Mao (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mao.
Mao
Administration
Pays Drapeau du Tchad Tchad
Région Kanem
Département Kanem
Démographie
Population 13 310 hab.
Géographie
Coordonnées 14° 07′ 10″ N 15° 18′ 48″ E / 14.11944444, 15.3133333314° 07′ 10″ Nord 15° 18′ 48″ Est / 14.11944444, 15.31333333  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tchad

Voir la carte administrative du Tchad
City locator 14.svg
Mao

Géolocalisation sur la carte : Tchad

Voir la carte topographique du Tchad
City locator 14.svg
Mao

Mao est la 16e ville du Tchad par le nombre d'habitants (13 310 au recensement de 1993).

Elle est le chef-lieu de la région du Kanem et du département (du même nom) du Kanem.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mao est situé à 5 km de Djimi, ex-capitale de l'empire du Kanem-Bornou.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mao fut créée en 1898 par le sultan Ali, frère du sultan Djourab qui fut assassiné par les fezzans et autres complices. Depuis 1900, Mao était le véritable centre administratif du nord. Il est habité en majorité par les Kagas (Kogonas), les magoumis, les dazzas, les azzas, les fezzans, les toubous les kredas, les toundjours et autres. La ville de Mao est actuellement administrée par un gouverneur autorité de l'État et un sultan qui est l'autorité emblématique et historique même voire administrative du point de vue des kanemiens car ces derniers sont beaucoup plus rattachés au sultanat qu'à l'administration (signe de l'histoire).

Source: mission Tilo(1900). Natchtigal

Économie[modifier | modifier le code]

Mao possède un aéroport (code AITA : AMO). Cet aéroport avait la particularité de posséder la seule piste au monde faite en brique, mais celle-ci a été entièrement recouverte de bitume. Il existe également d'autres infrastructures commerciales privées qui sont les boutiques, les marchés, les grages de mécanique auto. La principale activité génératrice des revenus à l'export est le betail sur pied vers le Nigéria et la Libye à cela on peut ajouter le natron et la spirilune (dihé). Quant aux importations, elles viennent du Nigéria, de la Libye, et d'autres pays via N'djamena. Les produits locaux sont les dattes, le mil, le blé, les citrons, les mangues, la bananes, les beteraves, les concombres, le mais, le manioc, la patates. Ce qui fait du marché de Mao un marché comble. Le Lac constitue un pont idéal pour l'epanouissement de l'économie kanemboue car tout transite par le Lac. Ce dernier contribue à 60% d'accès à l'alimentation basée sur le mil et le mais.

Éducation[modifier | modifier le code]

Sur le plan de l’éducation, la première école française au Tchad a été créé à Mao en 1911 avec 11 élèves parmi lequel sa Magesté le Sultan Mouta ZEZERTI fils du Sulatn Ali qui signa le protectorat en 1900 avec la france. Le premier Tchadien scolarisé

Administration[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joël Thomas, Enquête exploitation dans la région de Mao (Kanem), 1990, 1991, 134 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]