Larzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Plateau du Larzac)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Larzac (homonymie).
Larzac
Subdivision administrative Midi-Pyrénées
Languedoc-Roussillon
Subdivision administrative Aveyron
Gard
Hérault
Ville(s) principale(s) Millau, bourgs de Nant,
La Couvertoirade, Le Caylar
Coordonnées 43° 59′ 21″ N 3° 11′ 00″ E / 43.98916667, 3.18333333 ()43° 59′ 21″ Nord 3° 11′ 00″ Est / 43.98916667, 3.18333333 ()  
Superficie approximative 1 000[1] km2
Géologie causse calcaire
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Cévennes
Garrigue
causse de Blandas
Région(s) et espace(s) connexe(s) Grands Causses

Image illustrative de l'article Larzac
Localisation
Rochers sur le causse du Larzac

Le causse du Larzac est un haut plateau karstique français du sud du Massif central qui s'étend entre Millau (Aveyron) et Lodève (Hérault).

L'ensemble (relief, architecture, occupation du sol) est assez original pour avoir incité à la création du Parc naturel régional des Grands Causses et être inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le site est célèbre pour avoir été le point de départ d’un mouvement de désobéissance civile dans les années 1970, la lutte du Larzac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le puech de Cougouille, point culminant du causse du Larzac (912 mètres)

Le Larzac est le plus vaste et le plus méridional de tous les causses. Il matérialise une fraction Sud du Massif central et se situe principalement dans le département de l'Aveyron. Son altitude est comprise entre 600 mètres et 900 mètres environ. Ses limites naturelles sont souvent nettes et sont représentées par des cours d'eau qui contribuent à son érosion. Il s'étend au Nord-Est bordé par la rivière Dourbie qui le sépare du causse Noir, puis est, au Nord-Ouest, bordé par la rivière Tarn qui le sépare du Causse Rouge. À l'ouest, il atteint la dépression de Roquefort.

Géologie[modifier | modifier le code]

Rocher dolomitique du Larzac

Le Larzac est un vaste plateau de calcaire datant de l'ère jurassique relativement nivelé par l'érosion et séparé des autres causses par des rivières coulant au fond de gorges et de vallées profondes. Les sols sont en général superficiels à très superficiels et drainant fortement l'eau mais on y rencontre des dolines qui sont des dépressions concentrant le résultat de l'érosion donc avec des sols profonds, rouges et décarbonatés.

Les roches sont constituées de calcaires : carbonate de calcium (CaCO3) ou de dolomie : carbonate double de calcium et magnésium (CaMg(CO3)2). Le second est moins soluble que le premier et se désengraine plus qu'il ne se solubilise, donnant des reliefs irréguliers et en particulier des tourelles.

Des falaises blanches et massives appartenant aux étages géologiques bajocien, bathonien ou à la superposition des deux amorcent à certains endroits de ce plateau la descente vers ses frontières.

Sous le plateau, comme dans les autres régions karstiques, existent grottes et cavités (aven). Par temps de pluie, les années spécialement pluvieuses, il peut y avoir débordement et formation de lacs temporaires comme celui du hameau des Rives.

Climat[modifier | modifier le code]

Les étés peuvent être chauds mais ils sont souvent orageux, les orages pouvant être violents comme dans toutes les zones de montagne.

Le climat est rude sur le Larzac. Ce causse peut être assez enneigé l'hiver avec formation de congères et des températures glaciales.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

La diversité faunistique est bien représentée dans ce massif avec une présence de :

Espèces éteintes :

Modes et périodes de chasse[modifier | modifier le code]

  • battue à l'automne et en hiver : cerfs, sangliers, chevreuils
  • approche, affût pour le tir des mâles pendant le brame à partir de l'ouverture : cerfs
  • approche, affût durant l'été : chevreuils
Coucous (primevère) et orchidées de toutes sortes sont communs sur le causse

Histoire[modifier | modifier le code]

Du XIIe au XIVe siècle, l'Ordre du Temple puis celui des Hospitaliers ont agrandi des villages situés dans les recoins stratégiques du causse du Larzac. Cinq lieux médiévaux témoignent de leur présence.

L'exode rural a dépeuplé nombre de hameaux : de 1866 à 1968, le Larzac a perdu les deux tiers de ses habitants[Combien ?]. Mais, depuis 1968, dans la zone revendiquée à l'époque par le gouvernement pour les militaires, cela s'est arrêté et la population n'a cessé de rajeunir.

L'eau de pluie est abondante mais les citernes pouvant la recueillir sont laborieuses à construire. L'habitat est groupé, à la fois par manque de sources sur la partie haute du massif et à cause du poids de l'histoire : les Templiers et Hospitaliers ont regroupé les populations à L'Hospitalet, à La Couvertoirade et ailleurs.

Lutte des paysans contre le camp militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lutte du Larzac.

En octobre 1971, le gouvernement français, sous la direction du ministre de la Défense, Michel Debré, décida de l'agrandissement du camp militaire. Les paysans et leurs sympathisants s'opposèrent à ce projet d'extension, qui fut finalement annulé en 1981 par le nouveau Président de la République, François Mitterrand, après dix ans de luttes non violentes. Sorti en novembre 2011, le film Tous au Larzac de Christian Rouaud retrace l'histoire de cette lutte.

Larzac 2003 : symbole des luttes populaires[modifier | modifier le code]

Du 8 au 10 août 2003, le plateau du Larzac a été le lieu d'une importante manifestation altermondialiste (appelée Larzac 2003), répondant à l'appel de la Confédération paysanne et d'un vaste collectif d'associations et de syndicats. Plus de 200 000 personnes se sont réunies pendant ces trois jours pour réfléchir aux impacts de la libéralisation du commerce sur leur vie quotidienne.

Société Civile des Terres du Larzac[modifier | modifier le code]

Paysage agricole sur le Larzac.
Paysage typique du Larzac.
Paysage typique du Larzac.

La SCTL est une société ayant pour objet la gestion du patrimoine bâti et non bâti de l'État français sur le plateau du Larzac. Ce patrimoine provient des achats et expropriations réalisés en vue de l'extension du camp militaire. Ce projet d'extension ayant été annulé en mai 1981 sous la pression des agriculteurs du Larzac et d'une partie de l'opinion publique, l'État est devenu propriétaire de 63 km2 de terres agricoles et de divers immeubles. Les agriculteurs, soucieux de poursuivre l'exploitation agricole des terres, initient en février 1982, la création d'une commission intercantonale pour l'aménagement foncier du Larzac (CIAF) et d'une commission communale d'aménagement foncier (CCAF) dans chacune des douze communes concernées. Dès décembre 1982, ils recherchent un outil de gestion des terres qui soit indépendant de l'État. C'est ainsi qu'est créée la Société Civile des Terres du Larzac qui reçoit, par bail emphytéotique, les 63 km2 de terres.

Ainsi, les exploitants ne sont pas propriétaires de leur terre mais simplement preneurs, qu'ils n'ont donc pas à acheter, mais ils doivent quitter leur ferme dès qu'ils cessent leur activité qui sera reprise par une nouvelle personne.

Économie[modifier | modifier le code]

Plateau du Larzac

Ce territoire à vocation agricole a une économie caractérisée par une agriculture traditionnelle extensive tournée vers l'élevage pour la production laitière de brebis destinée à l'élaboration des fromages de roquefort, pérail, tome et la production de veaux et agneaux destinés à l'engraissement.

Les parcours sont majoritaires et permettent au bétail de pâturer sur les immenses pelouses. Les dolines conviennent bien à diverses cultures : légumineuses, céréales... Jusqu'à la Première Guerre mondiale, la croissance lente des arbres de plein vent concentrés dans les haies a obligé les paysans à concevoir une architecture privilégiant la pierre (arches et voûtes) pour la construction des bergeries, des fermes, des citernes... Depuis, le paysage s'est métamorphosé avec la déprise agricole des terres les moins productives. Le bois est beaucoup plus présent et représente une petite économie.

Le Larzac est sillonné du nord au sud par un nouveau morceau de l'autoroute A75 qui assure la liaison entre le Nord de la France et la Méditerranée via le Massif central. Il débouche sur le plateau au sud par le Pas de l'Escalette et au nord par le viaduc de Millau qui a attiré un nombre exceptionnel de curieux durant les mois qui ont suivi son inauguration.

La ligne SNCF Béziers - Neussargues contourne le Larzac par l'ouest.

Les communes du Larzac[modifier | modifier le code]

Aveyron

Gard

Hérault

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le causse du Larzac englobe ou est bordé de plusieurs territoires qui sont inclus dans le Réseau Natura 2000 :

Fortifications médiévales[modifier | modifier le code]

Cinq bourgs médiévaux fortifiés occupent le plateau du Larzac :

Camp militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Camp du Larzac.
Un des nombreux panneaux du camp militaire du Larzac.

Un camp militaire, achevé en juin 1902, occupe une large part du plateau du Larzac. Il est utilisé comme camp de rétention pour 3000 Algériens pendant la Guerre d'Algérie. Son extension a été envisagée en 1970 ; la décision a été annulée en 1981 (voir la lutte contre le camp militaire du Larzac).

Implanté territorialement sur les communes de La Cavalerie, de Millau et de Nant, le camp du Larzac fait partie de la zone de gestion du Parc naturel régional des Grands Causses. Ce parc s'étend sur une superficie de 326,76 km2 dont 30,43 km2 sont réservés aux activités militaires du Centre d'Entraînement de l'Infanterie au Tir Opérationnel (CEITO).

Piste d'aviation[modifier | modifier le code]

Aérodrome Millau Larzac, situé à 18 km au SE de Millau, 2 km au SE de La Cavalerie et 2 km au NO de L'Hospitalet-du-Larzac. Piste revêtue de 1700 x 30 mètres. Altitude 794 mètres. 43° 59′ 21″ N 3° 11′ 00″ E / 43.98917, 3.18333 ()

En 1930, Millau - Larzac - Plaine du Temple, était déjà aérodrome militaire et camp d'instruction. Le terrain faisait 650 x 800 mètres. Il était qualifié de ferme et utilisable en toute saison.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hubert Borg, 52 balades en famille autour de Montpellier : causse du Larzac, vallée de la Vis, vallée de la Buèges, Gallimard (2007).
  • Francis Laur, Le plateau du Larzac, thèse de droit, Montpellier, 1929.
  • Christian Bernard, Flore des Causses, hautes terres, gorges, vallées et vallons (Aveyron, Lozère, Hérault et Gard), Jarnac, Société Botanique du Centre-Ouest,‎ 2008, 293 p. (ISSN 0759-934X)
  • Michel Loirette, La Légende des Grands Causses, chronique romanesque, Lotra, 2009. (ISBN 978-2-9512682-4-1)

Le Larzac au cinéma et à la télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]