Kol de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kol de Suède prétendant au trône de Suède entre 1167 et 1173.

Origine[modifier | modifier le code]

L’origine du prétendant Kol est incertaine. Si les historiens s’accordent pour considérer qu’il appartient bien à la dynastie des Sverker il est parfois nommé Kol Johansson ou Kol Sverkersson

  • Kol Johansson est généralement identifié comme un des quatre fils du prince royal Johan Sverkersson mort en 1153 et de son épouse Ragnhild et un petit-fils de Sverker Ier [1],[2]
  • Selon une autre hypothèse il serait Kol Sverkerson, le fils Sverker Ier de Suède et d’une épouse inconnue, les partisans de cette filiation s’appuient sur le fait qu’il porte le nom de son grand-père paternel un certain Kol traditionnellement identifié avec le prétendant Éric Arsäll

Prétendant[modifier | modifier le code]

Kol réclame le trône apparemment conjointement avec Burislev de Suède, après le meurtre en 1167 de son oncle/frère (?) Karl Sverkersson tué par Knut Éricksson. Les deux prétendants nommés « koll konongh. oc byrisleph konongh » [3] contrôlent pendant quelques années une partie du pays sans doute l’Östergötland dont leur famille était originaire

L’importance et la durée de la rébellion de Kol et de Burislev demeurent mal connues car elle n’est pas évoquée dans les sources danoises contemporaines comme Saxo Grammaticus ce qui tend à démontrer que Valdemar Ier de Danemark qui avait pourtant donné refuge à Sverker le jeune fils de Karl Sverkersson n’est pas intervenu.

Kol Johansson est probablement tué lors d’un combat ou assassiné sur ordre de Knut Éricsson vers 1173. Le règne de Knut se poursuit alors dans le calme pendant les 23 ans[4] que lui assigne l’historien suédois du XVIe siècle Olaus Petri.

Il ne semble pas que Kol Johansson soit le bénéficiaire de la lettre du Pape Alexandre III adressée à un «  Haut roi des Svear et des Götar » seulement désigné par l’initiale de son nom « K. ». Cette correspondance qui est de 1171/1172 était sans doute destinée à son conçurent Knut Éricsson demeuré seul souverain après son élimination. De plus Kol ne pouvait être considéré au mieux que comme roi des « Götar ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Philip Line Kingship and state formation in Sweden, 1130-1290 Library of Congres 2007 (ISBN 9789004155787) « Genealogical Tables » Descendants of King Sverker the Elder p. 566 )
  2. (de) Europaïsche Stammtafeln Vittorio Klostermann, Gmbh Frankfurt am Main, 2004 (ISBN 3465032926) , Die Könige von Schweden II 1060-1250 aus dem Stenkil’schen dem Erik’schen und dem Sverker’schen Geschlechte Tafel 115 qui le nomme d'ailleurs « Karl » .
  3. selon la liste royale annexée en § 15 à la Västgötalagen
  4. soit après une guerre civile de six ans

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]