Sverker Ier de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sverker Ier l'Ancien (suédois:Sverker den äldre) roi de Suède de 1130 à 1156.

Origine[modifier | modifier le code]

Vers 1130, Sverker Ier Kolsson, surnommé den äldre (l'ancien), fut élu roi parmi les membres d'une grande famille de la région d'Alvastra dans le comté d'Östergötland. Il est parfois considéré comme le fils ou le petit-fils de l'usurpateur Köl (Erik Årsäll).

Pour légitimer son accession au trône auprès de ses sujets, il épousera successivement les femmes de deux de ses prédécesseurs, Ulvid Hakonsdatter (1148 †), veuve d'Inge II den Yngre Halstensson, puis vers 1145 Richiza (Ryksa) de Pologne, fille de Boleslaw III et veuve de Magnus Ier de Suède.

Règne[modifier | modifier le code]

Très favorable à l'Église, Sverker Ier fait appel aux cisterciens qui développent les premiers monastères du pays: Alvastra (1143), Nydala (1144) qu'il fonde avec son épouse Ulvid, puis en 1150 Varnhem.

C'est sous son règne que se tient en 1154 le premier synode suédois à Linköping en présence du Cardinal Nicolas Breakspear au cours duquel est institué en Suède le Denier de Saint-Pierre

En 1152, son fils puiné Johan au cours d'une expédition au Danemark enlève Inga Eriksdatter, la femme du noble Karl gouverneur du Halland et Aase Eskildsdatter la sœur de cette dernière, dont il fait ses maitresses. Le roi danois Sven III Erikssen († 1157) pour venger l'honneur national qu'il estime bafoué entreprend pas moins qu'une invasion de la Suède, malgré les offres de paix du roi et la mort du prince Johan en 1153/1154.

Sverker Ier réside le plus souvent dans son domaine d'Alvastra et s'appuie sur les Götar. Il voit s'élever contre lui un prétendant soutenu par les Svear Érik Jedvardsson. C'est toutefois à l'instigation d'un prince danois Magnus Henriksson que le roi est assassiné le 25 décembre 1156 à Alvastra où il est inhumé.

Postérité[modifier | modifier le code]

Sverker Ier laisse de sa première union avec Ulvild trois enfants dont deux fils,

Sa seconde épouse Richiza, réputée pour sa beauté exceptionnelle qui avait été mariée au roi Magnus der Starke puis au prince Volodar Glebovitch de Minsk lui donnera un fils.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ingvar Andersson, Histoire de la Suède… des origines à nos jours, Éditions Horvath, Roanne, 1973
  • (en) Philip Line, Kingship and state formation in Sweden, 1130-1290, Library of Congres, 2007 (ISBN 9789004155787)
  • Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1951, 342 p. (OCLC 3005644)
  • Ragnar Svanström et Carl Fredrik Palmstierna, Histoire de Suède, Stock, Paris, 1944