Tom Barrasso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tom Barrasso

Photo de Tom Barrasso en survêtement sur la patinoire qui discute avec une personne de dos.

Barrasso lors d'un entraînement des Hurricanes de la Caroline
(sur la droite)

Surnom(s) Tomcat
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Né le 31 mars 1965,
Boston (États-Unis)
Entraîneur Adjoint
Équipe KHL Metallourg Magnitogorsk
A entraîné Hurricanes de la Caroline
Activité Depuis 2007
Joueur retraité
Position Gardien de but
A joué pour LAH
 Americans de Rochester
LNH
 Sabres de Buffalo
 Penguins de Pittsburgh
 Sénateurs d'Ottawa
 Hurricanes de la Caroline
 Maple Leafs de Toronto
 Blues de Saint-Louis
Repêc. LNH 5e choix au total, 1983
Sabres de Buffalo
Carrière pro. 19832003

Temple de la renommée américain : 2009

Thomas Patrick Barrasso (né le 31 mars 1965 à Boston dans le Massachusetts aux États-Unis) est un joueur professionnel de hockey sur glace américain, qui a évolué en tant que gardien de but dans la Ligue nationale de hockey. Au cours de sa carrière de joueur, il remporte notamment deux Coupes Stanley avec les Penguins de Pittsburgh en 1990-91 et 1991-92. Il met fin à sa carrière de joueur en 2003 après dix-huit saisons. Par la suite, il devient membre de l'équipe dirigeante des Hurricanes de la Caroline en tant qu'entraîneur des gardiens et responsable du développement des gardiens de la franchise[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses débuts en tant que junior[modifier | modifier le code]

Tom Barrasso grandit dans la ville d’Acton dans le Massachusetts. Il joue alors aux côtés de Bob Sweeney et de Jeff Norton et commence à pratiquer le hockey sur une patinoire en extérieur[2]. Il joue avec l'équipe d'Acton-Boxborough dès 1979-80. Il y passe quatre saisons et conduit chaque année son équipe en finale du championnat High School[3].

En 1983, alors qu'il joue sa dernière saison avec l'équipe, il est sélectionné pour représenter les États-Unis lors du championnat du monde junior qui se joue à Leningrad mais ne participe qu'à trois rencontres pour une moyenne de 5,14 buts encaissés par match. L'équipe finit alors à la cinquième place du tournoi[4].

Il est tout de même pressenti par les spécialistes pour être le premier gardien repêché par les équipes de la Ligue nationale de hockey lors du repêchage d'entrée de l'été, repêchage qui a lieu au Forum de Montréal à Québec au Canada. Il est bel et bien choisi en tant que premier gardien de but mais il est également le cinquième joueur choisi, tous postes confondus. Il est le premier gardien de l'histoire de la LNH choisi aussi tôt au cours d'un repêchage, le premier gardien américain à être sélectionné lors d'une première ronde de repêchage[4]. Il faut attendre 1997 et Roberto Luongo pour voir un gardien choisi plus tôt, Luongo étant choisi en tant que quatrième joueur[5] puis Rick DiPietro en 2000, DiPietro étant le tout premier joueur[6].

Les débuts avec les Sabres de Buffalo[modifier | modifier le code]

Après le repêchage, il rejoint l'équipe américaine qui se prépare pour les Jeux olympiques de 1984 mais il ne parvient pas à s'intégrer au sein de l'équipe, prenant de haut les autres joueurs américains[4]. Finalement, il a l'opportunité de signer un contrat professionnel et le 30 août il annonce à l'entraîneur national son désir de quitter la préparation et de rejoindre la franchise de la LNH. La raison officielle qu'il évoque alors est que l'équipe possède déjà deux grands gardiens : Marc Behrend et Bob Mason[4].

Lors du camp d'entraînement des Sabres, Barrasso gagne sa place au détriment de Jacques Cloutier et devient le deuxième gardien de l'équipe aux côtés de Robert Sauvé[7]. Il joue le premier match de la saison à l'âge de 18 ans et commence en tant que titulaire de l'équipe pour une victoire 5-3 contre les Whalers de Hartford, il réalise ce soir là 21 arrêts. Il est alors le plus jeune gardien à remporter un match de hockey depuis Harry Lumley en 1944[4]. À l'issue de la saison, il remporte à la fois le trophée Calder du meilleur joueur dans sa première saison[8] ainsi que le trophée Vézina, du meilleur gardien de la saison[9]. Il devient le troisième gardien de l’histoire de la LNH a réaliser le doublé au cours de la même saison[10] après Frank Brimsek en 1938-39[11] et Tony Esposito en 1969-70[12]. Il a l'honneur d'être sélectionné dans l'Équipe d'étoiles de recrues de la LNH mais également dans la première Équipe d'étoiles tous joueurs confondus[4].

Surnommé « Tomcat », il est alors considéré par certains comme un des meilleurs gardiens au monde et est sélectionné avec l’équipe Américaine pour la Coupe Canada 1984 alors qu'il n'a que 19 ans pour partager les matchs avec Glenn Resch[2]. Au début de la saison suivante, il connaît un léger passage à vide en encaissant cinq buts contre les Red Wings de Détroit alors que son équipe a déjà perdu trois matchs sur cinq depuis le début de la saison[10]. Il est affecté aux Americans de Rochester pour jouer la saison dans la Ligue américaine de hockey, l'équipe étant alors affiliée avec les Sabres. Il s'agit alors de l'unique passage dans une ligue mineure de toute sa carrière[4]. Interrogé à ce sujet, il déclare alors être persuadé de servir de bouc émissaire à la vue des résultats de l'équipe. Scotty Bowman, entraîneur de l'équipe, lui motive son choix par le fait qu'un gardien est fait pour arrêter les palets et que c'est la seule chose qu'il reproche alors à Barrasso[13].

Il est tout de même de retour dans la LNH au bout de cinq matchs et y finit la saison. Début 1985, il est appelé pour jouer le 37e Match des étoiles de la ligue aux côtés du gardien des Flyers de Philadelphie, Pelle Lindbergh[10]. Il remporte avec Sauvé le trophée William M. Jennings en tant que gardiens ayant encaissé le plus petit nombre de buts au cours de la saison régulière ; l'équipe des Sabres ne concède alors que 237 buts[14]. Il manque de peu un deuxième trophée Vézina en terminant derrière Lindbergh mais remporte tout de même le prix interne du meilleur joueur des Sabres[10]. Malgré cette belle année et ce trophée, Barrasso est déçu d'avoir joué dans la LAH en ligue mineure et c'est le début de la discorde entre lui et les dirigeants des Sabres[13].

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas pour Tom Barrasso qui devient tout de même le numéro un dans les buts des Sabres, Sauvé rejoignant les Blackhawks de Chicago. Il est alors titulaire pour soixante matchs de la saison 1985-86 mais ne parvient pas à totaliser les mêmes belles statistiques et pour la première fois depuis la saison 1973-74, l'équipe manque les séries[10].

Avec les Penguins de Pittsburgh[modifier | modifier le code]

Des débuts prometteurs mais compliqués[modifier | modifier le code]

Photo de la bannière de la Coupe Stanley 1991.
Les bannières accrochées dans le Mellon Arena et commémorant les titres de 1991.

En 1988, Barrasso quitte les Sabres pour rejoindre les Penguins de Pittsburgh sous l'impulsion de Tony Esposito directeur général de l'équipe[15] où il rejoint Mario Lemieux. Lors de la saison précédente, l'équipe n'a pas réellement de gardien titulaire : Gilles Meloche, Pat Riggin, Frank Pietrangelo et Steve Guénette se partagent les 80 matchs de la saison avec quasiment le même nombre de matchs pour les quatre joueurs[16]. Dès la première saison sous ses nouvelles couleurs, Barrasso devient le gardien titulaire de l'équipe jouant plus de la moitié des matchs de la franchise. Il aide alors l'équipe à se qualifier pour les séries, la première qualification depuis la saison 1981-82. Après avoir écarté en quatre matchs secs les Rangers de New York, les Penguins sont éliminés par les Flyers de Philadelphie en sept matchs, Barrasso jouant l'intégralité des onze matchs[17].

En 1989-90, Barrasso ne joue que vingt-quatre matchs, sa fille Ashley âgée de quatre ans est alors atteinte d'un cancer et il met sa carrière entre parenthèses pour s'occuper d'elle et la suivre dans la maladie[13]. L'équipe s'appuie alors grandement sur Wendell Young mais ne parvient pas à jouer les séries[18], malgré le retour de Barrasso le 19 mars 1990[19].

La première Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

Au cours de la saison 1990-91, il reprend petit à petit son rôle de gardien numéro un de l'équipe après l'opération de sa fille en janvier 1990 et réussit une nouvelle fois à porter son équipe aux séries, en jouant aux côtés de Jaromír Jágr pour sa première saison, Lemieux qui manque le début de la saison ou encore Ron Francis qui arrive en cours de saison depuis les Whalers de Hartford. L'équipe qui s'appuie sur une défense dirigée par Paul Coffey et Phil Bourque remporte 27 des 48 matchs joués par Barrasso qui réalise par ailleurs 5 passes décisives. Les 27 victoires de Barrasso sont un record pour l'équipe des Penguins depuis sa création[20]. Les Penguins terminent au premier rang de leur division, la division Patrick, mais ils finissent tout de même à douze points des Bruins de Boston — champions de la conférence Walles — et à 18 points des Blackhawks de Chicago — champions sur la saison régulière avec 106 points[21]. Au cours des séries, les Penguins écartent les Devils du New Jersey en sept matchs puis les Capitals de Washington 4 matchs à 2 et enfin les Bruins de Boston avant de rencontrer les North Stars du Minnesota en finale de la Coupe Stanley.

Lors du sixième et dernier match de la série, les Penguins remportent la victoire sur le score de 8 buts à 0. Lors de la dernière pause du match, Bob Johnson, l'entraîneur de l'équipe, fait alors un discours pour essayer de faire descendre la tension du match, le score étant déjà de 6 à 0 pour les Penguins. Pour une des premières fois de sa carrière, ses joueurs l'entendent alors jurer en leur demandant de ne pas gâcher leur opportunité de devenir « champion du monde »[Note 1]. Kevin Stevens se rappellera également par la suite que même Barrasso qui n'avait pas l'habitude de parler est alors intenable[22]. Finalement, les Penguins soulèvent leur première Coupe Stanley en inscrivant deux buts de plus et terminent par un blanchissage de Barrasso[Note 2]. L'équipe parvient à remporter la Coupe tout en perdant à chaque fois le premier match des séries. Le score de 8–0 du dernier match de la finale est le score le plus élevé pour un match de la finale depuis le 23–2 infligé par les Silver Seven d'Ottawa aux Nuggets de Dawson City lors de la finale de 1905[23].

La seconde Coupe Stanley et la consécration[modifier | modifier le code]

Champions en titre, les Penguins débutent la nouvelle saison en tant que favoris même s'ils perdent leur entraîneur, Johnson et que Barrasso retrouve une vieille connaissance avec l'arrivée de Bowman comme nouvel entraîneur[24]. Barrasso joue encore plus de matchs que les années précédentes, atteignant les 57 parties au cours de la saison, son deuxième plus haut total après ses 60 jeux de la saison 1985-86[25]. Il aide son équipe à finir troisième de la division derrière les Rangers et les Capitals et l'équipe se qualifie pour les séries. Les Penguins jouent tour à tour contre les Capitals, les Rangers et les Bruins avant de disputer la finale contre les Blackhawks de Chicago. Lors de la série contre les Capitals, l'équipe est menée 3-1 avant de parvenir à renverser la tendance et en particulier lors du septième match, Barrasso ne concède qu'un seul but pour finalement remporter le match 3 buts à 1. Les Penguins remportent leurs onze derniers matchs lors des séries s'octroyant ainsi une nouvelle Coupe Stanley, les Bruins et les Blackhawks perdant à chaque fois en quatre matchs. Lors du troisième match de la finale, Barrasso réalise 27 arrêts pour la victoire 1 but à 0, but inscrit par Stevens[26].

Tout comme la plupart des Penguins, Barrasso connaît la meilleure saison de sa carrière en 1992-93[27]. Il décroche alors tous les records des gardiens de l'histoire des Penguins : il joue 63 matchs – record battu par la suite par Johan Hedberg avec 66 matchs en 2001-02 puis par Marc-André Fleury et ses 67 matchs en 2006-07. Il en remporte au total 43, 24 à domicile et 19 à l'extérieur, réalise 8 passes décisives, gagne 14 matchs consécutifs entre le 9 mars et le 9 avril dont six matchs de suite en déplacement à partir du 14 mars. Avec son gardien remplaçant, Ken Wregget, ils restent invaincus sans prendre le moindre but pendant un temps record pour l'équipe de 187 minutes et 30 secondes[20]. À l'issue de la saison régulière, les Penguins finissent en première position de toute la LNH, quatre joueurs totalisent plus de 100 points et écartent tout le monde sur leur passage. Malheureusement pour eux, la très bonne saison régulière laissent des traces sur les organismes des joueurs et l'équipe chute au deuxième tour des séries contre les Islanders de New York en sept matchs[27]. Le but de la défaite pour les Penguins est inscrit par David Volek, au bout de 5 minutes et 16 secondes de prolongation[28]. Le 17 juin, Barrasso est élu en compagnie de Larry Murphy et Kevin Stevens dans la seconde équipe d'étoiles de la Ligue, Lemieux étant dans la première équipe type[20].

De nouvelles complications[modifier | modifier le code]

Le retour à la réalité est brutale pour les Penguins et pour Barrasso encore plus que pour les autres joueurs. Blessé la majeure partie du temps, Barrasso rate la plupart des saisons 1994-95 et 1995-96 mais réussit néanmoins à revenir ensuite à un très bon niveau. Ainsi au cours de la saison 1996-97, il devient le premier gardien américain à dépasser la barre symbolique des 300 victoires dans la LNH[20].

Dans ses dernières saisons au sein des Penguins, les relations entre Barrasso et la presse locale deviennent tendues et le gardien prend alors la décision de ne plus parler à la presse considérant que celle-ci lui manque de respect ainsi qu’à sa famille. Cet épisode lui ternit son image au sein de la communauté de Pittsburgh[29].

Après les Penguins, la fin de sa carrière[modifier | modifier le code]

En mars 2000, « Tomcat » quitte Pittsburgh pour aller jouer chez les Sénateurs d'Ottawa où après une défaite au cours du 7e match des séries éliminatoires, il envoie promener les journalistes. Il manque la saison suivante dans sa totalité, sa fille aînée étant une nouvelle fois atteinte du cancer. Il rejoint ainsi les Hurricanes de la Caroline pour la saison 2001-02 mais en raison de blessures récurrentes Barrasso ne retrouve jamais son jeu même s’il participe à la conquête de la médaille d’argent au cours des XIXe Jeux olympiques d'hiver à Salt Lake City aux États-Unis.

Avant de se retirer de la LNH à l'issue de la 2003, il rejoint les Blues de Saint-Louis mais ne joue que six matchs de la saison. Les Blues le laissent libre en juin pour qu'il puisse signer avec les Penguins un contrat en pro forma et prendre officiellement sa retraite en tant que joueur de Pittsburgh[19].

Il est maintenant le directeur du développement des gardiens de buts chez les Hurricanes de la Caroline[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Tom Barrasso est marié avec Megan qu'il connaît depuis l'époque de leurs études à Acton-Boxborough, Tom lui ayant alors annoncé qu'il comptait jouer dans la LNH[13]. Ensemble, ils ont eu trois filles : Ashley, Kelsey et Mallory. L'aînée, Ashley, est née en 1987 et alors qu'elle n'a que quatre ans, elle est atteint d'un cancer qu'elle parvient à battre alors qu'elle n'avait que 15 % de chances de vaincre la maladie[30]. Elle est soignée le 2 janvier 1990 au cours d'une opération réussie de 15 heures de long, mais son traitement de chimiothérapie lui ayant détruit une partie de sa moelle osseuse, elle reçoit une greffe fin février et frôle la mort début mars[13].

Suite à sa cette première maladie, son père crée une association de récolte de fonds contre le cancer au début des années 1990 : Ashley Barrasso Cancer Research Fund. Elle est une nouvelle fois atteinte du même cancer dix ans plus tard en 2000[31]. Lors du parcours du relais de la Flamme olympique pour les Jeux de 2002, Ashley participe à ce relais et reçoit la flamme des mains de Mario Lemieux, ancien coéquipier de son père[32].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[25],[33]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  V   D   N  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun  A  PJ  V   D  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun  A 
1981-1982 Acton-Boxborough Colonials High-MA[Note 3] 23 - - - 1 035 32 7 1,86 - - - - - - - - - - - - -
1982-1983 Acton-Boxborough Colonials High-MA 23 22 0 1 1 035 17 10 0,99 - - - - - - - - - - - - -
1983-1984 Sabres de Buffalo LNH 42 26 12 3 2 475 117 2 2,84 89,3 20 2 3 0 2 139 8 0 3,45 86,4 7 0
1984-1985 Sabres de Buffalo LNH 54 25 18 10 3 248 144 5 2,66 88,7 41 6 5 2 3 300 22 0 4,4 85,4 2 0
1984-1985 Americans de Rochester LAH 5 3 1 1 267 6 1 1,35 93,6 2 0 - - - - - - - - - -
1985-1986 Sabres de Buffalo LNH 60 29 24 5 3 561 214 2 3,61 88 28 4 - - - - - - - - - -
1986-1987 Sabres de Buffalo LNH 46 17 23 2 2 501 152 2 3,65 87,4 22 1 - - - - - - - - - -
1987-1988 Sabres de Buffalo LNH 54 25 18 8 3 133 173 2 3,31 89,6 50 1 4 1 3 224 16 0 4,29 86,7 0 0
1988-1989 Sabres de Buffalo LNH 10 2 7 0 545 45 0 4,95 84,2 21 3 - - - - - - - - - -
Penguins de Pittsburgh LNH 44 18 5 7 2 406 162 0 4,04 88,8 49 5 11 7 4 641 40 0 3,8 89,7 8 1
1989-1990 Penguins de Pittsburgh LNH 24 7 12 3 1 294 101 0 4,68 86,5 8 0 - - - - - - - - - -
1990-1991 Penguins de Pittsburgh LNH 48 27 16 3 2 754 165 1 3,59 89,6 40 5 20 12 7 1 175 51 1 2,6 91,9 2 1
1991-1992 Penguins de Pittsburgh LNH 57 25 22 9 3 329 196 1 3,53 88,5 30 4 21 16 5 1 233 58 1 2,82 90,7 4 2
1992-1993 Penguins de Pittsburgh LNH 63 43 14 5 3 702 186 4 3,01 90,1 24 8 12 7 5 722 35 2 2,91 90,5 4 3
1993-1994 Penguins de Pittsburgh LNH 44 22 15 5 2 482 139 2 3,36 89,3 42 1 6 2 4 356 17 0 2,87 89,5 0
1994-1995 Penguins de Pittsburgh LNH 2 0 1 1 125 8 0 3,84 89,3 0 0 2 0 1 80 8 0 6 80,5 2 0
1995-1996 Penguins de Pittsburgh LNH 49 29 16 2 2 799 160 2 3,43 90,2 18 3 10 4 5 558 26 1 2,8 92,3 8 0
1996-1997 Penguins de Pittsburgh LNH 5 0 5 0 270 26 0 5,78 86 0 0 - - - - - - - - - -
1997-1998 Penguins de Pittsburgh LNH 63 31 14 13 3 542 122 7 2,07 92,2 14 2 6 2 4 376 17 0 2,71 90,1 2 0
1998-1999 Penguins de Pittsburgh LNH 43 19 16 3 2 306 98 4 2,55 90,1 20 3 13 6 7 787 35 1 2,67 90 4 0
1999-2000 Penguins de Pittsburgh LNH 18 5 7 2 870 46 1 3,17 88,1 6 0 - - - - - - - - - -
Sénateurs d'Ottawa LNH 7 3 4 0 418 22 0 3,16 87,9 0 0 6 2 4 372 16 0 2,58 90,5 2 0
2001-2002 Hurricanes de la Caroline LNH 34 13 12 5 1 908 83 2 2,61 90,6 34 0 - - - - - - - - - -
Maple Leafs de Toronto LNH 4 2 2 0 219 10 0 2,74 90,9 0 0 - - - - - - - - - -
2002-2003 Blues de Saint-Louis LNH 6 1 4 0 293 16 1 3,28 87,9 0 0 - - - - - - - - - -
Totaux LNH 777 369 277 86 44 180 2 385 38 3,24 89,2 469 48 119 61 54 6 953 349 6 3,01 90,2 46 7
Statistiques par saison[33]
Saison Équipe Ligue PJ  V   D   N  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun Résultat
1983 Drapeau : États-Unis États-Unis Championnat du monde junior 3 - - - 140 12 5,14 0 Cinquième place
1984 Drapeau : États-Unis États-Unis Coupe Canada 5 2 2 1 252 13 3,10 0 Quatrième place
1986 Drapeau : États-Unis États-Unis Championnat du monde 5 - - - 260 18 4,15 0 Sixième place
1987 Drapeau : États-Unis États-Unis Coupe Canada 1 0 1 0 60 5 5,00 0 Cinquième place
2002 Drapeau : États-Unis États-Unis Jeux olympiques 1 1 0 0 60 1 1,00 0 médaille d'argent Médaille d'argent

Trophée, records et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Suite à sa carrière, il a l'honneur d'être admis au temple de la renommée américano-italien[34] mais il a également été mis en avant par de nombreux trophées au cours de sa carrière. Enfin, en 2009, il est admis au Temple de la renommée du hockey américain en compagnie de Tony Amonte, John LeClair et Frank Zamboni[35].

Trophées de la LNH[modifier | modifier le code]

  • 1993
    • Seconde équipe des étoiles

Trophées d'équipes[modifier | modifier le code]

Sabres de Buffalo[modifier | modifier le code]

  • Buffalo Hunt Trophy — recrue de l'année en 1983-84[4]
  • Buffalo Larkin Trophy — trophée pour le meilleur joueur de la saison (MVP) en 1984-85 et 1987-88
  • Buffalo Star of Stars Trophy — joueur le plus sélectionné en tant que joueurs du match à domicile 1987-88

Penguins de Pittsburgh[modifier | modifier le code]

  • Edward J. DeBartolo Community Service Award — ce trophée nommé en l'honneur d'Edward J. DeBartolo, ancien propriétaire de l'équipe, récompense le joueur le plus au service de la communauté[36]. Il remporte ce trophée en même temps que l'autre gardien de l'équipe, Ken Wregget, en 1993
  • Il est également sacré meilleur joueur défensif de l'équipe en 1993 et 1998[37].

Records[modifier | modifier le code]

Barrasso est un des grands gardiens de l'histoire de la LNH et possède quelques records[4],[33] :

  • Deuxième plus grand nombre de victoires dans la pour un gardien Américain – 369 victoires derrière John Vanbiesbrouck et ses 374 victoires
  • Plus grand nombre de points marqués par un gardien – 48 (uniquement des passes)
  • Plus grand nombre de minutes de pénalités pour un gardien – 437 minutes
  • Plus grand nombre de victoires en une année lors des séries – 16 victoires en 1992 avec les Penguins (record partagé)
  • Plus grand nombre de victoires consécutives en séries – 14 victoires en 1992 avec les Penguins

Transactions en carrière[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme champion du monde est trompeur puisqu'il ne désigne pas le fait de remporter le titre de champion de monde mais bel et bien de remporter la Coupe Stanley. L'utilisation de ce terme par Johnson démontre un sentiment répandu des personnalités de la LNH de considérer le titre de champion de la Coupe Stanley comme le titre de champion du monde.
  2. Un gardien de but effectue un blanchissage quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.
  3. Cette ligue correspond à la ligue des écoles supérieures du Massachusetts

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Présentation de Tom Barrasso sur http://hurricanes.nhl.com.
  2. a et b (en) Biographie sur http://www.legendsofhockey.net/.
  3. (en) Biographie sur le site du temple de la renommée de Acton-Boxborough, le Acton-Boxborough Colonial Club, http://abcolonialclub.com/.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Fiche de carrière sur http://www.hockeydraftcentral.com/.
  5. « Roberto Luongo - Statistiques », sur www.nhl.com
  6. « Rick DiPietro - Statistiques », sur www.nhl.com
  7. (en) Effectif des Sabres en 1983-84 sur http://www.hockeydb.com.
  8. (en) Historique et récipiendaires du trophée Calder sur http://www.nhl.com.
  9. (en) Historique et récipiendaires du trophée Vézina sur http://www.nhl.com.
  10. a, b, c, d et e (en) Biographie sur http://www.sabreslegends.com/.
  11. (en) Biographie de Frank Brimsek sur http://www.legendsofhockey.net.
  12. (en) Biographie de Tony Esposito sur http://www.legendsofhockey.net.
  13. a, b, c, d et e (en) Article sur Tom Barrasso sur http://sportsillustrated.com.
  14. (en) Historique et récipiendaires du trophée Jennings sur http://www.legendsofhockey.net.
  15. Starkey, « Tales from the Pittsburgh Penguins » pages 69 à 71
  16. (en) Saison 1987-88 des Penguins sur http://www.hockeydb.com.
  17. (en) Saison 1988-89 des Penguins sur http://www.pittsburghhockey.net.
  18. (en) Saison 1989-90 des Penguins sur http://www.pittsburghhockey.net.
  19. a, b et c (en) Biographie sur http://www.hockeygoalies.org/.
  20. a, b, c et d (en)-[PDF] Guide médias des Penguins 2008-09, sur http://penguins.nhl.com/.
  21. (en) Saison 1990-91 de la LNH sur http://www.hockeydb.com/.
  22. Starkey, « Tales from the Pittsburgh Penguins » pages 108 et 109
  23. (en) Historique des North Stars sur http://www.spiritus–temporis.com/.
  24. (en) Biographie de Johnson sur http://www.legendsofhockey.net.
  25. a et b (en) « Tom Barrasso hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  26. (en) Résumé du troisième match de la finale de la Coupe Stanley 1992 sur http://query.nytimes.com.
  27. a et b Starkey, « Tales from the Pittsburgh Penguins » page 126
  28. Starkey, « Tales from the Pittsburgh Penguins » page 128
  29. (en) Article sur les relations de Barrasso avec la presse sur http://www.pittsburghlive.com/.
  30. (en) Articles sur http://query.nytimes.com et sur http://www.cbc.ca
  31. (fr) Nouveau cancer pour Ashley Barrasso, article sur http://www.canoe.com.
  32. (fr) « Mario Lemieux a été un des porteurs de la flamme olympique à Pittsburgh », article sur http://www.canoe.com.
  33. a, b et c « Tom Barrasso - Statistiques », sur www.nhl.com.
  34. (en) Présentation de Barrasso sur le temple de la renommée américano-italien, http://www.niashf.org.
  35. (en) Liste des personnalités admises au temple de la renommée américaine en 2009 sur http://www.usahockey.com/.
  36. (en) Liste des joueurs ayant reçu le trophée sur http://www.pittsburghhockey.net.
  37. (en) Liste des meilleurs joueurs défensifs de l'histoire des Penguins sur http://www.pittsburghhockey.net.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Joe Starkey, Tales from the Pittsburgh Penguins, Sports Publishing Llt.,‎ 2006 (ISBN 1-58261-199-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 9 septembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.