Albert Robida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Albert Robida

Description de cette image, également commentée ci-après

Albert Robida

Naissance 14 mai 1848
Compiègne
Décès 11 octobre 1926
Neuilly-sur-Seine
Activités dessinateur, lithographe, aquafortiste, caricaturiste, journaliste et romancier

Œuvres réputées

  • Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul (1879)

Albert Robida, né à Compiègne le 14 mai 1848 et mort à Neuilly-sur-Seine le 11 octobre 1926, est un dessinateur, lithographe, aquafortiste, caricaturiste, journaliste et romancier français.

Son fils Camille devint un architecte renommé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un menuisier, il étudie pour devenir notaire, mais dans l'ennui de telles études, il s'adonne à la caricature. En 1866, il dessine au Journal amusant puis dans diverses revues. En 1879 il imagine un personnage élevé par des singes, Saturnin Farandoul. En 1880, avec l'éditeur George Decaux, il fonde sa propre revue, La Caricature, qu'il dirige pendant douze ans et dans laquelle Caran d'Ache, Louis Morin, Ferdinand Bac, Job, Maurice Radiguet (le père de Raymond Radiguet) font leurs débuts. Il illustre des guides touristiques, des ouvrages de vulgarisation historique, des classiques littéraires : Villon, Rabelais, Cervantès, Swift, Shakespeare, Les Cent Contes drolatiques d'Honoré de Balzac, les Mille et une nuits. Il fait aussi dans un registre plus léger avec une histoire des maisons closes. Sa renommée s'éclipse quelque temps après la Première Guerre mondiale.

Albert Robida a été redécouvert grâce à sa trilogie d'anticipation :

  • Le Vingtième Siècle (1883) ;
  • La Guerre au vingtième siècle (1887) ;
  • Le Vingtième Siècle. La vie électrique (1890)[1].

Ces ouvrages font de lui un autre Jules Verne, souvent plus audacieux. Contrairement à Jules Verne, il propose des inventions intégrées à la vie courante et non des créations de savants fous. Et chaque fois, il imagine les développements sociaux qui découlent de ses inventions, souvent avec justesse : promotion sociale des femmes (qu'il voit électrices/éligibles, portant le pantalon, fumant, médecins, notaires ou avocates), tourisme de masse, pollution. En 1869, déjà, Robida fait une œuvre d'anticipation avec sa bande dessinée La Guerre au vingtième siècle, campagne de Jujubie, qui décrit la guerre moderne, à base de missiles robotisés et de gaz asphyxiants.

Il invente ainsi le téléphonoscope, un écran plat mural qui diffuse les dernières informations à toute heure du jour et de la nuit, les dernières pièces de théâtre, des cours et des téléconférences.

Outre ses qualités de visionnaire, son œuvre L'Horloge des siècles, avec les changements de paradigmes qu'elle présente, annonçait déjà, selon certains de ses critiques, le Philip Kindred Dick du roman À rebrousse-temps.

Albert Robida est inhumé au cimetière de Croissy-sur-Seine, dans le tombeau familial dessiné par l'un de ses fils, l'architecte Camille Robida[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'œuvre d'Albert Robida comporte au moins 60 livres écrits, tous genres confondus (anticipation, aventure, jeunesse, histoire, tourisme, architecture etc.) et 200 livres illustrés ; il a participé à 70 revues de presse et réalisé environ 60 000 dessins[3].

La Sortie de l'opéra en l'an 2000 d'Albert Robida (v. 1882)
Anticipation
  • Le vingtième siècle, 1883
  • La guerre au vingtième siècle, 1887
  • Le vingtième siècle ou La vie électrique, 1890
  • Voyage de fiançailles au XXe siècle
  • Un chalet dans les airs
  • En 1965[4], 1919-1920
Varia
  • L'Île de Lutèce : enlaidissements et embellissements de la Cité
  • La bête au bois dormant
  • La part du hasard
  • Le voyage de M. Dumollet
  • Les vieilles villes d'Italie : notes et souvenirs, 1878
  • Les vieilles villes de Suisse, 1879
  • Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul[5], 1879
  • La grande mascarade parisienne
  • La fin des livres, avec Octave Uzanne
  • Contes pour les bibliophiles, avec Octave Uzanne
  • Les vieilles villes d'Espagne : notes et souvenirs
  • Un caricaturiste prophète : la guerre telle qu'elle est
  • 1430, les assiégés de Compiègne[6]
  • Paris de siècle en siècle : le cœur de Paris, splendeurs et souvenir
  • Le XIXe siècle
  • Les escholiers du temps jadis
  • Le voyage de M. Dumollet
  • Le roi des jongleurs, 1896
  • Les vieilles villes du Rhin : à travers la Suisse, l'Alsace, l'Allemagne et la Hollande, vers 1910
  • Les cent nouvelles nouvelles
« La Vieille France »

Dessins[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.gutenberg.org/ebooks/35103
  2. Croissy-sur-Seine (78) : cimetière sur le site Cimetières de France et d’ailleurs. Consulté le 1er février 2011.
  3. Biographie et bibliographie d'Albert Robida sur robida.over-blog.com
  4. Publié dans la revue hebdomadaire Les Annales politiques et littéraires, dans douze numéros (du numéro 1896 du 26 octobre 1919 au numéro 1908 du 18 janvier 1920).
  5. Cette œuvre a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Ambrosio Film de Turin.
  6. http://www.gutenberg.org/ebooks/35005

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :