Bains-sur-Oust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bains-sur-Oust
Mairie de Bains-sur-Oust.
Mairie de Bains-sur-Oust.
Blason de Bains-sur-Oust
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Redon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Redon
Maire
Mandat
Marc Derval
2014-2020
Code postal 35600
Code commune 35013
Démographie
Gentilé Bainsois
Population
municipale
3 410 hab. (2011)
Densité 76 hab./km2
Population
aire urbaine
52 758 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 42′ 16″ N 2° 04′ 13″ O / 47.7044444444, -2.0702777777847° 42′ 16″ Nord 2° 04′ 13″ Ouest / 47.7044444444, -2.07027777778  
Altitude 60 m (min. : 0 m) (max. : 89 m)
Superficie 44,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Bains-sur-Oust

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Bains-sur-Oust

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bains-sur-Oust

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bains-sur-Oust

Bains-sur-Oust est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en Région Bretagne. Ses habitants, les Bainsois et les Bainsoises étaient 3 361 au recensement de 2008.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bains-sur-Oust et les communes voisines.

Bains-sur-Oust est situé à l'extrémité sud du département d'Ille-et-Vilaine, à la limite du département du Morbihan, à 6 km au nord de Redon.

Les communes limitrophes sont Sixt-sur-Aff, Renac, Sainte-Marie et Redon en Ille-et-Vilaine, Saint-Perreux, Saint-Vincent-sur-Oust, Glénac et Cournon en Morbihan.

Selon le classement établi par l’INSEE en 1999, Bains-sur-Oust est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l’aire urbaine de Redon et de l’espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Communes de Loire-Atlantique).

Bains-sur-Oust est l'une des cinq communes du canton rural de Redon.

Le territoire communal s'étend sur 4463 hectares (jusqu'en 1872, il comprenait en outre les 2528 hectares de la commune de Sainte-Marie qui fut créée à cette date[1]).

Communes limitrophes de Bains-sur-Oust
Cournon Sixt-sur-Aff Renac
Glénac

Saint-Vincent-sur-Oust
Bains-sur-Oust Sainte-Marie
Saint-Perreux Redon Sainte-Marie

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le cours de l'Aff marque sa limite avec Glénac et Cournon au nord. La rivière d'Oust, en partie canalisée lors du plan d'aménagement du canal de Nantes à Brest, forme un large et profond vallon séparant Bains-sur-Oust de Redon et Saint-Perreux au sud, et Saint-Vincent-sur-Oust à l'ouest.

Géologie et carrières[modifier | modifier le code]

Le sous-sol est composé presque en totalité de schiste. Une bande de granite grenu traverse le territoire d'ouest en est, suivant une ligne passant par le Trécouët, le bourg de Bains et les Chambots. Ces deux matériaux se retrouvent dans les mêmes proportions dans les constructions.

On trouve de nombreuses carrières à ciel ouvert sur la commune. Signalons des carrières de schiste au nord de la Morinais, à l'est de la Roche du Theil, l'ancienne ardoisière à l'ouest de Tournebride. La carrière de granite de la Grée du Bourg semble avoir été l'une des exploitations les plus importantes ; la plupart des ouvrages du bourg furent édifiés avec des pierres provenant de cette carrière.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Bains-sur-Oust, traversée par la voie romaine de Redon à Lohéac à l'ouest, est mentionnée dans les textes dès 834 sous le nom de antiqua ecclésia Bain. Elle était alors formée des actuelles paroisses de Redon, Bains, Sainte-Marie et Cournon. Elle fut démembrée lors de la création de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon par la création de la paroisse Notre-Dame de Redon composée de la ville redonnaise naissante et de ses environs. Le territoire entier de Bains passa sous la domination de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon par don de Louis Le Débonnaire à saint Conwoïon ; l'autorité seigneuriale de l'abbaye s'exerça jusqu'à la Révolution.

L'abbé Guillotin de Corson nous apprend qu'au XVIe siècle Bains était divisée en dix frairies : les Bignons (bourg actuel de Bains), Couloumel, la Rivière-d'Oult, Coüardière, Binon, Bléheuc, Saint-Marcellin, Pont-de-Renac, Prin, Grimigniac (les trois dernières étant actuellement sur la commune de Sainte-Marie). Elle comptait 69 villages, deux bourgs importants (le bourg actuel et Saint-Marcellin), quatorze manoirs, une dizaine de chapelles et cinq moulins (trois moulins à vent, deux moulins à eau).

La paroisse de Sainte-Marie créée en novembre 1845 est érigée au rang de commune en 1872, distrayant ainsi toute la partie est de la commune. Avant cette date, le territoire communal était décrit comme suit dans le Dictionnaire de Jean-Baptiste Ogée : « Superficie totale : 6 999 hectares dont 1 736 hectares de terres labourables, 565 hectares de pâturages, 574 hectares de bois, 16 hectares d'étangs. » L'étendue des espaces boisés a fortement diminué depuis ; l'exploitation de vergers et la production de cidre, encore très importantes au XXe siècle, expliquent l'abondance des celliers liés à l'architecture agricole de la commune.

Le bâti recensé date en majorité de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe (27 %), époque où la commune connaît son plus fort développement. À cette époque correspond également la reconstruction de très nombreuses habitations, souvent sur des fondations plus anciennes ou en remployant d'anciens logis comme dépendances. Une proportion non négligeable remonte au XVIIIe siècle (13,5 %) ; les ouvrages antérieurs à cette époque ne représentent pas plus de 4 % des ouvrages recensés.

La commune n’accueille aucun bâtiment protégé au titre des monuments historiques.

En 1923, le nom de la commune de Bains a été modifié en Bains-sur-Oust.

Les origines de Bains-sur-Oust[modifier | modifier le code]

Le nom de « Bain » est d'origine celtique. La lettre « S » a été ajoutée à l'époque moderne afin d'éviter la confusion avec la commune de Bain-de-Bretagne.

La découverte de pierres polies en divers endroits, notamment à la Roche du Theil montre bien que cette commune était occupée de très bonne heure.

L'histoire fait mention d'une bataille qui eut lieu à Ballon, en 845, entre l'armée de Charles le Chauve, Roi de France et Nominoë, souverain de Bretagne. Elle se termine à l'avantage de ce dernier, désireux de préserver ses droits et de secouer le joug des francs. Cette victoire assura l'indépendance de la Bretagne, dans les limites reconnues ensuite par l'histoire. Nominoë s'en proclama roi et se fit sacrer dans la cathédrale de Dol.

Les maisons voisines de ce combat ont des noms significatifs, comme clos de l'Epic, la Bataille, La Poignardais, La Cantinais, La Hutte. À l'origine Bains était un prieuré de l'abbaye de Saint Conwoïon. En l'an 854, les Normands remontèrent la Vilaine jusqu'aux abords de Redon et l'abbaye dut sa sauvegarde à un orage providentiel devant lequel les hommes du Nord, effrayés, s'enfuirent le prenant pour une punition des dieux. Quelques années plus tard, les Normands récidivèrent leur exploit et pillèrent le monastère. Les religieux durent s'exiler à Saint-Maxent près de Plélan, où le roi Salomon, neveu de Nominoë, leur avait procuré un nouvel établissement. C'est là que mourut Saint Conwoion à l'âge de 80 ans. Finalement, les Normands furent battus et chassés du Pays de Redon vers 869, à Botmélas sur le territoire d'Avessac. Le plateau sur lequel la bataille se déroula s'appelle encore « La Déroute » près de la route de Guemene-Penfao.

L'abandon de la langue bretonne par les nobles et ducs entraîna la prédication en langue romande (le français de l'époque) par le clergé. Vers le XIIIe siècle, le breton de forme vannetaise qui était la langue du pays, ne fut plus parlé officiellement et en se mélangeant de plus en plus au vieux français devint le patois actuel, où de nombreux mots bretons plus ou moins déformés se retrouvent encore.

XVIe siècle et XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution, Bains comptait 4000 habitants, Redon n'en ayant que 3788. Le 14 septembre 1790, M. Poison, recteur de Bains, exerçait en même temps les fonctions de maire depuis la fondation de la récente commune.

Jean du Bignon, Maire de Redon, devint député à la Convention et ensuite au conseil des Cinq-cents. Il vota pour la mort de Louis XVI lors du procès du roi. Il avait fait construire à Binon un pavillon à étage récemment démoli ; c'était sa maison de campagne.

Lors du partage de la Bretagne en départements, le canton de Redon fut attribué à l'Ille-et-Vilaine, alors que jusque-là, il avait fait partie de l'évêché de Vannes. Les municipalités protestèrent, mais on ne tint pas compte de leurs doléances.

Presque toutes les hauteurs de la commune étaient couronnées de moulins à vent : Via, les Couédies, Beunette. Sur les ruisseaux tournaient des roues à aubes dans une retenue d'eau : Via, La Bataille, Saint-Laurent…

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le Canal de Nantes à Brest, commencé sur l'ordre de Napoléon 1er et poursuivi sous Louis-Philippe, fut achevé en 1855 en ce qui concerne la partie longeant l'Oust en bordure de la commune.

En 1872, le territoire communal de Bains-sur-Oust fut amputé des 2528 hectares de Sainte-Marie qui devint une commune indépendante[1], soit une réduction d'un peu plus d'un tiers (36%) de l'étendue de la commune.

Légendes et sorcelleries[modifier | modifier le code]

À la fin du Moyen Age et même plus tard, les populations vivaient sous la terreur des sorciers ou des lutins. L'on raconte que les habitants de Bains, excédés par ces lutins, se réunirent sur la lande du Tirion à l'est du Bourg et jurèrent de se débarrasser de ces nains encombrants. Ceux-ci eurent vent de cette assemblée et le dimanche suivant, pour se venger, empoisonnèrent le pain bénit qui devait être distribué aux fidèles pendant la grand'messe.

Un seigneur du manoir de la Rouarday, surnommé Joues Rouges à cause de sa force herculéenne et du sang vigoureux qui colorait ses pommettes, eut l'idée d'en prendre un morceau avant l'office et de le donner à l'un de ses chiens. Celui-ci creva aussitôt et Joues Rouges qui devait être également un peu sorcier sauva ainsi la vie de la paroisse.

Une autre légende qui s'est prolongée jusqu'à des temps assez récents était celle de la « Bête Jeannette ». Celle-ci qui prenait toutes les formes, retenait parfois toute la nuit par une jambe au moment de franchir l'échalier de son courtil, le bonhomme qui s'était attardé à boire des bolées.

Un fermier de la Quillanais à qui la belle Jeannette avait joué un tour, jura de se venger et ayant fait bénir une balle par le curé, il en chargea le fusil. Un matin, l'occasion pour lui d'assouvir sa vengeance se présenta. Au petit jour, une bête étrange rodait dans le jardin. Le fermier tira et l'atteignit en plein cœur. L'animal s'enfuit en poussant des cris épouvantables et courut jusqu'à la Croix Batte à une demi-lieue de là. Le chasseur qui suivait de loin ne retrouva qu'une mare de sang mais de bête point, elle avait disparu… mais ne revint plus.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1804 1806 Aimé Goupil-Riquelière - -
1806 1816 Joseph Mahé - -
1816 1830 Charles Dufresche de la Villorion - -
1830 1843 Mathurin Frot - -
1843 1848 Pierre François Boudet - -
1848 1852 Gaston-Charles de Pioger - -
1852 1855 Mathurin Frot - -
1855 1859 Jean-François Josso - -
1859 1870 Eugène Mannoury de La Cour - -
1870 1871 Toussaint Decorse - -
1871 1904 Charles de Trogoff - -
1904 1906 Joseph de Saint-Germain - -
1906 1919 Roger de Freslon - -
1919 1929 Joseph de Saint-Germain - -
1929 1963 Yvonnick de Saint-Germain - -
1963 1989 Jean de Freslon - -
1989 1995 Michel Gavaud - -
1995 2008 René Dréan DVD -
2008 en cours Marc Derval DVD Formateur - consultant

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 410 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2004, 2009, 2014, etc. pour Bains-sur-Oust[2]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 1].

Les données de la population sous l'Ancien Régime sont fragmentaires et peu précises d'une manière générale. Le premier dénombrement de la commune, dénommée alors Bains, remonte à 1793, an II de la République, et s'établit à 3 989 habitants. A partir de 1826, les recensements généraux suivent un rythme quinquennal jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. La population de la commune de Bains évolue de 3 360 habitants en 1801 à 4 624 en 1866. En 1872, le territoire de la commune est scindé en deux avec la création de la commune de Sainte-Marie[1]. Amputée d'un peu plus d'un tiers de son territoire, la commune de Bains voit sa population chuter de 4 624 habitants en 1866 à 2 691 habitants en 1872. La commune prend le nom de Bain-sur-Oust en 1923.

           Évolution de la population de Bains-sur-Oust depuis 1793  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 989 3 360 3 521 3 482 3 915 3 906 3 713 3 915 4 159
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 259 4 454 4 624 2 691 2 618 2 649 2 655 2 562 2 692
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 771 2 712 2 655 2 399 2 416 2 385 2 290 2 190 2 103
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 081 2 100 2 400 2 610 2 815 3 021 3 262 3 318 3 379
2011 - - - - - - - -
3 410 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique de Bains-sur-Oust depuis 1793

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.

La commune ne dispose d’aucun monument historique protégée.

On y trouve par contre, de nombreux monuments inventoriées dont plusieurs chapelles :

  • Saint-Laurent : L'édifice restauré par les habitants du quartier ne semble pas remonter au-delà du XVe siècle. La chapelle dont le toit est couvert d'ardoises est dominé par un petit clocher à arcades. Le bénitier est un ancien dîmier.
  • Saint-Marcellin : Cette chapelle est construite à l'intersection des voies romaines qui relient respectivement Rieux à Corseul, et Rieux à Condate (Rennes). C'est le lieu de la rencontre de Nominoë et de Conwoïon qui ramenait de Rome à l'abbaye Saint-Sauveur de Redon le corps de Saint-Marcellin. Cette chapelle tréviale avant la Révolution, possède alors son cimetière. Tombé en ruine, l'édifice primitif roman est reconstruit à partir de 1945 à l'initiative du chanoine Guilloux, curé de Bains-sur-Oust.
  • Saint-Méen : Nichée au bord de l'Oust, cette chapelle est le dernier vestige de l'ancienne abbaye de Busal, fondée vraisemblablement au VIIe siècle par les moines de l'abbaye Saint-Jean de Gaël. Cet édifice en ruines et abandonné est reconstruit à partir de 1965 par MM. Jean Rouxel père et fils, le Cercle celtique de Redon et les habitants du quartier. C'est un lieu de rencontre avec la nature, parcouru de sentiers pédestres...
  • La Grotte : Cette grotte est construite à l'initiative de l'abbé Auguste Dauvier, vicaire à Bains, par dévotion envers la Vierge. Elle est bénie le 17 mai 1902 par Monseigneur Montery, archevêque de Beyrouth ; l'abbé François Huet étant alors curé de la paroisse. La grotte est surmontée d'un grand crucifix en granit. Depuis une messe y est donnée une fois par an, à l'occasion du 15 août, fête de l'Assomption.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le site naturel de l’Île aux Pies se situe au sud-ouest du département juste à la frontière entre l’Ille-et-Vilaine et le Morbihan. Près de 467 hectares répartis sur les communes de Bains-sur-Oust (35), Glénac (56), et Saint-Vincent-sur-Oust (56) sont des sites protégés depuis 1981.

L'Oust, affluent de la Vilaine, a creusé ici son lit dans un pli bombé (ou pli anticlinal) constitué de grès et de granite. Ce phénomène, appelé cluse, est à l'origine des falaises culminant à plus de 50 mètres d'altitude, tombant à pic dans l'Oust.

C'est un lieu propice à l'escalade pour les amoureux de la nature.

Marais, prairies, boisement et landes forment un environnement végétal très riche, pour la plus grande joie des naturalistes.

De nombreux sentiers sillonnent le site. Ils vous conduiront plus au sud à la chapelle Saint-Méen nichée dans la verdure, idéale pour les randonnées pédestres et équestres.

Ce coin de nature fait le bonheur des vététistes. On peut venir pêcher au bord de l'Oust des anguilles, des carpes, des brêmes, le gardon, des sandres, la perche… ou bien faire des balades en canoë ou en barque.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules au pal d’hermine accosté de deux haches adossées d’or, au chef cousu d’azur chargé de trois étoiles d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Notice de Sainte-Marie sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Date du prochain recensement à Bains-sur-Oust, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011