Vanclans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vanclans
Vanclans
Vanclans - Mairie déléguée et maison commune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Pontarlier
Canton Valdahon
Intercommunalité Communauté de communes des Premiers Sapins
Commune Les Premiers-Sapins
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Marie Tarby
2016-2020
Code postal 25580
Code commune 25585
Démographie
Population 210 hab. (2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 04″ nord, 6° 21′ 43″ est
Altitude Min. 690 m
Max. 978 m
Superficie 9,6 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Premiers-Sapins
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte administrative du Doubs
City locator 15.svg
Vanclans

Géolocalisation sur la carte : Doubs

Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 15.svg
Vanclans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vanclans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vanclans

Vanclans est une ancienne commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle des Premiers-Sapins.

Les habitants de Vanclans sont appelés les Vanclanais et Vanclanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Venclens en 1110 ; Vanclens en 1148 ; Vaclans en 1281 ; Voinclans en 1464 ; Vanclans depuis 1551[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Étray Rantechaux Rose des vents
N Passonfontaine
O    Vanclans    E
S
Nods

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges du château de Cicon et de ses deux bourgs castraux situé a 916 mètres.

Véritable nid d'aigle, cité en 1093, sous la forme de castrum sancti mauricis, le château de Cicon a été assiégé, pris et brûlé en 1346 pendant la Guerre des barons comtois.

Restauré, il ne sera définitivement détruit et abandonné que vers 1479, lors des guerres de Bourgogne.

Les archives mentionnent à plusieurs reprises, dans le courant du XVIe siècle, les ruines des château et bourgs de Cicon.

De nos jours, on peut remarquer :

  • un premier double fossé, taillé dans le roc vif, et qui protégeait la basse-cour. Sur cette dernière, une grande citerne (ou plutôt un cellier) carré taillée dans le roc, apparaît aux yeux du visiteur.

Surplombant le fossé, avait été bâtie une première tour carrée encore citée en 1546, mais étant en ruine à cette époque là.

  • un second et profond fossé qui protégeait la partie "seigneuriale" qui supportait une haute et forte tour carrée (d'après les textes), en fait le donjon, et dont il n'en reste qu'un petit escalier descendant dans les substructures des caves (?).

Un bourg dit "bourg d'en bas" dont on voit encore les vestiges était situé au pied du donjon. Le bourg dit "bourg d'en haut" était situé non loin de la ferme de Beauregard. Un accès rapide a été pratiqué dans le roc vif, et permettait d’accéder au château depuis le "bourg d'en bas".

Le site a été quelque peu «défiguré » et des vestiges détruits par l'implantation d'une ligne à haute tension.

Aujourd'hui, le lieu a été aménagé avec des escaliers et une table.


Panorama depuis les vestiges du château de Cicon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Pierre Andrez    
mars 2008 novembre 2012 Joseph Chanez[2]    
décembre 2012 31 décembre 2015 Jean-Marie Tarby UMP-LR Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Liste des maires délégués successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Jean-Marie Tarby UMP-LR Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 210 habitants, en augmentation de 0,96 % par rapport à 2008 (Doubs : Erreur d’expression : opérande manquant pour *, %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
242195287306286288272313326
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330320317324324313350329325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
308311311274274259265257231
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
223245248201172171199208210
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église : dédiée à Notre-Dame-des-Anges et édifiée en 1838.
  • Au-dessus du lieu-dit la Vèche se trouve le monument F.F.I.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 6, BESANÇON, CÊTRE,
  2. Décédé en cours de mandat.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .