Marguerite Ire de Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite, princesse de Danemark.
Marguerite Ire
(da) Margrete 1
(sv) Drottning Margareta
(no) Margrete I
Marguerite Ire de Danemark.
Marguerite Ire de Danemark.
Titre
Reine de Danemark
13751412
Prédécesseur Oluf III
Successeur Éric VII
Reine de Norvège
13881412
Prédécesseur Oluf IV
Successeur Éric III
Reine de Suède
13891412
Prédécesseur Albert
Successeur Éric XIII
Biographie
Dynastie Maison d'Estridsen
Nom de naissance Marguerite Valdemar
Date de naissance 1353
Lieu de naissance Søborg (Danemark)
Date de décès 28 octobre 1412
Lieu de décès Flensburg (Danemark)
Sépulture cathédrale de Roskilde
Nationalité Danoise
Père Valdemar IV de Danemark
Mère Hedwige de Schleswig
Conjoint Haakon VI de Norvège
Enfant(s) Oluf III Red crown.png
Héritier Éric de Poméranie

Marguerite Ire de Danemark Marguerite Ire de Danemark
Reine de Danemark, Reine de Norvège et Reine de Suède

Marguerite Ire de Danemark, surnommée « la Sémiramis du Nord », née en 1353 à Søborg et décédée le 28 octobre 1412 est une monarque danoise, suédoise et norvégienne. Elle est régente du Danemark à partir de 1375 pour son fils Olaf de Norvège, puis reine de Suède à partir de 1387. Elle est à l'origine de l'union de Kalmar, créée en 1397.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

Elle est connue en français sous le nom de Marguerite Ire pour la distinguer de la reine actuelle, Margrethe II, mais ne s'est jamais donnée elle-même le titre de reine de Danemark, à l'exception d'une brève période en 1375. Elle se faisait nommer plutôt Marguerite, fille du roi de Danemark Valdemar, par la grâce de Dieu et héritière de droit du Danemark lorsqu'il fallait faire référence à la régence qu'elle exerçait sur le Danemark. Sinon, elle se faisait appeler simplement Madame la Reine, sans spécifier de quoi elle était la reine. Le pape Boniface IX l'appelait en revanche reine du Danemark ou reine de Danemark, Norvège et Suède dans sa correspondance.

En Norvège, elle était connue comme reine (reine-consort dans un premier temps, puis reine douairière) et régente. En Suède, elle était reine douairière et souveraine plénipotentiaire. Lorsqu'elle épousa Håkon VI, en 1363, il était encore co-roi de Suède, et Marguerite était donc sa reine. Ils n'ont jamais renoncé à ce titre, malgré le fait qu'ils se sont fait déposer, notamment grâce au fait qu'ils ont gardé le contrôle sur l'ouest de la Suède jusqu'à la mort d'Håkon VI.

Reine[modifier | modifier le code]

Elle est la fille cadette de Valdemar IV, roi de Danemark et de la reine Heilwig de Schleswig. Elle épouse le 9 avril 1363, le roi Håkon VI de Norvège qui est le plus jeune et le seul fils survivant du roi Magnus Eriksson.

À la mort de son père, en 1375, elle fait proclamer son fils Oluf, alors âgé de cinq ans, roi de Danemark sous sa tutelle. Håkon étant mort en 1380, Oluf succède à son père et Marguerite devient également régente de la Norvège. À la mort de son fils en 1387, elle est proclamée reine à vie en Norvège et au Danemark en 1388.

Elle donne des preuves de ses qualités de femme d'État en reprenant la possession du duché de Schleswig aux comtes de Holstein, qui en avaient eu la possession absolue pendant une génération, puis en le rendant comme fief en 1386 (accord de Nyborg), mais sous des conditions si contraignantes que la couronne danoise en retire tous les avantages. De plus, par cet accord, la noblesse du Jutland, en rébellion chronique, perd le soutien du Schleswig-Holstein. Marguerite, libérée de toute crainte de révolte au Danemark, peut tourner son attention vers la Suède où des nobles sont déjà en armes contre leur souverain Albert de Mecklembourg.

Lors d'une conférence tenue en mars 1388 au château de Dalaborg, les Suédois sont contraints d'accepter toutes les conditions de Marguerite, élue Souveraine de Suède, et s'engagent à accepter le roi qu'elle leur choisira. Le 24 février 1389 à Åsle, à 7 km à l'est de Falköping dans le Västergötland au sud-ouest de la Suède, son armée menée par Henrik Parow bat Albert, qui avait débarqué du Mecklembourg à Kalmar avec un millier de cavaliers allemands et, après six ans de captivité au château de Lindholm en Scanie, le contraint à abdiquer par "la Convention de Lindholm" (Lindholmstraktaten). Marguerite est désormais la souveraine toute-puissante des trois royaumes scandinaves, jetant les bases de l'Union de Kalmar qu'elle fera signer huit ans plus tard 1397, faisant couronner roi son petit-neveu Éric de Poméranie tout en gardant effectivement les rênes du pouvoir jusqu'à sa mort en 1412. L'Union de Kalmar durera un siècle et un quart, n'étant effectivement rompue qu'en 1523 après la révolte du Suédois Gustav Wasa.

Toutefois, Stockholm, qui est alors une ville presque entièrement germanique, résiste encore. La crainte de Marguerite conduit les princes du Mecklembourg et les villes vendes à lui apporter leur assistance. La mer du Nord et la mer Baltique fourmillent rapidement de corsaires, les Frères des victuailles chargés de ravitailler Stockholm. La Ligue hanséatique intervient finalement et, lors de l'accord de Lindholm, signé en 1395, Albert est libéré sur la promesse de payer 60 000 marks en trois ans et la Hanse garde Stockholm en gage dans le même temps. Albert n'arrivant pas à payer cette rançon dans les temps, la Hanse rend Stockholm à Marguerite en septembre 1398 en échange de privilèges commerciaux.

Éric de Poméranie[modifier | modifier le code]

Son propre fils Oluf étant mort à 16 ans en 1387, elle se retrouve sans héritier direct et se choisit somme successeur Bogislaw, né de l'union de la fille de sa sœur avec Wartislaw VII de Poméranie : celui-ci prendra le nom d'Éric de Poméranie lorsque ses droits à la couronne de Norvège auront été reconnus. Elle le fait reconnaître par les trois pays : la Norvège en 1389, le Danemark en 1395 et la Suède en 1396. Elle convoque en 1397 à Kalmar une assemblée des députés de tous ses états qui rédige le célèbre acte d’union par lequel les royaumes de Danemark, de Norvège et de Suède s’unissent à perpétuité et, le 17 juin, fait couronner Éric roi du Nord. Cette union n'est pas troublée de son vivant.

Mort[modifier | modifier le code]

Marguerite meurt soudainement à bord de son bateau dans le port de Flensburg le 28 octobre 1412. Son sarcophage, réalisé par le sculpteur de Lübeck Johannes Junge se trouve derrière l'autel de la cathédrale de Roskilde, au Danemark. Elle avait légué des biens à la cathédrale à la condition que des messes pour son âme soient dites régulièrement. Ces messes ont cessé au moment de la Réforme mais, encore actuellement, une cloche spéciale sonne deux fois par jour en commémoration de la reine.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]