Téléphonoscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le téléphonoscope par Albert Robida

Le téléphonoscope est une invention littéraire de Albert Robida décrite dans son roman Le XXe Siècle. La Vie électrique, publié en 1890. C'est aussi le titre de la revue des amis d'Albert Robida.

Il s'agit d'un écran mural plat qui diffuse les dernières informations à toute heure du jour et de la nuit, les dernières pièces de théâtre, des cours et des téléconférences. Le roman est censé se dérouler en 1952. Avant même l'arrivée du cinéma, de la radio, et bien avant les réseaux informatiques, Robida imaginait ce que l'industrie nous présente aujourd'hui comme étant la « télévision de l'avenir » : distraction, communication, information, le tout accroché comme un tableau au mur du salon.

Bien que la définition précise du téléphonoscope date de 1883, cette invention, sous le même nom, était depuis un certain temps connue. En effet, la rumeur populaire prétendait que Thomas Edison venait de mettre au point une invention servant à communiquer à distance et transmettant autant l'image que le son. Le caricaturiste George du Maurier, grand-père de Daphne du Maurier, avait dessiné un téléphonoscope dans l'almanach 1879 du magazine Punch. On y voyait un couple, dans un salon, en visioconférence avec des personnes situés à l'extérieur.

En fait, Thomas Edison avait bien inventé un téléphonoscope, mais si ce nom avait fait travailler l'imagination, le résultat s'avéra décevant puisqu'il s'agissait de ce que nous nommons aujourd'hui un mégaphone.

Articles connexes[modifier | modifier le code]