Antitziganisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’antitziganisme renvoie à l’hostilité, aux préjugés et au racisme direct envers les Roms.

En tant que culture dense, les Roms ont généralement assez bien résisté à l’assimilation d’avec les communautés majoritaires des pays dont ils sont les ressortissants ; ils ont donc conservé avec succès une culture à la fois variée, unique et distincte. Le prix de cette longévité culturelle a par ailleurs été un important degré d’isolation par rapport aux populations les entourant, ce qui les a rendus vulnérables aux stéréotypes du type "voleurs", "voyous", "diseuses de bonne aventure" ou encore "arnaqueur". Également en raison de cette même ségrégation culturelle, les Roms ont été sujet à diverses discriminations à travers l’histoire et dans quasiment tous les pays où ils se sont implantés.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La racine zigan est la base du mot donné au peuple Rom dans beaucoup de langues européennes. Il faut néanmoins noter que dans plusieurs régions zigan et ses dérivés sont considérés comme péjoratifs et offensants. De nombreux militants et intellectuels préfèrent donc utiliser le terme de « Romphobie »

Histoire de l’Antitziganisme[modifier | modifier le code]

XIIe siècle-XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XIIe siècle, dans les registres byzantins, les Atsínganoi sont mentionnés comme des « sorciers… inspirés par le diable et qui prétendent prédire l’inconnu. »[1] Vers le XVIe siècle beaucoup de Roms en Europe centrale et orientale travaillaient comme musiciens, forgerons ou soldats[2]. L’expansion ottomane au travers de l’actuel territoire de la Bulgarie moderne les relégua au bas de l’échelle sociale, puisque les ottomans les percevaient comme n’ayant pas d’ « affiliation professionnelle permanente apparente »[3].

Dans le Royaume de Hongrie (aujourd’hui l’ouest de la Slovaquie, de la Hongrie et de la Croatie), des politiques fortement hostiles aux Roms virent le jour à mesure que ces derniers étaient vus comme des espions turcs, ou comme la cinquième colonne. Dans cette atmosphère, ils étaient expulsés de nombreux endroits et adoptèrent progressivement un mode de vie nomade[4].

La première législation à l’encontre des Roms apparut en Marche de Moravie en 1538, et trois ans plus tard, Ferdinand Ier ordonna l’expulsion des Roms suite à une série d’incendies à Prague. Sept ans plus tard, la diète d’Empire à Augsbourg déclara que « quiconque tue un tzigane, ne sera pas coupable de meurtre »[5]. En 1556, le gouvernement intervint afin d"interdire la noyade des femmes et enfants tziganes."[6]

En Angleterre, l’Egyptians Act de 1530 interdit aux Roms l’entrée dans le pays et demande à ceux y résidant de quitter le territoire dans les 16 jours. Le non-respect de cette décision entraînant des confiscations de propriété, des peines d’emprisonnement ou de déportation. L’Egyptians Act 1554 amenda la loi précédente et posa que les Roms devaient abandonner leur "vilaines, oisives et impies vie et compagnie" et adopter un mode de vie sédentaire. Pour ceux qui échoueraient à adopter un mode de vie sédentaire le Conseil privé interpréta l'acte en permettant l’exécution des Roms ne respectant pas les lois 'comme un avertissement aux autres'[7].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1710, Joseph Ier émit un édit contre les Roms, ordonnant que « tous les hommes adultes devaient être pendus sans procès, tandis que les femmes et les jeunes garçons devaient être fouettés et bannis à jamais. » De plus, les Roms devaient avoir leur oreille droite coupée dans le Royaume de Bohême, et l'oreille gauche dans la Marche de Moravie. Dans les autres régions d’Autriche ils étaient marqués au fer, dans le dos, d'un dessin représentant une potence. Ces mutilations permettaient aux autorités de les identifier comme Roms en cas d’une seconde arrestation. L’édit encourageait les responsables locaux à traquer les Roms, imposant une amende de 100 Rixdales à ceux qui ne le feraient pas. Quiconque venait en aide à des Roms était puni d’une demie année de travail forcé. En 1721 Charles VI amenda le décret pour y inclure l’exécution des femmes adultes Roms, alors que les enfants devaient être « mis dans des hôpitaux pour les éduquer. »[8]

En 1774, Marie-Thérèse d’Autriche émit un édit interdisant les mariages entre Roms. Lorsqu'une femme Rom épousait un non-Rom, elle devait produire les preuves de "ses talents ménagers et de sa familiarité avec la doctrine catholique", alors qu’un homme Rom devait quant à lui prouver « ses capacités à aider sa femme et ses enfants », enfin les enfants de plus de cinq ans devaient être enlevés à leur famille et éduqués par des familles non-Roms. »[9]

Un panel fut établi en 2007 par le gouvernement roumain afin d’étudier l’esclavage des Roms au XVIIIe et XIXe siècle pour les princes, propriétaires terriens et dans les monastères. L’esclavage des Roms en Roumanie fut aboli aux alentours de 1856[10].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le chapardage était un motif récurrent pour la persécution des Roms. En 1899, le Nachrichtendienst in Bezug auf die Zigeuner (Service de renseignements concernant les Tziganes) fut créé à Munich sous la direction d'Alfred Dillmann, collectant les données concernant l’ensemble des Roms sur le territoire allemand. Ce service de renseignement ne cessa ses activités qu’en 1970. Les premiers résultats furent publiés en 1905 le Zigeuner-Buch[11] (livre des Tziganes) de Dillmann, et furent utilisés dans les années suivantes pour justifier le Porajmos. Ce livre décrit les Roms comme une « peste », une « menace », mais ne présente pratiquement comme « crimes tziganes » que des actes d'intrusion et de vol de nourriture[11].

Porajmos[modifier | modifier le code]

German Nazi deportation of Sinti from Asperg, 1940

Article principal : Porajmos

La persécution des Roms atteint son point culminant pendant la Seconde Guerre mondiale lors du Parajmos, le pendant Rom de la Shoah. Parce que les communautés Roms d’Europe orientale étaient moins organisées que les communautés juives, il est plus difficile d’accéder au nombre réel des victimes, même si l'U.S. Holocaust Memorial Research Institute de Washington estime que leur nombre est compris entre 500000 et 1,5 millions. L’ancien professeur d’Ethnic Studies Ward Churchill avança l’idée que les populations Roms ont proportionnellement souffert d’avantage que les juifs d’Europe et que leur sort a largement été mis de côté par les universitaires et les médias[12].

L’extermination des Roms par les autorités de l’Allemagne nazie dans le Protectorat de Bohême-Moravie a été d’une telle ampleur que la langue romani de Bohême devint une langue morte. La politique des nazis varia d’un pays conquis à l'autre : ils tuèrent quasiment tous les Roms des pays baltes, alors qu’ils ne s’attaquèrent pas à ceux du Danemark ou de Grèce.

Les Roms furent également persécutés par les Oustachis en Croatie, qui étaient alliés aux Allemands. Il ne restait après la guerre presque aucun Rom en Croatie.

Antitziganisme aujourd’hui[modifier | modifier le code]

Femme Rom manifestant à Bucarest contre le président roumain Traian Băsescu, celui-ci ayant tenu des propos antitziganique contre un journaliste qui le menaçait en mai 2007[13]. Le texte sur le T-shirt est Ţigancă împuţită! ("Tzigane puante!")

Selon le rapport 2011 d’Amnesty International, «…des discriminations systématiques sont appliquées aux 10 millions de Roms à travers l’Europe. L’organisation a recensé les échecs des gouvernements du vieux continent quant au respect de leurs obligations[14] ».

L’antitziganisme s’est poursuivi dans les années 2000 notamment en Slovaquie[15], Hongrie[16], Slovénie[17] et au Kosovo[18]. Les Roms vivent souvent dans des ghettos populaires, sont sujets à des discriminations à l’école et au travail, et sont également souvent sujets à des violences policières. En Bulgarie le professeur Ognian Saparev a écrit des articles expliquant que les « Tziganes » devraient être confinés dans des ghettos car ils ne s’intègrent pas, sont culturellement enclins au vol, ne désirent pas travailler, et utilisent leur statut de minorité pour « pratiquer du chantage » envers la majorité[19]. Les responsables de l’Union européenne ont boycotté la République tchèque et la Slovaquie en 2007 du fait de la ségrégation appliquée aux enfants Roms dans les écoles[20].

En 2006, de nombreux Roms qui vivaient auparavant au Kosovo, vivaient dans des communautés de réfugiés au Monténégro et en Serbie. Ceux qui sont restés, craignent des attaques des Albanais, qui les voient comme « des collaborateurs serbes ». En février 2007, trois femmes Roms slovaques reçurent une compensation financière après un procès contre l’hôpital qui les avait stérilisées sans leur consentement. Alors que les stérilisations ont eu lieu entre 1999 et 2002, et que les trois femmes avaient à plusieurs reprises fait appel aux procureurs, elles étaient restées jusque là ignorées[21].

Le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe Thomas Hammarberg a été un critique virulent de l’antitziganisme, tant lors des rapports que des Periodic Viewpoints. En août 2008, Hammaberg notait que « aujourd’hui la rhétorique contre les Roms est très similaire à celle utilisée par les nazis et les fascistes avant les exterminations de masse des années 1930 et 40. Encore une fois, il est dit que les Roms sont une menace à la sécurité et à la santé publique. Aucune distinction n’est faite entre quelques criminels et l’écrasante majorité de la population Rom. C’est honteux et dangereux. »[22]

Selon la dernière enquête de Human Rights First en matière de crime de haine, les Roms souffrent quotidiennement d’attaques dans la rue et d’autres lieux publics, entre leur habitation, leur lieu de travail et les marchés. Dans un nombre sérieux de cas de violence contre des Roms, les agresseurs se sont rendus dans des quartiers majoritairement habités par des Roms. Ces schémas de violence généralisée sont parfois tant censés causer un préjudice immédiat aux Roms sans distinction d’âge, que causer l’éradication physique de la présence des Roms dans les villes et villages[23].

Europe (Union européenne)[modifier | modifier le code]

Le fait de placer les élèves Roms dans des écoles ou classes séparées reste important et répandu dans les pays d’Europe centrale et orientale[24]. En Hongrie, Roumanie, Bulgarie et en Slovaquie, beaucoup d’enfants Roms sont placés dans des écoles, ou des classes, qui leur sont réservés, mais où le niveau d’éducation est également inférieur à celui des autres écoles[25]. En Hongrie, Bulgarie et Slovaquie, beaucoup d’enfants Roms sont envoyés dans des écoles pour enfants avec problèmes d’apprentissage, que ces écoles leur soient appropriées ou non. En Bulgarie, ils sont envoyés dans des « écoles pour délinquants », où de nombreux droits de l’homme ne sont pas respectés[25].

Une étude des Nations Unies[26] montrait que les Roms d’Europe centrale et orientale, comme ceux de Bulgarie, sont arrêtés pour vol proportionnellement d’avantage que les autres groupes[27]. Amnesty International et des organisations Roms telles que L’Union Rom ont condamné le racisme et les persécutions courantes de la police et des gouvernements[28]. En juillet 2008, un article de Business Week trouvait que les régions où vivent des populations Roms étaient des « occasions manquées en matière d’économie »[29]. Des centaines de personnes du village d’Ostravice dans les montages Beskides ont signé une pétition contre le projet de déplacement de familles Roms d’Ostrava dans leur village, craignant une invasion Rom et que leurs écoles ne puissent pas faire face à l’afflux d’enfants Roms[30].

En 2009, le comité antiracisme des Nations unies soutenait que « les Roms souffrent d’un racisme répandu à travers toute l’Union Européenne » que « les crimes commis en raison de la race sont une expérience quotidienne » pour les Roms, selon l’Agence de l’Union Européenne pour les droits fondamentaux. »[31]

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Démonstration du 1er octobre 2011 contre la violence tzigane après le massacre d'un jeune homme bulgare

En dépit du faible taux de fécondité dans le pays, le ministère de la Santé bulgare envisageait une loi ayant pour but de diminuer le taux de fécondité de certains groupes minoritaires, et notamment celui des Roms, en raison du fort taux de mortalité parmi les familles Roms, qui est typiquement élevé. Ce projet fut abandonné un peu plus tard notamment en raison du conflit engendré entre la législation européenne et la constitution bulgare[32].

République tchèque[modifier | modifier le code]

Pancarte en tchèque datant des années 1920, interdisant l'entrée des Tsiganes itinérants et vagabonds.

Les Roms représentent 2 à 3 % de la population de la République tchèque. Selon Říčan (1998), les Roms représentent plus de 60 % de la population carcérale tchèque et environ 20 à 30 % gagnent leur vie de façon illégale, comme la prostitution, le trafic ou d’autres crimes[33]. Ils sont donc ainsi vingt fois surreprésentés dans les prisons tchèques, si l’on compare avec leur part dans le total de la population.

Le taux de criminalité élevé et le comportement asocial génèrent une hostilité des tchèques envers les Roms. Selon une enquête de 2010, 83 % des tchèques considèrent les Roms comme asociaux et 45 % d’entre eux aimeraient les expulser de République tchèque[34]. La majorité des tchèques ne veulent pas avoir de Roms parmi leurs voisins (presque 90 %, bien plus que pour n’importe quel autre groupe[35]), les voyant comme des voleurs et des parasites sociaux. En dépit des longs délais pour l’adoption d’un enfant, les enfants Roms dans les orphelinats ne sont pratiquement jamais adoptés par les couples tchèques[36]. Après la révolution de velours en 1989 les métiers employant traditionnellement des Roms ont soit disparu, soit été offerts à des travailleurs venus d’Ukraine, Roumanie, Pologne, Slovaquie, Mongolie, ou même du Nigéria.

Alors que l’attitude générale des tchèques envers la minorité Rom est négative, les actes de violences antitziganes sont condamnés par l’opinion publique et réprimés par les autorités. Parmi les cas les plus médiatisés compte l’incendie criminel de Viktov en 2009, lors duquel quatre militants d’extrême-droite blessèrent sérieusement trois vielles femmes Roms. L’opinion publique réagit par des dons aux familles, qui grâce à cet argent purent racheter une nouvelle maison, alors que les coupables étaient condamnés à 18 et 22 ans de prison. Les Roms sont au cœur de l’agenda public des groupes d’extrême-droite en République tchèque, groupes qui répandent l’antitziganisme, notamment par la médiatisation des actes criminels commis par des Roms contre la majorité tchèque, et surtout les cas de meurtres, viols, par exemple le viol et le meurtre d’un garçon de 13 ans à Duchcov[37] ou encore le viol d’une jeune fille de 17 dans une église de Novy Bydzov[38], ou enfin le meurtre brutal d’une femme de 81 ans à Olesnice par un gang d’enfants Roms, qui avaient été envoyés commettre ce crime par le père de l’un d’entre eux, afin de profiter des punitions moindres appliquées aux mineurs[39]. Les groupes d’extrême-droite organisent également des manifestations[40],[41],[42] dans les quartiers où les Roms sont majoritaires, ou organisent encore des « patrouilles criminelles »[43],[44] dans ces mêmes zones. (Il n’y a néanmoins pas de milices à proprement parler, puisque les patrouilles appellent davantage les policiers en aide). L’extrême-droite promeut également le rapatriement volontaire des Roms en Inde, expliquant que l’État tchèque devrait couvrir l’ensemble des frais, y compris l’établissement de nouveaux lieux de vie sur place[45],[46]. Plusieurs organisations Roms en appellent à un projet similaire, néanmoins au lieu d’une relocalisation en Inde, ils défendent une relocalisation en Allemagne, France, Royaume-Uni, Danemark, Suède, Finlande ou en Belgique, dont la République tchèque devrait rembourser l’intégralité des coûts[47].

En janvier 2010, Amnesty International a publié un rapport titré Injustice Renamed: Discrimination in Éducation of Roma persists in the Czech Republic[48]. Selon la BBC, Amnesty International y défendait l’idée que malgré des changements cosmétiques introduits par les autorités, peu d’améliorations réelles ont été recensées ces dernières années en matière de discrimination contre les enfants Roms[49].

Danemark[modifier | modifier le code]

Au Danemark, il y a eu de nombreuses controverses lorsque la ville d’Elseneur décida de placer tous les élèves Roms dans des classes spéciales au sein des écoles publiques. Les classes ont été plus tard abandonnées, notamment après qu’il a été déterminé qu’elles étaient discriminantes, et les élèves Roms ont été remis dans les classes normales[50].

France[modifier | modifier le code]

Voir : Mesures d'éloignement des Roms de nationalité étrangère en France

La France a été la cible de critiques notamment pour son traitement des Roms. À l’été 2010 les autorités françaises ont démoli au moins 51 camps roms illégaux et ont commencé à rapatrier leurs résidents vers leur pays d’origine[51]. Le gouvernement français a été accusé de mener ces actions dans un seul but politique[52].

Allemagne[modifier | modifier le code]

Après 2005 l’Allemagne déporta vers le Kosovo 50 000 personnes, pour la plupart des Roms. C'étaient des demandeurs d’asile ayant fui leur pays durant la guerre du Kosovo. Les personnes ont été déportées après avoir vécu plus de dix ans en Allemagne. Les déportations ont été hautement controversées : beaucoup des enfants déportés recevaient une éducation en Allemagne, parlaient allemand comme leur langue maternelle, et se considéraient comme allemands[53].

Hongrie[modifier | modifier le code]

En Hongrie, la situation de la minorité rom est très variée sur le plan social et économique, à l'instar de l'ensemble de la population hongroise. Une partie importante des Roms de Hongrie est intégrée aux circuits économiques locaux et nationaux, notamment celle qui habite depuis des générations dans les grandes villes comme Budapest. Une autre partie est identifiée comme constitutive de la grande pauvreté en milieu rural, surtout dans les villages de l'est du pays. Cette pauvreté s'explique par la sous-qualification structurelle d'une bonne partie de la main-d'œuvre, à l'origine d'une exclusion violente du marché de l'emploi dans les premières années qui ont suivi le communisme. Le creusement des inégalités sociales et territoriales a enclenché depuis quelques années un début d'exode rural vers la périphérie des villes hongroises mais aussi plus anecdotiquement vers les pays occidentaux.

La discrimination à l'égard des Roms concerne essentiellement les populations les plus précaires. Elle se traduit par un discours stigmatisant sur le coût du chômage de masse pour la collectivité et notamment une critique virulente des aides sociales auxquelles ils ont accès. Cette critique est reprise par une large partie de la droite (Fidesz-MPSz) et de façon plus radicale par le Jobbik (extrême-droite). La montée des mouvements nationalistes hongrois et le développement de groupes para-policiers dans les campagnes de l'est (la Garde hongroise) ont été à l'origine de tensions fortes contre ces groupes. En 2009, la Hongrie a été le lieu d'une escalade de violences inédite, qui a abouti au meurtre d'un père et de son fils de cinq ans le 23 février à Tatárszentgyörgy, un village du sud-est de Budapest. Leur maison a été incendiée au cocktail Molotov par des groupes non identifiés. Les deux autres enfants de la victime ont été gravement brulées. Des suspects ont été arrêtés et leur procès est actuellement en cours[54]. Afin de se prémunir de ces exactions, des Roms ont fondé une Garde rom à l'image de la Garde hongroise[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George Soulis (1961): The Gypsies in the Byzantine Empire and the Balkans in the Late Middle Ages (Dumbarton Oak Papers) Vol.15 p. 146-147, cited in David Crowe (2004): A History of the Gypsies of Eastern Europe and Russia (Palgrave Macmillan) (ISBN 0-312-08691-1) p. 1
  2. David Crowe (2004): A History of the Gypsies of Eastern Europe and Russia (Palgrave Macmillan) ISBN 0-312-08691-1 p.XI
  3. Crowe (2004) p. 2
  4. Crowe (2004) p. 1, p. 34
  5. Crowe (2004) p. 34
  6. Crowe (2004) p. 35
  7. (en) David Mayall, English gypsies and state policies, vol. 7, Univ of Hertfordshire Press, coll. « f Interface collection Volume 7 of New Saga Library »,‎ 1995, 21, 24 p. (ISBN 9780900458644, lire en ligne)
  8. Crowe (2004) p. 36-37
  9. Crowe (2004) p. 75
  10. Company News Story
  11. a et b (de) Alfred Dillmann, Zigeuner-Buch, Munich, Wildsche,‎ 1905
  12. (en) Patrin 1997, « Truth & Memory »
  13. (en) « Basescu chided for 'gypsy' remark », BBC News,‎ 23 mai 2007 (consulté le 21 juil. 2009)
  14. (en) « Amnesty International – International Roma Day 2011 Stories, Background Information and video material », AI Index: EUR 01/005/2011, Amnesty International,‎ 7 April 2011 (consulté le 15 May 2011)
  15. Amnesty International
  16. Hungary's anti-Roma militia grows | csmonitor.com
  17. roma | Human Rights Press Point
  18. Roma and Ashkali in Kosovo: Persecuted, driven out, poisoned
  19. BHC
  20. IHT.com
  21. Slovakia court compensates Gypsy women : World
  22. Viewpoints by Council of Europe Commissioner for Human Rights
  23. Human Rights First Report on Roma
  24. (en) « The Impact of Legislation and Policies on School Segregation of Romani Children », European Roma Rights Centre,‎ 2007 (consulté le 21 juillet 2009), p8
  25. a et b (en) « Equal access to quality education for Roma, Volume 1 », Open Society Institute - EU Monitoring and Advocacy Program (EUMAP),‎ 2007, p. 18–20, 187, 212–213, 358–361 [PDF]
  26. (en) Andrey Ivanov, Avoiding the Dependence Trap: A Regional Human Development Report, Bratislava, United Nations Development Programme,‎ décembre 2002 (ISBN 978-92-1-126153-0, lire en ligne), « 7 »
  27. (en) Julie Denesha, « Anti-Roma racism in Europe », Amnesty International,‎ février 2002 (consulté le 26 août 2007)
  28. (en) « Romani People: Present Situation in Europe », Union Romani (consulté le 26 août 2007)
  29. Businessweek.com
  30. Centrum.cz (cs)
  31. (en) Ian Traynor, « Gypsies suffer widespread racism in European Union », Guardian, Londres,‎ 23 avril 2009 (lire en ligne)
  32. (en) Ivan Ivanov, « Women’s reproductive rights and right to family life interferance by the Health Minister », Social Rights Bulgaria,‎ 11 octobre 2006
  33. Pavel Říčan, S Romy žít budeme - jde o to jak : dějiny, současná situace, kořeny problémů, naděje společné budoucnosti, Praha, Portál,‎ 1998 (ISBN 9788071784104, lire en ligne), p. 58–63
  34. Češi propadají anticikánismu, každý druhý tu Romy nechce, zjistil průzkum
  35. (en) « Czech don't want Roma as neighbours » (consulté le 15 avril 2007)
  36. What is keeping children in orphanages when so many people want to adopt? - 07-02-2007 - Radio Prague
  37. rape and attempted murder of 13 year old, in which two young Romani boys first explained to the Czech boy, that they will show him "the treatment the gypsies underwent in the concentration camps". Afterwards they beat him, raped him, took his property (i.e. mobile phone) and when he fell unconscious they left him severely wounded on a railway track. While one of the Romani perpetrators couldn't be prosecuted due to his age, the other one was found guilty of sexual abuse, blackmailing, rape, robbery and racially motivated attempted murder. The 16 year old Romani perpetrator was punished with sentence of 10 years in prison, the maximum a minor may obtain in the Czech Republic, see (cs) « Šestnáctiletý Rom dostal za zbití jiného chlapce deset let », Tyden.cz,‎ 2010 (consulté en 2010) The appeal court had however not found the defendant guilty of attempted murder, and sentenced him only to five years in prison, see (cs) « Trest pro romského mladíka, který týral chlapce, se smrskl na půlku », iDNES.cz,‎ 17 mars 2011 (consulté le 17 mars 2011)
  38. For wide criminal activity and a rape by Romani perpetrators in Nový Bydžov, see ČTK, Czech News Agency, Na demonstrace proti Romům v Novém Bydžově míří až 1000 lidí, 10 mars 2011, consulté le 15 mars 2011.
  39. Gang dětských vrahů před soud, 14 mars 2005, consulté le 15 mars 2011
  40. VIDEO: Bitva v Janově - těžká zranění na obou stranách, Ústecký deník, 11 novembre 2008, consulté le 15 mars 2011.
  41. Neonacisté se v Přerově střetli s policií, ČT 24, 4 avril 2009, consulté le 15 mars 2011.
  42. Nový Bydžov mobilizuje kvůli demonstraci extremistů, aktuálně.cz, 10 mars 2011, consulté le 15 mars 2011.
  43. Pochod hlídek Dělnické strany v Janově se obešel bez incidentů, iDNES.cz, 24 janvier 2009, consulté le 15 mars 2011.
  44. (cs) Kočárek Martin, « Hlídky Dělnické strany sociální spravedlnosti navštívily Ředhošť », sur tn.cz,‎ 8 juin 2010 (consulté le 15 mars 2011)
  45. Chtěl v knize vystěhovat Romy do Indie. Dostal podmínku, aktuálně.cz, 26 octobre 2011, consulté le 15 mars 2011.
  46. (cs) Tomio Okamura, « Hon na Bátoru, ostuda politiků a novinářů », iDNES.cz,‎ 1er mars 2011 (consulté le 15 mars 2011)
  47. Roma group wants EU states to admit part of Czech Roma, Prague Daily Monitor, 14 mars 2011, consulté le 15 mars 2011.
  48. Injustice Renamed: Discrimination in Education of Roma persists in the Czech Republic Amnesty International report, janvier 2010
  49. (en) « Amnesty says Czech schools still fail Roma Gypsies », BBC News,‎ 13 janvier 2010 (consulté le 14 janvier 2010)
  50. (en) « Roma-politik igen i søgelyset », DR Radio P4,‎ 18 January 2006
  51. (en) « France sends Roma Gypsies back to Romania », BBC,‎ 20 août 2010 (consulté le 22 août 2010)
  52. (en) « France Begins Controversial Roma Deportations », Der Spiegel,‎ 2010-08-19 (lire en ligne)
  53. Germany Sending Gypsy Refugees Back to Kosovo
  54. (hu) « Egy megdöbbentő gyilkosságsorozat részletei », Index,‎ 25 mars 2011 (consulté le 25 mars 2011)
  55. (en) Erik D'Amato, « Why Fidesz can't profit from "Gypsy crime"? », Politics.Hu,‎ 3 février 2009 (consulté le 3 avril 2009)