Château de Plessis-lèz-Tours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Plessis-lèz-Tours
Image illustrative de l'article Château de Plessis-lèz-Tours
Façade est de Plessis-lès-Tours
Période ou style Gothique international
Type Château
Début construction Moyen Âge
Fin construction XVIe siècle
Destination initiale Résidence royale
Propriétaire actuel Mairie de Tours
Protection  Inscrit MH (1927)
Coordonnées 47° 22′ 57″ nord, 0° 39′ 38″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Touraine
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Commune La Riche

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Plessis-lèz-Tours

Le château de Plessis-lèz-Tours (autrefois connu sous le nom de Montils-lèz-Tours) est un ancien château royal située sur la commune de La Riche en Indre-et-Loire, près de Tours. Il a été la demeure préférée du roi Louis XI qui y est mort le 30 août 1483. Il resta la résidence et le siège du pouvoir des rois de France sous Charles VIII et Louis XII qui y réunit les états généraux de 1506[2]. C'est le premier bâtiment en brique du Val de Loire, les travaux entrepris sous Charles VII et Louis XI ayant fait appel à des maçons de Béthune. Détruit aux trois quarts, il n'en reste aujourd'hui que l'aile est. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Montils-lèz-Tours, qui prendra plus tard le nom de Plessis, devient à partir de 1444 une résidence royale, où le roi Charles VII séjourne à plusieurs reprises. Puis, la demeure est achetée le 15 février 1463 par Louis XI, fils et héritier de Charles VII, pour la somme de 5300 écus[4], afin d'y bâtir une nouvelle demeure. Précédemment, une forteresse du XIe siècle y fut érigée, embellie par des travaux voulus notamment par Charles VII. L'aménagement des nouveaux bâtiments et des cachots voulus par Louis XI se déroulera jusqu'en 1470. Le surnom de roi des marchants' donné à Louis XI se confirme au château de Plessis-lèz-Tours, car dès l'achèvement des travaux, le roi fait installer dans son château le premier atelier de soierie de Tours, tenu alors par 17 ouvriers qu'il fit venir d'Italie. Le château devient la résidence favorite du roi, qui y aménagea des volières et un chenil pour chiens de chasse (grand chasseur sauf dans les dernières années, Louis souffrant alors de la goutte)[5] et y mourut en 1483. Le cachot dit de "La Balue" est une salle voûtée en plein cintre, dont l'accès se faisait par un escalier sous lequel, dit-on, fut enfermé le Cardinal de La Balue[6].

Le château de Plessis-lèz-Tours et le roi Louis XI sont donc intimement liés. Pour autant, le château accueillit bon nombre d'hôtes prestigieux. Ainsi saint François de Paule, le confesseur de Louis XI, y séjourna jusqu'à sa mort et y fonda le premier couvent de l'ordre des Minimes en France. Charles VIII, fils de Louis XI, ainsi que son successeur, Louis XII, y demeurèrent, notamment en 1505, lorsque Louis XII y fit une longue convalescence. Puis le château fut la résidence royale où eurent lieu les États généraux de 1506. À cette occasion, on octroya le titre de « Père du Peuple » à Louis XII, et décida du mariage de la fille de ce dernier, Claude de France, avec François d'Angoulême, futur François Ier. À noter que pour la quatrième fois de leur histoire, les états généraux se réunirent à Tours, après ceux de 1484, convoqués par Anne de Beaujeu, fille de Louis XI, alors régente du royaume devant la minorité de son frère, Charles VIII, et ceux de 1468 et de 1308. Par la suite, François Ier, Claude de France, Catherine de Médicis, Charles IX, Henri III y firent plusieurs séjours.

Le [7], les représentants des Provinces Unies des Pays-Bas se sont réunis au château de Plessis-lèz-Tours avec le duc François d'Anjou, signant un traité provisoire suivant lequel le duc acceptait d'occuper le trône de la République Hollandaise en tant que souverain, portant le titre de "Défenseur des libertés des Pays-Bas". Ce traité a été rapidement rompu.

Le château de Plessis-lèz-Tours a été également le théâtre de la rencontre entre Henri III de France et le futur Henri IV, en 1589, après leur querelle. Cette rencontre les réconcilia, leur permettant ainsi d'affronter ensemble la ligue catholique. La rencontre fut rendue possible par l'assassinat du duc de Guise par Henri III, chef de la Ligue, le tenant sous son joug. Par la suite, Henri IV y fit quelques séjours (ainsi que son fils, Louis XIII), et contribua également au développement de l'industrie de la soie, en y faisant planter des mûriers de Provence dans le parc.

Les successeurs de Louis XI étoffèrent la demeure, qui fut retravaillée et étendue. Cependant, la cour délaissant peu à peu la Touraine, le château commença alors son déclin. Au XVIIe siècle, sa réfection est entreprise, mais à partir de 1781, la demeure devient le dépôt de mendicité de la ville de Tours, en 1790, elle est vendue comme bien national, et en 1796, elle est aux trois-quarts détruite. Durant le XIXe siècle, le château abrita une fabrique de plombs de chasse, un dépôt d'entreprise, et fut même utilisé en tant que bâtiment de ferme. Ces différentes activités participèrent largement à son délabrement. Au XXe siècle, le château connut cependant une période de renouveau grâce au docteur Chaumier, qui y installe un Institut Vaccinogène et entreprend alors la restauration du bâtiment, laquelle restauration est toujours visible actuellement.

Le château abrite aujourd'hui une compagnie théâtrale ainsi que les résidences européennes depuis 1999[8],[9].

Le la ville de Tours, considérant que les frais d'entretien sont trop importants, le met en vente au prix de 950,000 €[10],[11]

Architecture[modifier | modifier le code]

Dessin d'une vue du château de Plessis-lèz-Tours en 1699
Vue du Château Royal du Plessis-lèz-Tours du côté parc en 1699

Du château du Plessis-lèz-Tours il ne reste qu'un corps de logis rectangulaire, flanqué à l'ouest d'une tour d'escalier.

Ce corps de bâtiment qui subsiste aujourd'hui, restauré aux XIXe siècle et XXe siècle, correspond à la partie sud de l'ancien logis royal de briques et de pierres[6]. Son style actuel correspond aux caractéristiques du gothique international, à l'image de l'Aile Louis XII du château de Blois. Les vestiges de l'ancien château sont peu visibles, et l'intérieur fut largement remanié.

Il existe encore dans ce château des cages qui servaient de prison que l'on appelait fillètes, à tort semble-t-il, puisque ce terme désignait en réalité les lourdes chaînes lestées de boulets qui entravaient les prisonniers avant de les introduire dans les cages métalliques suspendues, où les prisonniers ne pouvaient pas se tenir debout. Le Cardinal de La Balue aurait séjourné onze ans dans une telle cage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail et Google Maps
  2. « L'intérêt patrimonial et historique du château du Plessis-lès-Tours est-il sous évalué ? »,‎ (consulté le 24 septembre 2016)
  3. Notice no PA00097942, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Jean Favier, Louis XI, p. 232, Fayard, Paris 2001 ainsi que http://www.ilebouchard.com/histoire/europe-france-martin2.doc p. 45
  5. Amable Sablon du Corail, Louis XI ou le joueur inquiet, Belin, 2011, 496 p. (ISBN 2-7011-5245-3)
  6. a et b « château de Plessis-lèz-Tours », notice no PA00097942, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Le 29 septembre selon le calendrier grégorien, en vigueur à cette date en Espagne.
  8. http://www.tours.fr/culture/scenes/plessis/index.php
  9. « Le château de Plessis-lès-Tours » (consulté le 24 août 2010)
  10. « Qui veut acheter le château royal du Plessis ? », sur www.lanouvellerepublique.fr (consulté le 25 mai 2016)
  11. « Vente de biens immobiliers - Tours », sur www.tours.fr (consulté le 25 mai 2016)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]