Frédérique de Bade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour Frédéric de Bade-Durlach, voir Frédéric de Bade-Durlach.

Frédérique de Bade

Description de cette image, également commentée ci-après

la reine Frédérique

Titre

Reine consort de Suède-Finlande

31 octobre 179729 mars 1809
(11 ans, 4 mois et 26 jours)

Prédécesseur Sophie-Madeleine de Danemark
Successeur Hedwige-Élisabeth-Charlotte de Schleswig-Holstein-Gottorp
Biographie
Dynastie Maison de Bade
Nom de naissance Friederike Dorothea Wilhelmine von Baden
Naissance 12 mars 1781
Karlsruhe (Bade)
Décès 25 septembre 1826 (à 45 ans)
Lausanne (Suisse)
Sépulture Pforzheim
Père Charles-Louis de Bade
Mère Amélie de Hesse-Darmstadt
Conjoint Gustave IV Adolphe de Suède
Enfants Gustave
Sophie
Charles
Amélie
Cécile
Résidence Palais royal de Stockholm
Religion Luthérien
Description de cette image, également commentée ci-après

Reines consorts de Suède-Finlande

Gustave IV et Frédérique

Frédérique de Bade (en allemand Friederike von Baden), (1781-1826), reine consort de Suède-Finlande de 1797 à 1809, épouse du roi Gustave IV Adolphe de Suède.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est née à Karlsruhe le 12 mars 1781. Elle est la fille de Charles-Louis de Bade et d'Amélie de Hesse-Darmstadt, elle était la sœur cadette de l'impératrice Louise-Augusta de Bade, épouse du tsar Alexandre Ier de Russie.

Le 31 octobre 1797, à Stockholm, elle épouse le roi Gustave IV Adolphe de Suède.

Son mari avait arrangé le mariage lui-même parce qu'elle était la sœur de l'impératrice de Russie, qui constitue une forme d'alliance avec la Russie, même après qu'il eut refusé d’épouser, la Grande-duchesse Alexandra Pavlovna de Russie (qui refusait de changer de religion), et une princesse de Mecklembourg, la duchesse Louise-Charlotte de Mecklembourg-Schwerin, parce qu'il avait entendu dire qu’elle n'était pas belle.

Le mariage est souvent considéré comme heureux, mais le roi était beaucoup plus intéressé par le sexe qu’elle. Plusieurs fois, le roi a été retardé pendant des heures dans la chambre de la reine. Si bien, qu’un matin, les membres du parlement ont dû l'interrompre et demander au roi «  d’aller voir sa maîtresse pour ne pas trop épuiser la santé de la reine  ». La reine a été choquée des mœurs libérales de la cour de Suède au point qu’elle s'en est étonnée auprès de sa famille d'accueil que «  tout le monde à un amant  » et sur les rumeurs de bisexualité de la duchesse royale Hedwige-Élisabeth-Charlotte de Schleswig-Holstein-Gottorp.

Quand une pièce frivole de la reine a été jouée à l'Opéra par une troupe de théâtre français, le roi impose la clôture de la Royal Swedish Opera en 1806 (même si officiellement c'est en raison des coûts), elle est restée fermée jusqu'en 1809.

Après la naissance de son fils en 1799, elle est devenue plus à l'aise dans sa position de reine. En 1800, elle a été couronnée à Norrköping.

En 1807, pendant la guerre avec la France, Frédérique a essayé d’intervenir politiquement. Sa sœur, l'impératrice de Russie, lui a adressé une lettre par l'intermédiaire de leur mère, demandant qu’elle utilise son influence de conseillère auprès du roi afin de faire la paix avec la France. Ce qui a provoqué un conflit entre le roi et la reine.

Elle a été déchue de son rang en 1809 suite à l’abdication de Gustave, elle et ses enfants sont gardés à Haga. Lors de son assignation à résidence, elle a reçu plus de sympathie pour elle que sur l’ensemble de son règne pour son comportement digne. Certainement grâce à l’intervention de la nouvelle reine, Hedwige-Élisabeth-Charlotte, elle a pu être réunie avec son mari après le couronnement du nouveau roi.

Il lui a été proposé, au vu de la "noblesse de ses sentiments", de devenir la régente pour son fils mineur. Mais elle a refusé car elle souhaitait partager l’exil de son mari et de ses enfants. La famille s'installe à Baden, mais son mari ne tient pas en place. Elle-même a refusé les rapports sexuels car elle « ne souhaite pas donner naissance en exil. » Elle tient aussi à vivre une vie de style royal, alors qu'il préfère une vie plus simple : une vie de famille. Ils ont divorcé en 1812. Après le divorce, elle place ses enfants, dans le cadre d'une mise sous tutelle, auprès de leur oncle, le tsar Alexandre Ier de Russie.

Le 25 septembre 1826, elle meurt à Lausanne d'une maladie cardiaque. Elle est enterrée à Pforzheim en Allemagne.

Les communautés de Fredrika (1799), Dorotea (1799) et Vilhelmina (1804), situées en Laponie suédoise, ont été nommées en son honneur.

Ses enfants[modifier | modifier le code]

Cinq enfants sont nés de cette union :

  • Charles (1802-1805), duc de Finlande ;

Sources[modifier | modifier le code]