Delicatessen (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Delicatessen
le mot "DELICATESSEN" en capitales jaunes, avec en fond ce qui semble être un gros plan sur un mur rouge un peu défraîchi

Réalisation Marc Caro
Jean-Pierre Jeunet
Scénario Gilles Adrien
Marc Caro
Jean-Pierre Jeunet
Musique Carlos d'Alessio
Acteurs principaux
Sociétés de production Constellation
UGC
Hachette Première
Victoires Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie horrifique et satirique
Durée 99 minutes
Sortie 1991


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Delicatessen est un film français réalisé par Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet et sorti en 1991. Il s'agit du premier long métrage réalisé par Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Uniforme du singe savant.

Dans une France post-apocalyptique, Louison, un ancien clown, est engagé comme concierge dans un hôtel. Le quartier est peuplé entre autres de « troglodistes », d'un boucher, d'un éleveur de grenouilles et de fabricants de boîte à meuh. Sur fond de guerre et de terrorisme, le voyageur va découvrir l'amour.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Clap du film.

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Il s'agit du premier long métrage réalisé par Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet, après plusieurs courts métrages. Les deux hommes avaient d'abord tenté de mettre sur pied leur projet La Cité des enfants perdus. Jugé trop couteux, ils se concentrent sur un autre film. Jean-Pierre Jeunet a eu l'idée du personnage boucher cannibale à l'époque où il habitait au-dessus d'une boucherie et qu'il l'entendait crier et couper de la viande très tôt le matin. Par ailleurs, l'idée du film lui était venu lors d'un voyage aux États-Unis en 1988 : il avait trouvé la nourriture tellement horrible qu'il trouvait qu'elle avait peut-être le goût de la chair humaine[2].

Marc Caro officie ici comme directeur artistique et Jean-Pierre Jeunet comme réalisateur. Ils ont conçu tout le film ensemble avec une grande complémentarité. Ils réalisent un travail commun de préparation colossal et développent un livret « script et storyboard ». Marc Caro dessine chaque plan d'après les descriptions et le découpage de son collègue[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Chick Ortega et Dominique Pinon avaient déjà été dirigés par Jean-Pierre Jeunet dans le court métrage Foutaises (1989).

Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro ont choisi l'acteur Jean-Claude Dreyfus après l'avoir repéré dans la série de publicité pour la marque Marie, où il jouait de façon tonitruante le personnage de « Monsieur Marie », coach culinaire qui intervenait au débotté chez la ménagère pour promouvoir et conseiller les produits de la marque.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage se déroule dans d'anciens entrepôts de la Seita à Pantin. Pour des raisons budgétaires, les vastes hangars sont transformés en studio de cinéma[3].

Delicatessen utilise des effets spéciaux novateurs pour l'époque et pour un film français. Des retouches numériques sont ainsi employées pour les scènes où figure « l'Australien » (l'étonnant coutelas-boomerang de Louison). Les scènes se déroulant dans les boyaux souterrains des égouts nécessitèrent trois semaines de contrôle du mouvement (motion-control), procédé de manipulation de la caméra par ordinateur interposé[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film figure dans l'ouvrage 1001 films à voir avant de mourir[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[4]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Delicatessen plonge le spectateur dans un univers étrange, inquiétant et burlesque, proche de la bande dessinée. Il met en scène des personnages atypiques, servis par des « gueules » du cinéma français (Jean-Claude Dreyfus, Dominique Pinon, Rufus, Ticky Holgado). Le film est caractérisé par un univers sombre et poétique propre aux deux réalisateurs, que l'on retrouve dans La Cité des enfants perdus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Delicatessen sur l’Internet Movie Database (section « Dates de sortie »)
  2. a et b (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  3. a b et c Secrets de tournage - Allociné
  4. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :