Éditions Belin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belin.
logo
Logo de Éditions Belin
Repères historiques
Création 1777
Dates clés 1926 SARL
Fondateur(s) François Belin
Fiche d’identité
Forme juridique Autre SA à conseil d'administration
Statut Éditeur indépendant
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Sylvie Marcé
Spécialité(s) Manuels scolaires
Langue(s) de
publication
Français
Diffuseur(s) Belin Diffusion
Filiale(s) Pour la Science, Herscher et Le Pommier
Site officiel http://www.editions-belin.com/
Principaux concurrents
Dunod, De Boeck, Hachette, Nathan, Bordas

Les Éditions Belin sont une maison d'édition française, fondée en 1777 et spécialisée dans les ouvrages universitaires, scolaires et parascolaires[1].

À ce jour, elle est la plus ancienne maison d'édition française encore indépendante[2]. Depuis le 30 octobre 2014, le réassureur Scor possède 100 % du capital de Belin, ce qui a mis fin au passé d'actionnariat familial de la maison[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Griffe authentifiant un ouvrage de la Librairie Belin en 1906.

Cette maison fut fondée sous le nom de Librairie Belin le 10 mars 1777[4] à Paris, rue Saint-Jacques par François Belin (1748-1808), imprimeur-libraire originaire de la Haute-Marne. Son catalogue est très éclectique. En 1785, l'Université de Paris choisit ses titres pour récompenser les étudiants. Durant la période révolutionnaire, François publie la Constitution française décrétée par l’Assemblée nationale constituante et acceptée par le Roi (1792) puis est arrêté en avril 1794 pour acte subversif mais il est libéré juste après l'arrestation de Robespierre. En hommage, il nomme son nouveau-né "Thermidor", dit Théophile, qui deviendra imprimeur à Sézanne et s'associera plus tard avec le jeune Henri Plon (1833). À la mort de François, le catalogue compte déjà 1 219 titres.

Ses deux autre autres fils, Léonard (dit Belin-Leprieur, 1781-1855) et Auguste (dit Belin-Mandar, 1786-1851), furent également imprimeurs tout en développant l'activité éditoriale. Installé au 55 rue Saint-André-des-Arts, Auguste rachète en 1826 la Librairie Classique Élémentaire de Lamennais, maison d'édition qui publiait des manuels d'instructions civique et religieuse. De cette époque date la vocation de Belin pour les ouvrages scolaires et pédagogiques. En 1832, Auguste Belin-Mandar imprime le Dictionnaire de la conversation et de la lecture[5] de William Duckett connut un beau succès. Cette double fonction imprimeur-éditeur prendra fin seulement en 1954.

Ouvrage de la Librairie Belin en 1906.

Dans les années 1950, la librairie classique Eugène Belin était installée au 8, rue Férou à Paris. Les ouvrages scolaires étaient notamment imprimés par l'imprimerie Crété à Corbeil-Essonnes, par Georges Lang à Paris.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation sur le site officiel
  2. J.-Y. Mollier, in Dictionnaire encyclopédique du Livre, T. 1, p. 243.
  3. « Scor rachète 100% de Belin »
  4. Historique détaillé sur le site officiel de Belin.
  5. Imprimé par Belin-Mandar, voir livre en ligne sur Google Books.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]