Le Pantalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Pantalon

Réalisation Yves Boisset
Scénario Alain Scoff
Yves Boisset
Acteurs principaux
Sociétés de production France 2
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Film de guerre
Durée 90 minutes
Première diffusion 1997

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Pantalon est un téléfilm français réalisé par Yves Boisset et diffusé en 1997 d'après le livre d'Alain Scoff.

Résumé[modifier | modifier le code]

Depuis , la Première Guerre mondiale s'enlise dans la guerre de position sur le front de l'Ouest. Fantassin au 60e régiment d'infanterie, Lucien Bersot, maréchal-ferrant et jeune père de famille, fait son devoir de citoyen au front. Il attend impatiemment sa prochaine permission pour revoir sa famille. Mais le destin, sous la forme d'un pantalon, en décide autrement. En effet, au moment de s'équiper avant de monter au front, on lui attribue un pantalon de treillis blanc, au lieu du pantalon garance qui fait partie de l'uniforme de l'armée française : il n'y en avait plus à sa taille. Lors de la revue de la troupe, un officier exige qu'on lui octroie un pantalon réglementaire, or celui que le sergent fourrier propose à Bersot est taché de sang, déchiré, car il a été récupéré sur un cadavre : Bersot refuse de le porter. Ce refus lui vaut d'être emprisonné jusqu'à son passage prévu en cour martiale. Deux camarades de Bersot protestent contre cette injustice et en informent le lieutenant à l'origine de sa mise en accusation. L'entrevue tourne au malentendu et les deux soldats sont enfermés eux aussi. Le colonel Auroux, sur la foi de rumeurs selon lesquelles des soldats auraient refusé de monter à l'assaut, veut faire un exemple.

Le procès des trois hommes qui s'ensuit est une parodie de justice car le colonel, qui préside la cour, abuse de son pouvoir pour réfuter l'argumentation des soldats ainsi que celle de leur défenseur. La cour condamne les compagnons d'armes de Bersot aux travaux forcés et ce dernier à la peine capitale. Le défenseur de Bersot, le lieutenant Guérin, l'ayant vu combattre, tente de le sauver en allant demander sa grâce au général de corps d'armée. Malheureusement, l'artillerie ennemie pilonne le chemin par où revient Guérin, qui est tué. Le soldat Bersot est fusillé le lendemain à l'aube pour l'exemple devant les nouvelles recrues et le reste de ses camarades.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lieux du tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné en Belgique, aux châteaux de La Hulpe, de Rixensart, de Grand-Bigard, et dans les anciens abattoirs de Mons.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le film est basé sur l'histoire réelle de Lucien Bersot. Ce dernier a été réhabilité par la Cour de cassation le , et son nom a été ajouté au monument aux morts de son village natal d'Authoison.

Festivals[modifier | modifier le code]

  • Ramdam Festival - édition 2015 : le film a figuré en sélection officielle dans la catégorie « Rétrospective » ; il a reçu le prix du film le plus dérangeant de cette catégorie, prix remis par les organisateurs du festival à la suite de l'annulation de celui-ci pour cause de menaces terroristes.

Liens externes[modifier | modifier le code]