Famille de Vergy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maison de Vergy)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergy.
Maison de Vergy
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Vergy
Blasonnement De gueules à trois quintefeuilles d'or[1]
Devise J'ai valu, vaux et vaudrai (Erroné. C'est la devise de la famille de Vaudrey région Franche Comté)
Branches Vergy de Beaumont, Mirebeau
Période IXe siècle-1625
Pays ou province d’origine Vergy (Reulle-Vergy, Bourgogne)
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Pagi bourguignons, Comté de Chalon, de Mâcon, d'Auvergne, de Dammartin ...
Demeures Château de Vergy
Charges Sénéchal, Grand chambellan et gouverneur du comté de Bourgogne
Fonction(s) ecclésiastique(s) Évêques d'Autun, de Paris,archevêques de Besançon
Récompense(s) civile(s) Chevalier de la Toison d’Or
Récompense(s) militaire(s) Maréchal de France
Preuves de noblesse
 - Autres Cri de guerre : « Vergy » puis « Vergy notre daine » [2]

La Maison de Vergy est une des plus anciennes familles de noblesse française du royaume mérovingien de Bourgogne, à Vergy, connue depuis le IXe siècle. Certains historiens la font remonter jusqu'au VIIe[3].

Château de Vergy[modifier | modifier le code]

L'éperon rocheux abritant les ruines du château de Vergy

Le château de Vergy, réputé imprenable, était situé sur un éperon rocheux à Vergy (Reulle-Vergy, Canton de Gevrey-Chambertin en Bourgogne). La première implantation d'une forteresse sur ce lieu daterait de l'époque romaine. Rasé en 1609, il n'en reste que peu de traces.

Les seigneurs[modifier | modifier le code]

Le premier seigneur de Vergy au VIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le premier seigneur de Vergy, connu dans les documents, serait Guérin de Vergy (ou Warin de Vergy ou Guérin de Poitiers), frère de saint Léger. Le maire du palais de Neustrie Ébroïn le fit lapider vers 674 au pied de l'éperon rocheux de Vergy, peu de temps avant le martyre de son frère[2],[4].

Première Maison de Vergy (IXe-XIe siècles)[modifier | modifier le code]

La première Maison de Vergy aurait cependant pris naissance au IXe siècle avec Warin Ier ou Guérin de Vergy ou Warin Ier d'Auvergne (v760-v819), qui fut comte de Chalon et de Mâcon, puis comte d'Auvergne (818)[2].

Il aurait épousé Ermengarde de Bourgogne, fille probable de Boson de Provence et d'Ermengarde[7],[8].
Vers 910, Manassès et son frère Wallon (Walo) de Vergy, évêque d'Autun, fondèrent l'abbaye Saint-Vivant de Vergy sur le site de Vergy (dont les moines exploitent durant près de 650 ans les vignes de la Romanée-conti et de la Romanée saint-vivant, de l'actuel très prestigieux domaine de la Romanée-conti). Les reliques de saint Vivant y furent placées, protégées des invasions normandes[2].

Seconde Maison de Vergy (XIe-XIIe siècles)[modifier | modifier le code]

La seconde Maison de Vergy serait issue d'Eudes et Henri, fils naturels du duc Eudes-Henri Ier de Bourgogne[6].

  • Humbert de Vergy (1000-1060), fils d'Henri, est seigneur de Vergy de 1023 à 1030, puis évêque de Paris. En 1023, il fonde le chapitre de Saint-Denis de Vergy ; la collégiale, reconstruite par Alix de Vergy, est accolée aux remparts, au niveau de la seule tour qui en subsiste actuellement[4].
  • Jean de Vergy († 1053), fils d'Eudes, et ses descendants lui succèdent en tant que seigneurs de Vergy. Élisabeth de Vergy († 1119), sa petite-fille, se marie avec Savaric († 1120), seigneur de Châtel-Censoir[6].

Au XIIe siècle, Vergy est considérée par le roi Louis VII de France comme la plus imprenable des forteresses du royaume. Le pape Alexandre III y aurait trouvé refuge en 1159[réf. nécessaire]. C'est à cette époque qu'est construite l'église Saint-Saturnin de Vergy, encore visible aujourd'hui.
En 1185, le duc de Bourgogne Hugues III de Bourgogne, voulant forcer Hugues de Vergy (1141-1217) à lui rendre hommage, l'assiège pendant dix-huit mois, mais en vain ; le roi Philippe II de France fait lever le siège l'année suivante[2],[4].

En 1199, la seigneurie de Vergy et son château passe sont intégrées au duché de Bourgogne par le mariage d'Alix de Vergy (1170-1252) avec le duc Eudes III de Bourgogne[6],[4].

Deux branches cadettes subsistèrent quelque temps :

  • Les Vergy, seigneurs de Beaumont (XIIe-XIIIe siècles), issus de Simon de Vergy, frère d'Hugues de Vergy (1141-1217)
  • Les Vergy, seigneurs de Mirebeau, Fouvent-Saint-Andoche, Champlitte et Autrey (1180-1625), issus de Guillaume de Vergy (1180-1240), frère d'Alix de Vergy (1170-1252). Henri Ier de Vergy (1205-1258) est son fils[6]. Cette troisième famille, aujourd'hui éteinte, se divisa en de nombreuses branches, entre autres celle des seigneurs de Mirebeau et de Bourbonne ; celle des seigneurs de Champuant donna un sénéchal et un maréchal de Bourgogne au XVe siècle et un archevêque de Besançon en 1517. Il y eut également une branche des comtes de Champlite, la branche des seigneurs d'Autrey et celle des comtes de Dammartin qui donna un maréchal de France au XVe siècle. La branche des seigneurs de Fonvers qui donna un archevêque de Besançon, Guillaume de Vergy, cardinal en 1391 [11]
Un des rares vestiges de mur du château de Vergy, recouvert par la végétation (IXe siècle)

Devenir du château (XIIIe-XVIIe siècle)[modifier | modifier le code]

Avec les autres possessions de l'État bourguignon, Vergy et le château de Vergy sont intégrés au domaine royal en 1477, par le roi Louis XI de France, à la mort de Charles le Téméraire. Le château est aussitôt cédé par le roi à Guillaume IV de Vergy-Autrey.

En 1609, à la suite de la participation du duc Charles de Mayenne, gouverneur de la Bourgogne, à la Ligue de 1589, Henri IV fait entièrement raser le château[4].

Le bourg de Vergy, hormis l'église Saint-Saturnin, a aujourd'hui disparu.

Membres illustres[modifier | modifier le code]

Évêques d'Autun :

  • Wallon de Vergy (895-919)
  • Hervée de Vergy (920-v.929) (ou Hervaeus, Herivaeus)
  • Guy de Vergy (1224-1245) (ou Guido)

Évêque de Paris :

  • Humbert de Vergy (1030-1060) (ou Imbert), seigneur de Vergy

Évêque de Mâcon :

  • Renaud de Vergy (1185-1197)

Archevêques de Besançon :

La famille de Vergy et le saint Suaire de Turin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Suaire de Turin.

La famille de Vergy est la première famille propriétaire historiquement attestée du Saint Suaire. C'est Jeanne de Vergy qui à la suite des vœux de son mari Geoffroi de Charny va procéder aux premières ostentations de la relique à Lirey. La relique sera mise à deux reprises à l'abri dans son château de Montfort.

Vergy dans la littérature médiévale[modifier | modifier le code]

Lieux de sépulture[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Duchesne, Grande Histoire de la Maison de Vergy, Paris, 1625

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « briantimms.net », L'Armorial Wijnbergen (consulté le 17 mars 2011)
  2. a, b, c, d et e P. Guinard, Recherches sur les origines des seigneurs de Semur-en-Brionnais, Semur-en-Brionnais, 1996, p. [à compléter].
    Voir cette page d'Heratlas (consultée le 1er XII 2006), qui en reprend les grandes lignes.
  3. « Vergy », dans :Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, Paris, 1878, 25e édition (Wikisource
  4. a, b, c, d et e L'association L'Abbaye de Saint-Vivant (consulté le 1er XII 2006)
  5. Généalogie de Manassés sur le site Medieval lands
  6. a, b, c, d, e, f et g Famille de Vergy sur le Portail Histoire Bourgogne Franche-Comté (consulté le 1er XII 2006)
  7. Heratlas (consulté le 1er XII 2006)
  8. Gilbert de Chalon
  9. Généalogie de Gilbert (Giselbert), fils de Manasses sur le site Medieval Lands
  10. L'association L'Abbaye de Saint-Vivant (consulté le 16 X 2007)
  11. Jougla, 6, 434, no 34472.
  12. Guy Allard - Les gouverneurs et les lieutenans au gouvernement de Dauphiné. Grenoble, Jean Verdier impr., 1704 (réed. par H. Gariel, Grenoble, 1864). Cet auteur le signale par erreur fils de Hugues de Vergy et d'Alix de Beaumont, et époux de Clémence de Fouvent. Voir ce site.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]