Àstrid Bergès-Frisbey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Àstrid Bergès-Frisbey

Description de cette image, également commentée ci-après

Àstrid Bergès-Frisbey en 2012

Naissance 26 mai 1986 (28 ans)[1]
Flag of Spain.svg Barcelone
Nationalité Drapeau de la France Française
Drapeau de l'Espagne Espagnole
Profession Actrice
Mannequin
Films notables Un barrage contre le Pacifique
La Fille du puisatier
Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence
Site internet Agence artistique A.C.T. 1

Àstrid Bergès-Frisbey, née le 26 mai 1986 à Barcelone[1] d’un père catalan et d’une mère franco-américaine, est une actrice et mannequin franco-espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille s'installe à Paris quand elle a cinq ans. Puis mère (entre temps divorcée) et fille partent vivre dans le Sud-Ouest français, d'abord aux Mathes (Charente-Maritime), puis à Saint-Sulpice-de-Royan pour finalement se fixer à Royan où la jeune Àstrid est scolarisée au collège Henri-Dunant (où elle tâte déjà un peu de théâtre en jouant dans Antigone). À dix-sept ans, elle va à Paris pour poursuivre des études scientifiques, d'abord tentée par le métier d'ostéopathe[2]. Elle perd son père et cet événement lui fait prendre conscience que c'est la comédie qui l'intéresse vraiment. Elle s'inscrit au Cours Simon et commence parallèlement à auditionner.

Àstrid Bergès-Frisbey fait ses débuts dans le spectacle après avoir rejoint l'agence Cinéart où, après quelques petits rôles au cinéma et à la télévision, elle incarne le personnage d'Isabel Esteva « jeune » (alors que Danielle Darrieux incarne « Isabel âgée ») dans la télésuite Elles et Moi de Bernard Stora (2008) et enchaîne, la même année, avec un premier rôle au cinéma dans Un barrage contre le Pacifique de Rithy Panh, ce qui lui vaut une pré-nomination au César du meilleur espoir féminin en 2010. Toujours en 2008, elle joue aux côtés de Julien Alluguette et Bruno Wolkowitch dans la pièce Equus, mise en scène par Didier Long au théâtre Marigny. En 2009, elle participe à plusieurs productions (télévision et cinéma) et reçoit le Prix Suzanne-Bianchetti de la jeune actrice la plus prometteuse.

Elle est mannequin pour la campagne publicitaire Collection Printemps 2010 de la marque de prêt-à-porter britannique French Connection[3], et est régulièrement habillée par le couturier Maxime Simoëns qu'elle a rencontré en 2011[4].

Elle est à l'affiche de deux films très attendus qui sortent durant le premier semestre 2011 : elle est La Fille du puisatier dans le film éponyme, première réalisation de l'acteur Daniel Auteuil, et la sirène dans le quatrième volet de Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence de Rob Marshall.

Lors de la projection hors compétition du film Pirates des Caraïbes : La Fontaine de jouvence au Festival de Cannes 2011, elle reçoit des mains de Robert De Niro (président du jury du festival) le Trophée Chopard décerné à la révélation féminine de l'année.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Bien que le CNC ait délivré son agrément (visa no 124505 du 4 décembre 2009), ni cet organisme, ni Unifrance ne confirment la sortie de ce film dans les salles françaises. Il serait disponible en DVD selon la filmographie de la réalisatrice, voir Cheyenne Carron.com
  2. Film sorti le 22 décembre 2010 en Espagne (à ce jour, 20 janvier 2011, aucune information concernant la distribution de ce film en France). Voir site officiel espagnol Bruc, la pelicula
  3. Sortie prévue en France le 17 juillet 2013.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b : People.plurielles.fr
  2. Premiere.fr
  3. French Connection + Girl Crush of the Day
  4. Élodie Lepage (photogr. Grégoire Alexandre), « Maxime Simoëns - Le doigt sur la couture », Le Nouvel Observateur, no 2464,‎ 26 janvier 2012, p. 136 à 141 (ISSN 0029-4713)
  5. Àstrid Bergès-frisbey sur Canalplus.fr, consulté le 11 avril 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]