Notre planète

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Notre planète

Titre original Our Planet
Genre Série-documentaire
Création Alastair Fothergill
Keith Scholey
Production

Netflix

Silverback Films
Musique Steven Price
Pays d'origine Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 8
Durée Entre 49 et 52 minutes
Diff. originale en production
Site web ourplanet.com/fr

Notre planète est une série documentaire britannique produite par Netflix et disponible sur sa plateforme de visionnage depuis le [1]. Elle est produite en collaboration avec l'ONGI. Notre Planète est la première série documentaire Netflix produite par Silverback Films, en collaboration avec WWF. Cette dernière, qui est à l’initiative du projet, a également conçu un site d'accompagnement de cette œuvre de sensibilisation expliquant comment agir pour participer à la défense de cet environnement menacé.

La première saison contient huit épisodes d'une durée de 49 à 52 minutes. La version originale est commentée par David Attenborough, rédacteur scientifique , écrivain et naturaliste britannique.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À travers 8 épisodes, Notre planète illustre la vie animale et le monde du vivant tout en expliquant leur importance capitale. La série explique les conséquences d'activités humaines telle que la sur-pêche, la déforestation, etc. Elle montre l’importance cruciale des océans et des forêts. Au fil des huit épisodes, se dresse le tableau du réchauffement climatique, de la pression humaine réduisant les espaces naturels, de la surexploitation des ressources menaçant leur disponibilité. Chaque épisode porte sur un domaine naturel particulier : le monde du vivant est abordé dans son ensemble, avec les problématiques liées aux menaces pesant sur l'environnement, jusqu'au risque de la disparition de certains milieux et de certaines espèces. Mais la série aussi insiste sur le fait que les mesures de sauvegarde prises (comme le moratoire sur la chasse à la baleine adopté en 1982) portent leurs fruits et que cet appauvrissement n'est pas une fatalité. Notre Planète met en évidence la richesse d'écosystèmes variés et leur immense biodiversité.

Épisode 1. Une seule planète (One Planet)[modifier | modifier le code]

[49.49 min]

Cet épisode offre un point de vue général sur la Terre. Des images de jungles, océans, forêts nous montrent sa richesse et ce que nous devons préserver. C’est une mise en perspective générale du royaume animal, des ressources naturelles, du dysfonctionnement environnemental lié à l'activité humaine et des conséquences du réchauffement climatique. Le nom de l’épisode « Une seule planète » montre le besoin de préservation de l’unique planète habitable. À travers des paysages divers et des animaux en tout genre, ce premier épisode brosse un tableau d'ensemble sur le monde du vivant.

Épisode 2. Mondes gelés (Frozen Worlds)[modifier | modifier le code]

[53.52 min]

Dans cet épisode sont montrées les premières conséquences du réchauffement climatique : l'importance des banquises et la fonte de celles-ci. Il porte principalement le focus sur l'île de Géorgie du Sud, les banquises de l'Antarctique et de l'Arctique. À travers plusieurs animaux tels qu'ours polaire, manchot papou, krill, baleine à bosse, orque, albatros hurleur, léopard de mer, éléphant de mer, narval, morse, cet épisode montre de premières conséquences des activités humaines.

Épisode 3. Jungles (Jungles)[modifier | modifier le code]

[51.19 min]

Dans cet épisode est montré l’importance de la vie animale et, par exemple, le danger créé par l'extension des plantations de palmiers à huile. Dans la forêt du bassin du Congo, la Nouvelle Guinée, la jungle de Bornéo, celle des Philippines, la forêt amazonienne, l'épisode suit plusieurs animaux comme panthère nébuleuse, gorille, singes, araignées, orang-outan, éléphant, différentes espèces d’oiseaux telles que paradisier fastueux, paradisier sifflet, plantes, insectes, etc.

Épisode 4. Eaux Côtières (Coastal Seas)[modifier | modifier le code]

[50.09 min]

Le danger de la sur-pêche est l'une des principales problématiques que soulève cet épisode. Filmé principalement sur le littoral de Floride, puis dans différentes mers, en Alaska, plusieurs animaux tels que anchois, dauphin à gros nez, requin, otarie à fourrure, loutre de mer, oursin, labre californien, lion de mer, pygargue, baleine à bosse, mais aussi récifs et barrières de coraux abritant une faune et une flore en danger.

Épisode 5. Des déserts aux prairies (From Deserts to Grasslands)[modifier | modifier le code]

[51.15 min]

Cet épisode fait apparaître comment l'activité humaine, qu'il s'agisse d'agriculture, de pêche, etc. détruit les prairies où vivent de nombreuses espèces. À travers notamment le désert d’Atacama, le désert d’Arabie, Oman et les montagnes du Dhofar, Rub al-Khali, la plaine du Serengeti, et des animaux tels que léopard, cormoran de Socotra, bouquetin, léopard d’Arabie, oryx d'Arabie, éléphant de savane, lion, bison ou aigle, tant les zones arides que les prairies jouent un rôle dans l'équilibre global de la planète.

Épisode 6. Haute mer (The High Seas)[modifier | modifier le code]

[48.53 min]

Dans cet épisode s'intéressant aux zones de haute mer, dauphin, orque, baleine bleue, baleine à bosse, raie, régalec, baudroie des abysses, thon rouge, requin... vivent leurs vies en fonction d'un système dont le premier maillon est le phytoplancton. Dans les abysses, malgré la pauvreté en oxygène, une vie animale parvient elle aussi à se développer.

L'épisode soulève une nouvelle fois les conséquences de la pêche intensive mais aussi le réchauffement climatique qui dérègle gravement la chaîne alimentaire. Le vide laissé par la raréfaction de certaines espèces fait place à des espèces invasives telles que les méduses.

Épisode 7. Eau douce (Fresh Water)[modifier | modifier le code]

[49.05 min]

L'épisode montre l'importance cruciale des eaux douces. Au cœur du désert australien avec son lac temporaire du Kati Thanda, dans les régions polaires, ou encore en Floride... des écosystèmes complexes s'érigent autour de cette ressource précieuse. Pélican, saumon, ours, loutre... en sont les hôtes.

Épisode 8. Les forêts (Forests)[modifier | modifier le code]

[48.29 min]

La forêt boréale, les grandes forêts de sequoias de Californie, les Ghats occidentaux en Inde, le Miombo, les forêts de Madagascar... sont des espaces riches de vie, montrant une résilience importante de la nature. Cet épisode invite à réfléchir sur l'importance des forêts, « poumons de la Terre », peuplées d'espèces telles que tigre de Sibérie, sanglier, pygargue, macaque à queue de lion, calao bicorne, lycaon, lémuriens, fossa... Le danger de la réduction de leur habitat, celui de la surexploitation des terres et de la monoculture, celui du réchauffement climatique menacent leur survie. Mais la série se conclue sur la conséquence inattendue du désastre de Tchernobyl : la zone d'exclusion autour de la catastrophe nucléaire, trente ans plus tard, est envahie par la forêt et la ville fantôme s'y est repeuplée d'une nouvelle nature dont seul l'homme semble absent...

Production[modifier | modifier le code]

Le , l'équipe de Planète Terre annonce qu'une série documentaire de 8 épisodes sera proposée au public en 2019[2]. Ces documentaires sont réalisés durant 4 ans, cumulant 1 460 jours de tournage dans 50 pays différents, avec une équipe de plus de 600 membres. Ils se concentrent plus particulièrement sur la diversité des écosystèmes à travers le monde, des étendues sauvages de l'Arctique à celles de l'Antarctique, des profondeurs océaniques aux côtes, des zones forestières tropicales ou équatoriales à celles des zones tempérées, et des zones désertiques aux prairies des différents continents.

En , la série est annoncée pour le sur la plateforme Netflix[3]. David Attenborough est annoncé comme narrateur de la version originale. En français, la narration est assurée par Jacques Frantz[4].

Critiques[modifier | modifier le code]

La première saison reçoit des critiques majoritairement positives. Le site Le Figaro.fr écrit que « La défense de l'environnement a sa place sur Netflix ».

Sur l'agrégateur de note Metacritic, la série se voit attribuer la note de 83/100 sur la base de 10 critiques professionnelles, elle est notée 8,9/10 par les utilisateurs du site[5].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Une polémique a fait surface concernant la scène des morses qui se jettent dans le vide dans l'épisode 2 de la série, Frozen Worlds. Elle concerne la problématique des morses obligés de trouver des terres sèches non occupés sur une falaise, en raison de la fonte continue de leur habitat de glace, et qui en redescendent au péril de leur vie[6],[7]. La série a été accusée de « pornographie éco-tragique » (« eco-tragedy porn »)[8],[9], critique visant cette scène qu'ils qualifient de « trompeuse »[10].

Une partie du problème tient au fait que Netflix a coupé et monté des séquences d’événements distincts, donnant l’impression qu'il s'agit d'une même scène. La productrice Sophie Lanfear confirme que « la séquence comprend des images de deux lieux géographiques séparés »[11]. La zoologue Susan Crockford et Patrick Moore, un membre fondateur de Greenpeace, tous deux associés à l'Institut Heartland, l'ont qualifié de « hors contexte »[12],[13]. Il y a eu des accusations selon lesquelles des drones ou d'autres équipements de tournage auraient effrayé les morses[14].

Les producteurs considèrent la séquence des morses comme « l'histoire la plus tragique qu’ils aient trouvée au cours de quatre années de tournage »[15]. Shaye Wolf, directrice de la science du climat du Centre pour la diversité biologique à Oakland, insiste sur le fait que « les morts de morses présentées dans Notre planète deviennent de plus en plus courantes, à mesure que la glace de mer dont ils dépendent fond plus rapidement que prévu »[16].

Musique[modifier | modifier le code]

Steven Price signe la musique des 8 épisodes de cette série documentaire. On y entend la chanson originale "In This Together" coécrite par Price & Ellie Goulding.

La BO est disponible en CD ou en version digitale et cumule 22 titres sur 2 disques.

Disque 1:

  1. This Is Our Planet
  2. The Numbers Build
  3. They Work as a Team
  4. The Importance of This River
  5. An Ingenious Technique
  6. The Ocean Returns the Favour
  7. Baby Blue
  8. Regeneration
  9. An Unknown Signal
  10. Too Big to Argue With
  11. Frozen Worlds
  12. Mayflies
  13. Great Rolling Waves
  14. Crucial to Their Survival
  15. Every Year There Are Others
  16. Where Life Gathers
  17. The Perfect Gift
  18. The Oceans Belong to Us All

Disque 2:

  1. Deserts and Grasslands
  2. The Mighty Mekong
  3. Corals
  4. Leaf Cutters
  5. Chernobyl
  6. Into the Woodlands
  7. Signature Moves
  8. Every Other Breath You Take
  9. Arctic Refugees
  10. A Sudden Turn
  11. A Nest of Bubbles
  12. He Wins Her Approval
  13. Majestic Submarine Forests
  14. They Came Back
  15. We Must Preserve What's Left
  16. Ice Caves
  17. Mythical Creatures Follow
  18. They Have Come to a Desert
  19. This Glacial Ice
  20. A Greater Resilience
  21. The Next Twenty Years
  22. In This Together - Ellie Goulding and Steven Price

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Notre planète | Site officiel de Netflix », sur www.netflix.com (consulté le )
  2. (en-GB) Ben Beaumont-Thomas, « Planet Earth team head to Netflix for epic new series Our Planet », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  3. (en-GB) Jim Waterson Media editor, « David Attenborough to present Netflix nature series Our Planet », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  4. « Notre Planète : le nouveau docu-série engagé de Netflix à regarder impérativement - Biba Magazine », sur Biba Magazine, (consulté le ).
  5. (en) « Page Metacritic de Notre planète », sur metacritic.com (consulté le )
  6. (en) « Our Planet | Walrus | Behind the Scenes | Netflix », YouTube (consulté le )
  7. Perrie, « Viewers Are Being Broken By The Walrus Scene From Netflix's Our Planet », LADbible, (consulté le )
  8. https://www.theaustralian.com.au/world/netflix-series-our-planet-accused-of-fake-climate-change-claims/news-story/c6c4dfd006bdad17cb4ea7acd55a5aba?nk=67dc773b03d80afa4d24c7b22ed27be7-1555264484 "Netflix’s acclaimed Our Planet series has come under fire for “tragedy porn” over images of walruses falling to their deaths from cliff tops"
  9. Charlotte Edwards, « SOUR PLANET Netflix accused of ‘eco-tragedy porn’ after animal expert claims it LIED about death of walruses in new David Attenborough documentary », The Sun (United Kingdom),‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « we know that walruses reach the top of cliffs in some locations and might fall if startled by polar bears, people or aircraft overhead, not because they are confused by shrinking sea ice cover. »

  10. (en) Thinus Ferreira, « Netflix faces backlash over walrus death-plunge scene in David Attenborough’s 'Our Planet' doc series », News24,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le ) :

    « Research and environmental critics have come out to say the Netflix narrative over the true nature of the scene is misleading »

  11. (en) ED YONG, « The Disturbing Walrus Scene in Our Planet », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « This confusion arises from the ways in which documentaries elide space and time. Lanfear clarifies that the sequence includes footage from two separate beaches—one with the 100,000-strong congregation and one with the falls. »

  12. « NETFLIX DEFENDS GRAPHIC WALRUS SCENE IN 'OUR PLANET' », TMZ,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Some critics accuse the producers of emotional manipulation and twisting facts … and that includes some zoologists and prominent environmentalists, who claim the walrus scene is out of context. »

  13. « After complaints from parents, Our Planet director defends footage of walruses plummeting to their death », Canadian Broadcasting Corporation,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « Some scientists have questioned the program's correlation between climate change and the walruses falling, arguing that walruses were falling off cliffs before sea ice started receding. »

  14. Ally Foster, « Allegations Netflix film crew lied about what caused mass walrus deaths », news.com.au - News Corp,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « There have also been accusations that the film crew blocked the walruses exit and spooked the animals with their drones and other equipment. A US Fisheries spokesman said walruses can flee en masse in response to “the sight, sound and especially odours from humans and machines” »

  15. Damian Whitworth, « David Attenborough’s Our Planet: Walruses plunging to deaths become new symbol of climate change », The Times,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « the plight of the walruses is regarded by the producers as the most powerful story they found during four years of filming. “It was really traumatic. »

  16. Shaye Wolf, « Walruses Are Jumping Off Cliffs to Their Deaths—Yes, Because of Climate Change », Common Dreams,‎ (lire en ligne, consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]