Sverker Ier de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sverker l'Ancien
Ce bas-relief de l'église de Heda est traditionnellement identifié à Sverker l'Ancien.
Ce bas-relief de l'église de Heda est traditionnellement identifié à Sverker l'Ancien.
Titre
Roi de Suède
vers 11301156
Prédécesseur Magnus le Fort
Successeur Éric le Saint
Biographie
Date de décès
Lieu de décès au pont d'Alebäck, près d'Alvastra
Nature du décès assassiné
Sépulture Abbaye d'Alvastra
Conjoint Ulvhild Håkansdotter
Richezza de Pologne
Enfant(s) Johan
Karl
Liste des monarques de Suède

Sverker l'Ancien (Sverker den äldre en suédois) est roi de Suède de 1130 environ jusqu'à sa mort, le . Il est le fondateur de la maison de Sverker, qui se dispute le trône suédois avec la maison d'Erik jusqu'au milieu du XIIIe siècle.

Origines[modifier | modifier le code]

L'ascendance de Sverker est incertaine. D'après la liste de rois qui figure dans la Västgötalagen, son père s'appelle Cornubæ, un nom similaire à celui qui apparaît chez Olaus Petri (Kornike) et Johannes Bureus (Karnuke). En revanche, les sagas islandaises attribuent à Sverker le patronyme Kolsson, « fils de Kol »[1]. Certaines sources identifient le père de Sverker à Erik Årsäll, un prétendant semi-légendaire au trône de Suède. Ce qui est sûr, c'est que les domaines de sa famille sont principalement concentrés dans l'Östergötland[2].

Vers 1130, Sverker est élu roi parmi les membres d'une grande famille de la région d'Alvastra dans le comté d'Östergötland. Pour légitimer son accession au trône auprès de ses sujets, il épouse successivement les femmes de deux de ses prédécesseurs : d'abord Ulvhild Håkansdotter, veuve d'Inge le Jeune, puis Richezza de Pologne, fille de Boleslas III Bouche-Torse et veuve de Magnus le Fort.

Règne[modifier | modifier le code]

Le roi Sverker Ier est très favorable à l'Église. Il fait appel aux cisterciens qui développent les premiers monastères du pays : l'abbaye d'Alvastra en 1143, l'abbaye de Nydala qu'il fonde dans le Småland avec son épouse Ulvhild la même année, puis trois autres fondations avant 1164 dont en 1150 celle de Varnhem dans le Västergötland[3] C'est sous son règne que se déroule en 1154 le premier synode suédois, à Linköping, en présence du cardinal Nicolas Breakspear, au cours duquel est institué le Denier de Saint-Pierre en Suède[4]

En 1152, son fils puiné Johan au cours d'une expédition au Danemark enlève Inga Eriksdatter, la femme du noble Karl gouverneur du Halland et Aase Eskildsdatter la sœur de cette dernière, dont il fait ses maîtresses. Le roi danois Sven Erikssen pour venger l'honneur national qu'il estime bafoué entreprend pas moins qu'une invasion de la Suède, malgré les offres de paix du roi et la mort du prince Johan en 1153 ou 1154.

Sverker réside le plus souvent dans son domaine d'Alvastra et s'appuie sur les Götar. Il voit s'élever contre lui un prétendant soutenu par les Svear : Erik Jedvardsson, le mari d'une petit-fille d'Inge l'Ancien. C'est pourtant à l'instigation du prince danois Magnus Henriksson, lui aussi descendant de l'ancienne dynastie royale, que Sverker est assassiné le à Alvastra où il est inhumé.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Sverker Ier a deux épouses [5] Il laisse de sa première union avec Ulvild quatre enfants dont deux fils,

  • Karl (mort en 1167), roi de Suède de 1161 environ à sa mort ;
  • Johan (tué en 1153/1154), prince royal et jarl ;
  • une fille, probablement appelée Hélène, qui épouse en 1156 le roi danois Knut Magnussen[6] ;
  • Ingegerd (morte en 1204), prieure de l'abbaye de Vreta vers 1164.

Sa seconde épouse Richiza, réputée pour sa beauté exceptionnelle qui avait été mariée au roi Magnus der Starke puis au prince Volodar Glebovitch de Minsk lui donnera un fils.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Line 2007, p. 483-484.
  2. Line 2007, p. 78.
  3. Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ , 342 p. (OCLC 3005644) p. 227
  4. Ragnar Svanström et Carl Fredrik Palmstierna, Histoire de Suède, Stock, Paris, 1944 p. 23.
  5. (de) Europäische Stammtafeln Vittorio Klostermann, Gmbh Frankfurt am Main, 2004 (ISBN 3-465-03292-6), Die Könige von Schweden II, 1060-1250 aus dem Stenkil'schen, dem Erik'schen und dem Sverker'schen Geschlechte. Volume III Tafel 115
  6. Line 2007, p. 485.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ingvar Andersson, Histoire de la Suède… des origines à nos jours, Éditions Horvath, Roanne, 1973
  • (en) Philip Line, Kingship and state formation in Sweden, 1130-1290, Library of Congres, 2007 (ISBN 9789004155787)
  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ , 342 p. (OCLC 3005644)
  • Ragnar Svanström et Carl Fredrik Palmstierna, Histoire de Suède, Stock, Paris, 1944