Sandra Oh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oh.
Sandra Oh
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance Sandra Miju Oh
Naissance (48 ans)
Ottawa (Ontario,
Canada)
Nationalité Drapeau du Canada Canadienne
Profession Actrice
Films notables Sous le Soleil de Toscane
Sideways
Catfight
Dancing at the Blue Iguana
Séries notables Arliss
Grey's Anatomy
Killing Eve
Site internet http://www.sandraoh.com/

Sandra Oh [ˈsændɹə oʊ][1], née le à Ottawa, est une actrice canadienne.

Elle se fait connaître du grand public grâce à son rôle de Cristina Yang dans Grey's Anatomy puis de Eve Polastri dans Killing Eve. Son interprétation lui permet de remporter le Screen Actors Guild Awards et le Golden Globe Awards de la meilleure actrice de série télé dans un second rôle dramatique. Elle est également nommée à 5 reprises lors des Emmy Awards.

Elle opère ensuite un retour au premier plan, en tenant la vedette de la série Killing Eve qui fait d'elle la première actrice d'origine asiatique à prétendre pour le Primetime Emmy Award de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique ainsi que la première à présenter et recevoir un second prix lors de la 76e cérémonie des Golden Globes.

Tout au long de sa carrière, elle joue dans des productions acclamées par la critique et se fait remarquer au théâtre, ce qui lui permet de remporter, entre autres, le Prix Génie de la meilleure actrice, le Theatre World Awards et elle a notamment été élue Meilleure actrice lors du Festival international du film de Vancouver.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Née à Ottawa, en Ontario, le 20 juillet 1971, de parents d'origine coréenne, son père Joon-Soo (John) et sa mère, Young-Nam. Elle a un frère et une sœur, Ray et Grace.

Ses parents ont quitté la Corée pour le Canada dans les années 1960[2].

Elle a commencé à apprendre la danse classique à quatre ans. À 10 ans déjà, elle se produit sur scène et joue dans la comédie musicale The Wizard of Woe[3].

Au lycée, elle est présidente du conseil des étudiants. Elle joue également de la flûte et poursuit sa formation d'actrice et de danseuse de ballet mais finit par se concentrer uniquement sur la comédie, estimant qu'elle n'était pas faite pour être une danseuse professionnelle[4]. Sandra fait ses débuts à l'âge de quinze ans en multipliant les rôles à la télévision, au théâtre et dans des publicités.

Débuts et révélation critique (1994-2004)[modifier | modifier le code]

Après avoir passé trois ans à l'École nationale de théâtre du Canada à Montréal, elle a participé au casting libre puis obtenu le rôle principal de The Diary of Evelyn Lau (« Le journal d’Evelyn Lau ») de Sturla Gunnarsson alors qu'elle était en compétition avec mille autres jeunes filles et pour lequel elle a par la suite remporté le « Fipa d’or de la meilleure actrice » lors du Festival de Cannes FIPA 1994. Elle a en outre été nommée au Gemini Award de la meilleure actrice[5].

En 1995, elle joue le rôle principal dans le drame canadien Double Happiness, le film reçoit une acclamation de la part des critiques. Roger Ebert fait l'éloge de la bonne interprétation de Sandra Oh[6]. The New York Times rajoute que « l'interprétation de Madame Oh fait de son personnage, une héroïne intelligente et pointue que vous ne serez pas prêt d'oublier »[7]. Elle finit par remporter le Prix Génie de la meilleure actrice[5]. Sandra a impressionné la presse et les spectateurs français quand, après avoir reçu son prix, elle a répondu aux interviews en français, elle est en effet bilingue.

Elle vient ensuite s'installer à Los Angeles en 1996. Elle participe à un épisode de la série télévisée Kung Fu, la légende continue avant de jouer les seconds rôles dans la comédie Bean de Mel Smith. Elle intègre ensuite la distribution régulière de la série télévisée Arliss, pour laquelle elle a remporté le CableACE Award et le Genie Award de la meilleure actrice 1997[5]. Elle incarnera Rita Wu, jusqu'en 2002 et pendant 53 épisodes.

Entre 1998 et 1999, l'actrice continue de recevoir les encouragements et le soutien de la profession, en remportant plusieurs récompenses pour son travail d'actrice, à la fois au cinéma et au théâtre. Elle est élue meilleure actrice lors du Festival international du film de Vancouver 1998; elle décroche un autre Prix Génie, en 1999, pour Last Night; et remporte la même année, le Theatre World Awards de la Meilleure interprétation féminine pour la pièce Stop Kiss[5],[8].

Parallèlement à ses divers engagements, elle continue d'être active au cinéma et se fait à nouveau remarquer dans un drame indépendant : Dancing at the Blue Iguana, avec Daryl Hannah et Jennifer Tilly. Son interprétation d'une stripteaseuse est louée par la critique, New York Times souligne : « l'interprétation tout en justesse de l'actrice qui explore la vulnérabilité de son personnage »[9]. La même année, elle rejoint la comédie familiale Méchant Menteur avec Frankie Muniz et Amanda Bynes, un genre qu'elle connait déjà, puisqu'elle a participé, un an auparavant, à la comédie Princesse malgré elle qui popularise Anne Hathaway. Elle joue également un rôle mineur pour la comédie dramatique Full Frontal avec Julia Roberts et David Duchovny.

En 2003, elle est couronnée de succès grâce au second rôle qu'elle incarne face à Diane Lane pour le drame Sous le soleil de Toscane, suivi d'un autre rôle de soutien, également acclamé par la critique pour Sideways de Alexander Payne, que l'actrice considère comme l'un de ses meilleurs films. Dans le même temps, elle prête sa voix à l'un des personnages du film d'animation Mulan 2.

Grey's Anatomy et succès (2005-2014)[modifier | modifier le code]

Logo de la série télévisée Grey's Anatomy.

En 2005, elle intervient dans plusieurs productions dont le controversé thriller Hard Candy porté par Ellen Page et Patrick Wilson, le drame d'anthologie 3 Needles face à Chloë Sevigny et Olympia Dukakis où elle incarne une religieuse catholique. La même année, elle intègre la série phare de ABC, Grey's Anatomy, en prêtant ses traits au Dr Cristina Yang, brillante interne au Seattle Grace Hospital.

Sandra Oh, en 2010, lors de la manifestation Writer's Guild of America.

La série rencontre un succès fulgurant, critique et public, il permet de révéler l'actrice qui accède à une notoriété publique importante. En plus des récompenses communes, son interprétation est récompensée à de multiples reprises. Elle a, par exemple, remporté un Screen Actors Guild Award et un Golden Globe Award. Tout au long des saisons, son travail est également salué par la cérémonie des Emmy Awards (considérée comme l'équivalent des Oscars pour la télévision), puisqu'elle décroche 5 nominations consécutives au titre de Meilleure actrice de série télé dans un second rôle dramatique[5].

En 2011, elle reçoit son étoile sur le Canada's Walk of Fame, l'équivalent du Walk of Fame à Hollywood[10].

Elle annonce, le 13 août 2013, qu'elle quitte la série à la fin de la saison 10, estimant avoir tout donné et tout raconté concernant son personnage et son évolution. Elle souhaite également se libérer de cet engagement très prenant pour pouvoir se consacrer à d'autres projets[11].

Mis à part son travail sur Grey's Anatomy, elle continue d'être active au cinéma. Elle est à l'affiche du thriller The Night Listener aux côtés des respectés Robin Williams et Toni Collette; de la comédie de super héros Defendor avec Kat Dennings et Woody Harrelson; des drames Ramona et Beezus avec Selena Gomez et Rabbit Hole face à Nicole Kidman et Aaron Eckhart.

Confirmation (2015-présent)[modifier | modifier le code]

En 2016.

L'actrice ne marque pas de pause et enchaîne : Elle décroche un second rôle dans la comédie Tammy portée par Melissa McCarthy, elle y joue l'épouse de Kathy Bates; elle donne ensuite de la voix pour le film d'animation La Bataille géante de boules de neige, sorti en 2015. Cette même année, elle joue les guest-star dans six épisodes de la série Shitty Boyfriends.

Alors qu'elle ne figure plus au casting principal, elle reçoit le People's Choice Awards du personnage de série télé qui manque le plus au public pour Grey's Anatomy. Et elle tient le rôle-titre du drame court The Scarecrow, qui lui permet d'être élue Meilleure actrice dans un court métrage lors du festival du film indépendant d'Hollywood[5].

En 2016, elle s'unit avec la réalisatrice canadienne Ann Marie Fleming pour le long métrage animé Window Horses dans lequel elle prête également sa voix. Cette année-là, elle partage la vedette de la comédie dramatique noire Catfight avec Anne Heche, présentée en avant première au Festival international du film de Toronto[12].

En 2017, elle joue à nouveau les guest, à la télévision, pour la troisième saison de la série d'anthologie American Crime.

L'année d'après, elle présente, lors de la première édition du festival Canneséries, la série télévisée d'espionnage Killing Eve dans laquelle elle occupe le rôle titre aux côtés de Jodie Comer[13],[14]. La série est saluée par la profession et permet à l’actrice de renouer avec les hauteurs de la critique et ainsi, décrocher sa première citation dans une des catégories principales de la cérémonie des Emmy Awards.

En effet, elle devint la première actrice d’origine asiatique à prétendre pour le Primetime Emmy Award de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique[15]. Elle est également proposée dans la même catégorie[16] lors de la 76e cérémonie des Golden Globes dont elle assure la présentation aux côtés d’Andy Samberg[17], catégorie qu'elle remporte le 6 janvier 2019[18]. Le 27 janvier 2019, elle remporte le Screen Actors Guild Award de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique, lors de la 25e cérémonie des Screen Actors Guild Awards[19]. Lors de la 71e cérémonie des Primetime Emmy Awards, l'actrice réalise un nouveau record, en obtenant deux citations, dont à nouveau pour la catégorie de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique, à la suite de la saison 2 de Killing Eve, mais aussi celle de la meilleure actrice invitée dans une série télévisée comique grâce à sa performance dans l'émission populaire Saturday Night Live[20].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sandra Oh est végane et milite avec l'association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals).

Elle fréquente le réalisateur Alexander Payne, pendant 5 ans. Ils se sont mariés en 2003, avant de prendre la décision de rompre en 2005, pour un divorce finalement prononcé en 2006[21].

Sandra Oh donne régulièrement des conférences et anime des ateliers pour le Mark Taper Forum, le Playwrights Horizon, le Women’s Writer’s Workshop, et le LaJolla Playhouse de Michael Grief.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sandra Oh, lors des Golden Globes 2007.

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent des bases de données IMDb[5] et IBDb[8].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en anglais canadien retranscrite selon la norme API.
  2. « 5 choses que vous ne saviez pas sur… Sandra Oh », sur Paris Match,
  3. (en) Brier Dodge, « Sandra oh receives key to the city », sur OttawaCommunityNews.com,
  4. (en) « Sandra Oh on the Challenge of Being Korean in Hollywood », sur Wayback Machine,
  5. a b c d e f et g (en) « Sandra Oh - Awards - IMDb », sur IMDb
  6. (en) « Double Happiness - Review by Rogert Ebert », sur Roger Ebert.com,
  7. (en) Janet Maslin, « FILM REVIEW; A Delicate Asian Flower In a Motorcycle Jacket », sur The New York Times,
  8. a et b (en) « Sandra Oh - Awards - IBDb », sur IBDb
  9. (en) Stephen Holden, « FILM REVIEW; A Club Where Strippers May Also Be Dreamers », sur The New York Times,
  10. (en-US) « Bondar, Reynolds join Canada's Walk of Fame | CBC News », CBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2018)
  11. Départ de Cristina dans Grey's Anatomy Saison 10 Nouveautes-Actu.com
  12. (en) « Catfight (2016) », sur IMDb
  13. « Canneséries : dix séries internationales en compétition au premier festival de séries TV En savoir plus sur https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2018/03/13/canneseries-dix-series-internationales-en-competition-au-premier-festival-de-series-tv_5270239_1655027.html#bitX1Bmzig3tCqM7.99 », sur Le Monde,
  14. Nathalie Chuc, « Patrick Dempsey fait son retour dans une série », sur Le Figaro,
  15. Karl Hardy, « Emmy Awards 2018 : Sandra Oh entre dans l’histoire ! », sur En vedette, (consulté le 14 juillet 2018)
  16. Charlotte Papet, « GOLDEN GLOBE AWARDS 2019 : LES NOMINATIONS », sur Series Addict,
  17. Aymeric Parthonnaud, « Golden Globes 2019 : Sandra Oh et Andy Samberg présenteront la soirée », sur RTL, (consulté le 30 décembre 2018)
  18. « Sandra Oh décroche une victoire historique aux Golden Globes 2019 : son discours émouvant », sur Premiere.fr, (consulté le 7 janvier 2019)
  19. « Les lauréats des SAG Awards », sur Le Point,
  20. (en) Marina Fang, « Sandra Oh’s Awards Streak Continues With Double Emmy Nominations », sur Huff Post,
  21. (en) Ken Lee et Stephen M. Silverman, « Sandra Oh Is Officially Single », sur People Celebrity,
  22. a et b « Comédiennes ayant doublé Sanda Oh en France » sur Doublage Séries Database
  23. a b c et d « Comédiennes ayant doublé Sanda Oh en France » sur RS Doublage

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]