Jean-Luc Martinez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Luc Martinez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président-directeur du musée du Louvre
-
Directeur de musée
Biographie
Naissance
(58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
École du Louvre. Agrégation d'histoire
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Luc Martinez, né le , est un archéologue et historien de l'art français spécialisé dans la sculpture grecque antique. Ambassadeur thématique chargé de la coopération internationale dans le domaine du patrimoine, il fut précédemment président-directeur de l'établissement public du musée du Louvre de 2013 à 2021.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'une concierge et d'un postier, il étudie au lycée Pablo-Picasso de Fontenay-sous-Bois[1]. Diplômé de l'École du Louvre, agrégé d’histoire en 1989, il est membre de l’École française d'Athènes de 1993 à 1996 et fouille Délos et Delphes. Il enseigne l'archéologie à l'Institut catholique de Paris, puis à l'université Paris X-Nanterre[2]. Il devient en 1997 conservateur en chef du patrimoine au musée du Louvre, chargé des sculptures grecques antiques et enseigne à l'École du Louvre[3]. Par décret en date du , il est intégré dans le corps des conservateurs du patrimoine à compter du [4].

Il dirige de 2007 à 2013 le département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.

En , il est nommé président-directeur du musée du Louvre, succédant à Henri Loyrette[5],[6].

Son objectif est de rendre le musée du Louvre « plus généreux, plus lisible et plus accessible »[7].

À la suite des destructions du patrimoine en Syrie et en Irak, il remet en au président de la République François Hollande le rapport intitulé « Cinquante propositions françaises pour protéger le patrimoine de l'humanité »[8].

Sous sa présidence sont stoppées les expositions d'art contemporain au Louvre, considérant que si celui-ci « peut y avoir sa place, […] notre rôle n'est pas d'établir des monographies d'artistes contemporains ». Il décide également de déménager les réserves du musée à Liévin, notamment à cause du risque d'inondation. Le nombre d'expositions est réduit, certaines recevant une grande affluence (sur Johannes Vermeer ou encore « François Ier et l'art des Pays-Bas »), d'autres un succès plus confidentiel (sur le sculpteur Edmé Bouchardon). Après les attentats de 2015, le musée connaît une baisse de fréquentation, des moyens étant alors mis en place afin de sécuriser encore davantage les lieux.

En 2018, Jean-Luc Martinez est reconduit dans ses fonctions de président-directeur pour un deuxième mandat[9]. Candidat malheureux à un troisième mandat en 2021, c'est Laurence des Cars qui est désignée pour lui succéder[10]. Nommé ambassadeur thématique, il est chargé de la coopération internationale dans le domaine du patrimoine[11] au sein de l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit (ALIPH)[12].

Affaire de trafic d'antiquités[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 2022, il est mis en garde à vue dans le cadre d'une affaire de trafic d'antiquités[13] et mis en examen peu de temps après pour « blanchiment et complicité d’escroquerie en bande organisée » ; il est reproché d’avoir manqué de vigilance face aux incohérences qui apparaissent dans les certificats accompagnant une stèle en granit rose gravée au nom du pharaon Toutânkhamon et exposée au Louvre Abu Dhabi, et quatre autres objets[14],[15],[16]. L'expert en antiquité Christophe Kunicki, qui avait proposé la stèle de Toutânkhamon en 2016 à la commission d’acquisition du Louvre Abou Dhabi, avait été impliqué dans la vente du sarcophage doré du prêtre Nedjemankh au Metropolitan Museum de New York, finalement rendue à l’Egypte en 2019 parce qu'elle avait été volée en 2011 lors du soulèvement contre Hosni Moubarak. Le Louvre Abu Dhabi se constitue partie civile.

Mediapart raconte qu'en 2020, Jean-Luc Martinez avait forcé le Louvre à acquérir une fresque de Tiepolo en mauvais état, et dont la provenance était incertaine, à un marchand italien qui avait au même moment financé la publication d’un livre de Jean-Luc Martinez à l’École française d’Athènes, laquelle avait finalement restitué le versement en soupçonnant un conflit d’intérêts[17].

Le gouvernement retire à titre conservatoire à Jean-Luc Martinez, dans sa mission d’ambassadeur chargé de la coopération dans le domaine du patrimoine, la partie liée à la lutte contre le trafic de biens culturels[17].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2015, « Cinquante propositions françaises pour protéger le patrimoine de l'humanité » (rapport remis au président de la République)
  • 2009, avec Isabelle Hasselin Rous et Ludovic Laugier : Izmir-Smyrne : Découverte d'une cité antique, Somogy
  • 2007, avec Alain Pasquier : 100 chefs-d’œuvre de la sculpture grecque au Louvre, Somogy
  • 2007 : La Grèce classique au Louvre : chefs-d’œuvre des Ve et IVe siècles av. J.-C., Tokyo -, Kyoto -, Nippon Television Netwwork edition
  • 2007, avec Alain Pasquier : Praxitèle. Catalogue de l'exposition au musée du Louvre, -, éditions du Louvre & Somogy
  • 2007 : Smyrne/Izmir, portrait d’une ville au travers des collections françaises, Izmir - , Centre culturel Français d'Izmir
  • 2004 : Les Antiques du Louvre. Une histoire du goût d’Henri IV à Napoléon Ier, Fayard
  • 2004 : Les Antiques du musée Napoléon. Édition illustrée et commentée des volumes V et VI de l’inventaire du Louvre de 1810, RMN, collection « Notes et Documents »
  • 2001 : La Corè de Samos avec Jacqueline de Romilly et Jacques Lacarrière, Somogy
  • 2001 : Les Dieux grecs, petit dictionnaire illustré, RMN
  • 2000 : Beau comme l’Antique, RMN
  • 2000 : La Dame d'Auxerre, RMN

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Martin-Chauffier, « Jean-Luc Martinez, le roi-citoyen du Louvre », Paris Match, semaine du 26 janvier au 1er février 2017, pages 10-12.
  2. «Jean-Luc Martinez, nouveau patron du Louvre», La Croix, 3 avril 2013
  3. « Jean-Luc Martinez un homme du sérail pour piloter le Louvre », sur Les Echos, (consulté le )
  4. Décret du 4 septembre 2007 portant intégration dans le corps des conservateurs du patrimoine - M. Martinez (Jean-Luc)
  5. Nathaniel Herzberg, « Un archéologue prend la direction du Louvre », sur https://www.lemonde.fr/, Le Monde,
  6. Légifrance Décret du 5 avril 2013 portant nomination du président de l’Établissement public du musée du Louvre - M. MARTINEZ (Jean-Luc)
  7. « VIDEO. "Je dois tout à l'école de la République", affirme le président du Louvre qu'il a découvert avec sa classe de sixième », sur Franceinfo, (consulté le )
  8. « Cinquante propositions françaises pour protéger le patrimoine de l'humanité », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )
  9. Harry Bellet, « Jean-Luc Martinez reconduit à la tête du Louvre jusqu'en 2021 », Le Monde, article du 4 avril 2018.
  10. Victor Vasseur, « La présidente du musée d'Orsay Laurence des Cars nommée à la tête du musée du Louvre », sur https://www.franceinter.fr/, France inter, (consulté le ).
  11. « Succession au Louvre: la gestion brouillonne du remplacement de Jean-Luc Martinez », sur LEFIGARO (consulté le )
  12. Roxana Azimi, « Les missions trop secrètes des ambassadeurs thématiques », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Trafic d’antiquités: l’ancien président du Louvre Jean-Luc Martinez en garde à vue », sur LEFIGARO, (consulté le )
  14. « Jean-Luc Martinez, ancien patron du Louvre, mis en examen dans une affaire de trafic d’antiquités », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. Charles Delouche-Bertolasi, « Trafic d’antiquités: l’ancien patron du Louvre Jean-Luc Martinez mis en examen », sur Libération (consulté le )
  16. Emmanuel Fansten, « Antiquités pillées: révélations sur un trafic d’une ampleur inégalée », sur Libération (consulté le )
  17. a et b Antoine Pecqueur, « Trafic d’antiquités : la mise en examen de Jean-Luc Martinez vire à l’affaire d’État », sur Mediapart, (consulté le )
  18. Décret du 31/12/2015
  19. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres janvier 2011 »
  20. https://www.ambbulgarie.fr/news.php?id=2015-04-15

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]