Maison de Mecklembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maison de Mecklembourg

Description de cette image, également commentée ci-après

Armoiries de la maison de Mecklembourg.

Chef actuel Georges-Borwin de Mecklembourg
Fondation Niklot

La Maison de Mecklembourg est une dynastie du nord de l'Allemagne, d'origine slave. Le Mecklembourg fut peuplé par des slaves païens. Le chef de la Maison de Mecklembourg est Georges-Borwin de Mecklembourg.

Niklot Ier[modifier | modifier le code]

Le plus ancien ascendant connu de la Maison de Mecklembourg est Niklot Ier prince des Obodrites des Chizzini et des Circipani, seigneur de Schwerin. Ses descendants devinrent prince de Mecklembourg en 1166, Ducs de Mecklembourg en 1348, comte de Schwerin en 1359, prince de Wenden en 1436, princes de Schwerin et de Ratzebourg en 1648.

Pribislav Ier[modifier | modifier le code]

Pribislav Ier, fils de Niklot Ier, se convertit au christianisme en 1167 et reçut le Mecklembourg des mains de Henri le Lion. En 1170, Pribislaw fut fait prince du Saint-Empire romain germanique.

Formation de la Maison de Mecklembourg[modifier | modifier le code]

Lors de l'extension du Saint Empire Romain Germanique vers l'Est, en particulier vers les côtes de la mer Baltique au XIIIe siècle, une partie des seigneurs des Obodrites s'allièrent à des chefs allemands. En conséquence, ils renforcèrent leurs territoires. Les plus puissants d'entre eux furent les seigneurs de Mecklembourg.

Henri Borwin Ier de Mecklembourg décéda en 1227, son petit-fils Nicolas Ier de Mecklembourg-Werle fonda la seconde branche de la Maison de Mecklembourg (Mecklembourg-Werle). Cette seconde lignée donna naissance à plusieurs rameaux (Werle-Waren, Werle-Güstrow, Werle-Goldberg, Werle-Parchim, Werle-Penzlin, seul la lignée de Werle-Güstrow régna pendant plus d'un siècle (1316 à 1436).

Origine du nom de Mecklembourg[modifier | modifier le code]

Les Mecklembourg puisent l'origine de leur nom dans le château principal qu'il possédait (Mikla Burg), (grande forteresse).

La Maison de Mecklembourg au XIIe, XIIIe, XIVe, XVe siècles[modifier | modifier le code]

  • Mecklembourg-Werle de 1227 à 1425, En 1436, la principauté de Werle échut au duc de Mecklembourg.
  • Mecklembourg-Rostock de 1227 à 1314. En 1323, la principauté de Rostock échut au prince de Mecklembourg
  • Mecklembourg-Parchim-Richenberg de 1227 à 1256. En 1256, la principauté de Parchim-Richenberg fut partagée entre Jean Ier de Mecklembourg et Nicolas Ier de Mecklembourg-Werle (frères de Pribislav Ier de Mecklembourg-Parchim-Richenberg).
  • Mecklembourg-Stargard, en 1352, le Mecklembourg fut partagé entre Albert II de Mecklembourg et Jean Ier de Mecklembourg.

Élévation au rang ducal[modifier | modifier le code]

En 1347, la branche aînée de la Maison de Mecklembourg représentée par Albert Ier de Mecklembourg, fut élevée au rang ducal par Charles IV du Saint-Empire, ils se germanisèrent afin de consolider leur position de ducs régnant.

En 1358, Albert Ier de Mecklembourg acheta le comté de Schwerin.

En 1436, Henri IV de Mecklembourg (Schwerin) hérita de la principauté de Wenden.

En 1436, la seconde branche de Mecklembourg s'éteignit, le margrave de Brandebourg revendiqua l'héritage, mais finalement il retira sa demande, en échange de cette renonciation, il reçut les droits de transmission entière en cas d'extinction de la Maison de Mecklembourg (traité de Wittstock 1442).

La Maison de Mecklembourg aux XVe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Au cours des XVe et XVIIIe siècles, le duché de Mecklembourg fut à différentes reprises divisé entre les héritiers de la Maison ducale de Mecklembourg-Schwerin, de Mecklembourg-Güstrow, Mecklembourg-Grabow et Mecklembourg-Strelitz et devinrent des principautés.

Au XVIIIe siècle, la plupart des branches éteintes revinrent à la branche aînée de la Maison de Mecklembourg, la lignée des Mecklembourg-Schwerin, puis les possessions furent partagées en deux États elles demeurèrent ainsi jusqu'au terme de la Première Guerre mondiale :

Élévation au rang grand ducal[modifier | modifier le code]

Le Congrès de Vienne éleva le duché de Mecklembourg-Strelitz et le duché de Mecklembourg-Schwerin au rang de grand duché.

Les grands duchés au XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1917, la lignée des Meklembourg-Strelitz s'éteignit, Frédéric-François IV de Mecklembourg-Schwerin devint le régent de cette principauté. Une branche collatérale russe revendiqua l'héritage du duché de Mecklembourg-Strelitz, en 1918, Frédéric François IV fut déposé cette succession ne fut donc pas résolue.

La branche de Mecklembourg-Schwerin s'éteignit en 2001 avec le grand-duc titulaire Frédéric François V de Mecklembourg-Schwerin.

Le seul héritier des Mecklembourg fut le duc Charles-Michel de Mecklembourg-Strelitz, celui-ci servait dans l'armée impériale russe. En 1914, Charles-Michel de Mecklembourg-Strelitz renonça à ses droits de succession à la couronne ducale de Mecklembourg-Strelitz. L'unique survivant et successeur de la lignée masculine était le duc Georges Alexandrovitch Carlow fils morganatique de Georges-Alexandre de Mecklembourg-Strelitz (1859-1909) et de Nathalie Vanljarskaya, comtesse de Carlow. Ainsi en 1917 et 2001, les deux branches de Mecklembourg se sont éteintes.

Après le décès de son oncle Adolphe-Frédéric VI de Mecklembourg-Strelitz en 1918, du décès de Christian de Mecklembourg-Schwerin en 1996, le grand-duc Frédéric François V de Mecklembourg-Schwerin fut confirmé comme héritier de la lignée des Mecklembourg concernant les deux duchés.

En 1928, Georges-Alexandrovitch, comte von Carlow fut adopté par son oncle Charles-Michel de Mecklembourg-Strelitz et devint le duc Georges-Alexandre de Mecklembourg (1899-1962). Son fils, le duc Georges Borwin réclame l'héritage des deux duchés depuis le décès de Frédéric François V de Mecklembourg survenu en 2001.

Princes des Obodrites[modifier | modifier le code]

Princes du pays des Obodrites[modifier | modifier le code]

Princes de Mecklembourg[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]