Philippe Artières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Artières (né en 1968[1]) est un historien français, actuellement directeur de recherches au CNRS au sein de l'Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain à l'EHESS (Paris). Il a été pensionnaire de la Villa Médicis, Académie de France à Rome (2011-2012).

Travaux[modifier | modifier le code]

Philippe Artières consacre sa thèse, préparée sous la direction de Michelle Perrot à l'Université Paris 7, à la médicalisation des écritures ordinaires au XIXe siècle, et principalement aux écrits de criminels. Il a ainsi exploré le fonds d'autobiographies de criminels réuni par le docteur Lacassagne à Lyon à la fin du XIXe siècle, et conservé aujourd'hui à la Bibliothèque municipale de Lyon. Le Livre des vies coupables[2] donne à lire ces textes étonnants.

En 2001, en collaboration avec Dominique Kalifa, il publie un ouvrage expérimental[3] entièrement composé d'extraits d'archives montés dans un récit biographique.

Spécialiste d'écritures ordinaires, auxquelles il a consacré de nombreux ouvrages, il est par ailleurs président du centre Michel Foucault depuis 1995, responsabilité qui l'a amené à éditer un volume d'archives sur le Groupe Information Prisons[4].

Blogographie[modifier | modifier le code]

Philippe Artières anime avec Jérôme Denis et David Pontille le blog SCRIPTOPOLIS, « petite enquêtes sur l'écrit et ses mondes »[5].

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

  • Clinique de l'écriture. Une histoire du regard médical sur l'écriture, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1998, 270 p. – Rééd. Paris, La Découverte, coll. « La Découverte Poche. Sciences humaines et sociales », 2013, 264 p. (ISBN 978-2-7071-7463-5).
  • édition de Émile Nouguier, Drôle d'oiseau. Autobiographie d'un voyou à la Belle Époque, Paris, Imago, 1998, 158 p.
  • Le Livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Albin Michel, 2000 (ISBN 978-2-226-11662-8), 432 p.
  • avec Dominique Kalifa, Vidal, le tueur de femmes. Une biographie sociale, Paris, Perrin, 2001, 270 p.
  • avec Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d'information sur les prisons. Archives d'une lutte, 1970-1972, IMEC, 2001.
  • avec Arlette Farge et Pierre Laborie, « Témoignage et récit historique », dans Sociétés & Représentations, n° 13, Nouveau Monde éditions, 2002/1 (ISBN 2-85944-451-3), p.  199-206 [lire en ligne]
  • avec Jean-François Laé, Lettres perdues. Écritures, amour et solitude, XIXe et XXe siècles, Paris, Hachette littératures, 2003, 267 p.
  • Hautes surveillances, avec des photographies de Mathieu Pernot, Arles, Actes Sud, 2004, 76 p.
  • « A. Lacassagne. De l'archive mineure aux Archives d'anthropologie criminelle », dans Criminocorpus, coll. « Dossier thématique, n° 1 » : « Autour des Archives de l'anthropologie criminelle », 2005 texte en ligne.
  • édition de Joseph Vacher, Écrits d'un tueur de bergers, Lyon, À rebours, 2006, 157 p.
  • avec Mathieu Potte-Bonneville, D'après Foucault. Gestes, luttes, programmes, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007, 374 p.
  • 1968, années politiques, Thierry Magnier, coll. « Troisième Culture », 2008, 123 p.
  • avec Michelle Zancarini-Fournel, 68, une histoire collective, 1962-1981, Paris, La Découverte, 2008.
  • Le Bureau de coton de Degas, Armand Collin, coll. « Une œuvre, une histoire », 2008 (ISBN 978-2-200-35367-4).
  • Vie et Mort de Paul Gény, Paris, Le Seuil, 2013.
  • La Banderole. Histoire d'un objet politique, Autrement, 2013.
  • L'Asile des photographies, avec des photographies de Mathieu Pernot, Cherbourg-Octeville, Le Point du jour, 2013 (ISBN 978-2-912132-75-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. Ph. Artières, Le Livre des vies coupables, Paris, Albin Michel, 2000.
  3. Ph. Artières, Dominique Kalifa, Vidal le tueur de femmes : Une biographie sociale, Perrin, 2001.
  4. Ph. Artières (dir.), Archives d'une lutte, Paris, IMEC, 2003.
  5. Blog scriptopolis lire