Adolphe-Frédéric de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adolphe-Frédéric
(sv) Adolf Fredrik
Le roi Adolphe-Frédéric
Le roi Adolphe-Frédéric
Titre
Roi de Suède
25 mars 175112 février 1771
19 ans, 10 mois et 18 jours
Couronnement 26 novembre 1751 à Stockholm
Prédécesseur Frédéric Ier
Successeur Gustave III
Prince-évêque de Lübeck
16 septembre 172718 octobre 1750
23 ans, 1 mois et 2 jours[1]
Prédécesseur Charles-Auguste de Holstein-Gottorp
Successeur Frédéric-Auguste Ier d'Oldenbourg
Biographie
Dynastie Maison de Holstein-Gottorp
Nom de naissance Adolf Friedrich von Holstein-Gottorf
Date de naissance 14 mai 1710
Lieu de naissance Gottorp (Schleswig-Holstein)
Date de décès 12 février 1771 (à 60 ans)
Lieu de décès Stockholm (Suède-Finlande)
Sépulture Église de Riddarholmen
Père Christian-Auguste de Holstein-Gottorp
Mère Albertine-Frédérique de Bade-Durlach
Conjoint Louise-Ulrique de Prusse
Enfant(s) Gustave Red crown.png
Charles Red crown.png
Frédéric-Adolphe
Sophie-Albertine
Religion Luthéranisme suédois
Résidence Palais royal de Stockholm

Adolphe-Frédéric de Suède
Monarques de Suède-Finlande

Adolphe-Frédéric (en suédois : Adolf Fredrik, en danois : Adolf Frederik), né le 14 mai 1710 à Schleswig et mort le 12 février 1771 à Stockholm, est prince-évêque de Lübeck de 1727 à 1750, roi de Suède et grand-duc de Finlande de 1751 à 1771.

Famille[modifier | modifier le code]

Né au château de Gottorf dans la ville de Schleswig, il est le fils de Christian-Auguste de Holstein-Gottorp et d’Albertine-Frédérique de Bade-Durlach.

En 1744, il épouse Louise Ulrique de Prusse (1720-1782), sœur du roi Frédéric II et fille de Frédéric-Guillaume Ier de Prusse.

Quatre enfants sont nés de cette union :

Biographie[modifier | modifier le code]

Prince de la maison de Holstein-Gottorp, il est d'abord prince-évêque de Lübeck de 1727 à 1750, donc seigneur d'un fief dont Eutin. A partir de 1739, il est également administrateur du duché de Holstein-Gottorp pendant la minorité de Charles-Pierre-Ulrich d'Holstein-Gottorp (futur Pierre III de Russie) lorsque les États de Suède, sous la pression de la Russie le désignent pour le trône le 3 septembre 1743.

Armoiries du prince-évêque de Lubeck

En 1751, il reçoit la couronne et rétablit la paix avec la Russie. Pendant la totalité de son règne, Adolphe-Frédéric ne détient aucun pouvoir qui est confié au Parlement de Suède et de Finlande (Riksdag). Par deux fois, il tente de s'en libérer. La première occasion se présente en 1755, lorsque poussé par son épouse, la reine Louise-Ulrique, il tente de retrouver une partie de ses prérogatives royales. La seconde occasion, sous la direction de son fils Gustave), lui permet de renverser le tyrannique Parlement, mais il est dans l'incapacité d'utiliser sa victoire.

Adolphe-Frédéric fait fleurir les sciences, les arts et le commerce.

Il meurt d'une indigestion le 12 février 1771 au palais de Stockholm, après un riche dîner composé de caviar, d'une soupe au chou, de hareng, de homard et de choucroute, le tout copieusement arrosé de champagne[2]. Il reprend en outre 14 fois de son dessert favori, le Semla, une brioche fourrée suédoise servie dans du lait chaud. Les écoliers suédois se souviennent de lui comme « le roi qui mangea jusqu'à en mourir »[3],[4]

Adolphe-Frédéric avait une passion, la confection de boîtes à tabac à priser.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Adolphe-Frédéric de Suède appartient à la première branche de la Maison d'Holstein-Gottorp issue de la première branche de la Maison d'Oldenbourg. La branche aînée de la Maison d'Holstein-Gottorp s'éteignit en 1877, au décès de Gustave de Suède, fils de Gustave IV Adolphe de Suède.

Lieu d’inhumation[modifier | modifier le code]

Le roi Adolphe-Frédéric est inhumé dans la crypte située sous la chapelle Gustave-Adolphe de l’église de Riddarholmen de Stockholm.

Titres et honneurs[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 16 septembre 1727 — 18 octobre 1750 : Son Altesse le prince-évêque Adolphe-Frédéric de Lübeck.
  • 25 mars 1751 — 12 février 1771 : Sa Majesté le roi Adolphe-Frédéric de Suède.

Armes[modifier | modifier le code]

Le roi Adolphe-Frédéric était grand maître de l’ordre du Séraphin et ses armoiries sont exposées dans l’église de Riddarholmen :

Blason Blasonnement :
Écartelé : à la croix pattée d'or, qui est la Croix de Saint-Eric, cantonnée en 1 et 4, d'azur à trois couronnes d'or posées 2 et 1 qui est de Suède moderne, en 2 et 3, d'azur, à trois barres ondées d'argent, au lion couronné d'or armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout, qui est de Suède ancien, sur-le-tout écartelé : 1, de gueules, au lion couronné d'or, tenant dans ses pattes une hallebarde d'argent, emmanchée du second; 2, d'or, à deux lions léopardés d'azur, armés et lampassés de gueules (de Schleswig) ; 3, de gueules, à la feuille d'ortie d'argent (de Holstein) ; 4, de gueules, au cygne d'argent, becqué, membré et colleté d'une couronne d'or (de Stormarn ; enté en pointe de gueules, au cavalier armé d'argent (de Ditmarsie) ; sur-le-tout-du-tout, écartelé d'or à deux fasces de gueules (de Oldenbourg) et d'azur, à la croix pattée, au pied fiché d'or (de Delmenhorst) surmonté d'une couronne royale[5].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sv) Adolf Fredrik sur sok.riksarkivet.se
  2. (en) "The lowdown on Sweden's best buns" The Local, Février 2007
  3. (en) "Semlor are Swedish treat for Lent" Sandy Mickelson, The Messenger, 27 février 2008
  4. (en) Bengt Liljegren Rulers of Sweden Historiska Media, 2004 - p.93
  5. (sv) Kungliga Serafimerorden 1748-1998 Per Nordenvall