Bingu wa Mutharika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bingu wa Mutharika
Image illustrative de l'article Bingu wa Mutharika
Fonctions
3e président de la République du Malawi
24 mai 20046 avril 2012
(7 ans, 10 mois et 13 jours)
Élection 20 mai 2004
Réélection 19 mai 2009
Vice-président Cassim Chilumpha
Joyce Banda
Prédécesseur Bakili Muluzi
Successeur Joyce Banda
8e président de l'Union africaine
31 janvier 201031 janvier 2011
Prédécesseur Mouammar Kadhafi
Successeur Teodoro Obiang Nguema Mbasogo
Biographie
Nom de naissance Brightson Webster Ryson Thom
Date de naissance 24 février 1934
Lieu de naissance Thyolo (Nyassaland)
Date de décès 6 avril 2012 (à 78 ans)
Lieu de décès Lilongwe (Malawi)
Nationalité malawite
Parti politique Front uni démocratique
Parti démocrate progressiste
Conjoint Ethel Mutharika

Bingu wa Mutharika
Présidents de la République du Malawi

Bingu wa Mutharika (né le 24 février 1934 et mort le 6 avril 2012[1]) est une personnalité politique malawite. Il est président de la République de mai 2004 jusqu'à sa mort.

Né le 24 février 1934 dans le district de Thyolo à 30 km de la capitale commerciale du Malawi, Blantyre, Bingu wa Mutharika possède un doctorat en philosophie (PhD) et en développement économique de l'université Pacific Western de Los Angeles, Californie (États-Unis), ainsi qu'une maitrise en économie et une licence en commerce de l’université de Delhi, Inde[2].

Il est le président du Parti progressif démocratique, majoritaire lors d’une victoire écrasante aux élections générales de 2009[3]. Durant ses deux mandats, il a transformé le Malawi d'un pays souffrant de la famine en « grenier régional »[4],[3].

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Bingu wa Mutharika est né le 24 février, 1934 à Thyolo. Son nom de naissance est Ryson Webster Thom ; il adopte le nom de Bingu wa Mutharika dans les années 1960[5]. Les deux parents de Mutharika, feu Ryson Thom Mutharika et feu Eleni Thom Mutharika, étaient des chrétiens pieux de l’église écossaise devenue le CCAP. Son père, croyant fortement en l’éducation comme clé du succès, à lui-même été un enseignant pendant 37 ans. Sa mère a enseigné des femmes à du groupe Mvano.

Après avoir fini son éducation primaire a la mission d’Ulongwe, Mulanje, Ntambanyama, Malamulo, a Thyolo et à l’institut Henri Henderson a Blantyre, le jeune Mutharika a obtenu un Certificat de grade A de l’école de Cambridge Overseas a l’école secondaire de Dedza en 1956. En 1964, Mutharika était l’un des 32 Malawites sélectionné par Hastings Kamuzu Banda (président de la République de 1961 à 1994) pour voyager en Inde grâce à une « bourse d’étude Indira Gandhi » en programme accéléré. Selon la BBC, il part en Inde pour échapper à la répression politique orchestrée par le président Banda[5]. En Inde, Mutharika décroche sa licence en économie. Il obtient plus tard son doctorat en développement économique de l’université Pacifique Western de Los Angeles, Californie (États-Unis). Mutharika a aussi assisté à des dizaines de cours en direction d’entreprise, analyse financière, promotion commerciale, direction politique, coopération régionale économique et relations humaines.

Mutharika a servi dans la fonction publique. Économiste distingué et diplomate international, il a remarquablement contribué au développement économique mondial[non neutre]. Il a occupé des hautes positions de direction et notamment le poste d’officier administratif dans les gouvernements malawien et zambien. Il s’est vu offrir le poste de vice-gouverneur de la Banque centrale du Malawi et a été nommé ministre de l’Économie et du Développement en 2002.

Il a aussi travaillé à la Banque mondiale en tant qu'officier des emprunts, directeur du commerce et du développement financier à la Commission économique africaine auprès des Nations unies, ainsi que Secrétaire général du Marché commun pour l'Afrique de l'Est et l'Afrique du Sud (COMESA), charge de 22 états membres.

Il est victime d'un arrêt cardiaque le 5 avril 2012[6]. Les autorités malawites annoncent officiellement le décès du président Bingu wa Mutharika plus de 24 heures après sa mort[7].

Campagnes présidentielles[modifier | modifier le code]

Mutharika est le cofondateur du Front uni démocratique en 1992. En juin 1999, il est candidat à l'élection présidentielle, mais termine à la cinquième et dernière place[5].

Proposé par Muluzi comme son successeur, Mutharika remporte l’élection présidentielle du 20 mai 2004 en arrivant en tête mais avec seulement 35,9 %, devant John Tembo et Gwanda Chakuamba. Il prend ses fonctions le 23 mai.

Mutharika se représente à l'élection du 19 mai 2009, cette fois pour le Parti démocrate progressiste qu'il a fondé en 2005 après avoir quitté le Front uni démocratique[5]. Grâce au progrès et succès de l’économie malawite durant son premier mandat présidentiel, il est réélu avec une majorité de 66,7 % des votes.

Présidence[modifier | modifier le code]

Premier mandat[modifier | modifier le code]

En 2004, quand le président prend ses fonctions, le Malawi est en pleine crise alimentaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM) estime que le nombre de personnes vulnérables au Malawi s’élève à plus de 5 millions, et en octobre 2005, le président déclare le Malawi en état de crise. Tout en demandant de l’aide alimentaire, le président promet que le Malawi, après cette année désastreuse, arrêterait de faire la quête auprès des donneurs pour nourrir sa population et qu’il se battrait pour éliminer la faim. Pour achever cette révolution, surnommée « la révolution verte »[réf. nécessaire], le président Mutharika a révisé les politiques de développement économiques et les programmes du pays pour transformer l’économie du Malawi en se basant sur :

  • Priorité de l’agriculture et la sécurité alimentaire pour assurer que le pays devienne auto suffisant
  • Priorité de l’irrigation et du développement de l’eau pour réduire la dépendance de l’agriculture basée sur la pluie
  • Expansion et amélioration de l’infrastructure du transport et la communication qui faciliterait le mouvement des biens, services, et personnes dans le pays et pourvoir un accès facile aux services internationaux, comme les marchés, industries, etc.
  • Développement énergétique pour une expansion de l’industrie des produits bruts à valeur ajoutée
  • Prévention et prise en charge du fléau du SIDA comme un problème médical, économique, politique, social et culturel qui défie la transformation économique et le renforcement des capacités.

En faisant de l’agriculture une priorité, Le président a subventionné les fermiers, opération qui a été mise au ban par des agences comme la Banque mondiale. Durant le premier mandat du président Mutharika, ces subventions ont bénéficié à près de 1 700 000 fermiers pauvres, en leur pourvoyant notamment un accès aux données fermières.

Durant la saison des récoltes 2005-2006, le Malawi a réalisé un surplus alimentaire de 500 000 tonnes métriques. En 2006-2007, le surplus alimentaire s’élevait à 1,3 million de tonnes métriques et au-dessus de la demande nationale. Non seulement le Malawi a assez de nourriture pour soutenir sa population pour l’année, mais il accumule un surplus de graine à vendre au PAM. Le Malawi a aussi été dans la capacité de supporter les pays avoisinants dans la région qui étaient en difficulté comme le Zimbabwe, Lesotho et le Swaziland.

Second mandat[modifier | modifier le code]

Politique domestique[modifier | modifier le code]

Bingu wa Mutharika et le couple Obama en 2009.

Le Malawi, sous la présidence de Mutharika, s’est pourvu d’un puissant système politique et démocratique avec une constitution qui respecte les droits humains, la séparation du pouvoir et la règle de droit. Les élections de 2009 (présidentielle et législatives) ont été reconnues comme étant libres, justes, démocratiques et un modèle performant et efficace pour l’Afrique.

Le président Mutharika a su montrer son engagement envers la réforme économique, la retenue financière et le renforcement efficace des mesures anti-corruption. Ceci a engendré la reconnaissance de l’engagement du gouvernement malawite à vouloir renforcer les dépenses publiques aussi bien qu’une politique de zéro tolérance envers la corruption. Les accomplissements dans ces deux derniers domaines et durant une période aussi courte sont impressionnants et révèlent des bénéfices économiques et sociaux reconnus par le Fonds monétaire international (FMI).

Sécurité alimentaire[modifier | modifier le code]

Répondant à l’appel du président Mutharika, le Malawi a mobilisé 150 000 tonnes de riz qui ont été envoyées à Haïti à la suite de tremblement de terre en janvier 2010. En plus d’être le champion de la sécurité alimentaire au Malawi[non neutre], le président Mutharika a étendu son plan au reste de l’Afrique. Durant sa fonction de secrétaire général de l’Union africaine en 2010, Bingu wa Mutharika a mis en place un programme pour que l’Afrique réalise un développement soutenable et une sécurité alimentaire. Il a proposé une nouvelle collaboration avec d’autres nations africaines, appelée « le sac alimentaire africain », qui préconise une stratégie de subventions aux petits fermiers, spécialement les femmes, l’amélioration du système d’irrigation, et l’amélioration de l’agriculture et la sécurité alimentaire dans les cinq prochaines années à travers des interventions innovatrices telles que des subventions, une augmentation des allocations budgétaires, investissement du secteur prive et une technologie informatique et de communication abordable. À présent, la moitié des fermiers du pays reçoivent des bons d’achat qui leur permettent d’acheter du mais de très bonne qualité ainsi que des fertiliseurs. Pour sustenter le programme, le gouvernement du Malawi a alloué 11 % de son budget à l’agriculture, ce qui est un engagement considérable à cette échelle en Afrique. Aidé par une succession de saisons de pluie, cette stratégie a engendré une reprise dramatique en matière de sécurité alimentaire. Les récoltes successives ont permis au Malawi de se sortir de la crise alimentaire et du carburant en 2008, ce qui a amené les ménages à demander moins de nourriture durant cette période.

Politique économique[modifier | modifier le code]

En 2009, le ministre des Finances du Malawi a estimé que durant les quatre dernières années, le niveau de pauvreté des Malawites est passe de 52 % à 40 %. Elle est attribuée[Par qui ?] aux politiques implémentées par le président Mutharika en ce qui concerne la sécurité alimentaire et la clémence du climat qui ont aussi attiré les investissements au Malawi. Le président a aussi construit des cliniques rurales, nouvelles routes, nouveaux hôpitaux, de nouvelles écoles et 42 internats pour jeunes filles sur une période de 3 ans ce qui a entrainé une très grosse réduction des Malawiens vivant sous le « seuil de pauvreté ». Bingu wa Mutharika a augmenté le niveau de vie de son peuple grâce à une hausse soutenue annuelle du PIB de 7,5 %. Le Malawi a fait de l’exploration minière une priorité pour le développement du pays ainsi qu’une stratégie de diversification. En 2009, La première usine d’uranium a été inaugurée avec des revenus annuels anticipés d’un montant de 200$ Millions ce qui représente 10 % du PIB. De plus, ceci a permis de créer de vastes opportunités d’emploi pour les Malawiens.

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L’image du Malawi à l'étranger s’est considérablement améliorée grâce aux politiques de développement notamment en sécurité alimentaire, la réalisation des objectifs des Nations unies du millénaire pour le développement pour combattre la mortalité infantile et maternelle et les maladies telles que le malaria, la tuberculose et le SIDA. Le Malawi a ouvert de nouvelles ambassades en Chine, Inde et Brésil. En 2011, le Malawi a établi des relations diplomatiques avec 10 pays.

Présidence de l'Union africaine[modifier | modifier le code]

Le 31 janvier, 2010, le président Mutharika a remplacé Muammar al-Gaddafi à la tête de l’Union africaine. Mutharika est le premier chef d’état malawite a exercer la charge de secrétaire général de l’Union africaine. Lors de son discours inaugural, il a réitéré que le continent africain n’était pas pauvre mais que la population africaine l’était et il a aussi appelé à ce que l’Afrique développe l’Afrique. Il a avancé une initiative qui vise à faire du sac à pain Africain une vision prioritaire de son programme de travail[8].

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Bingu wa Mutharika était marié à Ethel Zvauya Mutharika, d’origine zimbabwéenne. Mutharika et Ethel ont eu 4 enfants ensemble. Après une bataille acharnée contre le cancer, qui a amené la femme de Mutharika a voyager en France et en Afrique du Sud pour des traitements, elle s’est éteinte le 28 mai 2007.

Plus tard en 2010, Mutahrika a annoncé son mariage avec Callista Chapola-Chimombo âgée de 50 ans et ancienne ministre du Tourisme. Ils se sont mariés en 2010.

Mutharika a un frère, Peter Mutharika, qui est un conférencier à l’université de Saint-Louis (États-Unis). En mai 2009, Peter Mutharika a été élu au Parlement malawite et nommé au gouvernement en qualité de ministre de la Justice et des Affaires constitutionnelles. Il est actuellement ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Titres, honneurs et prix[modifier | modifier le code]

Une multitude de prix reçus de par le monde saluent l’engagement de Mutharika auprès de la population du Malawi, la région de sud de l’Afrique ainsi que l’Afrique à part entière. On compte notamment :

  • Le prix spécial des Nations unies pour les objectifs du millénaire pour le développement et l’élimination avec succès de la famine en améliorant la sécurité alimentaire avant la date limite de 2015 (Objectif 1 – fin de la pauvreté et de la faim)
  • Prix de distinction de la COMESA (2010) pour son leadership exceptionnel et ses service rendus à la COMESA et intégration comme Secrétaire Général de la COMESA de 1991 a 1997. Les autorités de la COMESA ont spécifiquement tenu à reconnaitre la contribution de Mutharika quant à la réalisation des objectifs du Traité d’Abuja envers une intégration africaine.
  • Prix du Southern Africa trust Drivers of Changement (2009) pour avoir transformé le Malawi d’un pays en perpétuel déficit alimentaire en pays entièrement en auto-suffisance alimentaire. Les progrès dans ce domaine ont eu un impact direct sur des millions de pauvres. Grâce à Mutharika, la pauvreté a baissé de 58 % à 42 % en 5 ans. Grâce à son implication personnelle et directe à vouloir changer le futur du Malawi, il rend les peuples africains plus solidaires et confiants vis-à-vis leurs gouvernement.
  • 2009 Prix du Medal of Glory – Le président Mutharika a été choisi pour ce prix grâce aux reformes audacieuses qui ont mené la révolution verte du Malawi, et l’augmentation de son PIB de 1 % a 9,8 % en 2008, à la fin de son 1er mandat.
  • The Most Excellent Grand Commander (MEGC) – Plus haut prix de l’ordre du Malawi octroyé par le Malawi Civilian Honours and decoration le 6 juillet 2009
  • Prix de l’Inaugural Food agriculture and natural resources policy analysis network (FANRPAN) pour le leadership en sécurité alimentaire (2008) et pour sa politique agricole interventionniste qui a transformé le Malawi comme pays déficitaire en nourriture en exportateur net de mais.
  • Le prix de la Fondation Louise Blouin pour un achèvement creatif exceptionnel (2008) et un impact positif sur le plan global.
  • Prix de reconnaissance du Gouvernent Danois pour des performances exceptionnelles a promouvoir l’égalité des sexes et le renforcement du pouvoir de la femme

En reconnaissance de son savoir et expérience au développement économique a l’échelle nationale et internationale, Mutharika a reçu plusieurs titres honorifiques et notamment comme Professeur d"économie de l’East China Normal University en avril 2010; Doctorat en lettres Honoris Causa de universitéde Delhi en octobre 2010 ; Doctorat en droit de l'université de Mzuzu en 2008, doctorat en philosophie Honoris Causa de l'université de Strathclyde en Écosse en 2005

Il est le fondateur et secrétaire général de « Binet trust », une organisation a but non lucratif qui promeut l’éducation. Il est également le fondateur de Silvergrey International, le fondateur et secrétaire général de la fondation Bingu Silvergrey pour les personnes âgées et retraitées. Il est aussi le fondateur de l'université des sciences et technologie du Malawi, l'université de Lilongwe d’agriculture et ressources naturelles, l'université de la recherche du coton de Bangula, l'université de marine Biologique et l'université de Mombera et de Nkhoakota.

Publications[modifier | modifier le code]

En 2011, Bingu wa Mutharika publie son livre Le rêve africain – de la pauvreté a la prospérité, qu'il tire de ses expériences d'économiste. Cet essai met en lumière les racines historiques des difficultés dont fait face l'Afrique. Il insiste aussi sur le fait que le continent possède des ressources considérables, humaines et naturelles et il encourage tous les dirigeants africains à cesser de se marginaliser et plutôt aller de l'avant et résoudre les problèmes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]