J.-H. Rosny aîné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosny.

J.-H. Rosny aîné

Nom de naissance Joseph Henri Honoré Boex
Naissance
Bruxelles (Belgique)
Décès (à 83 ans)
Paris (France)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

J.-H. Rosny aîné, pseudonyme de Joseph Henri Honoré Boex, né le à Bruxelles et mort le à Paris, est un des grands fondateurs de la science-fiction moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance passée à Bruxelles, il suivit des études scientifiques touchant autant aux mathématiques qu'à la physique-chimie et aux sciences-naturelles. Il partit pour Londres en 1874, où il se maria. En novembre 1883, il s'installa à Paris[1]. Il publie, seul, son premier roman en 1886 : Nell Horn de l'armée du Salut. En 1887, il commença alors d'écrire et de publier, avec son frère, sous le pseudonyme de J.-H. Rosny[2]. Pour Pierre Versins, et pour ce qui est des romans et nouvelles de science-fiction, « Il est indéniable que la part de l'aîné fut prépondérante. Son style et sa thématique sont assez reconnaissable. »[3] Un sentiment partagé par Michel Desbruyères pour qui « le talent n'était pas tout à fait également partagé entre [les deux frères...]. C'était manifestement Joseph-Henri [...] qui se trouvait être le véritable créateur. »[4] Son premier ouvrage, Nell Horn de l'armée du Salut (1886), est influencé par le naturalisme. Il fut l'un des signataires du fameux Manifeste des cinq, critiquant Émile Zola. En 1887, il fit paraître Les Xipéhuz, dont l'action se déroule dans une lointaine préhistoire et voit se rencontrer humains et intelligence non-organique (certains commentateurs récents parlent d'extraterrestres, mais rien dans la nouvelle ne permet de prétendre que cette vie minéralo-électrique provient d'ailleurs que de la Terre). Rosny partagera d'ailleurs son « œuvre fantastique » entre récits de science-fiction (dont le terme n'existe pas encore) et récits préhistoriques, comme Vamireh (1892, écrit avec son frère et considéré comme le premier véritable roman préhistorique) et surtout La Guerre du Feu (1909). C'est en 1897, que J.-H. Rosny est nommé chevalier de la légion d'Honneur.

Ses œuvres de « science-fiction » les plus connues comprennent Le Cataclysme (1888, repris en 1896), Un Autre Monde (1895), La Mort de la Terre (1910), La Force mystérieuse (1913), Les Navigateurs de l'infini (1925). Il reçut la Légion d'honneur en 1897. En 1908, les frères Rosny cessèrent de publier conjointement : Joseph-Henri signa dès lors « J.-H. Rosny aîné », et Séraphin-Justin « J.-H. Rosny jeune ».

Dans son testament, Edmond de Goncourt nomma les frères J.-H. Rosny pour faire partie de la Société littéraire des Goncourt. Plus connue sous le nom d'Académie Goncourt, elle a officiellement été reconnue le 1er mars 1900. Le premier Prix Goncourt fut attribué le 26 février 1903. J.-H. Rosny aîné en sera le président de 1926 jusqu'à sa mort en 1940, date à laquelle J.-H. Rosny jeune prend sa succession.

Autres[modifier | modifier le code]

Naturalisé français le 31 mai 1890, il n'a pas renoncé à la citoyenneté belge : Joseph Henri Boex avait donc la double nationalité[5].

Le 5 décembre 1935, les deux frères ont signé une convention littéraire qui attribue formellement les ouvrages écrits en collaboration.

Cette convention a été publiée par Jean-Michel Pottier dans Les Cahiers naturalistes no 70[6]. Elle est reprise et analysée dans le dossier "J.-H. Rosny - Archéobibliographie", publié dans la revue Le Visage Vert n°23, par Fabrice Mundzik[7].

Influence[modifier | modifier le code]

J.-H. Rosny aîné peut être considéré comme un des auteurs fondateurs de la science-fiction. Ses récits cataclysmiques ont été publiés avant ceux de H. G. Wells. Son influence fut considérable : Arthur Conan Doyle a repris la trame de sa Force mystérieuse dans sa Ceinture empoisonnée. Son court roman Les Navigateurs de l'infini (1925), considéré parfois comme son chef-d'œuvre, a introduit le terme d'astronautique. Un autre récit, La Jeune Vampire (1913), décrit le vampirisme comme une modification génétique héréditaire, approche non fantastique (le vampirisme relevant d'une explication scientifique) qui sera reprise en 1954 par l'écrivain américain Richard Matheson dans son roman Je suis une légende[réf. nécessaire].

Son nom a été donné à un prix littéraire de science-fiction de langue française : le Prix Rosny aîné.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J.-H. Rosny aîné, Journal - Cahiers 1880-1897, Du Lérot,‎
  2. Fabrice Mundzik, « J.-H. Rosny - Archéobibliographie », Le Visage Vert, no 23,‎
  3. Pierre Versins, « Rosny aîné J.-H. », Encyclopédie de l'utopie, des voyages extraordinaires et de la science fiction, Lausanne, l'Âge d'homme, 1972, p. 776.
  4. Michel Desbruyères, « J.H. Rosny aîné », in la France fantastique, Paris, éditions Phébus, 1978, p. 383.
  5. Eric Lysøe, Les Kermesses de l'étrange, ou Le conte fantastique en Belgique du romantisme au symbolisme, Nizet,‎
  6. Jean-Michel Pottier, « Le dernier Manifeste. La Convention littéraire de 1935 », Les Cahiers naturalistes, no 70,‎
  7. Fabrice Mundzik, « Que nous enseigne la convention littéraire de 1935 ? », Le Visage Vert, no 23,‎

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Philippe Clermont, Arnaud Huftier et Jean-Michel Pottier (eds). Un seul monde. Relectures de Rosny aîné, Presses Universitaires de Valenciennes, 2010.
  • Vittorio Frigerio, « La Force mystérieuse de Rosny aîné : une fiction anarchiste ? ». Histoires Littéraires 27, 2006, p. 83-97.
  • Vittorio Frigerio, La Littérature de l'anarchisme. Anarchistes de lettres et lettrés face à l'anarchisme, Éditions littéraires et linguistiques de l’Université de Grenoble (ELLUG), Grenoble, 2014, 390 p. ISBN 9782843102714, présentation sur le site de l'éditeur.
  • Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel, 1990, page 176.
  • Fabrice Mundzik, « J.-H. Rosny - Archéobibliographie », Le Visage Vert, no 23, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]