Marcel Loiseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Loiseau
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 22 ans)
MouillyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Arme
Conflit
Condamné pour

Marcel Eloi Loiseau (Fontenelle-en-BrieMouilly), soldat au 106e régiment d'infanterie, est connu pour avoir été fusillé pendant la Première Guerre mondiale pour abandon de poste et mutilation volontaire, puis réhabilité en 1922 en raison des charges insuffisantes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au hameau du Bois Railler (commune de Fontenelle-en-Brie), il est le fils du cultivateur Félix Eugène Loiseau et de Mathilde Ernestine Fagot[1].

Lui-même cultivateur, il est incorporé le au 106e régiment d'infanterie dans le cadre de son service militaire[2].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la déclaration de guerre, Marcel Loiseau est conscrit depuis presque deux ans. Il est agent de liaison cycliste de son unité.

Le , lors d'une attaque à Vaux-lès-Palameix (Meuse) près de Verdun, il est blessé[3]. Il se rend à l'infirmerie lorsqu'il croise le capitaine Gerard[Note 1], commandant la 1re compagnie du 106e R.I., qui lui donne l'ordre de regagner les lignes malgré sa blessure. Le soldat, qui souffre, désobéit et rejoint l'infirmerie pour se faire soigner. L'officier rédige un rapport et l'accuse de s'être mutilé volontairement. Le , le conseil de guerre de la 12e division d'infanterie condamne Marcel Loiseau à la peine de mort pour abandon de poste et mutilation volontaire. La sentence est exécutée le à Mouilly[4].

Réhabilitation[modifier | modifier le code]

Le , la chambre criminelle de la Cour de cassation constatant qu'il n'y avait pas de charges suffisantes, réhabilite le fusillé. Sa réhabilitation est due, en partie, à l’action de la Fédération de l’Aisne des associations de mutilés, veuves et anciens combattants[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Orthographié "Girard" dans quelques pièces de procédure de la Cour de cassation. Jean Joseph Gustave Gerard est né le 29 mars 1877 à Contreuve (Allier) et se suicide, le 30 janvier 1916 à l'hôpital militaire de Vitré (Ille-et-Vilaine).

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]