Avessac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Avessac
Vue d'Avessac et de la vallée de la Vilaine depuis Notre Dame
Vue d'Avessac et de la vallée de la Vilaine depuis Notre Dame
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant
Canton Saint-Nicolas-de-Redon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Redon
Maire
Mandat
Alain Bougouin
2014-2020
Code postal 44460
Code commune 44007
Démographie
Gentilé Avessacais
Population
municipale
2 466 hab. (2011)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 15″ N 1° 59′ 18″ O / 47.6541666667, -1.9883333333347° 39′ 15″ Nord 1° 59′ 18″ Ouest / 47.6541666667, -1.98833333333  
Altitude 76 m (min. : 0 m) (max. : 81 m)
Superficie 76,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Avessac

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Avessac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avessac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avessac
Liens
Site web mairie-avessac.fr

Avessac (Aveczac, Aveçà en gallo ; Avezeg ou encore Plouzewi en breton[Note 1]) est une commune située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire), en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune d'Avessac dans le département de la Loire-Atlantique.

Avessac se situe à 72 km à l'est de Vannes, 74 km au sud de Rennes et à 80 km au nord de Nantes.

Les communes limitrophes à Avessac sont Saint-Nicolas-de-Redon, Fégréac, Plessé, Guémené-Penfao, Massérac en Loire-Atlantique et Sainte-Marie en Ille-et-Vilaine.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Avessac était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

La Vilaine coule en limite nord de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Robert Bougouin    
mars 2008 décembre 2009 Bernard Delannée   artisan retraité
décembre 2009 en cours Alain Bougouin[Note 2] Divers gauche enseignant en lycée agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cette commune est jumelée avec Saint-Martin-d'Ablois, Marne (51), Champagne-Ardenne, France.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 466 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 299 2 012 1 740 2 084 2 370 2 339 2 422 2 464 2 541
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 489 2 834 3 210 3 427 3 425 3 695 3 647 3 616 3 703
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 732 3 678 3 549 3 098 3 137 3 042 2 845 2 759 2 541
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 496 2 405 2 356 2 395 2 233 2 154 2 357 2 387 2 466
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,8 %) est en effet supérieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50 % contre 48,7 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Avessac en 2009 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,3 
6,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,8 
60 à 74 ans
17,2 
21,6 
45 à 59 ans
19,7 
20,6 
30 à 44 ans
18,6 
16,5 
15 à 29 ans
14,5 
19,7 
0 à 14 ans
19,0 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Poterie Céramiques Dewar ;
  • Le four à chaux : sa datation reste encore un mystère. Les aménagements du site invitent à découvrir le fonctionnement du four et à retrouver le procédé de transformation de la pierre calcaire en chaux et des démonstrations sont organisées ;
  • Le château de Pordor (XIVe ‑ XVIIe siècles) ;
  • L'église Saint-Pierre et Saint-Paul ;
  • Le château de la Châtaigneraie (XIXe siècle) ;
  • Le manoir de Cothias (XVIe siècle) ;
  • Le puits (XVe siècle), situé à Berrulé ;
  • Le lavoir (XVIIIe-XXe siècle), situé au chemin du Lavoir ;
  • 2 moulins dont le moulin à vent (XVIIIe siècle) de Camargois et le moulin à eau (XVIIe ‑ XXe siècles), situé à Tesdan ;
  • À voir aussi, sur la route de Massérac, la vallée du Don. Panorama imprenable au rocher du Veau ;
  • Le circuit de promenade des Salentin dont le départ se trouve au terrain des sports (7 km ou 14 km).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Marquis Régis de l'Estourbeillon (1858-1946), demeurant au château de Penhouët, en Avessac, Député du Morbihan et Président de l'Union Régionaliste Bretonne.
  • La famille Sallentin, propriétaire du château et des terres du Pordor. Cette famille est connue depuis le XVIe siècle dans le patriciat de la ville de Pont-Sainte-Maxence (Oise). Installée à Nantes, la branche du Pordor fait fortune à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle dans le négoce des céréales, puis dans le commerce triangulaire.
  • Jean-Baptiste Allard (1904-1984), policier et résistant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le breton a été parlé dans la commune jusqu'au XIIe siècle. Il y a 26,80 % de toponymes bretons dans la commune (Le Moing). Le gallo aurait ainsi succédé au breton dans la commune aux alentours du XIIe-XIVe siècle, la population y était probablement en partie bilingue. Un certain nombre de noms en ker- laissent supposer un usage relativement tardif de la langue bretonne. Voir l’article consacré au breton de la Loire-Atlantique.
  2. Réélu en 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. « Avessac 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 9 janvier 2013).
  4. « Résultats du recensement de la population - Avessac - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  5. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).