Seleka (République centrafricaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seleka.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Senecas.

La Seleka (« Coalition » en sango), parfois orthographiée Séléka[1], est une coalition constituée en août 2012 de partis politiques et de forces rebelles centrafricains[2] opposés au président François Bozizé[3]. La Seleka se caractérise par une coloration religieuse musulmane dans une République centrafricaine dont la population est à 80 % chrétienne.

Composantes[modifier | modifier le code]

Le secrétaire général de la Seleka est Justin Kombo Moustapha[8] (UFDR)

Historique[modifier | modifier le code]

Le 11 mars 2013, la ville de Bangassou est conquise par une faction dissidente de Seleka[9].

Le 24 mars 2013, les rebelles de la Seleka — avec à leur tête Michel Djotodia qui se proclame président de la République — prennent Bangui, ce qui conduit le président François Bozizé à fuir le pays pour le Cameroun[10],[11].

Dans cette progression, de nombreuses atteintes à la laïcité ont été constatées[12],[13].

Le 22 août, suite aux refus de la population civile du village de Bohong de subir les persécutions de la Seleka[14], le village subit de violentes représailles entraînant de dizaines de morts, des viols et des pillages[15], visant spécifiquement la population chrétienne[16]. Un millier d'habitants quittent le village.

Dès sa prise du pouvoir en mars, Michel Djotodia dissout la Seleka, mais les ex-rebelles se livrent par la suite à de nombreuses exactions contre la population, notamment en octobre 2013[17].

En début janvier 2014, la Seleka a été dissoute. Reste néanmoins des hostilités entre les chrétiens centrafricains et les musulmans ex partisans de la Seleka.

L'africaniste Bernard Lugan considère les manifestations violentes des membres de la Seleka comme celles de simples « coupeurs de route »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France24 Les rebelles du Séléka sont aux portes de Bangui
  2. « Centrafrique : pour qui roule la Seleka? », RFI,‎ 2012-12-31 (lire en ligne)
  3. http://www.rfi.fr/afrique/20130324-rca-suivez-evenements-republique-centrafricaine
  4. RCA: qui sont vraiment les combattants de la Seleka?
  5. http://dhaffane.over-blog.com/
  6. http://www.alwihdainfo.com/Centrafrique-L-A2R-rejoint-a-son-tour-la-coalition-du-Seleka-officiel_a6173.html
  7. http://tchadonline.com/index.php/rca-communique-n-001-du-19-mars-2013-du-mouvement-m2r-qui-remplace-la2r/
  8. http://www.lanouvellecentrafrique.info/?p=1865
  9. Pour l’Evêque de Bangassou, « la Seleka est formée de djihadistes, notre situation est similaire à celle du Mali »
  10. « Centrafrique : François Bozizé réfugié au Cameroun après le coup d’État éclair », sur francetvinfo.fr,‎ 25 mars 2013 (consulté le 25 mars 2013)
  11. « Centrafrique : la communauté internationale dénonce le coup de force des rebelles », sur lemonde.fr,‎ 25 mars 2013 (consulté le 25 mars 2013)
  12. La laïcité en danger en Centrafrique
  13. Les leaders religieux ont appelé au respect de laïcité à tous les croyants de Centrafrique, le vendredi après une rencontre à l’évêché de Bangui
  14. La mission du commandement militaire de Bouar à Bohong obligée de rebrousser chemin
  15. Nouvelle profanation d'une église
  16. « Scènes d’apocalypse » dans un village centrafricain
  17. Musulmans et chrétiens en Centrafrique: plongée au coeur du chaos
  18. Bernard Lugan, « RCA : les coupeurs de route au pouvoir », L’Afrique réelle, novembre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]