Abbaye de Pontigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Pontigny
Image illustrative de l'article Abbaye de Pontigny
Vue de l'abbatiale

Diocèse Ancien diocèse d'Auxerre, aujourd'hui archidiocèse de Sens-Auxerre
Numéro d'ordre (selon Janauschek) III (3)[1]
Fondation 1114
Début construction ?
Fin construction ?
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Cîteaux
Lignée de Pontigny
Abbayes-filles 010 Bourras (1119-1791)
011 Cadouin (1115-1789)
024 Fontainejean (1124-1791)
025 Jouy (1124-1791)
065 Saint-Sulpice (1130-1791)
066 Quincy (1133-1790)
108 Chaalis (1137-1786)
110 Les Roches (1137-1791)
158 Le Pin (1141-1791)
161 Cercamps (1137-1791)
201 L'Estrée (1115-1684)
210 L'Étoile (1145-1791)
211 - Trizay (1137-1790)
375 Dalon (1162-1791)
453 Igriș (1179-1526)
Période ou style Roman cistercien / Gothique primitif

Gothique classique

Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[2]

Coordonnées 47° 54′ 35″ N 3° 42′ 49″ E / 47.909688, 3.713587 ()47° 54′ 35″ Nord 3° 42′ 49″ Est / 47.909688, 3.713587 ()  [3]
Pays Drapeau de la France France
Province Flag of Bourgogne.svg Duché de Bourgogne
Département Yonne
Commune Pontigny
Site http://www.abbayedepontigny.eu/

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Pontigny

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Abbaye de Pontigny

L'abbaye de Pontigny est un ancien monastère de l'ordre cistercien. Fondée en 1114, au nord de la Bourgogne, aujourd'hui sur la commune de Pontigny, dans le département de l'Yonne (France), elle est la seconde des "quatre premières filles" de Cîteaux.

Sa célébrité est due à la fois à son rang au sein de l’Ordre, au prestige de ses protecteurs et de ses hôtes de marque, à l’importance de sa communauté et de ses possessions, et à la richesse patrimoniale de sa bibliothèque et de son architecture ; elle conserve aujourd’hui la plus grande église cistercienne du monde.

Fondation[modifier | modifier le code]

C’est le 30 ou 31 mai 1114 que, sous la direction d’Hugues de Mâcon, un groupe de moines, envoyé par Étienne Harding à la demande d’un prêtre d’Auxerre, vint s’installer à Pontigny[4]. Il créait ainsi la seconde des « quatre premières filles » de Cîteaux qui ont un rôle particulier de contrôle dans l’organisation de l’Ordre. Première abbaye cistercienne à s’éloigner notablement de son « abbaye-mère », Pontigny, dans la vallée du Serein, se trouvait dans le diocèse d’Auxerre, en limite de ceux de Sens et de Langres, et non loin de celui de Troyes ; d’un point de vue politique, l’endroit était du comté de Tonnerre, en lisière de celui d’Auxerre (tous deux tenus à l’époque par le comte de Nevers), et tout proche des possessions du comte de Champagne : cette position en zone frontière est à l’origine de la légende qui voulait que, sur le pont de Pontigny, trois évêques, trois comtes et un abbé puissent se rencontrer sans quitter leur territoire[5]. Plutôt que d’un pont qui n’est pas attesté dans les textes avant le XIIIe siècle, le nom de Pontigny, de formation gallo-romaine (Pontiniacum), provient sans doute du nom d’un certain Pontinius auquel un suffixe locatif (-iacum) a été ajouté[6].

Protecteurs[modifier | modifier le code]

Le développement rapide et considérable de l’abbaye de Pontigny, surtout pendant ses deux premiers siècles d’existence, est facilité par le soutien de personnages importants, aussi bien laïques qu’ecclésiastiques.

Rois de France[modifier | modifier le code]

Portrait de la reine Adèle de Champagne
Portrait de la reine Adèle de Champagne ``tiré de son tombeau à Pontigny’’.

Ainsi, dès 1131, le roi Louis VI le Gros, pour la rémission de ses péchés, accorde aux moines de Pontigny l'exemption entière de toute taxe pour les marchandises qui passeront sur ses terres[7]. Ce don sera confirmé par Louis VII[8] qui accordera aussi, en 1139, un droit de pâturage dans ses bois de la forêt d’Othe[9], et confirmera l’ensemble des biens de l’abbaye en 1177[10]. En 1181, Philippe Auguste prit Pontigny et tous ses biens sous sa protection, confirma un don de la comtesse Mathilde de Nevers[11] et, trente ans plus tard, un accord conclu avec Blanche, comtesse de Champagne[12] ; il prit aussi sous sa protection l’ensemble de la filiation de Pontigny avec celle de Clairvaux en 1221[13]. On ne sait s’il fut présent à Pontigny lors de l’inhumation de sa mère, Adèle de Champagne, en 1206[14].

Louis IX accorda, en 1242, un vidimus de l’acte d’association entre Pontigny et Erard de Brienne[15] et, en 1248 renouvela les privilèges de son grand-père[16]. Il était venu à Pontigny l’année précédente, à l’occasion de la canonisation de saint Edme d’Abingdon [17]. Philippe III amortir une rente à Malay-le-Vicomte en 1278[18].

Philippe IV le Bel vidime la vente à Pontigny par Jeanne, comtesse l’Alençon, d’une rente de cents livres, en 1287[19], approuve, en 1289, le droit de garde sur l’abbaye par Marguerite, reine de Sicile et comtesse de Tonnerre[20], confirme en 1294 l’acquisition de la moitié des villages de Montigny, de Merry et de Souilly[21], confirme les acquisitions de l’abbaye en 1295[22], confirme les droits des religieux en 1304[23].

Louis X vidime un accord entre les cisterciens et les habitants de Sormery en 1315[21]. Charles IV confirme au duc de Bourgogne, en tant que comte de Tonnerre, le droit de garde de l’abbaye[24], ainsi que d’autres actes de ses prédécesseur, passant à Pontigny en août 1322[25].

Philippe VI facilite le paiement d’une rente par un acte daté de 1349, à Pontigny, le roi et les princes ayant quitté Paris à cause de la grande peste, ce qui sera confirmé par Jean II en 1351[26]. En 1380, Charles V concède l’amortissement gratuit d’une rente de 60 livres accordée par Amédée de Joinville[26]. Charles VI, en 1405, accorde une autre amortissement gratuit[26], confirmé en 1447 par son fils Charles VII [22].

Entre 1477 et 1482, Louis XI, venu plusieurs fois en pèlerinage dans l’abbaye, fait don d’une rente de 1200 livres, assise à Troyes, Chablis, Château-Thierry, Provins et Châtillon-sur-Marne[27].

François II, Henri III et Henri IV s’impliqueront pour leur part dans la nomination des abbés commendataires de la seconde moitié du XVIe siècle[28].

Rois d'Angleterre[modifier | modifier le code]

De passage à Rouen, en mai 1131, Henri Ier imita Louis VI de France en exemptant de taxes les marchandises des moines passant sur ses terres[29]. Entre 1154 et 1157, Henri II renouvela le mandement de son père, en présence de son chancelier Thomas Becket[30]. En 1251, Henri III accorde une rente de vingt marcs esterlins pour faire brûler en permanence quatre cierges autour du tombeau de saint Edme, récemment canonisé[31] et, venu à Pontigny en 1254, il y offre des dons importants[32]. À l’occasion de la paix conclu entre l’Angleterre et la France, Edouard III, en 1361, lève le séquestre sur la rente de son prédécesseur[33]. En 1395 encore, Richard II rappelle qu’elle doit être versée malgré la guerre[33].

Comtes[modifier | modifier le code]

L’aristocratie comtale fait aussi partie des bienfaiteurs importants de Pontigny, en tête desquels il faut placer les comtes de Nevers-Auxerre-Tonnerre : la notice de fondation de l’abbaye[34] mentionne ainsi, dès les origines de l’abbaye, le soutien de Guillaume II de Nevers, présent également lors de plusieurs des toutes premières donations[35]. À partir des années 1150, ses héritiers furent aussi des bienfaiteurs de l’abbaye, en particulier grâce à des échanges[36] et à des dons de bois[37]. Le comte de Nevers Hervé IV de Donzy choisit même le monatère comme lieu de sa sépulture en 1222[38]. Au milieu du XIIIe siècle, l’abbé de Pontigny reconnaissait que les comtes de Nevers, comme fondateurs de l’abbaye, devaient en être aussi les gardiens[39].

C’est donc bien une tradition fautive qui donne comme fondateurs à Pontigny les comtes de Champagne, et plus précisément Thibaud II le Grand, qu’il s’agisse de l’implantation du monastère – Thibaud n’entra en fonction que dix ans plus tard – ou de sa construction[40] : les archives de l’abbaye ne montrent qu’un intérêt limité du comte qui, contrairement à l’affirmation transmise par Vincent de Beauvais[41], n’a pas été inhumé à Pontigny[42]. C’est avec ses enfants que semble se dessiner un intérêt un peu plus marqué pour la seconde fille de Cîteaux, Henri le Libéral accordant six actes pour Pontigny[43], et Adèle, troisième épouse de Louis VII, choisissant l’abbaye comme lieu de sépulture, sans aucun acte particulier de donation qui soit connu[44].

Il convient d’ajouter aux bienfaiteurs de rang comtal les titulaires des comtés de Bar-sur-Seine, au milieu du XIIe siècle[45], ceux de Joigny, à partir des années 1180[46] et, de manière plus anecdotique, un comte d’Evreux[47] ou un comte de Flandre[48].

Papes et évêques[modifier | modifier le code]

Les autorités religieuses soutiennent aussi, naturellement, la seconde fille de Cîteaux : la plus ancienne confirmation pontificale connue est donnée par le pape Innocent II, en 1139[49]. De nombreuses autres suivront au cours du Moyen Âge[50], dont plus d’une centaine sont conservées sous forme d’originaux, émanant de ses successeurs Adrien IV, Alexandre III, Lucius III, Célestin III, Innocent III, Honorius III, Grégoire IX, Innocent IV, Alexandre IV, Urbain IV, Clément IV, Grégoire X, Martin IV, Nicolas IV, Boniface VIII, Benoît XI, Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Martin IV, Paul III, Pie IV, Innocent XI ou Clément XI [51].

Les évêques sont parmi les premiers à favoriser le développement de Pontigny : ceux d'Auxerre, dans le diocèse duquel se trouvait l’abbaye, mais aussi ceux de Sens, de Langres et de Troyes, dont les évêchés sont tous voisins. Pour l’évêché d’Auxerre, on peut retenir les noms de Humbaud, qui installa les Cisterciens dans son diocèse[52], Hugues de Montaigu[53], Hugues de Mâcon, premier abbé de Pontigny[54], Alain de Larivour[55], et Guillaume de Seignelay[56] qui y fut inhumé[57] ; pour le siège archiépiscopal de Sens, Henri Sanglier[58], Hugues de Toucy[59], Guillaume aux Blanches Mains[60] et Guy de Noyers[61] ; pour Langres, les évêques Joceran[62], Geoffroy de la Roche-Vanneau[63], Manasses[64], Garnier[65] et Robert[66] ; pour le diocèse de Troyes, Hatton[67], Henri de Carinthie[68], Matthieu[69], Manasses[70], et Hervé[71].

L’expansion de Pontigny fait intervenir aussi les prélats de Paris Thibaud[72] et Maurice de Sully[73] ; de Rouen, Gautier[74], Robert et Thibaud[75] ; Jean de Poitiers[28] ; Guillaume de Bourges, ancien moine pontigniacien[76] ; Pierre d'Arras, ancien supérieur de l’abbaye[77] ; l’irlandais Gautier d'Ossory[78] ; en Angleterre, les évêques Gautier de Norwich et Richard de Chichester[79] ; les archevêques de Cantorbéry, comme Etienne Langton [80], saint Edme d’Abingdon [81], et Boniface de Savoie[82] qui envisagea d’être inhumé dans l’abbaye s’il mourrait sur le continent[83].

Temporel[modifier | modifier le code]

Formation du temporel agricole[modifier | modifier le code]

Grâce aux solides protections de l’aristocratie comme des évêques, et tout autant, sinon davantage, aux donations de petits seigneurs locaux conservées dans des chartes originales ou copiées dans les cartulaires de l’abbaye, il est possible de suivre avec précision l’implantation territoriale du monastère aux XIIe et XIIIe siècles. Le temporel du monastère se constitua peu à peu autour de l’abbaye, avec des extensions en forêt d’Othe au nord et sur le plateau du Tonnerrois au sud[84]. Dès 1138 apparaît une organisation autour de centres d’exploitation agricole qui structurent peu à peu l’ensemble des possessions cisterciennes[85]. Une douzaine de granges, gérées par les frères convers, sont ainsi mentionnées dans la documentation médiévale, ainsi que plusieurs celliers et des maisons de ville[86].

Champs, prés et forêts constituent l’essentiel des dons des premières décennies, auxquels s’ajoutent, à la fin du XIIe siècle, des terres viticoles, tout particulièrement à Chablis [87]. Des échanges permettent aux moines de mieux structurer leurs propriétés et, dans le courant du XIIIe siècle, quelques achats achèvent de donner aux domaines une forte cohérence géographique[88].

Autres activités économiques[modifier | modifier le code]

À côté des productions agricoles, dès les premières décennies de l’abbaye, on trouve des indices d’autres activités économiques qui dureront des siècles : l’exploitation de mines de fer, au nord[89] et, à proximité du monastère, de carrières d’argile fournissant la matière première de briques, de carreaux de pavement et, jusqu’à nos jours, de tuiles[90].

Quant à l’utilisation de l’eau par les Cisterciens de Pontigny, elle est bien attestée par l’existence d’un importante dérivation du Serein passant dans l’enceinte de l’abbaye, par la gestion de moulins et la possession de droits de pêche sur ce même cours d’eau et sur l’Armançon[91].

Implantations des domaines[modifier | modifier le code]

Ainsi, d’après les cartes élaborées par Christophe Wissenberg[92], le patrimoine de l’abbaye de Pontigny, au Moyen Âge, comprenait les implantations suivantes :

Granges[modifier | modifier le code]

La grange de Crécy, ancienne dépendance de Pontigny
La grange cistercienne de Crécy (commune de Saint-Florentin).
  • Bœurs-en-Othe (Yonne, cant. Cerisiers)
  • Sévy (Yonne, cant. Cerisiers, comm. Bœurs-en-Othe, hameau)
  • Chailley (Yonne, cant. Brienon-sur-Armançon)
  • Champtrouvé (Yonne, cant. Saint-Florentin, comm. Germigny, lieu détruit)
  • Crécy (Yonne, comm. Saint-Florentin, ferme)
  • Sainte-Procaire (Yonne, cant. Ligny-le-Châtel, comm. Pontigny, ferme)
  • Le Beugnon (Yonne, cant. Ligny-le-Châtel, comm. Pontigny, ferme)
  • Beauvais (Yonne, cant. Ligny-le-Châtel, comm. Venouse, ferme)
  • Fouchères (Yonne, cant. Ligny-le-Châtel, comm. Montigny-la-Resle, lieu détruit)
  • Aigremont (Yonne, cant. Chablis)
  • Villiers-la-Grange (Yonne, cant. Noyers, comm. Grimault, hameau)
  • Loron (Yonne, comm. Courson-les-Carrières, hameau de Laurent)

Maison urbaines[modifier | modifier le code]

  • Paris
  • Provins (Seine-et-Marne, ch.-l. arr.)
  • Troyes (plusieurs) (Aube, ch.-l. dép.)
  • Sens (plusieurs) (Yonne, ch.-l. arr.)
  • Malay-le-Grand (Yonne, cant. Sens-Sud-Est)
  • Ligny-le-Châtel (Yonne, ch.-l. cant.)
  • Tonnerre (plusieurs) (Yonne, ch.-l. cant.)
  • Chablis (Yonne, ch.-l. cant.)
  • Auxerre (Yonne, ch.-l. dép.)
  • Dijon (Côte-d’Or, ch.-l. dép.)

Celliers[modifier | modifier le code]

  • Junay (Yonne, cant. Tonnerre)
  • Lignorelles (Yonne, cant. Ligny-le-Châtel)
  • Chablis (Yonne, ch.-l. cant.)
  • Saint-Bris (Yonne, cant. Auxerre-Est, comm. Saint-Bris-le-Vineux)

Principaux moulins[modifier | modifier le code]

  • Frécambault, sur l’Armançon (Yonne, can. Saint-Florentin, comm. Vergigny, lieu détruit)
  • Flogny, sur l’Armançon (Yonne, comm. Flogny-La Chapelle)
  • Revisy, sur le Serein (Yonne, cant. Saint-Florentin, comm. Vergigny, lieu détruit)
  • Gué du Fer, sur le Serein (Yonne, cant. Seignelay, comm. Héry, lieu détruit)

Évolution de la gestion[modifier | modifier le code]

À partir du XIIIe siècle, les donations sont de plus en plus constituées de rentes, diminuant la part des ressources provenant du travail des religieux. Au siècle suivant, alors que les cisterciens deviennent moins nombreux, des granges sont peu à peu confiées à des laïcs moyennant des redevances en nature et en numéraire[93].

Au début du XVIIIe siècle, tout faire-valoir direct des granges a disparu, certaines exploitations agricoles sont divisées en plusieurs métairies, et l’ensemble est exploité par des fermiers[94]. D’autres granges ont donné naissance à des villages dont la communauté monastique restent souvent le seigneur[95]. Les principales forêts et vignes sont toujours exploitées sous la direction des moines jusqu’à la Révolution française : les unes deviendront alors domaniales, les autres enrichiront le vignoble chablisien[96].

Hôtes de marque[modifier | modifier le code]

Les capacités économiques du monastère lui permettaient de tenir une hôtellerie aux capacités sans doute importantes[97]. Si Pontigny, comme toute abbaye cistercienne, se devait d’accueillir toutes les personnes de passage, conformément à la Règle de saint Benoît[98], certains hôtes prestigieux ont marqué l’histoire du monastère.

Vitrail de saints Edme et Thomas Becket
Saints Edme d’Abingdon et Thomas Becket (vitrail de la cathédrale de Chichester).

Saint Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry[modifier | modifier le code]

Le plus internationalement connu est sans doute l'archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre Thomas Becket qui, à la suite du violent conflit qui l’opposa au roi Henri II Plantagenêt, se réfugia dans l'abbaye de 1164 à 1166[99]. Quatre ans plus tard, le prélat anglais mourut assassiné dans sa cathédrale, et Pontigny devait plus tard s’enorgueillir d’avoir donné l’asile à un futur martyr[100].

Adèle de Champagne, reine de France[modifier | modifier le code]

En 1204, la reine Adèle de Champagne, mère de Philippe Auguste, se fit confirmer par le pape Innocent III la possibilité d’être enterrée à Pontigny[101]. L’année suivante, elle fut reçue dans l'enceinte du monastère, entendit un sermon dans le chapitre, prit part à une procession dans le cloître, mangea et passa deux nuits dans l'infirmerie avec plusieurs de ses dames de compagnie : l’abbé de Pontigny fut sévèrement puni par le Chapitre général pour avoir permis une telle intrusion de femmes dans la clôture[102]. Cependant, après sa mort survenue en 1206 à Paris, la reine Adèle fut bel et bien inhumée dans l’abbaye où son tombeau existait encore au XVIIe siècle[103].

Étienne Langton, théologien, archevêque de Cantorbéry[modifier | modifier le code]

Étienne Langton assista-t-il aux funérailles d’Adèle de Champagne ? Rien ne peut le prouver. Mais sans doute ce grand théologien d’origine anglaise en eut-il connaissance puisqu’il enseignait alors dans la capitale capétienne lorsqu’il fut nommé cardinal, puis élu archevêque de Cantorbéry[104]. Consacré par le pape en 1207 malgré l’opposition du roi Jean sans Terre, il se vit refuser l’accès à l’Angleterre, et c’est dans l’abbaye de Pontigny, à l’image de son prédécesseur Becket, qu’il choisit de s’exiler pendant six années[105]. Rentré finalement à Cantorbéry en juillet 1213, après une longue dispute entre Rome et l’Angleterre[106], Langton eut un rôle politique important dans la rédaction de la Magna Carta[107], et il sut remercier l’abbaye cistercienne de l’avoir hébergé en lui attribuant une rente généreuse.

Saint Edme d’Abingdon, archevêque de Cantorbéry[modifier | modifier le code]

Mais celui qui allait prendre une importance considérable dans l’histoire de l’abbaye au point de voir son nom y être associé fut sans doute Edmond d’Abingdon. Lui aussi archevêque de Cantorbéry, il augmenta le don de son prédécesseur Étienne Langton[108], très probablement à l’occasion d’un séjour à Pontigny lors d’un de ses déplacements en France, en 1238[109]. Si la tradition réussi très tôt à le faire passer pour un exilé dans l’abbaye cistercienne, à l’image de ses prédécesseurs, on sait maintenant que Pontigny constituait en fait une halte lors de son voyage pour Rome[110]. Il arrive au monastère probablement au début du mois de novembre 1240[111] mais, atteint par une maladie, rebrousse chemin et meurt dans le prieuré augustin de Soisy, près de Provins, le 16 novembre 1240[112]. Son corps est préparé pour être transporté en Angleterre, mais l’abbé de Pontigny le fait enterrer dans son abbaye[113]. Plus de 250 récits de miracles survenus sur son tombeau dans les deux années suivant son inhumation attestent d’une flambée de dévotion entretenue par les moines[114]. Une demande de reconnaissance officielle aboutit ainsi à la rapide canonisation de l’archevêque par le pape Innocent IV, le 16 décembre 1246[115]. Le corps du saint, très bien conservé, fait dès lors l’objet d’une vénération qui attire des pèlerins et des donateurs grâce auxquels est fabriquée une précieuse chasse-reliquaire de grandes dimensions[116]. Si elle semble avoir disparu à la fin du Moyen Âge, les reliques sont préservées et permettent au culte d’être revivifié, en particulier à partir de la fin du XVIIe siècle, puis à nouveau dans la seconde moitié du XIXe[117]. Le vocable de l’église de Pontigny ajoutera même au titre originel de « Notre-Dame », celui de « Saint-Edme ». Cette forme régionale du prénom Edmond sous laquelle le saint anglais est connu est particulièrement abondante dans l’onomastique bourguignonne des siècles derniers[118]. Grâce au rôle de protecteur des enfants morts sans baptême accordé par la tradition à saint Edme, Pontigny est à mettre au rang des sanctuaires à répits de la période moderne[119].

Communauté monastique[modifier | modifier le code]

La documentation historique donne assez peu de renseignements sur la composition de la communauté monastique de Pontigny au Moyen Âge. On peut cependant repérer dans les chartes, en particulier au milieu du XIIe siècle, quelques noms de moines et de convers (avec parfois l’indication leur fonction)[120].

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Mais les religieux dont on connaît le mieux les noms sont les abbés, dont une liste assez précise a pu être établie. Certains d’entre eux, appelés à de plus hautes fonctions, devinrent abbés de Cîteaux, évêques, archevêques ou cardinaux : cela semble être le reflet des grandes capacités de plusieurs supérieurs de l’abbaye[121].

Article détaillé : Liste des abbés de Pontigny.

Une communauté importante aux XIe et XIIIe siècles[modifier | modifier le code]

La vie quotidienne des religieux de Pontigny au milieu du XIIIe siècle est en partie connue grâce à une collection de lettres qui évoquent toutes les questions concernant les relations extérieures de l’abbaye[122].

Le nombre de religieux de l’abbaye est impossible à préciser pour le Moyen Âge central. La mention, en 1157, d’une cinquantaine de moines prêtres « alors que le nombre des autres moines non prêtres était bien plus important » ne peut être interprétée de façon absolument claire[123]. Elle indique cependant déjà une importante communauté qui doit essaimer en fondant ou en s’affiliant plusieurs dizaines d’abbayes-filles. On peut proposer comme un ordre de grandeur approximatif, pour la période sans doute la plus faste de la fin du XIIeet du début du XIIIe siècle, un effectif d’une centaine de moines et de deux à trois cents frères convers, si l’on se réfère aux rares données chiffrées d’établissement de taille comparable[124].

Filiation[modifier | modifier le code]

L’importance de la communauté de Pontigny se traduit aussi par le nombre de ses fondations et affiliations. L’abbaye essaima avec une filiation assurée de 43 abbayes-filles, constituant un réseau développé sur le territoire actuel de la France, mais aussi en Italie, en Hongrie et jusqu’en Roumanie.

Nom, date traditionnelle de fondation ou d'affiliation, diocèse de fondation, localisation actuelle :[125]

La fin du Moyen Âge et la période moderne[modifier | modifier le code]

À partir de la première moitié du XIVe siècle, quelques listes permettent de connaître le nombre de moines qui tourne alors autour d’une trentaine. Il semble, dès les années 1360 et jusqu’à la fin des années 1780, se maintenir généralement entre 15 et 20 religieux, alors qu’un maximum était fixé, en 1561, à 31 moines et novices[126].

Les cahiers de vêture sont conservés depuis 1688 et jusqu’à la dispersion des moines. Ils permettent de connaître en général l’âge et l’origine géographique des novices, ainsi que l’abbaye de leur profession : Pontigny en effet servait alors de noviciat commun à plusieurs maisons[127].

En 1791, la communauté de la seconde fille de Cîteaux était composée de 14 moines et de 2 frères convers qui durent quitter l’abbaye, après les décrets concernant les ordres monastiques[128]. À côté du destin du dernier abbé, Jean Depaquy, on ne connaît celui, partiel, que de quelques moines : Louis-Henri Meulan d’Oisonville est aumonier du bataillon de volontaires au district de Saint-Florentin jusqu’en 1793 ; François Mirey se retira près de Cosne-sur-Loire ; Gaspard Potherat de Corbière devient vicaire puis officier public à Neuvy-Sautour en 1792[129]. Simon Depaquit s’établit à Chablis où il fonda un domaine viticole[96]. François-Nicolas Robert est ministre du culte à Villy en 1797, déporté à l’île de Ré en 1798, puis revient desservir Pontigny jusqu’à sa mort, en 1821[130].

blason de l’abbaye de Pontigny
Blason de Pontigny.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XVIe siècle[131], l’abbaye de Pontigny a porté « d’azur au pont d’argent, surmonté d’un arbre portant un oiseau dans son nid au naturel, accosté de deux fleurs de lis d’or »[132]. Ces armoiries parlantes (« Pont au nid ») ont été reprises par la commune de Pontigny.


Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, l’abbaye de Pontigny possédait, avec celles de Clairvaux et de Cîteaux, l’une des trois plus importantes bibliothèques cisterciennes d’Europe[133].

Les manuscrits du Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Initiale V ornée de motifs végétaux
Initiale V ornée du Lévitique, fragment de la première grande Bible de Pontigny, vers 1180-1190 (New York, Metropolitan Museum of Art, ms 1999.364.2.)[134].

Vers 1140, elle semble la première à élaborer une collection des œuvres complètes de saint Augustin, suivie peu après en cela par Clairvaux[135].

Entre 1165 et 1174, les textes conservés dans le monastère font l’objet d’un catalogue encore conservé, qui décrit 271 manuscrits[136] ; il s’agit d’un des plus anciens catalogues cisterciens connus[137]. On y trouve de la patristique, des ouvrages d’auteurs carolingiens, des textes rédigés dans les écoles monastiques et cathédrales, de la scolastique, de la philosophie et des sciences, de l’histoire, des homéliaires, des recueils hagiographiques, mais aussi du droit, de la grammaire, de la politique, de la poésie ainsi que des ouvrages liturgiques[138].

Naturellement, la composition de la bibliothèque de Pontigny reflète son réseau cistercien et sa proximité avec d’Auxerre, mais aussi l’influence du séjour de Thomas Becket, les relations avec la cour des comtes de Champagne, ou encore le passage d’Étienne Langton[139].

De 1135 à 1220 environ, le scriptorium de Pontigny a réalisé des dizaines de manuscrits : d’abord influencés en particulier par la production chartraine, ils présentent, tout au long du troisième quart du XIIe siècle, un décor de style monochrome correspondant à la recherche esthétique cistercienne de formes épurées ; ensuite apparaissent des initiales polychromes, puis le style dit de Manerius, vers la fin du siècle, avant de faire appel, dans le deuxième décennie du XIIIe siècle, à des artisans non monastiques des alentours[140].

La dispersion de la bibliothèque[modifier | modifier le code]

Dès la fin du XVe siècle, et particulièrement au XVIIe, des livres imprimés vinrent enrichir la bibliothèque : le catalogue rédigé en 1778 par Jean Depaquy (lequel allait devenir dix ans plus tard le dernier abbé) décrit 3832 volumes sous 2193 titres[141]. Si la bibliothèque médiévale était exceptionnelle, la bibliothèque moderne n’était donc que d’une importance moyenne[142].

À la Révolution française, les manuscrits comme la plupart des imprimés de la bibliothèque devenue propriété nationale, furent transportés au chef-lieu du département de l’Yonne, formant avec d’autres le noyau de la bibliothèque d’Auxerre ; c’est là que des aliénations officielles, en 1804, 1806 et surtout 1825, vinrent disperser des dizaines de volumes parfois vendus au poids : on retrouve ainsi aujourd’hui près de 120 manuscrits ou fragments de manuscrits provenant de la bibliothèque médiévale de Pontigny dans une vingtaine de dépôts, en France et dans une dizaine d’autres pays, de la Norvège à l’Espagne, de l’Irlande au Vatican, et sur les deux côtes des États-Unis[143].


Après la Révolution française[modifier | modifier le code]

En tant que propriétés ecclésiastiques, les possessions de l’abbaye de Pontigny furent mises à disposition de la Nation (décret du 2 novembre 1789) et vendues comme biens nationaux à partir de 1791[144]. L’enclos du monastère fut acquis par des particuliers en 1792, mais l’église abbatiale fut réservée à l’usage de la commune de Pontigny, tout comme l’allée permettant d’y accéder et la galerie sud du cloître nécessaire à sa stabilité[145]. Les autres bâtiments monastiques furent détruits jusqu’aux fondations[146], à l'exception notable d'une aile du cloître et du bâtiment des frères convers[147].

En 1842, l’archevêque de Sens, Mgr de Cosnac, fit l’achat de l’ancien enclos abbatial et y installa l'année suivante une petite communauté de prêtres placée sous l’autorité du P. Jean-Baptiste Muard[148]. Elle devint par la suite la Congrégation de Saint Edme qui occupa les lieux jusqu’à son départ pour les États-Unis décidé en 1901[149].

Plan de l'abbaye de Pontigny

Le domaine abbatial fut racheté par Paul Desjardins en 1906 ; il y organisa les célèbres Décades de Pontigny, rencontres d’écrivains, de philosophes et d’intellectuels français et européens, auxquelles participèrent, entre 1910 et 1939, des intellectuels comme André Gide, Roger Martin du Gard, André Maurois, Jacques Rivière, ou encore Jean Tardieu[150] parmi de nombreux autres personnages.

À partir de 1947, les pères de la Congrégation de Saint Edme, qui s’était développée aux États-Unis, revinrent dans les locaux de l'ancienne abbaye et y dirigèrent pendant sept ans un collège franco-américain[151].

En 1954, la Mission de France installa son séminaire dans le domaine, après que le pape Pie XII eut érigé la paroisse de Pontigny comme prélature territoriale[152]. Si la formation de ses prêtres s’effectue depuis 1968 en région parisienne, son statut canonique constitue de fait l'ancienne église abbatiale comme cathédrale de la Mission de France[153].

Entre 1968 et 2006, les anciens bâtiments accueillirent un des centres de formation de l’ADAPT où furent accueillis de nombreux stagiaires[154].

Acquis en 2003 par le Conseil Régional de Bourgogne[155], le domaine de l’abbaye a été rendu en partie accessible au public. Il attend une mise en valeur pour une destination culturelle qui soit cohérente avec son prestigieux passé cistercien dont l’année 2014 fêtera les 900 ans[156].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L’abbaye de Pontigny possède un patrimoine architectural essentiellement médiéval, avec quelques éléments modernes.

À côté de l’ancienne abbatiale qui est la plus grande église cistercienne actuellement conservée et mérite un développement particulier (voir Abbatiale Notre-Dame-et-Saint-Edme de Pontigny), subsiste le bâtiment des convers : cette construction de 35,50 sur 14,50 m, comporte deux étages, voutés en deux nefs de six travées[157]. Au rez-de-chaussée pouvaient se trouver le cellier de l’abbaye et, à l’étage, le dortoir des frères convers[158]. Les phases de construction de cet édifice sont datées entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle[159].

Vue du chevet de l'abbaye de Pontigny

Dans les jardins, à l’ouest de ce bâtiment, ont été déplacées deux grandes vasques monolithes dont l’emplacement originel n’est pas connu, mais qui pouvaient faire partie d’un lavabo monumental[160].

Un portail classique a été remonté entre les deux vasques, et un autre contre le bâtiment des convers, probables vestiges du palais abbatial démoli après la Révolution[161].

La galerie sud du cloître, reconstruit au début du XVIIIe siècle, de près de 50 m de long, donne une idée de l’ampleur que devait avoir cet espace lorsqu’il était complet[162].

La porterie, édifiée à la période moderne, ainsi que les portails latéraux de l’avenue de l’abbaye, inscrivent dans le paysage, avec le mur d’enceinte en grande partie conservé, l’emprise de l’espace préservé que constituait le monastère cistercien[163].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude-Étienne Chaillou des Barres, Histoire de l'abbaye de Pontigny, Paris, 1844.
  • François Chaubet, Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, Villeneuve-d'Ascq, Presses Univ. du Septentrion, 2000, 328 p.
  • Martine Garrigues, Le premier cartulaire de l'abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1981, 488 p.
  • Vaast Barthélemy Henry, Histoire de l'abbaye de Pontigny, ordre de Cîteaux…, Auxerre-Avallon, 1839 (rééd. Avallon, 1882).
  • Terryl N. Kinder, L'abbaye de Pontigny, Paris, 2010, 72 p.
  • Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l'abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles), Paris, CNRS éditions, 2001, 846 p.
  • Claude Wiéner, Pontigny, La Pierre-qui-Vire, 5e éd., 1994.
  • Andrew Tallon, Arnaud Timbert, Les arcs-boutants du chevet de l’abbatiale de Pontigny : nouvelles observations, p. 99-104, Société française d'archéologie, Bulletin monumental, 2008, no 166-2 ( Lire en ligne )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne,‎ 1877, 491 p. (lire en ligne), p. 97.
  2. « Notice no PA00113789 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 7 novembre 2009
  3. Relevées sur Google Maps
  4. Marlène Hélias-Baron, « Chronologie des quatre premières filles de Cîteaux », dans Hypothèses, 2003/1, p. 183, 186, 190.
  5. Georges Fontaine, Pontigny, abbaye cistercienne, Paris, 1928, p. 22.
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. I, Genève, 1990, p. 580, no 9419.
  7. Martine Garrigues, Le premier cartulaire de l'abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1981, no 1, p. 85, et le texte en ligne : Cartulaire général de l'Yonne ; Jean Dufour, Recueil des actes de Louis VI roi de France (1108-1137), Paris, 1992-1994, 4 vol. (Chartes et Diplômes), t. II, no 299, p. 145-146.
  8. Martine Garrigues, Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1981, no 2, p. 85.
  9. Martine Garrigues, Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1981, no 115, p. 182.
  10. Martine Garrigues, Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1981, no 7, p. 89.
  11. Martine Garrigues, Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles), Paris, 1981, no 282, p. 304, et no 14, p. 94.
  12. Jacques Monicat et Jacques Boussard, Recueil des actes de Philippe Auguste roi de France, t. III, Paris, 1966, no 1217, p. 328- 331.
  13. Michel Nortier, Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, t. IV, Paris, 1979, no 1757, p. 419-424.
  14. Œuvres de Rigord et de Guillame Le Breton, éd. Henri-François Delaborde, t. I, Paris, 1882, p. 163.
  15. Ernest Petit, Histoire des ducs de Bourgogne…, t. IV, Dijon, 1891, no 2411, p. 328.
  16. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 284, p. 305.
  17. Albert Suerbeer, Historia canonizationis et translationis sancti Edmundi, éd. Edmond Martène, Thesaurus novus anecdotorum, t. III, Paris, 1717, col. 1864.
  18. Voir Vaast Barthélemy Henry, Histoire de l'abbaye de Pontigny, ordre de Cîteaux…, Auxerre-Avallon, 1839, p. 146 (rééd. Avallon, 1882, p. 153.
  19. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 399.
  20. Léopold Delisle, Essai de restitution d’un volume des Olim perdu depuis le XVIe siècle, et jadis connu sous le nom de Livre pelu noir, ou Livre des enquêtes de Nicolas de Chartres, collection des Inventaires et Documents – Actes du Parlement, sous la direction d’E. Boutaric, Paris, 1863, no 702, p. 419-420.
  21. a et b Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 326.
  22. a et b Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 339.
  23. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 323.
  24. Joseph Garnier, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Côte-d’Or, archives civiles (Série B), t. V, Dijon, 1878, p. 135.
  25. Henri Jassemin et Aline Vallée, Registres du Trésor des chartes, tome II : règnes des fils de Philippe le Bel, deuxième partie : règne de Charles IV le Bel, Paris, 1999, p. 71, no 3951, et p. 72, no 3953.
  26. a, b et c Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 327.
  27. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 327-328.
  28. a et b Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 335.
  29. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 3, p. 86.
  30. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 4, p. 87.
  31. Louis-François Massé, Vie de saint Edme, autrement saint Edmond archevêque de Cantorbéry, Paris-Auxerre, 1858, p. 426, no 62.
  32. Matthieu Paris, Chronica majora, éd. Henry Richards Luard, t. V, Londres, 1880, p. 475.
  33. a et b Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 333.
  34. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 84, p. 152.
  35. Michèle Courtois, Marie-Christine Duchenne, Michel Parisse, Actes originaux conservés dans le département de l'Yonne, Nancy, 1989, p. 87 ; Maximilien Quantin, Cartulaire général de l’Yonne, Auxerre 1860, t. II, no 43, p. 48.
  36. Par exemple, Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 50 à 51, p. 122 à 124.
  37. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 13, p. 93 ; no 305, p. 319.
  38. Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XVIII, Paris, 1822, p. 302-303.
  39. Joseph Garnier, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Côte-d’Or, archives civiles (Série B), t. V, Dijon, 1878, p. 134.
  40. Angel Manrique, Annales Cistercienses, t. I, Lyon, 1642, p. 75.
  41. Vincent de Beauvais, Speculum historiale, livre 29, chap. 92, ed. Douais, 1624, p. 1216.
  42. Jean-Luc Benoit, « Les trois premiers abbés de Pontigny (1114-1174). Quelques éléments biographiques et archéologiques de l’histoire de l’abbaye », dans Bulletin de la Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques de l'Yonne, 16 (1999), p. 7-8.
  43. John Benton et Michel Bur, Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181), t. I, Paris, 2009, no 123, p. 165-166 ; no 156, p. 204-206 ; no 250, p. 324-325 ; no 268, p. 346-347 ; no 342, p. 428-429 ; et no 358, p. 451-452.
  44. Alain Erlande-Brandenburg, Le Roi est mort : étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du XIIIe siècle, Paris, 1975, p. 91 et p. 162.
  45. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 76, p. 146 ; no 151, p. 208 ; no 123, p. 187 ; no 147, p. 205.
  46. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 274, p. 299 ; no 124, p. 188 ; no 189, p. 237, etc.
  47. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 6, p. 88.
  48. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 278, p. 302.
  49. Maximilien Quantin, Cartulaire général de l'Yonne, t. I, Auxerre, 1854, p. 326, no 189.
  50. Vaast Barthélemy Henry, Histoire de l'abbaye de Pontigny, ordre de Cîteaux…, Auxerre-Avallon, 1839, p. 83 (rééd. Avallon, 1882, p. 82.
  51. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 323-326, p. 335.
  52. Les gestes des évêques d’Auxerre, éd. Michel Sot, t. II, Paris, 2006, p. 64-65.
  53. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 76, p. 146 ; no 268, p. 295 ; no 91, p. 162 ; etc.
  54. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 99, p. 169 ; no 130, p. 191 ; no 109, p. 178 ; etc.
  55. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 53, p. 126 ; no 113, p. 180.
  56. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 258, p. 288 ; no 324, p. 331 ; no 256, p. 286 ; etc.
  57. Les gestes des évêques d’Auxerre, éd. Michel Sot, t. II, Paris, 2006, p. 278-279.
  58. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 269, p. 296 ; no 150, p. 207 ; no 141, p. 200 ; etc.
  59. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 59, p. 131 ; no 66, p. 139 ; no 140, p. 199 ; etc.
  60. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 8, p. 89 ; no 146, p. 204.
  61. Maximilien Quantin, Cartulaire général de l’Yonne, Auxerre 1860, t. II, no 316, p. 334 ; Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 80, p. 149 ; no 131, p. 192 ; etc.
  62. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 267, p. 295.
  63. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 105, p. 174 ; no 94, p. 164 ; no 100, p. 170 ; etc.
  64. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 148, p. 206 ; no 120, p. 185.
  65. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 357, p. 353 ; no 265, p. 293.
  66. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 390, p. 374.
  67. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 75, p. 145 ; Maximilien Quantin, Cartulaire général de l’Yonne, t. I, Auxerre, 1854, no 195, p. 333.
  68. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 22, p. 100 ; no 54, p. 127. Maximilien Quantin, Cartulaire général de l’Yonne, Auxerre, 1860, t. II, no 62, p. 65 ; etc.
  69. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 27, p. 103.
  70. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 81, p. 150 ; no 31, p. 106 ; no 30, p. 106.
  71. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 38, p. 113 et no 40, p. 114.
  72. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 276, p. 300.
  73. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 277, p. 301.
  74. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 260, p. 289.
  75. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 261, p. 290.
  76. Maximilien Quantin, Recueil de pièces pour faire suite au Cartulaire général de l'Yonne, XIIIe siècle, Auxerre-Paris, 1873, no 66, p. 31.
  77. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 318, p. 328.
  78. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 332.
  79. Jean-Luc Benoit, Saint Edme et Pontigny : Histoire et légende d’un saint anglais en Bourgogne, Bulletin des Amis de Pontigny, no 5 (n° spécial), Pontigny, 1996, p. 36, no 6.
  80. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 243, p. 274.
  81. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 241, p. 273.
  82. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 245 à 248, p. 276-280.
  83. Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie…, Lyon, 1660, t. II, preuves, p. 59-62.
  84. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, p. 16-20.
  85. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, no 108, p. 176-177.
  86. Christophe Wissenberg, « Granges cisterciennes de l’Yonne : constitution des domaines et aménagement de l’espace », dans Terryl N. Kinder (dir.), Les Cisterciens dans l’Yonne, Pontigny, 1999, p. 53-54, et carte p. 68.
  87. David N. Bell, « Vins et vignobles cisterciens de l’Yonne », dans Terryl N. Kinder (dir.), Les Cisterciens dans l’Yonne, Pontigny, 1999, p. 73.
  88. Jean-Luc Benoit, « Crécy, une ancienne grange de l'abbaye cistercienne de Pontigny », dans Bulletin de la Société des Fouilles Archéologiques et des Monuments Historiques de l'Yonne, 21 (2004), p. 4-5.
  89. Catherine Verna, Les mines et les forges des Cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord, XIIe-XVe siècle, Paris, 1995, p. 16-17.
  90. Magali Orgeur, « Les carreaux de pavement des abbayes cisterciennes en Bourgogne (fin XIIe-fin XIVe siècle) », Bulletin du Centre d’Études Médiévales d’Auxerre, 9 (2005), p. 241-250. En ligne.
  91. Joséphine Rouillard, « L’eau en Champagne du Sud et en Bourgogne du Nord. Les abbayes cisterciennes de Pontigny et Vauluisant (Yonne, France) d’après les cartulaires (XIIe-XIVe siècles) », dans L’hydraulique monastique. Milieux, réseaux, usages, Grâne, 1996, p. 363-381.
  92. Christophe Wissenberg, « Les principaux domaines cisterciens dans l’Yonne au Moyen Âge (XIIe-XVe s.) » et « Les maisons urbaines des abbayes cisterciennes de l’Yonne », dans Terryl N. Kinder (dir.), Les Cisterciens dans l’Yonne, Pontigny, 1999, cartes p. 68 et 69.
  93. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 343-345.
  94. Terryl N. Kinder, « Les granges de l’abbaye de Pontigny », dans Les Cahiers de la Ligue Urbaine et Rurale, no 109 (1990), p. 35.
  95. Christophe Wissenberg, « Granges cisterciennes de l’Yonne : constitution des domaines et aménagement de l’espace », dans Terryl N. Kinder (dir.), Les Cisterciens dans l’Yonne, Pontigny, 1999, p. 61-62.
  96. a et b David N. Bell, « Vins et vignobles cisterciens de l’Yonne », dans Terryl N. Kinder (dir.), Les Cisterciens dans l’Yonne, Pontigny, 1999, p. 81-82.
  97. Jean-Luc Benoit, « Autour des tombeaux de saint Edme à Pontigny, au milieu du XIIIe siècle », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 133 (2001), p. 52-53.
  98. Règle de saint Benoît, chap. 53, 1a.
  99. Pierre Aubé, Thomas Becket, Paris, 1988, p. 215-247.
  100. Tractatus de promissione beati Thomæ martyris, videlicet quod talis esset sibi successurus qui ecclesiæ Pontiniacensi recompensaret pro liberalitatibus sibi tempore sui exilii impensis, rééd. John Allen Giles, Vita s. Thomæ Cantuariensis archiepiscopi et martyris, t. II, Oxford, 1845, p. 297-311.
  101. Innocent III, bulle du 24 avril 1204, éd. Migne, Patrologia Latina, t. 217, no 75, col. 108.
  102. Joseph Marie Canivez, Statuta Capitulorum generalium ordinis Cisterciensis…, t. I, Ab anno 1116 ad annum 1220, Louvain, 1933, ann. 1205, no 10.
  103. François de Mézeray, Histoire de France depuis Faramond jusqu'à maintenant…, Paris, t. I, 1643, p. 468.
  104. F. Maurice Powicke, Stephen Langton, Oxford, 1928, p. 49-74.
  105. Nicholas Vincent, « Stephen Langton, archbishop of Canterbury », dans Étienne Langton, prédicateur, bibliste, théologien, études réunies par L -J. Bataillon, N. Bériou, G. Dahan et R. Quinto, Turnhout, 2010, p. 67-89.
  106. C. R. Cheney, Innocent III and England, Stuttgart, 1976, p. 298-356.
  107. John Baldwin, « Maître Étienne Langton, futur archevêque de Canterbury : les écoles de Paris et la Magna Carta », dans Étienne Langton, prédicateur, bibliste, théologien, études réunies par L -J. Bataillon, N. Bériou, G. Dahan et R. Quinto, Turnhout, 2010, p. 24-40.
  108. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, p. 273, no 241.
  109. Clifford Hugh Lawrence, The Life of St. Edmund by Matthew Paris, Oxford, 1996, p. 177.
  110. Clifford Hugh Lawrence, « The Alleged Exile of archbishop Edmund », The Journal of Ecclesiastical History, 7 (1956), p. 160-173).
  111. Clifford Hugh Lawrence, The Life of St. Edmund by Matthew Paris, Oxford, 1996, p. 180.
  112. Eustache de Faversham, Vita Edmundi, éditée par Clifford Hugh Lawrence, St. Edmund of Abingdon. A Study in Hagiography and History, Oxford, 1960, p. 219.
  113. Clifford Hugh Lawrence, The Life of St. Edmund by Matthew Paris, Oxford, 1996, p. 90.
  114. Jean-Luc Benoit, « Autour des tombeaux de saint Edme à Pontigny, au milieu du XIIIe siècle », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 133 (2001), p. 43-44.
  115. Clifford Hugh Lawrence, The Life of St. Edmund by Matthew Paris, Oxford, 1996, p. 98.
  116. Jean-Luc Benoit, « Autour des tombeaux de saint Edme à Pontigny, au milieu du XIIIe siècle », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 133 (2001), p. 64-66.
  117. Jean-Luc Benoit, Saint Edme et Pontigny : Histoire et légende d’un saint anglais en Bourgogne, Bulletin des Amis de Pontigny, no 5 (n° spécial), Pontigny, 1996, p. 24-28 et 54-62, et « Autour des tombeaux de saint Edme à Pontigny, au milieu du XIIIe siècle », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne, 133 (2001), p. 67, n. 197 ; voir aussi « Le pèlerinage de 1873 », Pontigny. Bulletin des Amis de Pontigny, 4 (1995), p. 23-28.
  118. Société généalogique de l’Yonne, Collection des tables cantonales et Collection des tables d’état civil, en particulier Table cantonale des registres de mariages des paroisses du canton de Ligny-le-Châtel (Yonne) : La Chapelle-Vaupelteigne, Lignorelles, Ligny-le-Châtel, Maligny, Méré, Montigny-la-Resle, Rouvray, Varennes, Venouse, Villeneuve-Saint-Salves, Villy, Auxerre, 2006, et Table cantonale des mariages de l'état civil des communes du canton de Ligny-le-Châtel (Yonne) : La Chapelle-Vaupelteigne, Lignorelles, Ligny-le-Châtel, Maligny, Méré, Montigny-la-Resle, Pontigny, Rouvray, Varennes, Venouse, Villeneuve-Saint-Salves, Villy (1793-1906) , Auxerre, 2007.
  119. Marguerite Rebouillat, « Les sanctuaires de Bourgogne dits ‘à répits’ », dans La piété populaire de 1610 à nos jours : Actes du 99e Congrès national des Sociétés Savantes (Besançon, 1974), Histoire moderne, Paris, 1976, p. 195.
  120. Martine Garrigues, ‘‘Le premier cartulaire de l’abbaye cistercienne de Pontigny (XIIe-XIIIe siècles)’’, Paris, 1981, p. 450-451.
  121. Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 641-656.
  122. Jean-Luc Benoit, « Aspects de la vie quotidienne à Pontigny, au XIIIe siècle, d’après le Formulaire de l’abbaye », dans Culture et patrimoine cisterciens, Colloque du 12 juin 2009, Collège des Bernardins, [Paris], 2009, p. 103-128.
  123. Dom Jean Dubois, « L’institution des convers au XIIe siècle, Forme de vie monastique propre aux laïcs », dans I laici nella « societas christiana » dei secoli XI e XII, Atti della terza settimana internazionale di studio, Mendola, 21-27 août 1965 (Publicazioni dell’universita cattolica del sacro Cuore, Miscellanea del centro di studi medievali, V), p. 183-261.
  124. Alain Erlande-Brandenbourg, Abbayes cisterciennes, [Paris], 2004, p. 26.
  125. Bernard Peugniez, Routier Cistercien, Abbayes et Sites : France, Belgique, Luxembourg, Suisse, Moisenay, 2001, 512 p. ; Les Cisterciens ; Ferenc Hervay, Repertorium historicum Ordinis Cisterciensis in Hungaria, Rome, 1984, 329 p.
  126. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 336.
  127. Francis Molard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790 – Yonne, archives ecclésiastiques (Série H), t. III, 2e partie, Auxerre, 1888, p. 337.
  128. Pontigny. Bulletin des Amis de Pontigny, [no 1], 1989, p. 22.
  129. Claude-Étienne Chaillou des Barres, L’abbaye de Pontigny, Paris, 1844, p. 219-220.
  130. Charles Porée, Inventaire sommaire des archives départementales postérieures à 1790 ; Yonne ; Archives de la Révolution, Série L, Auxerre, 1911, p. 527 ; Louis Petit, Liste générale des déportés par la loi du 19 fructidor an V, La Rochelle, s.d., p. 30 ; Alype-Jean Noirot, Le département de l’Yonne comme diocèse, t. I, Un feu pour illuminer la nuit (1790-1843), Auxerre, 1979, p. 123 et 282.
  131. Claude-Étienne Chaillou des Barres, L’abbaye de Pontigny, Paris, 1844, gravure de la page de titre.
  132. Angel Manrique, Annales Cistercienses, t. I, Lyon, 1642, p. 75.
  133. François Bougard et Pierre Petitmengin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann, La bibliothèque de l’abbaye cistercienne de Vauluisant. Histoire et inventaires, Paris, 2012, p. 43.
  134. Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 518.
  135. Thomas Falmagne, « Le réseau des bibliothèques cisterciennes aux XIIe et XIIIe siècles. Perspectives de recherche », dans Unanimité et diversité cisterciennes. Filiations, réseaux, relectures, du XIIe au XVIIe siècle, Actes du 4e colloque international du CERCOR, Saint-Étienne, 2000, p. 207-214.
  136. Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 31-53 et 239-285.
  137. Thomas Falmagne, Les Cisterciens et leurs bibliothèques, Troyes, 2012, p. 7.
  138. Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 79-99.
  139. Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 101-114.
  140. Patricia Stirnemann, « Le témoignage des manuscrits : scribes et enlumineurs (1140-1220), dans La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 55-78.
  141. David N. Bell, « Abbot Jean Depaquy and the Printed Books of Pontigny, 1778-1794 », dans Cîteaux : Commentarii Cistercienses, 51 (2000), p. 117-148.
  142. Voir Dominique Dinet, « Les bibliothèques monastiques de Bourgogne et de Champagne au XVIIIe siècle », dans Histoire, économie et société, t. 2 (1983), p. 281-302.
  143. Monique Peyrafort-Huin, avec la collaboration de Patricia Stirnemann et une contribution de Jean-Luc Benoit, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny (XIIeXIXe siècles). Histoire, inventaires anciens, manuscrits, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 207-235 et 445-594.
  144. Eugène Drot, « Table générale des biens nationaux vendus dans l’Yonne », dans Annuaire historique du département de l’Yonne, 60 (1896), p. 195.
  145. Claude-Étienne Chaillou des Barres, L’abbaye de Pontigny, Paris, 1844, p. 211-212.
  146. Christian Sapin et Fabrice Henrion, « Abbaye de Pontigny (Yonne). Note sur les principaux résultats du diagnostic archéologique mené en 2004 », dans Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 137 (2005), p. 267.
  147. Georges Fontaine, Pontigny, abbaye cistercienne, Paris, 1928, p. 101.
  148. Marianne Bouvier, « Les Pères de Saint-Edme », dans Bulletin des Amis de Pontigny, 4 (1995), p. 3-4.
  149. Alype-Jean Noirot, Le département de l’Yonne comme diocèse, t. I, Un feu pour illuminer la nuit (1790-1843), Auxerre, 1979, p. 278.
  150. François Chaubet, Paul Desjardins et les Décades de Pontigny, Paris, 2000.
  151. J.-P. Gonnin et P. Philippe Simonnet, « Les Pères de Saint-Edme et le collège franco-américain », dans Bulletin des Amis de Pontigny, 4 (1995), p. 29-32.
  152. André Lacrampe, « La Mission de France à Pontigny », dans Bulletin des Amis de Pontigny, no 3 (1992), p. 45-52.
  153. Pontigny sur le site officiel de la Mission de France
  154. Site d’anciens élèves de l’ADAPT
  155. Article du 23 juillet 2002 sur le site ArtAujourd’hui.info
  156. Alain Rawel, « Découvrir Pontigny », dans Annales de Bourgogne, 84 (2012), p. 94-95.
  157. Georges Fontaine, Pontigny, abbaye cistercienne, Paris, 1928, p. 104.
  158. Marie-Anselme Dimier, L’art cistercien, 3e éd., La Pierre-qui-Vire, 1982, p. 301.
  159. Christian Sapin et Fabrice Henrion, « Abbaye de Pontigny (Yonne). Note sur les principaux résultats du diagnostic archéologique mené en 2004 », dans Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne, 137 (2005), p. 269-270.
  160. Terryl N. Kinder, « Aménagement d’une vallée de larmes. Les Cisterciens et l’eau à Pontigny (yonne, France) », dans L’hydraulique monastique, sous la direction de Léon Pressouyre et Paul Benoit, Grâne, 1996, p. 392-393.
  161. Abel Moreau, Pontigny, de l’abbaye cistercienne au collège franco-américain, Paris, 1950, p. 91.
  162. Terryl N. Kinder, L’abbaye de Pontigny, Paris, 2010, p. 70.
  163. Terryl N. Kinder, L’abbaye de Pontigny, Paris, 2010, p. 31-32.