Chicken Run

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chicken Run
Titre québécois Poulets en fuite
Réalisation Peter Lord
Nick Park
Scénario Peter Lord
Nick Park
Karey Kirkpatrick
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Durée 84 minutes
Sortie 2000

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chicken Run (ou Poulets en fuite au Québec) est un film britannique d'animation en volume de Nick Park et Peter Lord sorti en 2000, produit par le studio Aardman.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ginger est une poule pondeuse dans un poulailler anglais. L'endroit comporte plusieurs baraquements en bois, enclos par un grillage surmonté de fil de fer barbelé. Il est géré par le couple Tweedy, dont la femme est méchante et acariâtre et le mari faible et poltron. Ginger y vit avec ses semblables et un vieux coq radoteur qui a fait partie de la RAF, l'armée de l'air britannique. Lassée de son absence de liberté, de sa vie monotone et du risque de finir dans l'assiette des propriétaires, l'énergique et volontaire Ginger tente régulièrement de s'enfuir, mais se fait rattraper chaque fois. Son objectif est de faire évader toutes ses congénères.

M. et Mme Tweedy décident d'abandonner la vente des œufs, peu rentable, et achètent une machine capable de préparer de façon industrielle des tourtes au poulet. Lorsque les poules s'aperçoivent de leur probable devenir, elles redoublent d'efforts pour mener à bien leur évasion.

Elles se reposent un temps sur Rocky, un coq américain hâbleur échappé d'un cirque, arrivé dans le poulailler par la voie des airs. Les poules s'imaginent qu'il sait voler, et passent un marché avec lui : s'il leur dispense des cours de vol, elles le cachent pour qu'il ne soit pas renvoyé dans le cirque.

Ginger est choisie par les exploitants pour tester l'appareil à fabriquer les tourtes. Elle parvient heureusement à contourner les systèmes et à saboter l'engin, aidée par Rocky qui risque sa propre vie pour sauver la sienne.

S'étant blessé une aile lors de son atterrissage, Rocky ne pouvait faire de démonstration de vol, mais une fois guéri, il s'évade en secret. Lorsque les poules s'aperçoivent de sa disparition, elles comprennent qu'il leur a menti, et qu'il utilisait un canon dans son numéro de cirque pour être propulsé dans les airs.

Pendant que M. Tweedy répare la machine à tourtes, Ginger prend alors la direction des opérations, fait construire un avion de bric et de broc, et parvient à décoller in extremis. Les poules sont aidées par Rocky qui, pris de remords, est revenu. L'avion atterrit finalement sur une île verdoyante, refuge idéal pour toute la troupe.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

1er doublage[modifier | modifier le code]

Source : Voxofilm[1] et RS Doublage[2]

2e doublage[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

C'est ce film et sa technique d'animation qui ont inspiré le concept et les personnages des Têtes à claques créées par Michel Beaudet[3].

On y trouve de très nombreuses références au film La Grande Évasion, notamment en ce qui concerne les baraques qui sont similaires, le tunnel qui est clairement le même, le fait que Ginger fasse rebondir une balle pour passer le temps au cachot, la musique, etc, mais aussi à d'autres films du même genre tels que Les Indomptables de Colditz et Stalag 17.

La révolte des animaux dans une ferme, provoquée par un meneur, fait peut-être vaguement référence à La Ferme des animaux de George Orwell.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]