni celui de l’opacité » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  109. Mathilde Hérard, « "C'est impossible humainement" : des profs d'université torpillent Parcoursup », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  110. Frédérique Vidal, « Discours à l’occasion de la remise du rapport « Réformer le premier cycle de l’enseignement supérieur et améliorer la réussite des étudiants » », enseignementsup-recherche.gouv.fr,‎
  111. « Grand entretien avec Frédérique Vidal », France Culture,‎ (écouter en ligne)
  112. « Indicateurs de resultat des lycées d'enseignement général et technologique », sur data.education.gouv.fr (consulté le 6 mai 2018)
  113. a et b Faïza Zerouala, « Parcoursup ne réduit pas les inégalités mais les conforte », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  114. Guillaume Ouattara, « Guillaume Ouattara sur Parcoursup : Les universités ont trié les étudiants comme elles le veulent », France Inter,‎ (écouter en ligne)
  115. Un collectif d'universitaires, « Parcoursup : l’imposture », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mai 2018)
  116. « Les Lycéens dans la rue le 1er février contre "parcours sup" - FSU 89 », sur sd89.fsu.fr (consulté le 29 mai 2018)
  117. « Parcoursup : les lycéens de banlieue sont-ils défavorisés ? », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mai 2018)
  118. « Le bac est-il donné à tout le monde ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  119. « Parcoursup accusé de discrimination, un lycée bloqué », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  120. « Parcoursup : Le système est-il discriminant ? », France Inter,‎ (écouter en ligne)
  121. « Parcoursup: l’ire des profs de Paris-Diderot », Le Figaro Etudiant,‎ (lire en ligne)
  122. « Parcoursup : comment Paris évince les lycéens de banlieue », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  123. Gilles Dorronsoro, « Parcoursup ne reproduit pas les inégalités sociales… il les aggrave », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2018)
  124. « Parcoursup : zéro sens de l’orientation », Télérama.fr,‎ (lire en ligne)
  125. Hugues Bersini, « Derrière l’algorithme de Parcoursup, un choix idéologique », nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2018)
  126. Alvin Roth, « A cri de cœur against assortative matching for French college admissions », http://marketdesigner.blogspot.com,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juillet 2018)
  127. « Coach de Parcoursup, un métier plein d’avenir », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  128. Séverin Graveleau, « Parcoursup : six présidents d’université demandent l’ouverture de négociations », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  129. Mattea Battaglia, « Au lycée, une application à géométrie variable de Parcoursup », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  130. « Lycées contre Parcoursup », sur lyceescontreparcoursup.tumblr.com (consulté le 8 avril 2018)
  131. « Parcoursup : "On est devant un constat d'échec" », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  132. Le Point magazine, « Parcoursup : beaucoup de déçus, le gouvernement veut rassurer », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2018)
  133. J.Cl., « Parcoursup : des lycéens racontent leur errance sur «ParcourSupercherie» », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  134. Guillaume Erner, « Parcoursup : faut-il regretter APB ? », France Culture,‎ (écouter en ligne)
  135. « Parcoursup : « En France, la sélection par l’échec est une coutume » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  136. « Résultats Parcoursup 2018 : les réponses à vos questions sur les vœux post-bac », sur Le Monde.fr, (consulté le 22 mai 2018)
  137. « Premières réponses de Parcoursup : le site n’a pas tenu le choc », sur leparisien.fr, (consulté le 28 mai 2018).
  138. Marlène Thomas, « Parcoursup : une anomalie pénalise les élèves d’une section internationale », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2018)
  139. Guillaume Ouattara, « Parcoursup 2018 : risque d’erreur lors des validations sur l’application mobile », L'ingénu-ingénieur,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juin 2018)
  140. « Galère Parcoursup : et maintenant, l'appli qui fait disparaître les voeux ! », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018)
  141. « Frédérique Vidal assure que Parcoursup est désormais «clean» », sur www.20minutes.fr
  142. « Parcoursup : des étudiants ont reçu, par erreur, une réponse favorable dans une formation », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mai 2019)
  143. « Parcoursup : 79 % des bacheliers ont accepté une proposition d’admission », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 20 octobre 2018)
  144. « Parcoursup, an I : le débat sur l’après a commencé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  145. « Parcoursup : quels sont les ajustements prévus en 2019 ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  146. « Parcoursup : le calendrier pour 2019 », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  147. « Parcoursup 2019, mode d’emploi », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2018)
  148. « Près de 200 de lycées bloqués en soutien aux « gilets jaunes » et contre les réformes de l’éducation », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  149. « Deux élèves blessés au visage par des lanceurs de balles de défense lors de blocages de lycées », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2018)
  150. « Blocages des lycées : « Il nous est impossible de nous faire entendre autrement » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2018)
  151. « Réforme du bac, Parcoursup... près de 120 lycées sont « perturbés » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  152. « Mon lycée va craquer » [audio], sur France Culture (consulté le 22 décembre 2018)
  153. Sonia Kronlund, « Parcoursup, réforme du bac… la méthode du gouvernement en question », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 décembre 2018)
  154. « Au coeur du malaise lycéen - Parcoursup, réforme du lycée : l’orientation en question », sur France Culture (consulté le 22 décembre 2018)
  155. « A Mantes-la-Jolie, des images choquantes de lycéens interpellés par la police », sur Le Monde (consulté le 22 décembre 2018)
  156. « Vidéo des lycéens à Mantes-la-Jolie : « On peut l’interpréter comme un acte de vengeance » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2018)
  157. « Récit de la première garde à vue des lycéens de Mantes-la-Jolie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2018)
  158. « Interpellations à Mantes-la-Jolie : Castaner insiste sur le contexte de « violences urbaines » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 décembre 2018)
  159. « Parcoursup 2019, mode d’emploi », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2019)
  160. « L’agenda Parcoursup 2019 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 janvier 2019)
  161. « Parcoursup 2019 : un nouveau dispositif pour encourager les indécis à choisir », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  162. « Orientation : comment Parcoursup a changé les stratégies des lycéens », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2019)
  163. « Sur Parcoursup, la fin de la sectorisation académique en Ile-de-France dès 2019 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 janvier 2019)
  164. a et b « Parcoursup : comment les universités vont-elles juger les spécialités choisies par les lycéens ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 30 janvier 2019)
  165. « Parcoursup : les syndicats saisissent le Défenseur des droits », Libération,‎ (lire en ligne)
  166. Séverin Graveleau et Camille Stromboni, « Sur Parcoursup, l’anonymisation peine à convaincre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mars 2019)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]