Jean d'Orléans (1965)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean, prince d’Orléans.

Jean d’Orléans

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean d’Orléans en 2010.

Biographie
Titulature « Duc de Vendôme »
« Dauphin de Viennois »
« Régent du Dauphin de France »[1]
Dynastie Maison d’Orléans
Nom de naissance Jean Carl Pierre Marie d’Orléans
Naissance 19 mai 1965 (49 ans)
Boulogne-Billancourt (France)
Père Henri d’Orléans, « comte de Paris, duc de France »
Mère Marie-Thérèse de Wurtemberg,
« duchesse de Montpensier »
Conjoint Philomena de Tornos y Steinhart
Enfants Gaston d'Orléans
Antoinette d'Orléans
Louise-Marguerite d'Orléans
alt=Description de l'image Coat of Arms of the Dauphin of France.svg.

Le prince Jean Carl Pierre Marie d’Orléans, « duc de Vendôme », né le 19 mai 1965 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un membre de la maison d’Orléans.

Depuis la mort de son grand-père le « comte de Paris », il est, pour certains orléanistes, le « dauphin de France »[2], considérant que son frère aîné, François d’Orléans, « comte de Clermont », handicapé, ne peut assumer cette fonction. Il a été titré « duc de Vendôme » en 1987 par son grand-père, puis « dauphin de Viennois »[3] en 1999 et « régent du dauphin » en 2003[1],[4] par son père, l’actuel « comte de Paris ». Il porte à ce titre les armoiries de dauphin et se présente comme l’héritier en lieu et place de son frère. S’il devait un jour devenir roi de France, le « duc de Vendôme » le serait sous le nom de « Jean IV ».

Dans ce cas de figure, et conformément à une tradition familiale où « les idées de l’Action française de Charles Maurras n’ont jamais été bien vues », il s’agirait d’une monarchie constitutionnelle, insérée dans l’Europe, et qui ne remettrait rien en cause de l’héritage républicain et de son corpus légal ; à l’image de la monarchie espagnole ou du régime belge. Ce projet politique de monarchie parlementaire, européenne, héritière de la Révolution française et des idées des Lumières, décrit dans son dernier livre Un prince français (Éd. Pygmalion), est largement soutenu par la Nouvelle Action royaliste et par la Restauration nationale qui consacrait son dernier camp d’été à l’étude approfondie de l’ouvrage.

Pour l’instant, et comme son grand-père avant lui, Jean d’Orléans rêve de la présidence de la Croix-Rouge, « en tout cas d’une grande institution où je pourrais délivrer une vision à long terme, alors que les politiques ont le nez dans le guidon »[5].

Filiation[modifier | modifier le code]

Par sa mère, il descend du duc Philippe Albert de Wurtemberg (1893-1975), prétendant au trône royal de Wurtemberg et par sa grand-mère maternelle, l'archiduchesse Rose d'Autriche-Toscane (1906-1983), du roi Charles X et de son fils le duc de Berry.

Succession orléaniste[modifier | modifier le code]

Pour assurer son indépendance financière comme éventuel futur chef de famille, sa grand-mère paternelle, Isabelle d'Orléans et Bragance, « comtesse de Paris », décide de lui léguer la quotité disponible de son héritage. Il devient ainsi propriétaire d'une grande partie de la forêt du Nouvion-en-Thiérache et gérant du groupement forestier qui administre ces bois.

En juin 2003, Jean d'Orléans crée l'association « Gens de France », qui a pour but de favoriser les relations entre les personnes, contribuer au bien de la France et à son rayonnement à l'étranger[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

L'adolescence du futur « duc de Vendôme » est profondément marquée par le divorce de ses parents en 1984 et par la querelle dynastique que provoque celui-ci. Pendant plusieurs années, Jean d'Orléans et ses frères et sœurs sont totalement séparés de leur père, le « comte de Clermont ». Profondément peiné par cette situation, son père publie alors un ouvrage émouvant, À mes fils, qui est pour lui la seule manière de déclarer à ses enfants ce qu'il ressent pour eux.

Jean d'Orléans effectue le début de son cursus universitaire à la Sorbonne, où il obtient une maîtrise de philosophie (qui porte sur la notion de bien commun), puis une maîtrise de droit, en se spécialisant dans les relations internationales. Il complète sa formation avec une maîtrise en administration des affaires (MBA) à Azusa Pacific University (APU) en Californie[7].

Par la suite, le « duc de Vendôme » effectue son service national comme officier. Après quatre mois de classes à l’École de cavalerie de Saumur, il est affecté au commandement d’un peloton de chars de combat AMX au 7e régiment de chasseurs à Arras.

Une fois ses obligations militaires terminées, il entame sa vie professionnelle. Il intervient alors durant dix ans comme consultant chez Lazard & Cie, Deloitte & Touche et dans le groupe Banques populaires. Il est par ailleurs à la tête de la société Avenir et Patrimoine Conseil qu'il a créée et donne des conférences, préside des soirées de bienfaisance, parraine des conventions.

En 1999, il devient gérant du Groupement Forestier de la Thiérache (groupement familial de 2500 hectares), puis actionnaire en 2003[8].

Le 31 décembre 2000, les fiançailles du « duc de Vendôme » avec la princesse allemande Tatjana d'Oldenbourg sont annoncées dans plusieurs journaux, mais celles-ci sont finalement rompues le 11 juin 2001.

En juin 2003 le « duc de Vendôme » créé l’association « Gens de France » dont l’objet est de contribuer à l’amélioration des relations entre les personnes, au bien de la France et à son rayonnement à l’étranger. Il partage son temps entre ses activités professionnelles et son action publique. Dans ce but, il effectue de nombreux voyages en France et à l'étranger et se rend notamment en Pologne en 2007[9]. En 2008, il se rend dans la ville de Québec, pour le 400e anniversaire de sa fondation, comme descendant des rois de France[10].

En 2007, il crée sa société, « Avenir & Patrimoine Conseil », pour mettre en valeur le patrimoine Français lié aux rois et princes de sa famille. Il effectue des missions de conseil, anime des évènements et donne des conférences en France et à l’étranger.

En 2010, il est élu administrateur du Comité des Forêts et en 2011, administrateur des Amis du château d’Eu. En 2012, Jean d'Orléans est élu administrateur de l'Association des amis du musée Louis-Philippe à Eu.

Dans son livre-entretien, publié en 2009 en collaboration avec Fabrice Madouas, rédacteur en chef adjoint de Valeurs actuelles, il déclare avoir « été séduit par le candidat Sarkozy en 2007 »[11].

En 2013, lors du débat portant sur l'ouverture du mariage aux personnes de même sexe, le « duc de Vendôme » exprime son opposition à ce projet de loi en participant personnellement aux défilés de La Manif pour tous les 13 janvier[12] et 24 mars[13].

Famille[modifier | modifier le code]

Mariage[modifier | modifier le code]

Jean d'Orléans avec sa femme Philomena et leur fils Gaston

Le 28 novembre 2008, le « comte de Paris » annonce les fiancailles[14] de son fils, le « duc de Vendôme », avec doña Maria Philomena Magdalena Juliana Johanna de Tornos y Steinhart, née le 19 juin 1977 à Vienne[15], fille d'Alfonso de Tornos y Zubiría (1937-2013) et de Marie-Antoinette Edle (Noble) von Steinhart, petite-fille de Juan de Tornos y Espelíus, ancien chef du secrétariat personnel du comte de Barcelone, père de l'actuel roi d'Espagne[16],[17]. Les origines nobles ou non de la famille de Tornos sont controversées. L'information est relayée dès le lendemain sur le site du « duc de Vendôme »[18].

Le mariage civil est célébré le 19 mars 2009 à 16 heures à la mairie du 7e arrondissement de Paris par Rachida Dati[19], maire et garde des Sceaux[20]. Le témoin du marié est son cousin, Charles-Louis d'Orléans, duc de Chartres, fils du duc d'Orléans, tandis que la mariée a choisi son frère, Don David de Tornos.

Leur mariage religieux célébré par Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon a lieu en la cathédrale Notre-Dame de Senlis le 2 mai 2009. L'échange des consentements est reçu par Mgr Philippe Brizard. Les grandes orgues sont tenues par l'organiste Vincent Warnier[21]. La ville de Senlis a été choisie en raison du fait qu'Hugues Capet, fondateur de la dynastie capétienne, a été élu roi des Francs en 987 dans ses murs.

Le mariage se déroule en la présence du père du marié, le « comte de Paris » et de son épouse Micaela, mais c'est sa tante, la princesse Marie-Christine de Liechtenstein, qui l'accompagne jusqu'à l'autel en raison de l'absence de sa mère, la « duchesse de Montpensier », hospitalisée d'urgence la veille[22]. Il s'achève par la lecture de la bénédiction du pape Benoît XVI.

La cérémonie est suivie d'un vin d'honneur ouvert à tous. Plus tard dans la soirée, une réception privée se tient sur la pelouse de l'hippodrome face au château de Chantilly[23], ancienne propriété de la maison d'Orléans, léguée à l'Institut de France par le duc d'Aumale, grand-oncle de Jean d'Orléans. Près de 800 invités sont présents, parmi lesquels la garde des Sceaux, Rachida Dati, le ministre du Budget, Éric Woerth, le comédien Lorànt Deutsch, quelques écrivains dont Alain Decaux et Jean Raspail, Bernadette Chirac et Ernest-Antoine Seillière. Mais également de nombreuses têtes couronnées dont le prince Karim Agha Khan IV, le prince héritier Philippe de Belgique, duc de Brabant et son épouse la princesse Mathilde, l'infante Pilar d'Espagne, duchesse de Badajoz et sœur du roi d'Espagne, le grand-duc héritier Guillaume de Luxembourg, avec son oncle le prince Guillaume et son épouse la princesse Sibilla, le prince Laurent et son épouse la princesse Claire, Charles de Bourbon-Siciles, « duc de Castro » et son épouse Camilla, la princesse Astrid de Belgique et son époux l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este et enfin de Duarte de Bragance, « duc de Bragance » et son épouse la princesse Isabel. La robe de mariée de la « duchesse de Vendôme » a été confectionnée par Christian Lacroix[24], un diadème de turquoises et de diamants, appartenant à la famille de Tornos, rehaussait sa coiffure.

Depuis 2011, le couple habite à Dreux, près de la Chapelle royale[25].

Enfants[modifier | modifier le code]

Jean et Philoména sont parents de trois enfants :

  1. S.A.R. le prince Gaston Louis Antoine Marie d'Orléans[26], né le 19 novembre 2009 dans le 14e arrondissement de Paris[27] et baptisé le 8 décembre en la basilique Sainte-Clotilde à Paris par le père Matthieu Rougé[28],
  2. S.A.R. la princesse Antoinette Léopoldine Jeanne Marie d'Orléans, née le 28 janvier 2012 à Vienne (Autriche)[29] et baptisée le 11 février en la cathédrale Saint-Étienne de Vienne par le cardinal Christophe Schönborn[30].
  3. S.A.R. la princesse Louise-Marguerite Éléonore Marie d'Orléans, née le 30 juillet 2014 à Poissy (Yvelines)[31] et baptisée le 31 août en l'église Saint-Pierre de Dreux (Eure-et-Loir) par le père Jean-Marie Lioult[32].

Titres et honneurs[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs
Jean d'Orléans,
« duc de Vendôme »

alt=Description de l'image Grand Royal Coat of Arms of France.svg.
Prédicat Son Altesse Royale
Style oral Votre Altesse royale
Style alternatif Monseigneur

Titulature[modifier | modifier le code]

Les titres portés actuellement par les membres de la maison d’Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le chef de maison.

  • 19 mai 1965 — 27 septembre 1987 : Son Altesse royale le prince Jean de France, « fils de France »
  • 27 septembre 1987 — 19 juin 1999 : Son Altesse royale le « duc de Vendôme »
  • 19 juin 1999 — 6 mars 2003 : Son Altesse royale le « dauphin de France »
  • depuis le 6 mars 2003 : Son Altesse royale le « duc de Vendôme », régent du « dauphin »

Deuxième fils du « comte de Clermont » (1933), alors héritier du « comte de Paris » (1908-1999), Jean d’Orléans reçoit les titres de prince et de fils de France dès sa naissance, avec prédicat d’altesse royale[33]. Le 27 septembre 1987, année du « Millénaire capétien », il reçoit de son grand-père paternel le titre de « duc de Vendôme » et se voit reconnaître la qualité d’héritier présomptif à la place de son propre père[34],[33], dès lors titré « comte de Mortain ». Cependant, Henri d’Orléans refuse de reconnaître la modification de l’ordre successoral[35] et les relations entre les membres de la famille se tendent davantage. Malgré tout, à partir de 1990, la situation se normalise chez les Orléans et Jean d'Orléans retrouve sa position de troisième après son père et son grand-père. Après avoir reçu le titre de « dauphin de France » à la mort de son grand-père[33], le nouveau « comte de Paris » (son père), par un communiqué du 6 mars 2003, réaffirme les droits dynastiques de son fils aîné François, alors écarté de la succession, et donne au prince Jean la qualité de « régent du dauphin ».

Décorations[modifier | modifier le code]

Grand-croix de l’ordre du Lion néerlandais Médaille de la Défense nationale, échelon de bronze[36]

Son épouse, Philomena, « duchesse de Vendôme », a par ailleurs reçu la grand-croix de l’ordre de Sainte-Isabelle (pt) (ordre dynastique de la maison de Bragance), le 27 octobre 2012[37],[38]

Ancêtres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de France, Un prince français, entretiens avec Fabrice Madouas, Paris, Pygmalion, 2009.
  • Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval, Le Petit Gotha, Paris, Éditions Le Petit Gotha, coll. « Petit Gotha »,‎ 2002 (1re éd. 1993), 989 p. (ISBN 2-9507974-3-1), p. 447 et seq. (section « Maison de France »).
  • Cercle Vauban, Une espérance pour la France : la Monarchie, préface de S.A.R. le prince Jean de France, duc de Vendôme, Paris, Regalia éditions, 2014.

Notes et référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Communiqué de 2003 du comte de Paris où est publié l'ordre de succession
  2. Ce que son père, l’actuel « comte de Paris », a confirmé lors de la titulature de son cousin Charles-Philippe, « duc d’Anjou », en 2004.[réf. nécessaire]
  3. Almanach de Gotha 2009
  4. Communiqué du comte de Paris, 21 août 2011 « Je suis très heureux que mon fils, le prince Jean — Régent de son frère François, comte de Clermont pour le moment — poursuive par ses voyages en France l’œuvre que, durant trente cinq ans, j’ai entreprise et que je poursuis, et qu’il aille plus loin dans ses contacts à l’étranger, ce dont je le félicite. Je souhaite que la princesse Philomena soit heureuse et se sente épanouie dans son nouveau rôle. En cette ère mondialiste où presque tous les repères ont été perdus ou effacés, il est urgent de retrouver le sens de l’éthique et les principes chevaleresques. »
  5. lejdd.fr
  6. Gens de France
  7. Gens de France
  8. Prince Jean de France
  9. Gens de France - Voyage en Pologne 2007
  10. 400e de Québec : les dignitaires se font attendre
  11. Un prince français. Entretiens avec Fabrice Madouas, de Jean de France (Pygmalion, 2009), p. 34
  12. Participation du duc de Vendôme au défilé de la Manif pour Tous du 13 janvier 2013
  13. Participation du duc de Vendôme au défilé de la Manif pour Tous du 24 mars 2013
  14. Annonce des fiançailles du prince Jean sur le site Gotha.fr de Stéphane Bern
  15. Il est à préciser que Steinhart est le nom de jeune fille de la mère de Philomena de Tornos; tout Espagnol portant le double patronyme du père suivi de celui de la mère, elle est donc Philomena de Tornos y Steinhart
  16. Angelfire.com
  17. Angelfire.com
  18. Annonce des fiançailles du prince Jean sur son site, Gens de France
  19. Voir : Jacques Trémolet de Villers, article « Le mariage civil du Prince Jean », dans le cadre de la « Chronique de la France qui vient », 25 mars 2009, Présent no 6807. Selon Jacques Trémolet de Villers, Rachida Dati aurait justifié le fait de ne pas avoir délégué la célébration du mariage à un de ses adjoints en ces termes : « À la réflexion, j’ai trouvé qu’il était normal que, ma fonction de garde des Sceaux m’ayant conduite à demeurer place Vendôme, je sois aussi amenée à célébrer le mariage du duc et de celle qui va devenir la duchesse de Vendôme. »
  20. On peut lire le discours que Rachida Dati a prononcé à l'occasion de ce mariage civil : http://www.france-catholique.fr/IMG/pdf/discoursdati.pdf
  21. Livret de messe.
  22. « Le gotha européen présent au mariage de Jean d'Orléans » sur le site officiel de RTL, 2 mai 2009
  23. La Restauration Nationale
  24. Le Parisien, 30 avril 2009.
  25. Jean et Philomena d'Orléans : « Nos enfants seront libres de leurs choix », Gala, 1er octobre 2013
  26. Plusieurs princes des maisons de France et d'Orléans ont porté ce prénom par le passé : le frère cadet de Louis XIII, Gaston de France (1608-1660) ou encore le « comte d'Eu » Gaston d'Orléans (1842-1922)
  27. Le prince Gaston de France
  28. Le baptême du prince Gaston
  29. Naissance de la princesse Antoinette
  30. Les premières photos du baptême de la princesse Antoinette
  31. Naissance de la princesse Louise-Marguerite
  32. La princesse Louise-Marguerite d'Orléans a été baptisée à Dreux, L'écho républicain, 1er septembre 2014
  33. a, b et c Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 465
  34. Jean-Pierre Péroncel Hugoz, « Le comte de Paris prépare sa succession “Acte dynastique” à Amboise », sur Le Monde,‎ 29 septembre 1987 (consulté le 31 janvier 2014)
  35. « La succession du comte de Paris », sur Le Monde,‎ 3 octobre 1987 (consulté le 31 janvier 2014)
  36. Sipa, Photo du duc de Vendôme portant la médaille de la Défense nationale.
  37. Régine Salens, « La duchesse de Vendôme reçue dans l’Ordre royal de sainte Isabelle », sur Noblesse et Royautés,‎ 6 novembre 2012 (consulté le 31 janvier 2014)
  38. « Certificat de l’Ordre de Sainte-Isabelle », sur Site officiel du « prince Jean de France » (consulté le 31 janvier 2013)
  39. Badts de Cugnac et Coutant de Saisseval 2002, p. 446

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]