Basilique Saint-Martin de Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Martin-de-Tours)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir basilique Saint-Martin et collégiale Saint-Martin.
Basilique Saint-Martin de Tours
Image illustrative de l'article Basilique Saint-Martin de Tours
Présentation
Culte catholique
Type Basilique
Rattachement Archidiocèse de Tours
Début de la construction 1886
Fin des travaux 1924
Architecte Victor Laloux
Style dominant néo-byzantin
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)[1]
Site web http://www.basiliquesaintmartin.com
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Ville Tours
Coordonnées 47° 23′ 35″ nord, 0° 40′ 58″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique Saint-Martin de Tours

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Basilique Saint-Martin de Tours

Géolocalisation sur la carte : Tours

(Voir situation sur carte : Tours)
Basilique Saint-Martin de Tours

La basilique Saint-Martin de Tours est un édifice religieux situé à Tours (Indre-et-Loire), dont la crypte abrite le tombeau de Martin de Tours.

L'ancienne église collégiale Saint-Martin de Tours, qui datait essentiellement du XIe siècle, fut désaffectée, vandalisée et transformée en écurie en 1793, puis démolie à la suite de l'effondrement des voûtes en 1797, seules deux tours étant conservées. La basilique actuelle, nettement plus modeste, a été construite entre 1886 et 1902 dans le style néo-byzantin par l'architecte Victor Laloux (inauguration dès 1890). C'est un bâtiment en calcaire, granite et marbre, couvert d'ardoises. Pour les peintures murales, l'architecte s'adressa à Pierre Fritel, et les travaux de décoration furent exécutés avec l'aide de l'artiste-peintre et décorateur Adrien Lavieille, fils d'Eugène Lavieille. Une statue monumentale de saint Martin, en bronze[note 1], destinée à orner le dôme, fut commandée au sculpteur Jean-Baptiste Hugues (prix de Rome en 1875). Victor Thiébaut, fondeur, la livra en 1889. L'édifice a été consacré comme basilique le .

Les vestiges de l'ancienne collégiale (la tour Charlemagne, la tour de l'Horloge et une galerie de cloître) ont été classés monuments historiques par la liste de 1840[1]. La statue de saint Martin qui en couronne le dôme, fragilisée par les tempêtes du début 2014, a été déposée le pour être restaurée ; son socle a été consolidé et la statue a été remise en place le 15 octobre 2016, en prévision de la saint Martin, fêtée chaque année le 11 novembre.

Le président de la République française porte le titre honorifique de chanoine (ad honores) de la basilique.

Histoire de l'édifice[modifier | modifier le code]

La basilique du Ve siècle[modifier | modifier le code]

Tombeau reconstitué de saint Martin de Tours, dans la crypte de la basilique : vide[note 2],[2], il ne contient que quelques reliques et les intentions de prière déposées par les fidèles.

Le corps de saint Martin, mort à Candes, fut transporté jusqu'à Tours et modestement inhumé le 11 novembre 397, trois jours après son décès, dans un cimetière chrétien à l'extérieur de la ville, au bord de la voie romaine partant vers l'ouest. Selon Grégoire de Tours, l'évêque Brice (lat. Brictius) fit construire en 437 un édifice en bois pour abriter le tombeau et le manteau (chape) de Martin, appelé pour cette raison chapelle. Constatant le rayonnement de ce sanctuaire, l'évêque Perpétuus fit construire à la place la première basilique hébergeant le tombeau de Martin, dont la dédicace eut lieu le 4 juillet 470, quatre-vingt-dix-neuf ans jour pour jour après l'accession de saint Martin à l'épiscopat de Tours[3]. Grégoire de Tours en donne la description suivante :

« L'évêque Perpétuus […] fit construire la grande basilique qui subsiste encore aujourd'hui, et qui est à cinq cent cinquante pas de la ville. Elle a cent soixante pieds de long et soixante de large. Elle a en hauteur, jusqu'à la voûte, quarante-cinq pieds. Elle a trente-deux fenêtres du côté de l'autel et vingt dans la nef qui est ornée de quarante-et-une colonnes. Dans tout l'édifice, il y a cinquante-deux fenêtres, cent vingt colonnes, huit portes, trois du côté de l'autel et cinq dans la nef […] Comme la boiserie de la première chapelle était d'une structure élégante, le pontife ne crut pas à propos de détruire cet ouvrage : il fit bâtir, en l'honneur des apôtres Pierre et Paul, une autre basilique dans laquelle il fit placer cette boiserie[4]. »

Le corps de Martin fut inhumé dans un sarcophage derrière le maître-autel de la nouvelle basilique[5]. Un grand bloc de marbre surplombant le tombeau, don de l'évêque Euphronius d’Autun (472-475), en marquait l'emplacement aux fidèles assemblés derrière cet autel et, selon Werner Jacobsen[6] aux pèlerins installés sur l’atrium de la basilique qui, contre l’usage, se trouvait derrière l'église, c'est-à-dire du côté de l’abside, le bloc étant visible depuis une fenestrelle du mur d'abside.

En 508, c'est dans l'église de l'évêque saint Perpet que Clovis, au lendemain de sa victoire sur les Wisigoths à la bataille de Vouillé, reçut les insignes de consul des mains des ambassadeurs de l'empereur Anastase, à la suite de quoi il parcourut à cheval la distance entre la basilique et la cathédrale de Tours en jetant de l'argent au peuple[7]. L'église subit un grave incendie en 558. Elle était desservie par une communauté religieuse dirigée par un abbé dont parle déjà Grégoire de Tours et qui y pratiquait le rituel de la « laus perennis » (plus tard, deux cents religieux se relayant par groupes de vingt). Le statut de cette communauté, très enrichie par le pèlerinage, devint problématique à partir des réformes de Pépin le Bref, qui voulut imposer la règle de saint Benoît à tous les monastères du royaume franc (741). La communauté, forte de ses anciennes traditions, résista. Un établissement bénédictin fut fondé en 791 à Cormery par l'abbé Ithier pour ceux qui voulaient suivre la règle, et développé par son successeur Alcuin, abbé de Saint-Martin de 796 à 804. Finalement un concile tenu à Aix-la-Chapelle en 817 sous l'impulsion de Benoît d'Aniane imposa impérativement la règle bénédictine à toutes les communautés qui s'intitulaient « monastères » ; les « clercs » de Saint-Martin durent choisir entre le statut de « moines » et celui de « chanoines » et adoptèrent le second. À compter de cette date, le sanctuaire de Saint-Martin n'est plus considéré comme un monastère, mais comme une collégiale desservie par des chanoines. Le chef de la communauté s'appelle encore « abbé de Saint-Martin », mais à partir de 844 c'est un laïc (en 860, c'est le prince Louis, héritier de Charles le Chauve ; en 866, c'est Robert le Fort, comte de Tours et ancêtre des Capétiens).

C'était le principal lieu de pèlerinage chrétien au Ve siècle (saint Martin était en tout cas le saint protecteur de la Gaule). Le concile de Chalon (-sur-Saône) en 813 donne à ce pèlerinage la même importance qu'à celui de Rome[8].

Tour de l'horloge

La basilique médiévale (IXe siècle - 1802)[modifier | modifier le code]

le quartier du cloitre saint martin de tours


L'église fut incendiée par les Normands le 8 novembre 853, puis à nouveau le 30 juin 903, à la suite de quoi le sanctuaire fut entouré d'une enceinte fortifiée, distincte de celle de Tours, achevée en 918. Il y eut un grand incendie accidentel en 994, ce qui entraîna une reconstruction, sous l'impulsion d'Hervé de Buzançais, alors trésorier de Saint-Martin, et une nouvelle consécration en 1014. Un sinistre eut encore lieu en 1096, et on procéda à une grande reconstruction romane avec l'hypothèse d'un emprunt, dans un sens ou dans l'autre avec saint Sernin de Toulouse et un remaniement complet d'une vaste entreprise de revoûtement de l'édifice entre 1175 et 1180, les berceaux plein cintre furent remplacés par des voûtes sur croisées d'ogives angevines : c'était alors une étape importante sur la Via Turonensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le sanctuaire était l'une des cinq églises de pèlerinage majeures (avec Sainte-Foy de Conques, Saint-Martial de Limoges, Saint-Sernin de Toulouse et Saint-Jacques-de-Compostelle). Plusieurs chantiers eurent encore lieu du XIIIe au XVe siècle (chœur agrandi et reconstruit sur le modèle de la cathédrale de Bourges, et chapelles latérales de la nef ajoutées). La basilique était le centre d'une ville distincte de Tours, appelée Châteauneuf ou parfois « Martinopolis », qui fut réunie à Tours par une seule enceinte en 1356.

plan jacquemin 1779
plan Jacquemin 1779
basilique saint martin 3D



Au XVe siècle, la basilique bénéficia de la munificence du roi Louis XI, qui habitait au château royal du Plessis-du-Parc-lèz-Tours[note 3],[9] et la soutint grandement[10],[11]. Aussi ses obsèques y eurent-elles lieu le [12].


Pendant la guerre de religion de 1562, la châsse de saint Martin fut brûlée par les protestants et seuls furent conservés un morceau du crâne et un os du bras. L’ancien édifice survécut jusqu’à la Révolution, mais dans des conditions de grand délabrement dû au manque d'entretien depuis bien avant 1789. En 1793, la basilique fut transformée en écurie pour y loger dix cens chevaux et pendant 4 ans elle fut l'écurie Martin. En 1797, un rapport constate que les chaînages qui maintenaient l'édifice ont été en partie volés ; les voûtes du déambulatoire (dites voutes saint Perpet) s'effondrent au mois de novembre et, par mesure de sauvegarde pour les habitants, la municipalité ordonne donc la démolition complète de l'édifice[note 4],[13]. L’orgue monumental de JBN Lefevre (5 claviers, double 32'), expertisé par le célèbre facteur Dom Bédos de Celles, disparut également à cette époque. Il convient de préciser que pendant tout le XVIIIe siècle, beaucoup de rapports d'architectes avaient prévenu les autorités religieuses de délabrement de la basilique, à tel point que le rapport de restauration présenté à Louis XVI était de 400 000 livres[14].

De tout ceci, seules subsistent la tour Charlemagne (à moitié effondrée en 1928, restaurée en 1963), la tour de l'Horloge et le quartier des maisons canoniales du cloître Saint-Martin, une galerie du cloître Renaissance. Le tombeau des enfants de Charles VIII, installé au début du XVIe siècle dans la nef de la basilique, fut transféré en 1834 dans la cathédrale Saint-Gatien de Tours où il est toujours visible. Un pavage au sol dans la rue des Halles permet de visualiser l'emplacement des piliers de la nef originelle ; une crypte archéologique pourrait être réalisée sous la rue des Halles.


En effet, suite aux fouilles entreprises par Charles Lelong dans les années 1970, qui a constaté que la basilique romane était enterrée de près de trois mètres par rapport au sol actuel (il fallait descendre plus de 12 marches au droit du portail du change pour attendre la nef). Il note les choses ainsi dans le Bulletin Monumental (T. 133, année 1975, page 225). Les plans du XVIIIe siècle le montraient. On peut aussi le constater aujourd'hui au pied de la tour Charlemagne. Lors de la démolition de la basilique, les fondations et les piliers de la basilique romane ont été conservés en grande partie sur une hauteur de près de trois mètres non seulement sous la rue des Halles mais aussi sous les maisons de la rue des Halles, pour servir de structures de soutien aux constructions qui devaient s'élever au-dessus, à tel point qu'à l'angle de la rue des Halles et de la rue des Trois Pavés Ronds, à quatre mètres de profondeur, se trouve la chapelle saint Nicolas qui était la chapelle basse sous la vieille tour dont la demande de classement a été sollicités en 1973 sans suite[15].


Articles détaillés : Tour Charlemagne et Tour de l'Horloge (Tours).

L’édifice actuel[modifier | modifier le code]

Inscription au fronton de l'édifice actuel : «La ville de Tours se réjouit à jamais d'avoir Martin pour patron (Paulin de Périgueux)»
La charité de saint Martin (Henri Varenne)

Les deux tours subsistantes furent classées « Monument historique » en 1840, classement confirmé à l'Inventaire en 1858, puis 1862. Le militant catholique Léon Dupont (avec l'aide du comte Pèdre Moisant et de Stanislas Ratel[16]) annonça la redécouverte du tombeau de Martin de Tours le 14 décembre 1860[17], ce qui permit de rétablir le culte martinien et de relancer un projet de restitution du site grandiose. Le projet de l'architecte Alphonse Baillargé fit l'objet d'une longue et ardente controverse, ses partisans souhaitant un édifice à l'emplacement et avec les dimensions de l'ancien, ce qui supposait la suppression de la rue des halles, importante artère commerciale de la ville percée après la démolition de 1802. L'écrivain René Boylesve fit de cet épisode de « la guerre des basiliques » l'argument principal de son roman Mademoiselle Cloque. Finalement un compromis fut trouvé en 1884 entre la municipalité et l'archevêché : le nouveau bâtiment, plus petit que l'ancien, lui serait perpendiculaire (orienté nord-sud) et ne partagerait avec lui que l'emplacement de l'ancien chevet, au-dessus du tombeau de saint Martin. Les travaux commencèrent en 1886, la crypte avec le tombeau fut inaugurée en 1889, l'église en 1890, et l'ensemble de la maçonnerie fut achevé en 1902, permettant d'ouvrir l'édifice au culte l'année suivante. Le cardinal Maurin consacra l'édifice comme basilique le 4 juillet 1925, et l'aménagement du parvis fut terminé en 1928.

La statue de saint Martin

Le 17 février 2014, la statue de saint Martin (statue de bronze sur structure d'acier, haute de plus de quatre mètres et pesant 2,4 tonnes, réalisée en 1875 par Jean-Baptiste Hugues) et située au sommet du dôme de la basilique, est déposée en raison d'un risque de chute dû aux intempéries hivernales. À cette occasion, une boîte en plomb contenant un os attribué au saint, relique placée en 1889 dans le bras droit de la statue, y est découverte ; la boîte renferme également des reliques de trois autres évêques de Tours (saint Brice de Tours, saint Perpet et saint Grégoire de Tours)[18].

Le 10 mars 2015 est le jour du lancement de la souscription publique pour la rénovation de la basilique et de la statue afin de financer une partie des 1 700 000 € HT nécessaires à son aboutissement[19]. Le (année de jubilé du saint pour le 1700e anniversaire de sa naissance), la statue restaurée est exposée au public dans la cour de l'hôtel de ville. Contrairement au projet municipal initial qui voulait une dorure intégrale, la statue est en bronze patiné, seul le pallium, la couronne et la crosse du saint sont dorés[20]. Le 15 octobre, la statue est hissée sur le dôme de la basilique[18].

Compléments[modifier | modifier le code]

Une institution religieuse, Les Petits Clercs de Saint-Martin de Tours, fut fondée dans les années 1920 par le chanoine Rutard, prêtre diocésain. Séminaristes venant des autres régions françaises "riches" en vocation pour le diocèse de Tours, ils assuraient également le service religieux quotidien à la Basilique Saint-Martin. Pensionnaires, les Petits Clercs de Saint-Martin suivaient leur formation scolaire sur place, puis suivirent leurs cours dans divers collèges de Tours (collège Saint Grégoire, collège Notre-Dame La Riche). L'institution, vivant en particulier de la générosité des tourangeaux, s'installa à l'ombre de la Basilique (3 rue Baleschoux) jusqu'en 1970, date de sa disparition. Les Petits Clercs de Saint-Martin donnèrent environ 300 prêtres au diocèse de Tours.

Les orgues[modifier | modifier le code]

Construit en 1843 pour l'hôpital du Bon Sauveur à Caen, dans un buffet du XVIIIe siècle, l'orgue actuel est acheté par la Ville de Tours en 1956, et a subi depuis plusieurs campagnes de restauration. Il comporte deux claviers et un pédalier pour 17 jeux : en tout, ce sont plus de 1.800 tuyaux. Il fut restauré et modifié en1977 par le facteur d'orgue Michel Alcouffe. Le professeur Joseph Thouvenot en a été le titulaire pendant plus de 50 ans. Stéphane Béchy, fut cotitulaire de 1984 à 1991 et y réalisa un enregistrement en 1984 avec des oeuvres de Bach, Mozart, Mendelsshon et Jehan Alain.[21]Le titulaire actuel est Philippe Bataille.

Abbés connus de Saint-Martin de Tours[22][modifier | modifier le code]

Après lui, le titre d'abbé laïc de Saint-Martin se transmet de père en fils chez les Robertiens, puis Capétiens, et est porté par les rois de France depuis Hugues Capet jusqu'en 1789.

Manuscrits de Saint-Martin de Tours[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Saint-Martin de Tours a eu un scriptorium important qui a produit plusieurs manuscrits enluminés carolingiens :

  • Évangiles de Lothaire[23], entre 849 et 851 ;
  • Évangiles de Saint-Martin de Tours[24], entre 796 et 804 ;
  • Évangiles dits de Charles IX[25], 2e moitié du IXe siècle ;
  • Évangiles de Meaux[26], entre 820 et 843 ;
  • Évangiles dits de Du Fay[27], vers 843-851 ;
  • Deux manuscrits ou fragments de manuscrits[28], vers 820 ;
  • Bible[29], vers 796-801 ;
  • Bible de Vivien, dite première Bible de Charles le Chauve[30], vers 845-851 ;
  • Bible de Saint-Maur-des-Fossés ou Bible de Rorigon[31], IXe siècle ;
  • Homéliaire dit de Paul Diacre[32], avant 850 ;
  • Martinellus[33], avant 835-837 ;
  • Saint Augustin : De Doctrina christiana[34], première moitié du IXe siècle ;
  • Évangéliaire d'Hildegarde[35], IXe siècle ;
  • Évangiles[36], IXe siècle ;
  • Grégoire d'Elvire : commentaires[37], première moitié du IXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La statue de saint Martin mesure 4,25 m et pèse 1 592 kg ; voir à ce sujet : Statue de la basilique Saint-Martin sur unregardsurtours.
  2. Lors de la découverte de tombeau en 1860, sont mis à jour uniquement la poussière du tombeau, de l'huile et des brandea. La confessio du saint était probablement munie d'une fenestella (littéralement « petite fenêtre ») au moyen de laquelle on faisait toucher les linges appelés brandea, que l’on récupérait ensuite sanctifiés par ce contact sacré pour être distribués comme de précieuses reliques. On devait aussi y faire couler des huiles, que l’on récupérait par un petit trou circulaire situé à l’opposé de la fenestella, et que l’on conservait dans des fioles qui prenaient à leur tour le statut sacré de reliques.
  3. Louis XI expédia une lettre au parlement de Paris le 17 janvier 1478 : « De par le roy. Noz amez et feaulx, nostre ame et feal conseillier l'arcevesque de Tours nous a dit et remonstre ... Donne au Plessis du Parc, le XVIIe jour de janvier. » (De la main du roi :) « Reserve le proces de monsr St Martin, dont je suis abbe. LOYS. L.TINDO. A noz amez et feaulx conseilliers les gens tenans nostre court de Parlement. // Recepte xxvjta januarii M° CCCC° LXXVII° (avant Pâques). »
  4. La démolition dure plusieurs années et se termine le 15 septembre 1803 par arrêté municipal.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Basilique Saint-Martin », notice no IA00071347, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. May Vieillard-Troiekouroff, « Le tombeau de saint Martin retrouvé en 1860 », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 47, no 144,‎ , p. 156.
  3. Edgard-Raphaël Vaucelle, La collégiale Saint-Martin de Tours des origines à l'avènement des Valois (397-1328)', Tours, , p. 104.
  4. Histoire des Francs, livre II, chap. 14. Et Grégoire de Tours, Libri historiarum 10.31 : « Hic aedificavit basilicam parvulam super corpus beati Martini, in qua et ipse sepultus est. »
  5. May Vieillard-Troiëkouroff, La basilique de Saint-Martin de Tours de Perpetuus (470) d'après les fouilles archéologiques, vol. 2 : Actes du 22e Congrès international d'histoire d'art, 1966, Budapest, , p. 839-46 ; et Charles Lelong, La basilique de Saint-Martin de Tours, Chambray-lès-Tours, 1986.
  6. Cf. Werner Jacobsen, « Saints' Tombs in Frankish Church Architecture », Speculum, no 72.4,‎ , p. 1108 et suiv.
  7. Grégoire de Tours, Historiæ, II, 37-38.
  8. Alain Dessertenne, La Bourgogne de saint Martin, Éditions Cabedita, , 159 p. (ISBN 2 88295 494 8), p. 61.
  9. Vaesen, Joseph ; Charavay, Étienne. Lettres de Louis XI, tome VI, p. 299-300. Paris, Librairie Renouard, 1898.
  10. Mesnard, Pierre. « La collégiale de Saint-Martin à l'époque des Valois », dans Revue d'histoire de l'Église de France, 1961, Volume 47, Numéro 144, pp. 89-100. Consulté le 12 décembre 2016.
  11. Lettres patentes de Louis XI, Montilz-lèz-Tours, mars 1472 (1471 avant Pâques).
  12. Jean Favier, Louis XI p. 902, Paris, Fayard, 2001.
  13. Charles Lelong, La basilique Saint-Martin de Tours, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 233 p. (ISBN 2 85443 122 7), p. 123-125.
  14. Charles Lelong, La basilique Saint-Martin de Tours, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 233 p. (ISBN 2 85443 122 7), p. 122.
  15. Révérence - note, final bulletin monumental, 1973, tome 131, page 100.
  16. Mémorial de l'année Martinienne, 1960-61.
  17. May Vieillard-Troiekouroff, « Le tombeau de Saint M. retrouvé en 1860 », RHÉF, no 47,‎ , p. 151-183.
  18. a et b « Saint-Martin de retour parmi les siens sur le dôme », sur lanouvellerepublique.fr, .
  19. « Restauration de saint Martin de Tours », sur Site officiel de la ville de Tours pour la souscription publique sur la restauration de la basilique et de la statue de saint Martin de Tours (consulté le 10 mars 2015).
  20. Raphaël Chambriard, « Saint Martin : la statue a failli être toute dorée », sur lanouvellerepublique.fr, .
  21. « Discographie / Discography », sur Stéphane Béchy (consulté le 10 mars 2017)
  22. Source : Edgard-Raphaël Vaucelle, La collégiale Saint-Martin de Tours des origines à l'avènement des Valois (397-1328), Tours, 1907.
  23. BnF : Evangelia quattuor (Évangiles de Lothaire); Capitulare evangeliorum.
  24. BnF : Evangelia quattuor (Évangiles de Saint-Martin de Tours); Capitulare evangeliorum.
  25. BnF : Capitulare evangeliorum; Evangelia quattuor (Évangiles dits de Charles IX).
  26. BnF : Evangelia (Évangiles de Meaux).
  27. BnF : Evangelia (Évangiles dits de Du Fay).
  28. BnF : Recueil factice composé de deux manuscrits ou fragments de manuscrits (textes de Lucain et de Priscien).
  29. BnF : Biblia : Vetus Testamentum , pars secunda. Novum Testamentum : Evangelia quattuor. Actus apostolorum. Epistolae canonicae. Epistolae Pauli. Apocalypsis S. Iohannis.
  30. BnF : Biblia (Bible de Vivien, dite première Bible de Charles le Chauve).
  31. BnF : Biblia (dite Bible de Saint-Maur-des-Fossés ou Bible de Rorigon).
  32. BnF : Homeliarius (Homéliaire dit de Paul Diacre).
  33. BnF : Martinellus (recueil de textes relatifs à saint Martin).
  34. BnF : Augustinus Hipponensis : De Doctrina christiana.
  35. Bibliothèque municipale de Laon : Evangeliarum (dit Evangéliaire d'Hildegarde).
  36. Wolfenbüttel Herzog August Bibliothek : Évangiles.
  37. Wolfenbüttel Herzog August Bibliothek : Gregorius Iliberitanus: Commentarius in Cantica canticorum.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]