Inge Ier de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Inge Ier de Suède den Aldre (l'Ancien), fut roi de Suède de 1079 à 1084 et de 1087 à 1105. Frère cadet d'Halsten Ier, il est rétabli roi sans doute après le décès de son frère[1]

Régne[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ait épousé en premières noces Maer, une sœur du païen Sven le Sacrificateur[2], Inge Ier est beaucoup moins prudent que son père Stenkil Ier Ragnvaldsson en matière de religion. Il supprime en effet brutalement les sacrifices rituels et ordonne à tout le peuple de se faire baptiser et de payer la dîme au clergé[3]. Les Svear rassemblés à Upsal lui intiment l'ordre de maintenir les anciens rites ou de se démettre. Devant son refus, ils l'accablent de pierres et selon Adam de Brême, il aurait alors quitté l'assemblée en « exultant d'avoir été jugé digne de souffrir cette injure au nom de Jésus » [4].

Vers 1084 une formidable réaction des païens menés par son beau-frère le sacrificateur « Blot Sven », l'oblige à abandonner son trône. Après trois ans d'exil au Västergötland, Inge sort de sa retraite, attaque son adversaire à l'improviste, encercle sa résidence et y met le feu. Tous les occupants sont brûlés vifs. Sven le Sacrificateur, parvient cependant à s'échapper du brasier, mais il est tué dans sa fuite[5]

Vers 1100, le Götaland est envahi par le roi Magnus III de Norvège. Ces incursions se terminent par deux combats dans les environs de Foxerne qui, selon la saga dédiée au roi norvégien, se concluent par de grands massacres de « Götar » et la soumission au moins temporaire à l'envahisseur d'une partie du Västergötland[6].

L'année suivante, afin de régler ces conflits territoriaux endémiques qui les opposaient, les trois rois scandinaves, Inge Ier de Suède, Magnus III de Norvège et Éric Ier de Danemark organisent une conférence de paix à Kongkulla à la frontière de leurs États. Un accord est conclu et à cette occasion Margaret une fille d'Inge épouse Magnus III[7].

La sagesse du roi Inge lui assure une fin de règne heureuse et l'on entendait ses sujets proclamer : « Magnus est vigoureux, Eric est beau, Inge est aussi vigoureux et aussi beau qu'eux mais il est plus sage encore ! » Selon la Saga de Hervor et du roi Heidrekr le roi Inge mourut de maladie.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Inge Ier épousa en secondes noces une princesse Elin, souvent confondue avec  Hélène de Skövde, avec qui il eut trois filles. Les prénoms d'origine grecque de l'épouse et des trois filles du roi Inge, laissent penser que leur mère Elin (Hélène) était une chrétienne de rite oriental, peut-être princesse russe varègue.

  • Kristina, la fille aînée du roi Inge Ier, avait épousé en 1095 Mstislav I Harald Vladimirovitch, le prince de Kiev qui suivait ainsi une vieille tradition d'alliance avec les Varègues suédois.
  • Katarina la seconde fille du roi Inge Ier avait été mariée avec le prince Björn Jernsida de Danemark, petit-fils du roi Éric Ier de Danemark.
  • Margrete sa 3e, fille surnommée à cette occasion « Fredkulla » (Vierge de la Paix), épousa le roi Magnus III de Norvège pour confirmer l'accord conclu avec le roi de Norvège en 1101. Elle épouse ensuite le roi Niels de Danemark.

Inge Ier l'Ancien fut également le père d'un prince

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. la Saga de Hervor et du roi Heidrekr chapitre XVI « Du roi Ingi Steinkelsson » indique cependant qu'il succède à Håkan.
  2. Saga de Hervor et du roi Heidrekr Op.cit
  3. La Saga des Orcadiens traduite et présentée par Jean Renaud. Aubier 1990 (ISBN 2700716426) chapitre XXXV p. 106-107
  4. Adam de Brême Histoire des archevêques de Hambourg Éditions Gallimard Paris 1998 (ISBN 2070744647). Livre quatrième chapitre 27 Scholie 140 p. 216
  5. La Saga des Orcadiens Op. cit chapitre XXXV p. 106-107
  6. (en) Heimskringla de Snorri Sturluson Sagas of the Norse Kings, Everyman's Library, Livre XII « Magnus Barefoot » p. 266-267
  7. (en) Heimskringla de Snorri Sturluson op.cit « Magnus Barefoot » p. 268-269

Sources[modifier | modifier le code]

  • Régis Boyer, La saga de Hervor et du roi Heidrekr. Berg International.Paris 1988. Chapitre XVI « Du Roi Ingi Steinkelsson »
  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1951, 342 p. (OCLC 3005644)