Mikhaïl Kalatozov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mikhaïl Kalatozov
Description de cette image, également commentée ci-après
Timbre et enveloppe commémoratifs pour le 100e anniversaire de la naissance de Mikhaïl Kalatozov
Nom de naissance Mikheïl Kalatozichvili
მიხეილ კალატოზიშვილი
Naissance
Tiflis (actuellement Tbilissi, Drapeau de la Géorgie Géorgie), Empire russe
Nationalité Drapeau Soviétique
Décès (à 69 ans)
Moscou, Union soviétique
Profession Réalisateur
Films notables Quand passent les cigognes,
Soy Cuba

Mikhaïl Konstantinovitch Kalatozov (en russe : Михаил Константинович Калатозов) ou Mikheïl Kalatozichvili (en géorgien : მიხეილ კალატოზიშვილი) est un réalisateur d'origine géorgienne né le dans l'Empire russe à Tiflis (actuellement Tbilissi, Géorgie) et mort le à Moscou. Il est célèbre pour avoir réalisé Quand passent les cigognes (Palme d'Or du Festival de Cannes en 1958) et Soy Cuba.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi des études d'économie, il reçoit en 1937 le diplôme de l'Académie des Arts de Leningrad.

Il débute au cinéma comme acteur puis poursuit comme opérateur pour des films comme Guioulli en 1927. Il participe ainsi à une douzaine de films jusqu' en 1930. Dans le même temps, il est proche des avants-gardes futuristes et formalistes[1].

En 1929, il se rend en Géorgie pour réaliser une fiction, qui sera cependant refusée par la censure au titre de son « formalisme ». Il tire néanmoins de la région, l'année suivante, un documentaire intitulé Le Sel de Svanétie[1].

Un an plus tard, son film La Griffe dans la botte ou Le Clou dans la botte est interdit. On lui reproche à nouveau son « formalisme », mais aussi de donner une vision trop sombre : le soldat soviétique échoue en effet à faire accomplir sa mission. Kalatozov est alors écarté des travaux de réalisation et est "mis au placard" dans des tâches administratives[1].

De 1941 à 1945, il est attaché culturel à Los Angeles et de 1946 à 1948, il est vice-ministre du cinéma de l'URSS. Le prix Staline de 2e classe lui est décerné en 1950, pour le film Le Complot des condamnés tiré de la pièce éponyme de Nikolaï Virta qui signe le scénario. Le film recevra également un prix spécial de la Paix au Festival international du film de Karlovy Vary la même année. Kalatozov remporte la Palme d'Or du Festival de Cannes en 1958, avec Quand passent les cigognes. Son film Soy Cuba traitant de la révolution cubaine est oublié puis est redécouvert dans les années 1990. En 1967, il est réalisateur aux studios Mosfilm.

Il est le père de Georgui Kalatozichvili et le grand-père du réalisateur Mikhaïl Kalatozichvili.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Tombe de Kalatozov au cimetière de Novodiévitchi

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Films de fiction
Documentaires

Scénariste[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c François Albera, « Le retour de Kalatozov. Coffret Mikhaïl Kalatozov », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [En ligne], 77 | 2015, mis en ligne le 29 janvier 2016, consulté le 22 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/1895/5087

Liens externes[modifier | modifier le code]