La Falaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Falaise
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Arrondissement de Mantes-la-Jolie
Canton Canton de Guerville
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Mantes-en-Yvelines
Maire
Mandat
Maryse Di Bernardo
2014-2020
Code postal 78410
Code commune 78230
Démographie
Gentilé Falaisiens
Population
municipale
607 hab. (2011)
Densité 202 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 42″ N 1° 49′ 55″ E / 48.945, 1.83194444444 ()48° 56′ 42″ Nord 1° 49′ 55″ Est / 48.945, 1.83194444444 ()  
Altitude Min. 17 m – Max. 134 m
Superficie 3,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
La Falaise

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
La Falaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Falaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Falaise

La Falaise est un petit village des Yvelines (arrondissement de Mantes-la-Jolie). Limitrophe d'Épône, il se trouve à 45 km à l'ouest de Paris environ sur les bords de la Mauldre.

Curieusement, aucune falaise ne surplombe le village, mais une simple côte très raide marque sa géographie à l'ouest. À moins que ce nom ne provienne de la présence d'une concrétion calcaire de la taille d'une maison présente dans le parc du château et connue des habitants sous le nom de « pierre d'Azor ».

Ses habitants sont appelés les Falaisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de La Falaise dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de La Falaise se trouve dans le nord des Yvelines dans la vallée de la Mauldre, non loin du point de confluence de cette dernière avec la Seine. Elle se trouve à 13 km au sud-est de Mantes-la-Jolie, chef-lieu d'arrondissement et à 39 km au nord-ouest de Versailles, préfecture du département.

Les communes limitrophes sont Épône à l'ouest et au nord, Nézel à l'est (le cours de la Mauldre servant de limite intercommunale), Aulnay-sur-Mauldre et Maule au sud.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Falaise appartient au bassin versant de la Seine. La commune est irriguée par la Mauldre, petite rivière de 35 km de long, affluent de rive gauche de la Seine, qui traverse le territoire communal dans le sens sud-nord, en suivant la limite communale avec Nézel et, partiellement, avec Épône[1].

La commune est concernée par les risques d'inondations liés aux crues de la Mauldre dans la frange est du territoire, le long du lit de la rivière. La dernière crue importante, avec un débit de 28,5 m3/s[2], date du 3 décembre 2000.

Les zones inondables affectent relativement peu le secteur bâti, sauf dans le secteur des Brissettes, lotissement situé en amont du bourg. Dans le cadre du « plan de prévention des risques d’inondation (PPRI) de la vallée de la Mauldre, les zones inondables ont été classées en zones rouge, verte ou bleue, selon l'importance de l'exposition aux risques d'inondation. La zone rouge, très exposée et peu urbanisée, où toute urbanisation nouvelle est interdite, couvre une bande étroite le long de la rivière. La zone verte vise à la reconquête du champ d'extension de crue de la Mauldre. L'urbanisation nouvelle y est également interdite. Elle s'étend à la Falaise principalement en aval du bourg, englobant notamment le stade des Aulnes[3].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La Mauldre

Le territoire communal est avec 300 hectares relativement petit, un peu plus du tiers de la moyenne départementale (872 ha). Il s'étend à l'ouest de la Mauldre, en partie dans le fond relativement étroit de la vallée à environ 20 m d'altitude, et en partie sur le plateau du Mantois, entre 120 et 130 m d'altitude. Entre les deux, le versant relativement abrupt, est entaillé par un vallon débouchant au droit du village.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à La Falaise est un climat tempéré de type océanique dégradé[4] caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les températures moyennes s'échelonnent entre 2 à 5 °C en hiver (janvier) et 14 à 25 °C en été (juillet). La pluviométrie moyenne, relativement basse, s'établit à environ 600 mm par an. Les mois les plus pluvieux vont d'octobre à janvier.

Utilisation du territoire[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 5,5 % 16.86
Espace urbain non construit 5,1 % 15.88
Espace rural 89,4 % 276.30
Source : Iaurif

Le territoire communal est très largement rural (89,4 %), l'espace urbain construit occupant 17 hectares, soit 5,5 % du territoire total[5].

L'espace rural se partage principalement entre grandes cultures (céréales, colza) sur 192 hectares et bois et forêt sur 83 hectares. Ces derniers sont concentrés sur le versant pentu entre plateau et vallée, et sur une partie du plateau (bois des Houx).

La partie urbanisée consiste exclusivement en habitations individuelles. L'habitat est groupé dans le bourg en fond de vallée et sur le versant ouest. Vers l'est, la partie urbanisée est en contact avec le village de Nézel, formant avec ce dernier une agglomération continue. Vers l'ouest, les constructions les plus récentes sont implantées sur le rebord du plateau. Le seul écart habité en dehors du village est la ferme de la Mare Malaise sise à l'ouest du village sur le plateau.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par une route départementale la reliant à Épône et Maule, et par la gare de Nézel - Aulnay, sur la ligne de banlieue Épône-Mézières - Plaisir-Grignon.

Le territoire est traversé du nord au sud par un oléoduc souterrain du réseau Trapil[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La Falaise est une ancienne seigneurie qui a longtemps appartenu à la famille de Marle, puis à partir de 1668 aux Aubert de Tourny.

Plaque commémorant la libération de la commune en 1944.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la commune occupée, comme le reste de la Seine-et-Oise, par l'armée allemande depuis juin 1940 a été libérée le 19 août 1944 par l'armée américaine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé du maire et de quatorze conseillers dont trois sont adjoints au maire, proportionnellement au nombre d'habitants[7].

La Falaise appartient au canton de Guerville. Le canton fait partie de la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale de l'ouest des Yvelines, dont le député est, depuis 2012, Jean-Marie Tétart (UMP). La commune appartient à l'aire urbaine de Paris.

Maryse Di Bernardo, maire de La Falaise a été élue conseillère générale du canton de Guerville le 27 mars 2011 (mandat 2011-2014)[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1968 1995 Francis Le Cam    
1995[9] en cours Maryse Di Bernado[7] sans étiquette  

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune de La Falaise appartient au canton de Guerville et n'est rattachée à aucune communauté de communes.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP).

Au plan judiciaire, La Falaise fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[10],[11].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de La Falaise n'est rattachée à aucune communauté de communes.

Elle participe à plusieurs syndicats intercommunaux, sans fiscalité propre, dont le périmètre est variable en fonction de leur objet : énergie, adduction d'eau potable, assainissement, ordures ménagères, transports scolaires, etc. Ce sont les suivants[12] :

  • syndicat intercommunal d'adduction d'eau potable de La Falaise - Nézel,
  • syndicat intercommunal d'assainissement des Prés Foulons,
  • syndicat intercommunal de la Mauldre inférieure et du ru de Riche,
  • syndicat intercommunal de transports scolaires de mantes, Maule, Septeuil (SITS),
  • syndicat intercommunal d'électricité des vallées de la Vaucouleurs, de la Mauldre et de la Seine-aval (SIVAMASA),
  • syndicat intercommunal du lycée d'Aubergenville (SILYA),
  • syndicat intercommunal de la région d'Épône (SIRÉ),
  • syndicat intercommunal à vocation multiple de Maule.

Dans le cadre du SIRÉ, qui est un syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM), La Falaise est associée avec Épône et Mézières-sur-Seine pour gérer divers services et équipements communs (collège, déchèterie, crèche, restauration scolaire, etc.)[13].

Le SIVOM de Maule gère le collège de la Mauldre (situé à Maule) et les transports scolaires.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 607 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
292 319 313 283 278 278 249 271 234
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
240 216 195 193 197 204 192 164 179
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205 195 225 222 215 212 219 216 311
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
326 430 429 465 532 607 616 618 607
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 14,9 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 18,4 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 23,1 %, plus de 60 ans = 11,7 %).
Pyramide des âges à La Falaise en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
1,3 
75 à 89 ans
2,5 
13,6 
60 à 74 ans
9,2 
22,8 
45 à 59 ans
23,1 
22,5 
30 à 44 ans
25,0 
17,5 
15 à 29 ans
18,4 
22,2 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[17]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Commune essentiellement résidentielle.

Emploi et activités[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la commune comptait 52 emplois, tous masculins, dont environ 40 salariés et 12 non salariés. Ces emplois se répartissaient très majoritairement dans le secteur tertiaire (44 emplois), et secondairement dans la construction (4 emplois) et l'agriculture (4 emplois)[18]

Le taux d'activité, relativement élevé, s'établissait à 66,8 %. La population active comptait 304 personnes. Parmi celles-ci, 284 avaient un emploi et 19 étaient en chômage, soit un taux de chômage de 6,3 %[19], nettement inférieur au taux national (12,8 %) comme à la moyenne départementale égale à 12 %. Cette population active est en augmentation : + 7,0 % de 1982 à 1980 et + 16,4 % de 1990 à 1999.

Parmi les personnes ayant un emploi, seulement 19 personnes (7 %) travaillaient dans la commune tandis que 93 % travaillaient à l'extérieur de la commune, 173 (61 %) dans les Yvelines et 92 (33 %) dans les départements voisins. Les transports domicile-travail se faisaient très majoritairement (70 %) en voitures particulières et pour 9 % en transport en commun.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement général agricole de 1988, la commune comptait 5 exploitations agricoles, pour une surface agricole utile de 141 ha et pour l'équivalent de 6 emplois (unités de travail annuel)[20]. Depuis le recensement de 2000, on ne compte plus aucune exploitation agricole ou maraîchère. Les lopins de terre qui produisent encore quelques légumes sont exploités par des maraîchers de Nézel.

Autres[modifier | modifier le code]

La Falaise accueille depuis plusieurs décennies un centre de loisirs de la ville de Puteaux (Hauts-de-Seine). Durant l'été, enfants et adolescents se rendent chaque matin en car, depuis Puteaux, sur le domaine du château de la Falaise. Les enfants, répartis par classe d'âge, se regroupent sous de grandes tentes et participent à des activités de loisirs durant la journée (piscine, sports, balades, chasses au trésor, travaux manuels…). Suite à un accord avec la ville de Puteaux, les enfants de La Falaise sont accueillis au centre. Dans les années 1960-70, le château de La Falaise a accueilli des enfants pensionnaires venant également en car de Puteaux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de l'église
L'église.
  • Église de la Nativité-de-la-Vierge : cette église en meulière bâtie en 1601 par Philippe de Marle, seigneur de la Falaise a été restaurée en 1982 et précédemment en 1861. Son clocher carré, couvert d'ardoises, date de 1703. Elle fut à nouveau restaurée extérieurement en 1999. La restauration intérieure s'est déroulé de septembre 2008 à janvier 2009.
  • Jardin Aigue-Flore : ce jardin qui comporte une succession de bassins alimentés en eau vive est situé dans la résidence Aigue-Flore ( à l'origine « Aygues-Flor »), qui est depuis 1991 le siège de la mairie. Il fut aménagé par Gilles Normand (dont les initiales « GN »sont encastrés dans le portail d'entrée en fer forgé) dans les années 1930. Gilles Normand aménagea également la bâtisse dans le style Art déco ; en particulier, l'ancienne salle à manger -actuellement salle de réceptions communale- qui présente un parquet composé d'essences différentes, des boiseries et une verrière en fer forgé.
  • Château de La Falaise : ancienne demeure des seigneurs depuis 1513 lorsque Nicoles de Marle épousa Agnès de Nézel. Actuellement le domaine est la propriété de la ville de Puteaux. L'actuel château fut construit dans le style Renaissance en 1858 par un industriel, à l'emplacement de l'ancien château. Il est dépourvu de ses combles à la suite d'un incendie.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de La Falaise

Les armes de La Falaise se blasonnent ainsi :

d'argent au chevron d'azur accompagné de trois aigles de gueules

Ces armes sont celles de l'ancienne famille de Marle (XVe siècle)[21].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau - La Mauldre (H30-0400) », sandre (consulté le 15 juin 2011).
  2. débit mesuré à la station hydrologique d'Aulnay-sur-Mauldre distante de 2 km.
  3. « Plan de Prévention des Risques d’Inondation de la vallée de la Mauldre - Département des Yvelines - Notice de présentation », Préfecture des Yvelines,‎ 2006 (consulté le 15 juin 2011).
  4. Climat des Yvelines sur le site de Météo-France
  5. « Occupation du sol détaillée en 2008 - La Falaise », Iaurif (consulté le 15 juin 2011).
  6. « Dossier départemental des risques majeurs », Préfecture des Yvelines (consulté le 19 juillet 2011).
  7. a et b [1]
  8. « Élections cantonales - Guerville, résultats 2e tour. », ministère de l'Intérieur (consulté le 28 mars 2011).
  9. « La liste des maires - "Troisième tour" des municipales », Le Courrier de Mantes,‎ 29 mars 2001.
  10. « Tribunal d'instance de Mantes la Jolie - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 19 juillet 2011).
  11. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 19 juillet 2011).
  12. « La falaise », sur base Aspic, Ministère de l'Intérieur (consulté le 15 juin 2011).
  13. « SIVOM de la Région d’Épône », SIRÉ (consulté le 15 juin 2011).
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  16. « Évolution et structure de la population à La Falaise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  17. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  18. INSEE - Emplois au lieu de travail selon le sexe, le statut et l’activité économique des individus à La falaise
  19. INSEE - activité - formes d'emploi à La Falaise
  20. Insee, Chiffres clés - Exploitations agricoles par commune
  21. Famille de marle sur « Racines et Histoire »