Šaban Bajramović

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Šaban Bajramović

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Statue de Šaban Bajramović à Niš, 2010

Informations générales
Naissance 16 avril 1936
Niš
Drapeau du Royaume de Yougoslavie Royaume de Yougoslavie
Décès 8 juin 2008 (à 72 ans)
Serbie Serbie
Activité principale Chanteur, compositeur, acteur
Genre musical Musiques du monde, musique tzigane, blues
Instruments Voix
Années actives 1964 - 2008
Labels Snail Records
Arc Music (en)
World Connection
Site officiel (sr)(en) www.sabanbajramovic.com

Šaban Bajramović, en serbe cyrillique Шабан Бајрамовић (né le 16 avril 1936 à Niš - mort le 8 juin 2008 à Niš) était un musicien serbe d'origine rom. Il est l'auteur de Đelem, đelem (Djelem, djelem), l'hymne des Roms du monde entier[1] et il était surnommé « le Roi des Roms », ou encore « l’homme à la voix d’or » et « le Frank Sinatra des Roms »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Šaban Bajramović naquit à Niš, aujourd'hui en Serbie et, à l'époque, dans le Royaume de Yougoslavie. Il y suivit les cours de l'école primaire pendant quatre ans. Après avoir quitté l'école, il fit son éducation musicale dans les rues. À l'âge de 19 ans, alors qu'il effectuait son service militaire, il déserta pour retrouver la jeune fille qu'il aimait, ce qui lui valut d'être arrêté et condamné à passer cinq ans et demi au bagne de Goli Otok ; c'est là qu'il commença à chanter[2]. Avec l'orchestre de la prison, il interpréta de la musique de jazz, notamment des œuvres de Louis Armstrong, Frank Sinatra et John Coltrane. Il aimait à dire qu'il avait lu 20 000 livres dans sa vie, la plupart d'entre eux en prison[réf. nécessaire]. Il disait également que Goli Otok avait été son Université de la vie, le lieu où il s'était créé sa propre philosophie, ajoutant qu'une personne qui n'a jamais été en prison n'est pas du tout une personne[réf. nécessaire].

Après Goli Otok, Šaban Bajramović commença sa véritable carrière musicale. Il effectua son premier enregistrement en 1964 et fonda son propre orchestre appelé Crna Mamba[3]. Il enregistra par la suite une vingtaine d'albums et plus de 50 singles[4]. Il est en tout l'auteur de près de sept cents compositions[4]. En 2006, il a enregistré son dernier album, Romano raj, dans le studio Hammer de Novi Sad[2]. En mai 2006, il se produisit à Paris, lors du festival Voyage en Tziganie[3]. En 2007, il a enregistré un titre pour l'album Queens and Kings de la Fanfare Ciorcalia[3]. Il a donné son dernier concert à Dubrovnik en 2007, devant un public international[2].

En 2008, il est apparu que Bajramović vivait à Niš dans la pauvreté, avec des problèmes de santé. Le gouvernement de Serbie est intervenu pour l'aider financièrement[5].

Šaban Bajramović est mort à Niš le 8 juin 2008, d'une crise cardiaque. Le président de la République de Serbie, Boris Tadić, a assisté à ses funérailles[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Disparition de Šaban Bajramović : « Le roi est mort ! » », Le Courrier de la Serbie, sur http://balkans.courriers.info, Le Courrier des Balkans,‎ 10 juin 2008 (consulté le 17 juin 2008)
  2. a, b, c et d (sr) Zorica Miladinović, « "Đelem, đelem" do groba », sur http://www.danas.co.yu, Danas,‎ 12 juin 2008 (consulté le 17 juin 2008)
  3. a, b et c (fr) « Saban Bajramovic, chanteur tzigane », sur http://lemonde.fr, Le Monde,‎ 12 juin 2008 (consulté le 17 juin 2008)
  4. a et b (en)(sr) « Biography », sur http://www.sabanbajramovic.com, Site officiel de Šaban Bajramović (consulté le 17 juin 2008)
  5. (hr) « Šaban Bajramović siromašan i teško bolestan », sur http://www.slobodnadalmacija.hr, Slobodna Dalmacija,‎ 6 juin 2008 (consulté le 17 juin 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]