Conwoïon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Saint Conwoïon ou Convoyon ou Konvoion serait né vers 800 à Comblessac (Ille-et-Vilaine) d'une famille d'origine gallo-romaine de rang sénatorial (« ex genere senatorio »).

Conwoïon —- illustration pour le Buhez ar Sent de Jean-Marie Perrot en 1912.

Conwoïon favorise la création d'une nouvelle abbaye dédiée à saint Maixent dans le village de Maxent, actuellement inclus dans la commune de Plélan-le-Grand. Il y meurt en le 5 janvier 868.

Saint Conwoïon est fêté le 5 janvier[1].

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

Avec le soutien du tiern (prince local) Ratvili et de Nominoë, il obtient de l'empereur Louis le Pieux le droit de fonder une abbaye placée sous l'invocation du Saint-Sauveur à Redon et y fait suivre la règle de saint Benoît.

Il devient le conseiller de Nominoë dans la partie délicate que celui-ci joue quand le dux fidèle à Louis le Pieux décide en 840 de ne plus faire allégeance à Charles le Chauve. Le futur saint aurait même fait le voyage de Rome pour le défendre devant le pape.

La forme trouvée dans les chartes est Konuuoion, mais on rencontre plus tard la forme française Convoyon et le breton Konvoion. D'origine celtique, le nom propre Conwoion est composé de kon, guerrier, et de uuoion, sincère[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]