Uzerche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Uzerche
Vue d'Uzerche.
Vue d'Uzerche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Tulle
Canton Uzerche (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Uzerche
Maire
Mandat
Sophie Dessus
2014-2020
Code postal 19140
Code commune 19276
Démographie
Gentilé Uzerchois
Population
municipale
3 042 hab. (2011)
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 32″ N 1° 33′ 51″ E / 45.42555556, 1.56416666745° 25′ 32″ Nord 1° 33′ 51″ Est / 45.42555556, 1.564166667  
Altitude Min. 270 m – Max. 441 m
Superficie 23,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de Corrèze
City locator 14.svg
Uzerche

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de Corrèze
City locator 14.svg
Uzerche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uzerche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uzerche
Liens
Site web Site officiel

Uzerche est une commune française située dans le département de la Corrèze et la région Limousin.

En 1787, l'écrivain anglais Arthur Young a qualifié la ville de « Perle du Limousin », surnom dû à son site pittoresque et sous lequel elle est encore largement connue aujourd'hui. Bâtie au sommet d'un éperon rocheux, entourée par un méandre de la rivière Vézère qu'elle domine, Uzerche possède un patrimoine riche hérité des atouts défensifs de son site. D'abord centre décisionnel et carrefour important puis forteresse sous Pépin le Bref, la ville fut aussi le siège d'une puissante abbaye et plus tard d'une sénéchaussée. Héritage de cette aura, de nombreux châteaux, hôtels et autres bâtisses à tourelles[1] construits par la noblesse uzerchoise s'élèvent encore de nos jours et justifient le dicton : « Qui a maison à Uzerche a château en Limousin »[2].

La commune d'Uzerche est labellisée « village étape » depuis 1996.
Uzerche fait partie des 100 « Plus Beaux Détours » de France depuis 2010.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama de la ville d'Uzerche.

Localisation[modifier | modifier le code]

Uzerche est située au centre-ouest de la France, en bordure ouest du Massif central, au sud de Limoges. La commune se trouve à proximité de l'autoroute A20 « l'Occitane », à 30 km au nord-ouest de la préfecture Tulle et à 35 km au nord de Brive-la-Gaillarde, la plus grande ville corrézienne. Uzerche est arrosée par deux rivières, le Bradascou et la Vézère[3],[4], qui prend sa source au niveau de la tourbière du Longéroux dans le plateau de Millevaches et qui se jette dans la Dordogne.

Communes limitrophes de Uzerche
Saint-Ybard Saint-Ybard et Condat-sur-Ganaveix Condat-sur-Ganaveix
Saint-Ybard Uzerche Eyburie
Vigeois et Saint-Ybard Vigeois et Saint-Angel Espartignac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Uzerche surplombant la Vézère.

Uzerche est située au sommet d'un piton rocheux surplombant la Vézère et culminant à 342 mètres d'altitude. Prosper Mérimée écrivit ces lignes alors qu'il effectuait un voyage à travers le Limousin :

« Sur la route de Limoges à Tulle, je n'ai dû m'arrêter qu'à Uzerche, petite ville d'un aspect extrêmement pittoresque. Plantée au sommet d'une montagne en pain de sucre, elle sépare deux vallées sinueuses, arrosées par la Vezère. Du sommet de la montagne, cette petite rivière perdue au fond de la vallée ne parait plus qu'un mince ruban blanc qui serpente sur un beau tapis vert »[5].

Le voyageur et agronome Arthur Young nous livre également une description du site d'Uzerche :

« Des vues, d'une beauté singulière, nous rivent au sol ; celle de la ville d'Uzerche couvrant une montagne conique surgissant du milieu d'un amphithéâtre de forêts, les pieds baignés par une magnifique rivière, n'a point d'égale en son genre... »[6].

Vue des terrasses surplombant la Vézère.

Le célèbre romancier français Stendhal y va également de son commentaire[7]:

« C'est une des plus pittoresques villes de France et une des plus singulièrement situées. »[8]

Le site particulier de la ville ainsi que son architecture singulière se retrouvent dans la disposition des jardins en terrasse près de la Vézère. Ces jardins, soutenus par des murs, sont une des spécificités uzerchoises : fleurs, vergers et potagers prennent aujourd'hui encore place en contrebas de la cité. L'aménagement de ces jardins en terrasse a pu être un remède à la faible potentialité agricole du site.

Le sol de la région d'Uzerche est constitué de gneiss, schiste, éclogite et amphibolite[9],[note 1] ainsi que de filons minéraux de quartz.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Corrèze.

La Corrèze peut se diviser en cinq zones climatiques assez différenciées : pays de Vézère/Auvézère, pays de Tulle, bassin de Brive, Xaintrie, Monédières/plateau de Millevaches. Située dans le pays de Vézère, Uzerche connaît un climat océanique dégradé, avec une atmosphère pluvieuse, une amplitude de température faible, des précipitations neigeuses rares.

Uzerche n'ayant pas de station météo, le tableau suivant recense les données climatique de Limoges, distante de 51,3 kilomètres à vol d'oiseau[10].

Relevé météorologique de Limoges
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,4 1,8 3,4 5,3 8,9 11,9 13,8 13,8 11,2 8,4 4 1,9 7,2
Température moyenne (°C) 4,2 5 7,2 9,5 13,3 16,5 18,7 18,6 15,7 12,3 7,2 4,7 11,1
Température maximale moyenne (°C) 7 8,3 11,1 13,7 17,7 21,2 23,7 23,5 20,3 16,2 10,4 7,5 15,1
Ensoleillement (h) 83 101 145 173 192 227 250 237 198 140 99 86 1 931
Précipitations (mm) 89,9 77,3 80,8 84 89,2 70,1 62,8 78,1 80 89,3 93,9 97,1 992,5
Source : Climatologie de 1959 à 2008 - Limoges, France
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
7
1,4
89,9
 
 
 
8,3
1,8
77,3
 
 
 
11,1
3,4
80,8
 
 
 
13,7
5,3
84
 
 
 
17,7
8,9
89,2
 
 
 
21,2
11,9
70,1
 
 
 
23,7
13,8
62,8
 
 
 
23,5
13,8
78,1
 
 
 
20,3
11,2
80
 
 
 
16,2
8,4
89,3
 
 
 
10,4
4
93,9
 
 
 
7,5
1,9
97,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La route départementale 920 (ainsi que la 920E au sud) traverse la commune sur un axe nord-sud en passant par le bourg. Les routes départementales 54 et 137 arrivent par le nord du bourg, la 142 par le sud-est et la 3 par le nord-est pour repartir de la 920 à l'extrême sud de la commune en direction de l'ouest.

L'autoroute 20 passe en limite sud-ouest de la commune, sur un tronçon compris entre les sorties 44 et 45. Cette dernière est à 4 kilomètres plein sud du centre du bourg par la route départementale 920.

Transports[modifier | modifier le code]

Uzerche est dotée d'une gare ferroviaire (voir gare d'Uzerche) située dans l'avenue de la Gare, sur la route allant d'Uzerche à Condat-sur-Ganaveix. En janvier 2010, le premier « pôle intermodal » de Corrèze a été ouvert à Uzerche[11], sur le site de la gare. Il associe un ensemble de services de transports « doux » (c'est-à-dire non motorisés ; voir l'article Écomobilité) et motorisés (transports en commun notamment). La gare dispose désormais d'un parcotrain, d'un abri pour les vélos ainsi que d'un arrêt-minute ; la surface du parking a été augmentée de 30 %[12].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La vieille ville est située au sommet d'un piton rocheux entouré au nord par un méandre de la Vézère, ce qui fait la particularité d'Uzerche. La vieille ville s'organise autour de la rue de la Justice, où sont situées la plupart des vieilles bâtisses uzerchoises, dont l'hôtel du Sénéchal et le château Pontier. Du sommet du piton aux berges de la Vézère s'étagent des jardins toujours cultivés de nos jours. Le versant est est traversé par l’avenue de Paris, par où passe la route départementale 920. Au sud, à la sortie de la partie située à l'intérieur de la courbe du méandre, les habitations s'organisent plus densément le long du faubourg des Frères Noilhetas puis du faubourg de la Pomme. Le centre-ville rejoint la partie est de la ville et le faubourg Saint-Eulalie par le pont Turgot. La partie nord, pour sa part, est reliée au centre par le pont Neuf. La côte de Pleux permet de rejoindre les hauteurs ouest de la ville, qui font face au piton rocheux. En contrebas, au bord de la Vézère, s'étendent les bâtiments de l'ancienne usine de papeterie. Une rénovation du site de la papeterie est prévue, afin de dynamiser cette partie de la ville. Une passerelle piétonne sur la Vézère permettrait de la relier au centre.

Logement[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de logements de 1968 à 2007 (Source Insee)[13]
1968 1975 1982 1990 1999 2007
Ensemble des logements 1 379 1 405 1 614 1 707 1 561 1 585
Résidences principales 1 162 1 179 1 303 1 266 1 145 1 208
Résidences secondaires (Y compris les logements occasionnels) 148 117 151 239 214 187
Logements vacants 69 109 160 202 202 190
Nombre moyen d'occupants des résidences principales 2,8 2,6 2,3 2,2 2,1 2,0

La répartition des statuts d'occupation des 1 145 résidences principales (correspondant à 2 422 personnes) était la suivante en 1999 : 1 373 propriétaires (622 logements soit 54,3 % du nombre total), 912 locataires (443 logements et 38,7 % du total) et 137 personnes logées gratuitement (80 logements soit 7,0 % du total)[14]. Parmi les locataires, on distinguait trois catégories : 240 logements (soit 490 personnes) loués vides non HLM, 187 logements (387 personnes) loués vides de type HLM ainsi que 16 logements (28 personnes) meublés ou chambres d'hôtel[14]. Par ailleurs, la commune comptait en 2007 24 logements de plus qu'en 1999, ce qui représente une augmentation de 1,5 %.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Jardin médiéval attenant à l'église Saint-Pierre.

Depuis 1996 et la mise en service de l'autoroute A20, Uzerche se trouve être un village étape[15] à l'intérieur du triangle formé par les agglomérations de Limoges, Brive et la préfecture Tulle. Profitant de cette nouvelle position favorable, la municipalité d'Uzerche a lancé un programme de revitalisation de la ville à travers notamment le projet de « pôle structurant »[note 2] en collaboration avec la Société d'économie mixte d'aménagement du bas Limousin (SEMABL)[16] ainsi que la création d'une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP). Elle espère ainsi enrayer la dégénérescence que la ville a connu dans les dernières décennies du XXe siècle (diminution et vieillissement de la population, faible soutien de l'entrepreneuriat et du commerce ainsi qu'une volonté limitée de dynamiser le tourisme et de mettre en exergue le patrimoine local[16]). Ce projet s'articule autour de trois grands axes : « la valorisation du patrimoine architectural et paysager, le développement économique et touristique, l’accueil de nouveaux habitants »[16].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté dès le VIIe siècle sous la forme Usarca, puis Usercensium vicaria en 848[17], Uzercha vers 1190, Uszerca au XIVe siècle[18], Usarche entre les XVe et XVIIe siècles, Userches et Userche au XVIIIe siècle. Uzerche se dit Usercha en occitan.

Certains ont cru y retrouver l'antique Uxellodunum dont une forme alternative aurait été Uzercodunum, assiégé par les Romains en 51 avant Jésus-Christ et dernier oppidum de la lutte cadurque contre Jules César[note 3]. On a également cherché à établir un lien entre le nom d'Uzerche et celui de la Vézère : Uiser-ica, dérivé de Uisera (le V majuscule note, comme le U, le son ou), a pu donner Userca par chute des i brefs[19].

Une forme féminine *uc-erica a été proposée, *uc-ericum ayant donné Uzer, sur la base d'un thème préceltique *uc « hauteur » et avec un autre suffixe *uc-etia > Uzès (Ucetia en 506)[20].

Il peut s'agir d'un nom de personne germanique pris absolument Udelricus qui aurait été traité comme *Uzelr(i)cus doté d'un suffixe -a[21].

Quoi qu'il en soit, la ville est évoquée dès le Ve siècle dans une lettre de Rorice (ou Rurice), évêque de Limoges [19],[22],[note 4]. C'est la première source écrite concernant Uzerche dont nous disposons en 2010.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Corrèze.

Carrefour et centre de décision antique[modifier | modifier le code]

Uzerche.

Uzerche, implantée sur la crête d'un escarpement rocheux entouré par une courbe serrée de la Vézère, occupe depuis ses origines une position stratégique. Les Gaulois s'installèrent au plus tard au IIe siècle av. J.-C. sur ce piton rocheux[note 5],[23]. Il surplombait le col de Sainte-Eulalie, qui avait été équipé très tôt d'un lieu de culte consacré à cette martyre espagnole du IIIe siècle et où se trouvait un important carrefour routier antique, d'origine préromaine. L'une des routes joignait l'Armorique au bassin méditerranéen[24], une autre permettait de franchir la Vézère à gué.

Dès l'Antiquité, Uzerche fut ainsi un carrefour routier, devenant un centre de décisions administratives, politiques et religieuses. La ville fut pillée et détruite par les Wisigoths au VIe siècle, puis reconstruite et dotée au VIIe siècle d'une première enceinte fortifiée. Uzerche acquit alors une aura importante du fait de son rôle défensif. Pépin le Bref (Roi des Francs 751-768), conscient de l'intérêt stratégique du site dans sa lutte face à Waïfre, aurait fait élever au VIIIe siècle pas moins de dix-huit tours de fortification. La plus imposante, appelée Militante ou de Léocaire[25], accueillit une maison princière[26].

Du castrum mérovingien à l'abbaye Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Le terme castrum désigne une enceinte fortifiée abritant un centre de décisions militaires, politiques et religieuses. L'existence d'un tel castrum à l'époque mérovingienne a été attestée au VIIe siècle par des tiers de sous d'or frappés à Uzerche[27],[28]. Cette fonction administrative était encore manifeste au IXe siècle, Uzerche étant à l'époque le siège d'une vicairie, subdivision territoriale administrée par le vicaire et subordonnée à l'autorité du comte de Limoges. Uzerche était aussi le chef-lieu d'un pagus.

Avec l'autorisation du roi et du pape débuta au Xe siècle la construction d'un monastère, qui devint très riche grâce à de nombreuses donations. Autour du monastère se forma la ville. L'autorité de l'abbé s'étendait sur la ville d'Uzerche, sur les environs et sur les terres qui faisaient partie de la seigneurie. Il y eut jusqu'à cent moines[29]. Tous les habitants de ces lieux étaient vassaux de l'abbé, lui-même vassal direct du roi. Le pape Urbain II, se rendant à Clermont-Ferrand en compagnie de Pierre l'Ermite afin de préparer la première croisade, fit en 1095 une halte à Uzerche. Il y remarqua un moine du nom de Maurice Bourdin, né dans les environs d'Uzerche, qui sera antipape de 1118 à 1121 sous le nom de Grégoire VIII. L'abbaye bénédictine, puissante et prospère, connut son âge d'or aux XIIe et XIIIe siècles. Il n'en reste que l'église Saint-Pierre[30], ancienne abbatiale de l'abbaye Saint-Pierre, monument incontournable de l'art roman limousin, et la crypte aux Corps Saints[note 6], qui contenait les reliques de deux évêques bretons vénérées par les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle : saint Léon et saint Coronat.

Du Xe au XIVe siècles[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Eulalie.

En 909, les Normands saccagèrent la cité. À la fin du Xe siècle[note 7], la petite église paroissiale de Sainte-Eulalie[note 8] fut donnée par Arbert de Chavan et sa femme Adalaïde (ou Alaïde). Il est possible qu'un baptistère paléochrétien ait existé initialement en ce lieu[31].

Place des Vignerons[note 9], on trouve aujourd'hui la chapelle Notre-Dame. Restaurée à la fin du XIXe siècle[note 10], elle aurait succédé à l'église Notre-Dame-du-Désert cédée aux moines en 992 par Archambauld Ier, vicomte de Ségur.

Vers 1150, Uzerche passa sous la domination des Normands. Le XIIe siècle fut faste, et de grands personnages traversèrent Uzerche et s'arrêtèrent au monastère : Henri II d'Angleterre en 1156, la femme de ce dernier Aliénor d'Aquitaine ainsi que leur fils Richard Cœur de Lion en 1189, puis Hugues III, duc de Bourgogne, ainsi que Raymond V, comte de Toulouse, en 1183[32]. Les XIIe et XIIIe siècles virent le temps des troubadours uzerchois Gaucelm Faidit et Uc de la Bachellerie. Les XIIIe et XIVe siècles reçurent l'honneur des visites de plusieurs grands de ce monde : Saint Louis en 1244 et 1256, Philippe III le Hardi en 1285, le pape Clément V en 1306, Charles IV le Bel en 1324[32].

Chapelle Notre-Dame.

La peste fit d'horribles ravages de 1346 à 1348. La ville résista à plusieurs sièges, méritant ainsi le surnom « Uzerche-la-Pucelle », celle qui n'a jamais été prise (d'où la mention Non polluta sur ses armoiries)[1]. Trois fleurs de lys d'or de fasce sur champ d'azur furent ajoutées aux armes de la ville, octroyées en 1374 par le roi Charles V de France en récompense de la défense énergique manifestée par les Uzerchois face aux Anglais[1].

Au XIVe siècle, la ville fut dotée de nouvelles fortifications. On y entrait alors par neuf portes[note 11] dont seule la porte Bécharie[note 12] demeure visible aujourd'hui.

À cette époque fut élevée la tour du Prince Noir, dont l'origine demeure incertaine[note 13].

Un hôtel Dieu fut attesté dès 1393. Le bâtiment devint hôpital général en 1749 par lettres patentes du roi Louis XV[note 14].

Sénéchaussée et ville royale[modifier | modifier le code]

Le château Pontier.

Dès le XVe siècle, le développement de la ville justifia l'adage « Qui a maison à Uzerche a château en Limousin », que l'on doit à l'écrivain anglais Arthur Young.

Louis XI passa dans la ville en 1463 et lui octroya la moitié des assises du sénéchal. La noblesse de robe construisit hôtels et maisons fortes jusqu'au XVIe siècle. Parmi ces demeures, on peut évoquer le château Pontier (ou « hôtel des Besse du Peyrat »), l'Hôtel des Joyet de Maubec, la maison Boyer-Chammard, la maison Eyssartier, la maison de Tayac (ou « hôtel des Gauthier »), l'Hôtel de Clédat ou Bécharie. La ville obtint en 1558 une sénéchaussée royale (2 villes et 44 paroisses), dès lors en concurrence avec celle de Brive-la-Gaillarde. La puissance de son abbaye et le développement de la sénéchaussée firent d'Uzerche une capitale du Bas-Limousin. Néanmoins, les guerres de religion mirent rapidement à mal cette prospérité relative. En 1575, le vicomte de Turenne, à la tête des Huguenots, saccagea l'abbaye. Dès 1628, les officiers du roi furent les seuls maîtres d'une ville engourdie et dont on commença à abattre les imposantes murailles sous Richelieu. Louis XIII fut reçu à l'hôtel du Sénéchal lors d'une visite en 1632.

Le pont Turgot et l'hôtel Teyssier.

Le pont Turgot[note 15], achevé en 1753, fut construit pour faire rejoindre le faubourg Sainte-Eulalie à la vieille ville, qui comprenait auparavant une seule rue montante et tortueuse bordée des demeures nobles et armoriées construites aux XVe et XVIe siècles.

En 1767 fut créée la « loge Saint-Jean de l'Heureuse Alliance », comprenant 18 frères, tous notables, où étaient effectués des rites maçonniques. Fédérée en 1781 au Grand Orient, elle se composait de bourgeois uzerchois, grands propriétaires terriens qui souhaitaient voir la fin des rentes et autres dîmes. La loge s'installa en 1784 au 6 de l'actuelle rue Jean-Gentet et aurait compté jusqu'à 80 membres à la veille de la Révolution. Une loge intégralement féminine a également fonctionné à partir de 1782 grâce à Félicité de Genlis, qui fut l'hôte du château du Puy-Grolier[33], propriété des Grenaille[34].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Révolution et époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le 2 mars 1789 se tint à Uzerche l'assemblée de la sénéchaussée ; 29 députés sont choisis parmi les 115 élus. Le 16 mars, ils portent à Tulle le cahier de doléances.

Le 30 juillet 1789 se répand le bruit que le comte d'Artois, frère de Louis XVI, arrive à Uzerche à la tête de 16 000 hommes. Son armée vient de Bordeaux et a incendié plusieurs villes. Aussitôt les hommes d'Uzerche et des paroisses environnantes s'arment mais la prétendue armée n'arrive pas : c'était une ruse pour faire armer tous les Français.

Le département de la Corrèze est formé en 1790. Il est composé de quatre districts : Brive, Tulle, Ussel, et Uzerche. Chacun de ces districts est divisé en 41 cantons, formés eux-mêmes de plusieurs communes.

Sous la Révolution, Uzerche devient chef-lieu de district en adoptant le nom de Faubourg-Égalité et voit la première décapitation du département de la Corrèze, place du Marché, le 19 septembre 1793[35]. Les guerres de la Révolution en 1792-1793 voient deux Uzerchois se distinguer : le général Materre et le colonel Varéliaud. Sous Napoléon Ier, l'Uzerchois Alexis Boyer devient chirurgien de l'empereur, et le suit dans les campagnes de Pologne et Prusse.

En 1826, la commune de Sainte-Eulalie est rattachée à Uzerche.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Viaduc du PO-Corrèze et ancienne tannerie au bord de la Vézère.

Programmé en 1840 et achevé en 1855, le tunnel routier est, un siècle durant, le seul sur la route nationale 20. En 1892 vient s'y ajouter un tunnel ferroviaire sur la ligne à voie métrique Uzerche - Seilhac - Tulle - Argentat. La voie ferrée ainsi que la construction du viaduc du « PO-Corrèze »[36] donnent une nouvelle dimension à la ville. Le viaduc, d'une longueur de 142 m, est achevé en 1902 ; il comprend douze arches et permet au tacot de relier la gare PO, située au nord, à la « Petite Gare », station d'Uzerche-Ville. Le POC fonctionne jusqu'en 1969, date de son arrêt définitif. Le viaduc sert aujourd'hui de promenade piétonne (G.R. 46).

Le 5 septembre 1870, le maire, monsieur de Tayac, communique à son conseil les dépêches annonçant la déchéance de l'Empire et la proclamation de la IIIe République. Le 13 novembre 1870, le conseil municipal exprime son adhésion unanime au plébiscite de Paris du 4 novembre 1870 qui maintient le pouvoir au gouvernement de la Défense nationale[37].

En juin 1944, la 2e division SS Das Reich, commandée par le général Heinz Lammerding, reçoit l'ordre, au lendemain du débarquement de Normandie, de se positionner entre Tulle et Limoges pour y réduire le maquis. Plusieurs résistants participent alors à l'attaque d'un train en gare d'Allassac, attaque qui permet aux maquisards de libérer le journaliste et partisan de la Résistance allemand Gerhard Leo (de). Parmi eux se trouve le lieutenant Michel : arrêté peu avant l'attaque de Tulle par les maquisards, il est pendu à Uzerche sous l'ordre et les yeux de Lammerding qui venait de passer deux nuits chez l'habitant[38].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élection présidentielle de 2007

Au second tour, sur un total de 1969 inscrits, on a compté 1 738 votants, ce qui représente un taux d'abstention de 11,73 % (la moyenne nationale était de 16,03 %). 50,36 % des votes se sont reportés sur le vainqueur Nicolas Sarkozy contre 49,64 % pour la candidate socialiste Ségolène Royal. Au premier tour, celle-ci avait obtenu 28,45 % des voix contre 31,02 % pour le candidat de l'UMP. Toutefois, les Uzerchois ont globalement voté plus à gauche que la moyenne nationale : Marie-George Buffet, candidate du PCF, a recueilli 5,14 % des suffrages (1,93 % au niveau national), le candidat centriste François Bayrou (15,84 %) et celui du Front national Jean-Marie Le Pen (7,89 %)[39],[40].

Élections municipales de 2001

La liste conduite par Sophie Dessus est élue dès le premier tour dans son intégralité, face à l'équipe sortante qui ne remporte aucun siège.

Élections municipales de 2008

Face à la liste conduite par Michel Heysch de la Borde qui ne remporte aucun siège au conseil municipal, la liste conduite par Sophie Dessus, maire sortant, est élue dans son intégralité au deuxième tour. Lors de cette élection 1 663 suffrages ont été exprimés, sur 2 006 inscrits, soit un taux de participation de 82,90 % avec 3,37 % de votes blancs ou nuls[41]. Sophie Dessus, maire d'Uzerche, obtient 1 059 voix (2e place), le nombre de voix s'échelonnant entre 1073 pour le premier et 843 pour le 23e[41].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants à Uzerche étant supérieur à 2 500 et inférieur à 3 499, le nombre de conseillers municipaux est de 23. Depuis 2008, le conseil municipal compte 13 hommes et dix femmes avec Sophie Dessus en tant que maire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs au cours du XXe siècle
Période Identité Étiquette Qualité
1893 1904 Martial dit Auguste Magne   Propriétaire tanneur, oncle de Raymond[42]
1904 1912 Alexis Breuil   Notaire[42]
1912 1919 Raymond Magne   Tanneur[42]
1919 1929 Théodore Verdier   Médecin[42]
1929 1941 Jacques Reinier   Restaurateur, démis par le Régime de Vichy[42]
1941 avril 1944 Paul Boyer-Chammard   Avocat, nommé maire par le Régime de Vichy, président de délégation spéciale[42]
avril 1944 août 1944 Jean Degery   Adjoint « à défaut de maire », sous-officier de carrière[42]
août 1944 juillet 1945 Emile Arvis   Ingénieur des ponts et chaussées, président du Comité Libération puis maire[42]
juillet 1945 1961 Louis Chastang   Employé SNCF[42]
1961 1971 Joseph Pradeaux   Ouvrier qualifié[42]
1971 1977 Antoine Besse UDR Professeur retraité[42]
1977 1983 Marcel Lamiche PCF Artisan serrurier[42] - conseiller général du canton d'Uzerche (1979-1985)
1983 1995 Georges Guillaumou RPR Directeur d'usine[42]
1995 2001 Valentin Larivière RPR Inspecteur central des PTT[42] - conseiller général (1985-1998)
2001 en cours Sophie Dessus[43] PS Conseillère générale depuis 1998 - députée (2012-...)
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Uzerche est l'une des 9 communes faisant partie de la communauté de communes du pays d'Uzerche, créée en 1999 et présidée par le maire d'Uzerche.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Le centre de détention d'Uzerche, ouvert le 2 juillet 1990[44], a une capacité de 600 places et emploie 235 personnes[45]. Il est bâti sur un terrain de 12 hectares appartenant à la commune d'Uzerche.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune est associée à des projets de protection des sites naturels : d'une part, elle participe au projet Natura 2000 avec le site « Vallée de la Vézère d’Uzerche à la limite départementale Corrèze-Dordogne »[46] ; d'autre part, une partie de la commune est comprise dans la ZNIEFF no 473 (type 2) « Vallée de la Vézère d'Uzerche à la frontière départementale »[47], d'une surface de 1881 hectares. Par ailleurs, en 2010, la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) désigne Uzerche comme « Petite Ville Durable » pour saluer sa politique environnementale.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 9 août 2010, Uzerche est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la commune de Sainte-Eulalie[modifier | modifier le code]

La commune de Sainte-Eulalie a été rattachée à Uzerche en 1826.

1793 1800 1806 1821 - - - - -
337 336 353 397 - - - - -
(Sources : base Cassini de l'EHESS[49])


Évolution démographique de la commune d'Uzerche[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 042 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 900 1 808 1 942 2 102 3 214 3 223 3 217 3 415 3 428
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 324 3 180 3 221 3 022 2 982 3 019 3 228 4 351 3 222
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 126 3 173 3 175 2 900 3 030 3 163 3 201 3 575 3 536
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
3 316 3 314 3 091 3 097 2 813 3 062 3 182 3 195 3 042
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[50] puis Insee à partir de 2004[51].)
Histogramme de l'évolution démographique


La population uzerchoise au XVIIe siècle est estimée à un millier. En 1790, la ville et sa campagne totalisaient 1 900 habitants dont 1 459 agglomérés[32].

D’après le recensement Insee de 2007, Uzerche compte 3 195 habitants (soit une augmentation de 4 % par rapport à 1999).

La commune occupe le 3 133e rang au niveau national, alors qu'elle était au 3 052e en 1999, et le 11e au niveau départemental sur 286 communes. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Uzerche depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint 1891 avec 4 351 habitants.

Au cours du XXe siècle, la population a fluctué pour retrouver en 1999 une valeur proche de l'année 1901. Les ravages de la Première Guerre mondiale, comme dans la plupart des communes françaises, sont patents : Uzerche perd en effet près de 300 habitants entre 1911 et 1921. La population enregistre ensuite une embellie et, en 1946, le nombre d'habitants culmine à 3 575. Les Trente Glorieuses apportent néanmoins une inversion de la tendance démographique (la population corrézienne n'a cessé de chuter durant cette période) : la population diminue de 1946 à 1990 (si l'on excepte une très légère augmentation en 1982) pour atteindre en 1990 la plus basse valeur enregistrée au cours du XXe siècle. L'année 1999 amorce une période de croissance confortée par la valeur de 2007 (3195 habitants).

De 1999 à 2007, la population uzerchoise a augmenté de 137 habitants, soit une progression de 4,5 %. Le taux d'évolution global de la population uzerchoise entre 1990 et 1999 était de 0,9 %[14]. Cette évolution est due au seul solde migratoire qui atteint 2,0 %, le solde naturel étant de -1,0 %. Cette dernière valeur s'explique par le fait que le taux de mortalité (16,8 ‰ sur la période) était plus élevé que le taux de natalité (6,7 ‰[14]). La population uzerchoise est globalement plus âgée que celle de la Corrèze. Ainsi, si l'on compare les classes d'âges de la commune avec celles de la Corrèze, on remarque que les 75-94 ans étaient sur-représentés à Uzerche en 1999, représentant un pourcentage de 15 % dans la population totale contre 12 % au niveau du département. Inversement, les 0-14 ans représentaient 10 % de la population contre 14 % à l'échelle départementale[14]. Cette tendance semble néanmoins s'estomper depuis peu : l'année 2006 a en effet enregistré 30 naissances alors que ce nombre avoisinait les 20 depuis 1997 ; de plus, l'augmentation du nombre des naissances a été ininterrompue de 2003 à 2006. Enfin, le nombre de décès est tombé sous la barre des 40 alors qu'il l'avait invariablement dépassé depuis 1997, atteignant jusqu'à 60 en 2001 et 2003[14]. La classe des 30-44 ans était en 1999 plus importante que dans le département, totalisant presque 24 % de la population contre à peine 20 %[14]. On peut l'expliquer par le solde migratoire positif (+2,0 %)[14].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (29,7  %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (29,9 %).

Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (56,1 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 56,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 9,4 %, 15 à 29 ans = 24,8 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 21,9 %) ;
  • 43,9 % de femmes (0 à 14 ans = 12,5 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 39,7 %).
Pyramide des âges à Uzerche en 2007 en pourcentage[52]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
4,9 
9,4 
75 à 89 ans
19,4 
11,9 
60 à 74 ans
15,4 
21,1 
45 à 59 ans
18,7 
22,7 
30 à 44 ans
16,7 
24,8 
15 à 29 ans
12,5 
9,4 
0 à 14 ans
12,5 
Pyramide des âges du département de la Corrèze en 2007 en pourcentage[53]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,9 
9,5 
75 à 89 ans
14,2 
16,2 
60 à 74 ans
17,3 
22,0 
45 à 59 ans
21,0 
19,6 
30 à 44 ans
17,9 
16,9 
15 à 29 ans
13,8 
15,3 
0 à 14 ans
13,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Uzerche est située dans l'académie de Limoges.

Établissements scolaires[modifier | modifier le code]

La ville administre une[54] école maternelle et une[55] école élémentaire communales.

Le département gère le collège Gaucelm-Faidit[56].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Il y a toute l'année de nombreuses manifestations festives et culturelles sur la commune. Le Festival de la Vézère se déroule sur tout le département de la Corrèze avec un spectacle se déroulant sur la commune d'Uzerche[57]. Le Festival de musique d'Uzerche (4e édition en 2010), qui mêle opéras, récitals et musique du monde, les Mardis d'Uzerche (spectacles, concert)[58], peuvent également être cités.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un centre hospitalier gériatrique et d'une maison de retraite : la « Résidence la Pierrade »[59]. Elle compte quatre médecins, deux pharmacies et deux chirurgiens dentistes. Une maison médicale regroupant des professionnels de santé (médecins, infirmiers…) ouvrira ses portes fin 2012.

Services publics et sécurité[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un bureau de poste. Le Trésor Public a une antenne sur la commune. Une gendarmerie ainsi qu'une brigade motorisée de gendarmerie sont implantés à Uzerche[59].

Sports[modifier | modifier le code]

Bâtiments de la base de la Minoterie et Vézère en février 2008.

La base de la Minoterie[60], association créée en 1968 (l'acquisition des terrains en vue de créer un centre d'activités a été effectuée le 23 juin 1968[42]), propose un ensemble d'activités sportives de pleine nature (escalade, VTT, tir à l'arc…). La pratique de sports tels que le rafting ou le canoë-kayak est facilitée par la proximité de la Vézère. Le club de canoë-kayak se distingue régulièrement dans diverses compétitions à l'échelle locale comme nationale[61]. Le circuit de bicross d'Uzerche, dont l'aménagement a été décidé le 28 mars 1986[42], a été le terrain de plusieurs compétitions à la traditionnelle date du 1er mai, notamment la coupe de France d'enduro 2006[62]. Uzerche a accueilli les 26 et 27 juillet 2008 une manche du championnat du Monde FIM Maxxis d'Enduro ainsi que la coupe du Monde d'Enduro Junior[63],[64].

Médias[modifier | modifier le code]

La station de radio « Radio Crash Dance », orientée vers la musique techno, la dance et la house a été créée à Uzerche en 2003[65].

Concernant la presse écrite, les Uzerchois peuvent suivre l'actualité locale grâce aux quotidiens régionaux La Montagne et Le Populaire du Centre.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Uzerchois disposent de deux lieux de culte catholique : l'église Saint-Pierre et l'église Sainte Eulalie-de-Mérida[66] au sein de la paroisse d'Uzerche, l'une des treize paroisses du secteur paroissial d'Uzerche[67], lui-même partie du doyenné de Moyenne Vézère, rattaché au diocèse de Tulle[68].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2004, le revenu moyen par ménage de la commune d'Uzerche était de 13 705 €/an[69].

En 2007, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 460 €[70].

Emploi[modifier | modifier le code]

Les dix premiers employeurs privés de la commune totalisaient 350 emplois en 2005 ; les trois premiers employeurs publics[note 16] employaient à cette date 390 personnes[45].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2006, Uzerche comptait 189 établissements dont 14 ayant dix salariés ou plus. Ces établissements se répartissaient ainsi : 84 services, 52 établissements voués au commerce ou la réparation, 33 dans l'industrie et 17 dans la construction[14]. Le nombre total d'établissements a enregistré une progression de 26,5 % sur la période 2001-2006 : progression de 32 % dans l'industrie, 26,8 % dans le commerce et la réparation et 35,5 % dans les services ; régression de 10,5 % dans la construction[14]. En 2006, 25 établissements ont été créés dont 68,0 % de créations pures, les autres étant de simples reprises : 14 services (71,4 % de créations pures), 7 commerces ou établissements de réparation (71,4 %), 3 industries (33,3 %) et 1 établissement de construction (100 %)[14]. Le taux de création pour l'année 2006 atteint 13,4 %[14].

L'année 2006 a enregistré 20 créations d'entreprise dont 12 créations pures, trois reprises et cinq réactivations. Ce nombre représente un taux de création de 13,6 %. Parmi les 20 entreprises, on comptait dix services, sept commerces et entreprises de réparation ainsi que trois industries[14]. En 2006, on comptait 147 entreprises (65 services, 42 commerces et entreprises de réparation, 24 industries et 16 entreprises de construction) à Uzerche, ce qui correspond à une augmentation de 8,1 % par rapport à 2001[14].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La vache de race limousine forme l'essentiel du cheptel uzerchois.

Entre 1988 et 2000, 20 exploitations agricoles ont disparu, leur nombre passant de 43 (dont 25 exploitations professionnelles) à 23 (dont 15 exploitations professionnelles). 33 exploitants sur les 43 considérés en 1988 possédaient un cheptel de bovins[note 17], contre 17 en 2000. Le nombre de têtes de bovins, qui était de 2 641 en 1988 n'était plus que de 1 710 en 2000[71].

En 2000, l'essentiel de la superficie agricole utilisée est voué à l'élevage : environ 80 % aux bovins et 10 % aux autres animaux. Les légumes, fruits et grandes cultures totalisent moins de 5 % de cette surface[72].

Anciennes activités industrielles liées à l'eau[modifier | modifier le code]

Ancienne tannerie

La proximité de la Vézère a longtemps permis à la ville de développer diverses activités : ainsi ont fleuri dès le XVIe siècle carderies, tanneries, moulins et une minoterie qui ont prospéré jusqu'à l'aube du XXe siècle[73].

Le « barry » (faubourg) de Sauvageas était depuis le XVIe siècle un quartier de tanneurs de peaux, établis au bord de la Vézère. La famille Laporte a été une véritable dynastie, active du XVIe au XXe siècles. L'activité des tanneries a cessé définitivement dans les années 1960[42], après quatre siècles d'existence.

Papier et carton[modifier | modifier le code]

L'industrie du papier et du carton s'est développée à partir de 1830 avec la mise en service d'un moulin papetier. En 1893 une usine de papeterie s'installe à l'emplacement du moulin sous l'impulsion de M. Royères. Elle produit du papier exclusivement à base de pailles de seigle et de blé jusqu'en 1934. Le gendre de M. Royères, Lucien Davous, fait progressivement évoluer la production vers le carton ondulé dans les années 1930 ; un atelier de façonnage de caisses en carton est créé en 1930. Après la Seconde Guerre mondiale, la paille est utilisée conjointement avec de vieux papiers, avant d'être abandonnée en 1973 car jugée trop polluante et insuffisante d'un point de vue des nouvelles normes en vigueur[74]. En 1962 la Société anonyme des Usines Royères est cédée à la Compagnie Générale Des Papiers (CGP), créée en 1918. En 1984 et 1985, l'activité de fabrication de caisses carton est transférée sur le site actuel de la Gane Lachaud[note 18], toujours actif[75]. En 1987, la CGP est achetée par le groupe Novalliance qui cède en juin 1990 son département papier et carton ondulé au groupe Smurfit[note 19]. Le site d’Uzerche fait dès lors partie d’un grand groupe international, et produit jusqu'à 46 000 tonnes en 2005[note 20].

La fermeture de la papeterie Smurfit Kappa en 2006[76] a abouti à la suppression de 50 emplois. La municipalité a envisagé une possible reconversion du site. Une visite du site a été effectuée le 29 juin 2008 en présence de François Hollande, président du Conseil général de la Corrèze, ainsi que des conservateur en chef et architecte du Musée des monuments français, abrité par le Palais de Chaillot. Un projet de restauration du site de la papeterie a été proposé par le cabinet d'architecte de Jean-Michel Wilmotte[77]. Il est envisagé que soit créé un musée dans la nef la plus ancienne (baptisée « Huguenot »), comprenant des œuvres du peintre uzerchois Henri Cueco et consacré également à l'histoire et à la mémoire de la papeterie[78]. Une passerelle sur la Vézère, reliant ville ancienne et futur écoquartier, a été installée début juillet 2012, marquant le début des travaux de réhabilitation de la Papeterie. L'aménagement des jardins devrait être confié à l'École nationale supérieure du paysage de Versailles. Une présentation virtuelle du site après les travaux est disponible sur Internet[79].

Zone industrielle La Gane Lachaud[modifier | modifier le code]

La « ZI La Gane Lachaud »[80] est le cœur économique de la ville. Plusieurs établissements y sont installés, parmi lesquels la cartonnerie Smurfit (100 salariés), Legrand (77 salariés), SOLAC[note 21](24 salariés), Comattel[note 22] (21 salariés). Ces entreprises constituaient en 2005 les quatre premiers employeurs privés de la ville[45]. On peut également citer Uzerche Salaisons (12 salariés), septième employeur privé de la commune cette même année. L'implantation en 2006 de l'entreprise GLS[81] (Global Logistic System) a permis le recrutement de 70 employés[82], ce qui en fait désormais le troisième employeur privé de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Tour du Prince Noir.
La chapelle de l'Hospice, en bas de la rue de la Justice.
L'lospice, près de la chapelle du même nom.
Médiathèque Simone-de-Beauvoir.

Les principaux lieux et monuments de la commune sont les suivants, classés par ordre chronologique suivant l'époque de leur construction[83] :

  • Église Saint-Pierre (XIe ‑ XIIe siècle), classée à l'inventaire des monuments historiques en 1840[84].
  • Église Sainte-Eulalie (Xe siècle).
  • Tour du Prince Noir (XIVe siècle), inscrite à l'inventaire des monuments historiques le 21 juin 1933[85].
  • Hospice (attesté en 1393).
  • Chapelle de l'Hospice (reconstruite au XIXe siècle).
  • Château Bécharie (anciennement maison Barrachaude) (XVe siècle), classé à l'inventaire des monuments historiques en 1907[86] : doté d'une architecture harmonieuse illustrée par ses belles toitures, le château Bécharie (ou hôtel de Clédat) se distingue en son intérieur par un ensemble de fresques réalisées par Michel et Antoine Cibille, deux artistes corréziens originaires de Darnets.
  • Maison Eyssartier (XVe siècle) : classée à l'inventaire des monuments historiques depuis le 20 juin 1927[87], elle présente une façade caractéristique du style Renaissance. Elle fut habitée au XIXe siècle par une lignée d'apothicaires et notamment le pharmacien Eyssartier, impliqué dans la célèbre affaire Lafarge en vendant de l'arsenic.
  • Hôtel du Sénéchal (XVIe siècle), inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis le 28 janvier 1986[88] : il était occupé, comme son nom l'indique, par un sénéchal (officier royal de justice), dont les bureaux étaient situés place de la Libération mais dont les logements de fonction se trouvaient rue de la Justice. Les Chavaille, installés dans cette demeure, développèrent la sénéchaussée à partir de 1583. Devenu bâtiment municipal en 1879, l'hôtel accueillit jusqu'en 1924 l'école primaire de filles, avant de se voir transformé en gendarmerie. Il abrite de nos jours le CDRAP (Centre régional de documentation sur l'archéologie du paysage[89]) et la « Maison de la Poésie et des métiers du livre en Limousin ». Les trois tours agrémentant la façade de l'hôtel représenteraient, dit-on, les droits de haute, moyenne et basse justice.
  • Maison à pans de bois (XVIe siècle), inscrite à l'inventaire des monuments historiques[90] : ce bâtiment offre un grand intérêt architectural, de par sa façade à pans sculptés, composée de bois, de torchis et de brique. Ses deux derniers étages présentent un réseau de pans en damiers moulurés. Jusqu'en 1920, ce bâtiment était doublé d'une tour carrée contenant des escaliers qui donnaient accès aux étages de la porte Claurenson (une des six portes de la ville), aujourd'hui disparue. Ces escaliers sont encore en partie visibles au pignon de la maison restaurée.
  • Maison de Tayac (XVIe siècle), inscrite à l'inventaire des monuments historiques[91] : cette demeure construite au XVIIe siècle appartenait aux Gauthier, une famille puissante qui participa activement à la Révolution puis à l'Empire. Elle se distingue par une tour en poivrière et une autre tour carrée. Stéphanie, une des filles Gauthier, se maria avec Jean Philippot de Tayac, maire d'Uzerche de 1866 à 1877. La porte de la tour carrée porte un écusson rappelant la légende des armes d'Uzerche.
  • Château Pontier (XVIe et XVIIe siècles)[92] : construit à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècles, il fut la demeure des Consuls de la ville et présente deux tours en poivrière. Martial Besse du Peyrat fut lieutenant particulier auprès du sénéchal en 1722. Une de ses descendantes épousa Jean Pontier, également lieutenant particulier en 1777. Le château Pontier est inscrit aux monuments historiques depuis 1932 pour ses façades et depuis 1988 pour son escalier.
  • Hôtel des Joyet de Maubec : il fut l'hôtel particulier de la famille des Joyet de Maubec, qui occupa la charge de lieutenance criminelle à la sénéchaussée pendant les XVIe et XVIIe siècles. Au XIXe siècle, les sœurs de Nevers y transférèrent leur école religieuse.
  • Maison Boyer Chammard (XVIIe siècle), inscrite à l'inventaire des monuments historiques[93] : bâtiment remarquable de par sa façade et notamment ses balcons sur la Vézère, la maison Boyer-Chammard fut la demeure des Clary de Saint-Angel. Elle devint en 1741 la propriété de Jean-François Chevallier, nommé un peu plus tôt receveur de l'entrepôt de tabacs d'Uzerche. La maison fut la propriété des Besse de la Noaille au XVIIIe siècle[7].
  • Pont Turgot (XVIIIe siècle), inscrit aux monuments historiques[94].
  • Médiathèque Simone de Beauvoir : la construction d'une bibliothèque médiathèque dans le centre ancien de la ville a été décidée lors d'une réunion du conseil municipal en septembre 1997. Les travaux ont été effectués de 1999 à 2000 et ont été suivis par l'ouverture au public en octobre 2000[95].

En mai 2007, Sophie Dessus, maire d'Uzerche, s'est vu remettre une Marianne d'Or dans la catégorie aménagement urbain[96].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Fondé en 1988, le Centre Régional de Documentation sur l'Archéologie du Paysage (CRDAP), situé au 14, rue de la Justice dans les bâtiments de l'ancienne sénéchaussée, est une association dont la vocation est d'initier à la « lecture du paysage »[97], activité qui implique une bonne connaissance du milieu naturel et des formes d'occupation de ce milieu par l'homme. Le CRDAP œuvre notamment auprès des collégiens, en collaboration avec des enseignants, notamment dans le cadre des « ateliers du patrimoine ».

La ville accueille plusieurs associations. La section limousine de l'Institut d'études occitanes (I.E.O.) est installée dans le centre d'Uzerche. Uzerche Auto Rétro[98], créée en avril 1996, regroupe un centaine de collectionneurs et amateurs de voitures anciennes. Les Chemins de la Culture du Pays d'Uzerche[99], créée le 12 novembre 2003, organise un symposium de sculpture chaque année depuis 2004. Celui-ci se déroule alternativement dans les 9 communes du canton d'Uzerche. Le but de cette dernière association est de permettre la réalisation de 81 sculptures en 9 ans, soit une sculpture par commune chaque année.

Mycologie[modifier | modifier le code]

À la frontière entre la culture locale et l'économie, le champignon est fortement apprécié dans l'ensemble de la Corrèze. À la fin de l'été et au début de l'automne, les sous-bois des environs d'Uzerche contiennent des spécimens de cèpes et de girolles qui font le bonheur des cueilleurs. Le souvenir de cette atmosphère est évoqué par l'écrivaine Gilberte Laussac dans sa préface à l'ouvrage de Françoise Baume, Uzerche, la perle du Limousin (2007) en ces mots: « Uzerche reste chère à mon cœur. (…) j'avais le sentiment d'entrer dans un monde que dominait le vert. Ce n'étaient que prairies où paissaient des troupeaux de vaches, bois de sapins sentant la fougère et le cèpe, ruisseaux riches en poissons. La terre exhalait un parfum différent, champignon et humus confondus et mes oncles, pêcheurs de truites et d'écrevisses, nous emmenaient parfois sur les berges ombragées de la Vézère. »[100]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs films et séries ont été tournés dans la commune en particulier :

Uzerche dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs scènes extérieures du film Knock (1933) de Roger Goupillières et Louis Jouvet, adapté de la pièce de théâtre écrite par Jules Romains, ont été tournées à Uzerche. Le cinéma d'Uzerche porte aujourd'hui le nom de cinéma Louis Jouvet[101].
  • L'action de la bande dessinée Les Oiseaux du diable (Glénat, 1981), réalisée par Patrick Dumas et publiée aux éditions Glénat, se déroule dans la ville d'Uzerche.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Un timbre postal, d'une valeur de 18 francs, représentant la traditionnelle vue d'Uzerche prise depuis les bords de la Vézère a été émis le 15 octobre 1955[102].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Gaucelm Faidit (vers 1150-vers 1205) - L'un des troubadours les plus féconds, né à Uzerche.
  • François de Grenaille (1616-1680) - Écrivain, né à Uzerche.
  • Guillaume Grivel (1735-1810) - Écrivain et avocat, né à Uzerche.
  • Alexis Boyer (1737-1833) - Chirurgien et anatomiste, né à Uzerche.
  • Jean Baptiste Léonard Durand (1742-1812) - Administrateur et ancien directeur de la Compagnie du Sénégal, né à Uzerche.
  • Félicité de Genlis (1746-1830) - Femme de lettres, elle anima une loge féminine à Uzerche à partir de 1782. L'action de son roman Olympe et Théophile se déroule dans le château de Puy-Grolier qu'elle habitait[103].
  • Henri Brugère (1841-1918) - Général, né à Uzerche.
  • Louis Rollin (1879-1952) - Homme politique, né à Uzerche.
  • Simone de Beauvoir (1908-1986) - Philosophe, romancière, épistolière, mémorialiste et essayiste. Jeune, elle passait ses vacances d'été non loin d'Uzerche, à Saint-Ybard, dans le parc de Meyrignac créé vers 1880 par son grand-père Ernest de Beauvoir. La propriété avait été acquise par son arrière-grand-père Narcisse Bertrand de Beauvoir au début du XIXe siècle. On retrouve de multiples évocations de ces séjours heureux en compagnie de sa sœur Hélène dans ses Mémoires d'une jeune fille rangée. Le 24 mai 2008, la ville a fêté le centenaire de la naissance de l'écrivain[104].
  • Henri Cueco (1929-) - Artiste-peintre et écrivain, né à Uzerche.
  • Patrick Dumas (1953-) - Auteur de bande dessinée, né à Uzerche.
  • Louise Troncard (-) - Gouvernante de la famille de Beauvoir, née à Uzerche. Jeune fille elle fut employée l'été à Meyrignac, commune de Saint-Ybard, propriété de la famille de Beauvoir. Plus tard elle suivit Georges Bertrand de Beauvoir et son épouse Françoise Brasseur, futurs parents de Simone et Hèléne de Beauvoir, à Paris où elle devint la gouvernante des enfants. Elle quitta la famille pour se marier. Elle est fréquemment présente dans les "mémoires d'une jeune fille rangée" de Simone de Beauvoir qui l'évoque par son prénom de Louise.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

La devise officielle de la ville est : Non polluta (sans souillure).

blason

Le 25 novembre 1977, le conseil municipal a adopté le blason communal qui suit[42]:

  • D'or à deux bouveaux de gueules l'un sur l'autre, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys du champ.

On trouve ce blason d'Uzerche sculpté dans la roche. On y distingue les deux taureaux surmontés de trois fleurs de lys au centre.

blason
blason

Malte-Brun, dans la France illustrée (1882) donne la description suivante:

  • D'azur, semé d'étoiles à six rais d'argent, chargé de deux lionceaux passant l'un sur l'autre, d'or

M. Combet relate dans son Histoire de la Ville et du Canton d'Uzerche (1853) que l'origine du blason d'Uzerche remonte à l'invasion des Sarrasins au VIIIe siècle. Ceux-ci, refoulés par Charles Martel, vinrent assiéger la ville qui réussit, dit-il, à se délivrer d'une mort certaine grâce à un habile stratagème : assiégés depuis sept ans, mourant de faim et n'ayant plus qu'une mesure de froment et un veau, les Uzerchois décidèrent de l'engraisser avec ce qu'il restait de grain et de le lâcher au dehors[1]. Les Sarrasins, impressionnés et découragés par cette preuve trompeuse que la ville était encore pourvue de vivres pour longtemps, levèrent le siège. C'est en souvenir de ce fait éclatant de résistance et d'ingéniosité que le blason, où apparaissent deux taureaux, aurait été constitué[1].

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de cet article

Ouvrages généraux
  • Jean-Baptiste Poulbrière, Dictionnaire historique et archéologique des paroisses du diocèse de Tulle, Tome III, Tulle, 1910. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • La Corrèze, Union des Syndicats d'initiative de la Corrèze, 1952, présentation d'Henri Queuille et préface de Pierre Benoit. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcel Villoutreix: Noms de lieux de la Corrèze, Travaux d'Archéologie Limousine, Supplément 2, 1992. Document utilisé pour la rédaction de l’article
Sur l'abbaye et l'ancienne abbatiale Saint-Pierre
  • Jean-Baptiste Champeval, Cartulaire de l'abbaye d'Uzerche (Corrèze) avec tables, identifications, notes historiques, du Xe au XIVe siècles, Tulle-Paris, 1901.
  • Albert de Laborderie, Uzerche, son église abbatiale, Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, t.76, 1954, p. 3-22.
  • Louis Bournazel, État de l'Abbaye d'Uzerche en 1674. Procès verbal extrait des Archives de la Sénéchaussée, Lemouzi, Tulle, no 75, p. 309-312, 1980.
Sur Sainte-Eulalie
  • Louis Bournazel, Sainte Eulalie (Uzerche), paroisse écartelée et commune sacrifiée (1982, Lemouzi no 84, p. 222-233).
Autres ouvrages en lien avec l'histoire d'Uzerche
  • M. Combet, Histoire de la ville et du canton d'Uzerche (1853, rééditions de Res Universalis en 1991 et des Éditions Lacour-Ollé ((fr) Livre aux éditions Lacour-Ollé). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Aubrun, L'ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Institut d'études du Massif Central, Clermont-Ferrand, 1981
  • Louis Bournazel :
    • Histoire d'Uzerche et du Pays d'Uzerche, Tome I, 1984, Éditions Lemouzi ; Préface de Robert Joudoux). Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • Traditions et coutumes d'Uzerche et du pays d'Uzerche, Lemouzi, Tulle, no 96, p. 244-248.
    • Uzerche et son pays, Éditions Alan Sutton, 2006. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Laurence Catinot-Crost, Uzerche historique, Nouvelles Éditions latines, 1981
  • Jean-Louis Antignac et R. Lombard, Uzerche, son archéologie de l'Antiquité au Moyen Âge, 1986
  • Uzerche, Ville d'Art en Limousin, Travaux d'Archéologie Limousine (TAL), Supplément 4, Collection du Centre Régional de Documentation sur l'Archéologie du Paysage, 1997. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Florence Gourdon, L'administration du district d'Uzerche sous la Révolution (1790 - 1795), Société d'études historiques et archéologiques de la moyenne Corrèze, Tulle, revue Lemouzi, no 161, p. 29-44, 2002
  • Robert Joudoux, De Treignac à Voutezac : Le ressort judiciaire de la sénéchaussée d'Uzerche vers 1760, Société d'études historiques et archéologiques de la moyenne Corrèze, Tulle, revue Lemouzi no 175, p. 67-87, 2005
  • Françoise Baume, Uzerche, la perle du Limousin, Le Rouergue éditeur, 2007 ; Recueil d'aquarelles (Livre sur Evene)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amphibolite est extraite à Uzerche par l'entreprise Pigeon dans une carrière au lieu-dit « Faucou ».
  2. Le contrat de pôle structurant (CPS) qu'Uzerche a signé avec le Conseil régional du Limousin dans le cadre de la politique des Pays est le premier de la région.
  3. Les historiens penchent aujourd'hui en faveur de Puy d'Issolud, dans le Quercy. En effet, si l'élément Us- peut correspondre au uxello gaulois signifiant « hauteur », l'élément -arca n'est manifestement pas issu du gaulois dunon signifiant « fortification ». D'après Uzerche, Ville d'art en Limousin, Travaux d'Archéologie Limousine, supplément 1997. On pourra lire l'ouvrage d'Armand Viré, préhistorien qui s'intéressa à la question d'Uxellodunum, Les fouilles protohistoriques de Luzech, du Puy d'Issolud et d'Uzerche (B.S.P.F. - 18 octobre 1913)
  4. « quapropter pro Baxone qui ad ecclesiam Usercam confugit, intercessor accedo », ce qui signifie « c'est pourquoi j'intercède en faveur de Baxon, qui s'est réfugié à l'église d'Uzerche » ; d'après Uzerche, Ville d'art en Limousin, Travaux d'Archéologie Limousine, Supplément 1997
  5. Une fouille effectuée en 1987 dans le jardin de la chapelle Notre-Dame a mis au jour un habitat gaulois daté du IIe siècle av. J.-C.. On avait déjà mis en évidence, lors de fouilles réalisées entre 1983 et 1985 dans le jardin situé au nord de l'église Saint-Pierre et attenant au presbytère, une présence humaine au Néolithique. On y avait en effet retrouvé plusieurs silex taillés de tradition néolithique.
  6. La crypte aux Corps Saints, unique dans la région, date du Xe siècle. Construite sous le chevet de l'église, à semi-enterrée, elle présente également un plan à déambulatoire et chapelles rayonnantes.
  7. L'existence d'un lieu de culte à Sainte Eulalie est attestée dès 987 par le cartulaire de l'abbaye d'Uzerche.
  8. Fortement restaurée aux XIXe et XXe siècles, l'église Sainte-Eulalie était ombragée par un tilleul dit « de Sully », classé par les Beaux-Arts.
  9. Cette place, également nommée « Chammartz » (champ de Mars), était autrefois un lieu d'échanges important où se déroulaient foires à vin et autres marchés de viande.
  10. La toiture d'époque contemporaine masque le crénelage du XIXe siècle. La chapelle se situe en limite sud-est du castrum mérovingien. Le fossé qui protégeait l'accès sud de la ville se trouve juste au pied du bâtiment actuel.
  11. Ces neuf portes dont était dotée Uzerche portaient les noms de Mousty, Claurenson, Bécharie ou Barrachaude, du Roudeix, Baffat, Pradel, de l'Abbaye, de Sauvageat et portail des Saint-Jacquiers.
  12. La porte Bécharie, construite au XIVe siècle, est l'unique rescapée des neuf portes et des trois enceintes de la ville. Elle a longtemps été la propriété d'une ancienne famille de magistrats, les De Clédat. Elle est classée dans l'Inventaire des monuments historiques.
  13. Le nom de la tour pourrait provenir d'Édouard de Woodstock, fils d'Édouard III d'Angleterre et surnommé « le Prince Noir », ou bien encore du bandit Geoffroy Tête Noire…
  14. Il fut agrandi en 1861 et de 1901 à 1908, notamment par l'aménagement des deux tours visibles aujourd'hui.
  15. Ce pont est mal nommé car sa construction a été achevée avant l'arrivée de l'intendant Turgot qui, par conséquent, n'a pu commanditer sa réalisation. Sa construction (1753-1755) avec avant-becs en amande et couverture des becs par chaperons à demi prismes */ est l'œuvre de l'intendant Tourny.
  16. En 2005, les trois premiers employeurs publics étaient le centre de détention (235 salariés), le centre hospitalier gériatrique Alexis Boyer (100 salariés) et la mairie (54 salariés).
  17. La grande majorité des cheptels de bovins à Uzerche et plus largement en Corrèze est constituée de bétail de race limousine.
  18. En 1985, un incendie a réduit en cendres les ateliers où était fabriqué le carton ondulé au bord de la Vézère. Cet événement a accéléré le transfert d'activités engagé l'année précédente avec la création d'une caisserie distincte de la papeterie.
  19. Smurfit CGCO (Compagnie générale des cartons ondulés).
  20. Entre 1980 et 1995, la production annuelle oscillait entre 20 000 et 23 000 tonnes. Cf. Journal de la municipalité « Vivre à Uzerche » - no 21 juillet 2006
  21. SOLAC est une entreprise de fabrication de charcuterie.
  22. Comattel est une entreprise spécialisée dans le façonnage de câbles, le câblage et l'assemblage de haute précision (fr) Comattel
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Uzerche » in La Corrèze, 1952, Union des Syndicats d'initiative de la Corrèze, Présentation d'Henri Queuille et préface de Pierre Benoit.
  2. André Duchesne, Antiquités des villes de France (1648, p. 790), « La seconde ville du bas Limousin est Userche, gracieuse et tempérée: la ville est assise sur le torrent de Vézère et presque imprenable, selon le jugement des hommes. Ses défenses sont les eaux de tout côté, et il n'y a que deux avenues, mais si fortes qu'on dit communément: Qui a maison à Userche, a chasteau en Limousin. »
  3. Mesures de la station d'Uzerche - Préfecture de la Dordogne (service de prévisions des crues du bassin de la Dordogne)
  4. Caractéristiques de la station hydrométrique d'Uzerche
  5. « Les personnalités du pays d'Uzerche », sur site de l'Office de Tourisme du Pays d'Uzerche (consulté le 9 août 2010)
  6. Arthur Young, Voyages en France pendant les années 1787-88-89 et 90, traduction de François Soules, Paris, Buisson, 1794, 3 volumes in-8 première édition en français
  7. a et b Pays du Limousin no 32, 15 décembre 2007/15 février 2008, "Uzerche, sous les pavés, le renouveau!"
  8. Stendhal, Mémoires d'un touriste (1838)
  9. Francisco Hervé, Étude pétrographique des gneiss, amphibolites et éclogites des environs d'Uzerche, 1968, Paris, Faculté des sciences de Paris, 119 p. - Présentation de la Bibliothèque de l'École des Mines de Paris.
  10. « Distance orthodromique », sur lion1906.com.
  11. [1] Article du 17 janvier 2010 sur lamontagne.fr
  12. [2] Site du Conseil général de la Corrèze
  13. http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/DEP/19/COM/DL_COM19276.pdf Site de l'Insee; dossier local de juin 2010 sur Uzerche (code 19276) page 12/19
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (fr) [PDF]Étude de l'Insee sur la commune d'Uzerche (code 19276)
  15. Uzerche Village-étape
  16. a, b et c « Pôle urbain d'Uzerche - Ville d'Uzerche », sur site de la Société d'économie mixte d'aménagement du bas Limousin (consulté le 9 août 2010)
  17. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 691b
  18. Ernest Nègre Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  19. a et b Marcel Villoutreix : Noms de lieux de la Corrèze, Travaux d'Archéologie Limousine, Supplément 2, 1992
  20. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  21. Ernest Nègre, op. cit.
  22. Livre numérisé sur la Corrèze de Guy Lintz, p. 41
  23. L'existence d'un site datant de la Tène a été avérée. Voir J.M. Courteix, Un site du second âge du fer à Uzerche, Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, Tulle, 1985, vol. 88, p. 6-12
  24. C'était la route dite « des métaux ».
  25. André Duchesne, Antiquités des villes de France (1648, p. 790), « On tient que Pépin combattant Vaifer ou Gaifre dans l'Aquitaine, fit bastir ce fort entre ces eaux impétueuses, et le fortifia de dix-huit tours, l'une desquelles fut appelée la Tour de Léocaire, pour ce qu'il fit en icelle couper la tête à Léocaire, maire de son palais. »
  26. Jean-Baptiste Poulbrière, Dictionnaire historique et archéologique des paroisses du diocèse de Tulle, Tome III, Tulle, 1910.
  27. Il y est inscrit : +VSERCA F+ (F pour FITUR) soit « Fait à Uzerche ». Voir Joël Tixier, « Aspect du monnayage mérovingien : un nouveau tiers de sou d'or frappé à Uzerche », Travaux d'Archéologie Limousine, t.16, 1996, p. 61
  28. Précisions sur les sous d'or d'Uzerche
  29. Uzerche en Corrèze - La perle du Limousin (site particulier)
  30. Photos de l'abbatiale Saint-Pierre sur Structurae
  31. Uzerche, Ville d'art en Limousin ; Travaux d'Archéologie Limousine ; Légende de la figure 12 : « Retable de l'autel majeur de l'église Sainte-Eulalie (XVIIe siècle) ».
  32. a, b et c Uzerche, Ville d'art en Limousin ; Travaux d'Archéologie Limousine, Supplément 4, 1997
  33. Louis Bournazel, Uzerche et son pays
  34. Voir François de Grenaille, écrivain né à Uzerche en 1616.
  35. La personne décapitée était un dénommé Besse, dit « Picharou ». cf. Louis Bournazel, Uzerche et son pays, Éditions Alain Sutton, 2006.
  36. Photos des gares d'Uzerche et de la ligne du POC.
  37. Uzerche en Corrèze - La perle du Limousin (site d'un particulier).
  38. Commémoration du 9 juin 1944, date du massacre de Tulle.
  39. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur L'Internaute
  40. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur Lefigaro.fr
  41. a et b Site de l'Internaute, page sur les élections municipales à Uzerche en 2008, consulté le 11 aout 2010.
  42. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Uzerche, Almanach du Siècle, Année 2001, 1900-2000, réalisé et imprimé par l'Office de Tourisme d'Uzerche sous la présidence de M. Georges Roger, décembre 2000.
  43. [PDF]Résultats municipales 2008
  44. Ministère de la Justice
  45. a, b et c Journal de la Municipalité no 18 ; septembre 2005
  46. [3] Plaquette de la Direction régionale de l'Environnement du Limousin
  47. [4] Plaquette DIREN du Limousin
  48. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 11 Novembre 2009)
  49. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 9 août 2010)
  50. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  51. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  52. « Évolution et structure de la population à Uzerche en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2010)
  53. « Résultats du recensement de la population de la Corrèze en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 août 2010)
  54. « Etablissement : LES BUGES », sur site de l'académie de Limoges (consulté le 9 août 2010)
  55. « Etablissement : LES BUGES », sur site de l'académie de Limoges (consulté le 9 août 2010)
  56. . « Etablissement : GAUCELM FAIDIT », sur site de l'académie de Limoges,‎ 10 juin 2009 (consulté le 9 août 2010)
  57. Site du Festival de la Vézère, page sur l'édition 2010 (lieux des concerts), consulté le 11 aout 2010.
  58. Site de la commune d'Uzerche, page sur les manifestations, consulté le 11 aout 2010.
  59. a et b « Les services », Mairie d'Uzerche (consulté le 09-08-2010)
  60. « Base de loisirs de la Minoterie à Uzerche », sur vezerepassion.com (consulté le 9 août 2010)
  61. Mathieu Charliac, champion de France cadet 2006 en kayak de descente
  62. www.toolenduro.com
  63. Site du motocross uzerchois
  64. Compte-rendu du GP de France MAXXIS FIM World Enduro Championship
  65. « The Radio Crash Dance team », sur myspace.com (consulté le 9 août 2010)
  66. « Lieux de culte par commune », sur site du diocèse de Tulle (consulté le 12 août 2010)
  67. « Accueil. Infos. Uzerche », sur site du secteur paroissial de l'église de Seilhac (consulté le 12 août 2010)
  68. « Doyennés de Moyenne Vézère & bassin de Brive/Auvezere », sur site du diocèse de Tulle (consulté le 12 août 2010)
  69. Site de l'Internaute, Données démographiques d'après l'INSEE publiées par linternaute, consulté le 12 août 2010.
  70. Site de l'INSEE, CC-Résumé statistique/com, dep, zone empl, consulté le 12 août 2010.
  71. Source : AGRESTE, recensements agricoles 1988 et 2000 (fr) Site de l'AGRESTE
  72. Source : AGRESTE, recensement agricole 2000
  73. Histoire des activités industrielles autour de l'eau à Uzerche
  74. « C’est particulièrement le cas des emballages utilisés par le commerce du Cognac. Uzerche est en effet un fournisseur important de ce secteur, d’autant qu’à partir de 1971 un atelier de transformation est acquis à Jarnac, puis un autre plus important à Chateaubernard. » Journal de la municipalité ; Édition de juillet 2006 ; Dossier « De Royeres à Smurfit : retour sur une entreprise qui a marqué la ville »
  75. La cartonnerie a produit 27 000 tonnes en 2002.
  76. Article sur le site d'Usine Nouvelle
  77. Article sur la restauration du site de la papeterie - www.lepopulaire.fr
  78. La Montagne du 30 juin 2008 ; La papeterie va s'offrir une nouvelle vie
  79. http://www.novembre-architecture.com/detail-projet/projet-reconversion-du-site-de-la-papeterie-a-uzerche-19--70.html Atelier Novembre - Architecture
  80. Présentation de la zone sur le site de la mairie d'Uzerche
  81. L'opérateur GLS France s'implante en Limousin - Usine Nouvelle
  82. [PDF] Renaissance d’une ville rurale par le patrimoine
  83. Ouvrages d'art à Uzerche sur Structurae
  84. « Notice no PA00099947 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  85. « Notice no PA00099952 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  86. « Notice no PA00099945 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  87. « Notice no PA00099948 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  88. « Notice no PA00099949 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  89. Site du CRDAP
  90. « Notice no PA00099951 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  91. « Notice no PA00099950 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  92. « Notice no PA00099946 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. « Notice no PA00135404 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  94. « Notice no PA00099970 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  95. Présentation de la médiathèque d'Uzerche
  96. [PDF]Article dans le journal de la municipalité Vivre à Uzerche - Vidéo de la remise de la Marianne d'Or
  97. Article consacré au CRDAP sur le site de l'Académie de Limoges
  98. Site de l'association « Uzerche Auto Rétro »
  99. Site de l'association « Les Chemins de la Culture du Pays d'Uzerche »
  100. Françoise Baume, Uzerche, la perle du Limousin, Le Rouergue éditeur, 2007
  101. Cinéma Louis-Jouvet
  102. Image du timbre.
  103. [5] Parcours du patrimoine de la ville d'Uzerche en ligne (document pdf)
  104. Vidéo sur CorrèzeTV
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 22 septembre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.