Hangar Y

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hangar Y
Image dans Infobox.
Le hangar Y en 2021.
Présentation
Type
Hauteur
Longueur : 70 m
Largeur : 24 m
Hauteur : 20 m
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Avenue de TrivauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Emplacement
Domaine national de Meudon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg

Le hangar Y est un hangar à dirigeables situé à Meudon, près de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

La France dans le hangar Y.

Le hangar Y est nommé ainsi car il figurait sous la lettre Y de certains plans. Il fut construit dans l'Établissement Central de l'Aérostation Militaire au parc de Chalais. Ses dimensions sont de 70 mètres de long, 24 mètres de large et 20 mètres de haut.

C'est le premier hangar à dirigeables au monde et un des seuls encore debout. La France, le premier ballon dirigeable à réaliser un circuit fermé, y a été construit par Charles Renard et Arthur Constantin Krebs. Le vol s'effectua en 1884 au-dessus de la forêt de Meudon et de Villacoublay[3].

Des portiques métalliques créés par l'ingénieur Henri de Dion, fabriqués pour l'Exposition universelle de 1878 (galerie annexe de la salle des machines françaises) sont utilisés dans la construction du hangar[3]. La structure a été surélevée pour sa nouvelle utilisation, des appentis latéraux y sont ajoutés.

Au début, le hangar n'avait pas de mur pignon d'un côté, afin de laisser sortir les dirigeables. Il en a été ajouté un par la suite pour servir de 1921 à 1977 de musée de l'Air, avant que celui-ci ne déménage au Bourget.

En 1949, peu après la guerre, l'As français Pierre Clostermann fut invité par Jean Dollfus, conservateur du Musée de l'Air, à visiter le Hangar Y[4] visite commentée dans un article paru dans Point de vue, Images du Monde.

Marc Chagall y travailla en 1964, non pour y peindre, mais pour y assembler les différentes parties du plafond de l'Opéra Garnier.

Le hangar Y est classé au titre des monuments historiques depuis le [2].

Situation contemporaine[modifier | modifier le code]

Abandon progressif[modifier | modifier le code]

Le , le site, symbole des activités aéronautiques de la région, fut inscrit par la France sur sa liste indicative nationale pour une inscription à la liste du patrimoine mondial[3]. La même année, le dirigeable Voliris 900 y effectua des essais de gonflage.

Jean-Pierre Jeunet y a tourné des scènes d'Un long dimanche de fiançailles en 2003[5].

En 2007, le site est en piteux état avec ses vitres brisées du fait de la déformation des châssis. Il ne peut être exploité sans une sérieuse restauration, il fait partie du plan de relance 2009[6].

Projet de réhabilitation en centre de tourisme d'affaire[modifier | modifier le code]

En avril 2016, la DRAC lance un appel à manifestation d'intérêt publié. Aucun appel à projet n'est lancé. En juillet 2016, le DRAC choisit Culture et Patrimoine, seul candidat.

Le 30 octobre 2018, l'État signe un bail emphytéotique de valorisation au bénéfice de la société HY Immobilier, entreprise ad hoc créée par Culture et Patrimoine dont le capital est détenu à 100 % par CPO Immobilier. Ce dernier est conclu pour une durée de 35 ans dans des conditions contestées par l'opposition municipale et plusieurs associations[7] au regard du faible loyer, et de l'absence de concurrence effective.

Le projet est de faire un lieu « à destination du grand public et du tourisme d’affaire de l’ouest parisien »[8].

En mars 2021, la société Art Nova du groupe du milliardaire Frédéric Jousset rachète les actions de HY Immobilier.

La fondation culturelle Art Explora[9] s’installera en septembre 2022.

Galerie[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail, OpenStreetMap et Google Maps
  2. a et b « Domaine national de Meudon », notice no PA00088117, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. a b et c Hangar Y, UNESCO.
  4. Pierre Clostermann commente sa visite du Hangar Y (1949), Point de Vue Images du Monde (28 avril 1949)
  5. Audrey Emery, Le Hangar Y sur le site du Point (consulté le 3 février 2014)
  6. « Le Hangar Y en cours de rénovation », sur www.aerohistory.org (consulté le ).
  7. « Conditions d’attributions du bail de l’Etat confiant la gestion du Hangar Y », sur Meudon écologie citoyenne (consulté le ).
  8. « hangar Y », sur Culture et Patrimoine (consulté le ).
  9. « Art Explora - Partageons l'art et la culture avec le plus grand nombre » (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

https://www.lefigaro.fr/culture/a-meudon-le-hangar-y-prend-son-envol-20210623 https://www.lejournaldugrandparis.fr/meudon-frederic-jousset-reinvente-le-hangar-y/

Article connexe[modifier | modifier le code]